La Modélisation des Systèmes Complexes & Disegno

Atelier

Atelier 13 - Les sciences de la conception, enseignement et recherche

« Concevoir, c'est chercher ce qui n'existe pas et parfois le trouver ». Cette définition paradoxale des processus de conception suggère un nouveau regard sur les sciences de conception que l'on appelait sciences du génie, puis sciences d'ingenium, ou "sciences of design". Dés lors la recherche et surtout l'enseignement des sciences de conception sont transformées (ou restaurées, à partir des réflexions de Vitruve, de Vinci ou de Vico). Ne pouvons tirer parti des multiples expériences qui ainsi s'accumulent en particulier dans les domaines de la conception de l'espace et de son aménagement.

Atelier 26 - UES - AFSCET

Cet atelier introduit les sites de l'Union Européenne de Systémique et de l'AFSCET www.afscet.asso.fr

Note de lecture

The MIT Press. Cambridge, Mass. 1995. 735 p.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Ed. Librairie de l'Université de Dijon, Collection de l'Institut de Mathématiques économiques (n° 34, 1988)

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Editions ESKA, 1993, 169 pages.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis
Par VOGEL

Editions L’Harmattan, Paris, 1997. 293 pages.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Ed. The Falmer Press. Londres. 1995. 213 page

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Edition l'Harmattan, 2007 ISBN : 978-2-296-02887-6 ? 245 pages

Note de lecture par MARCHAND Marie

Revue T.I.S., vol. 2, 1989 Maurice LANDRY, Claude BANVILLE, A plea for a disciplined methodological pluralism in MIS, F.S.A. ­ SIO ­ University Laval Québec. D.T. N° 89­73, Déc. 1989 Claude BANVILLE, Maurice LANDRY, Can the Field of MIS be disciplined ? Communication of the ACM, janv. 1989, vol. 32, n° 1, pp. 48­60

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

(préface de M. Bem). Ed. L'Harmattan. Paris, 1994. 253 p.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Published by the Elmwood Institute, Berbeley, CA 94705. Edited by "Systems Education Research", Olympia, Wa 98502, first édition, winter 1990 ­ 104 pages.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

The MIT Press, Cambridge, Mass. 1996. 231 pages.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis
Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

L'Harmattan, Coll. Recherches et Innovations.ISBN : 2 ? 7475 ? 9050-X. 2005. 223 pages

Note de lecture par De PERETTI André

Traduit de l'américain, 1992, par Jean-Marc Mendel, Préface de Brice Lalonde, Ed. Albin Michel, Paris, 1993, 349 p.

Note de lecture par DEHAENE Pascal (†)

Intersystems Publication (the systems inquiry series) Salinas Cal. 1984 - 269 p.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Second Edition. Iowa State UniversityPress/AMES. 1994. 588 pages.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Editions L'Harmattan, 2004, ISBN 2 7475 7132 7, 280 p.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Fayard, 333 p.

Note de lecture par VILAR Sergio

1991, 201 p.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Ed. Hazan, Paris, 1997, 543 pages.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

4e éd. DUNOD, 1999

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Ed. L'Harmattan & INNOVAL, 2005, ISBN 2 7475 7608 6, 154 pages.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Ed. Polity Press, (Blackwell), Cambridge UK, 1993. 381 pages.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

L'harmattan - 2000; Préface de Jean-Louis Le Moigne

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Editions Europia, Paris, 1994, 316 pages.

Note de lecture par DESHAYES Philippe

Yale University Press. New Haven. N.J., 1989.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Peter Lang, Publishing, Inc. New York, 1992, ISBN 0 8204 1869 2 , 310 pages.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Publication FPH Paris, 38, rue Sain Sabin - 75011. 1992 - 66 p.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

The MIT Press. Cambridge, Mass., 1997. 457 pages.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Edition de la Réunion des Musées Nationaux. Paris 1995. 216 p.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Éditions L'Harmattan, Coll. Ingenium, 2006, ISBN : 2-296-01209-4 228 pages

Note de lecture par BIAUSSER evelyne

Editions HERMES - Paris.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Ed. L'Harmattan, Paris 1999, ISBN 2-7384-8125-6, 363 p.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

