Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

Ce rapport pour le Club de Rome, préfacé par I. Prigogine, témoigne d'une sympathique entreprise de remise en question des fondements de la science économique, ambitionnant une nouvelle fois, d'adapter son discours aux réalités perçues de notre temps. En empruntant aux considérations épistémologiques d'I. Prigogine quelques arguments sur le thème de "la nouvelle alliance" des Sciences de la Nature et des Sciences de l'Homme, les auteurs se proposent d'introduire un nouveau discours économique qui prenne en compte l'émergence de la production et de l'échange de services immatériels et l'imprévisibilité des conséquences au fil d'un temps perçu irréversible, des actions délibérées des acteurs sociaux. La référence aux travaux classiques sur les sciences de la complexité (UNU 1984) rassure, mais le document relève plus de l'essai du moraliste que du manuel d'enseignement. Il ne nous suffit plus de bannir le positivisme pour produire une réflexion légitimant l'action ; il faut aussi affronter l'explicitation de quelque épistémologie alternative et culturellement intelligible par les citoyens de la "Terre-Patrie". Ne jetons surtout pas la pierre aux auteurs s'ils n'y parviennent pas encore, mais ne les tenons pas quitte de ces réflexions certes bienvenues, mais sans doute encore bien superficielles : on reste enfermé dans la métaphore fondatrice, celle de l'énergétique, lorsqu'on passe du premier principe (conservation ou équilibre) au second (entropie et bifurcation) ; l'important est d'en être conscient... et de lire ce travail comme un rapport d'étape. En regrettant que ces auteurs soient trop inattentifs aux recherches contemporaines sur l'économie de la complexité (H. Bartoli, Socio-Economique, Economie Politique Evolutive, Stratégies procédurales, Eco-Auto-Réorganisation... ).

J.L.Le Moigne

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.