Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

Sans doute n'aurions-nous pas évoqué ici ce travail spécialisé de sociologue-historien politologue si l'éditeur ne l'avait adressé au Programme MCX "pour en rendre compte" : il eut fallu lire d'abord le sous-titre pour que l'idée nous en vint ! Ou peut-être faire attention au nom du post-facier, J.W. Lapierre, qui s'efforce depuis longtemps de promouvoir une culture systémique dans le champ des sciences politiques ? Il reste que l'on ne regrettera pas l'exercice : une nouvelle démonstration de "faisabilité", qui permet à un béotien en matière de politique chilienne (depuis 1925 !) d'avoir le sentiment que l'on peut comprendre une histoire complexe dans sa complexité. En ce sens, ce travail constitue bien une contribution originale aux sciences de la complexité (J.W. Lapierre propose très heureusement de le rapprocher de celui d'Yves Barel sur la ville médiévale), même si la modélisation systémique développée par l'auteur paraît plus "accomodée qu'assimilée" : faute peut-être d'une méditation épistémologique suffisamment assurée pour libérer le discours de quelques "principes d'autorité" (E. Morin, Y. Barel...) qui fragilisent peut-être certaines interprétations (L'auteur aurait-elle lu plutôt P. Valéry, J. Piaget ou H.A. Simon, ses conclusions aurait-elles été les mêmes ? Et son ignorance du précieux traité de JL. Vullierme, "Le concept de système politique" (PUF, 1989) m'a laissé perplexe.

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.