(Praxiology, vol. 3). The Transaction Pub., New Brunschwig, New Jersey, USA, 1995. 463 pages.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Préface de H A Simon pour l'édition française ; traduction et post face de J.L. Le Moigne, Editions Dunod, Paris, 1990

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

traduit et présenté par Emboussy N.
Editions Dianoïa pour la traduction française, 2001, ISBN 2913126030, 239 p. et pour la version anglaise originale, Cambridge University Press, 1958, ISBN 521092612, 241 pages.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

G. Feltrinelli Editore, Milano - 1993 - 324 pages.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Ed. Hermès, Paris, 1996. 160 p.

Note de lecture par MILLERAT Pierre

Ed. INRA. Etudes et Recherches SAD n 28. Versailles 1994. 380 p.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Ed.Gollion: Infolio éditions / Genève: Musée d'ethnographie, coll. tabou 3, 2007.11 x 17,5 cm, env. 348 pages. ISBN 978-2-88474-230-6. Prix: CHF 16.-

Note de lecture par MORIN Edgar

Editions Presses Universitaires de Grenoble, 1989

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Revue "Pratiques de formation-analyses" (éditée par Université Paris VIII, F.P.) n° 27, mai 1994.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

A Bradford Bock. The MIT Press. Cambridge, Mass, 1989, 888 pages.

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Ouvrage

Renouveler notre intelligence de la gouvernance des organisations complexes
& Hommage à Edgar MORIN

Actes du Grand Débat du 20 novembre 2008 du Réseau Intelligence de la Complexité
Edition Synergie Monde, GERFLINT, 2009, ISSN 1951 6908, 145 pages (23 x 15)

L'harmattan - 2000; Préface de Jean-Louis Le Moigne

Revue Française de Gestion n° 77, janvier­février 1990

Editions Belin (Collection « Sup Psychologie »), ISBN 978-2-7011-3389-8, Juin 2007, 276 pages.

Réflexion à l'usage des dirigeants

Ed Insep-editions. 1992-2003, ISBN : 2-914006-04-7, 360 pages

Mélanges en l'honneur du
professeur Jean-Louis LE MOIGNE

Grasce (éd.), P.U.F., septembre 1999

Théorie de la modélisation

Repris en 2006 de la 4e édition 1994, ISBN 2130465153, avec un PROPOS LIMINAIRE POUR CETTE NOUVELLE EDITION, ré édition de ce livre sous le format dit ?e-book' dans la Collection des CLASSIQUES DU RESEAU INTELLIGENCE DE LA COMPLEXITE , Nombre de pages 360.

Accédez à l'intégralité du texte (Taille 5Mo - temps de téléchargement env. 1 minute avec l'ADSL)

Cette édition au format e--livre est reprise intégralement sur le site d'entraide des développeurs et professionnels de l'informatique francophones : Developpez.com
(http://www.developpez.com). Le fichier est en ligne à http://jean-louislemoigne.developpez.com

Publicaciones Acuario, Centro Félix Varela, La Habanne, Cuba, 2007, ISBN : 978-959-7071-49-5 , 199 pages

Ed. Desclée de Brouwer, Paris 1997, ISBN : 2-220-04054 -2, 212 pages.

Editions Hermes ? Lavoisier (Coll. Ingénierie représentationnelle et constructions de sens)

(Textes de Bernays, Brouwer, Gentzen,Godel, Hilbert, Kreisel, Weige) Ed. J. VRIN, Paris 1992. 566 p.

traduit par J.L.Le Moigne Edition Gallimard ? FOLIO ? Essais, 2004, ISBN 2 07 030152 4, 464 p.

Langue : Français Éditeur : Editions de la Villette (1 mars 2004)
Collection : Passage
Format : Broché - 96 pages
ISBN : 2903539731
Dimensions (en cm) : 12 x 1 x 21

Documents

(Actes Conseil scientifique, )

Ce premier document sur le théme général de "la représentation des processus de conceptualisation" est d'accès relativement aisé aux lecteurs francophones : Rédigé en français, il constitue le manuscrit original d'un article destiné à un large public et publié par la revue Le Débat (n° 94, mars 1997).

(Document d'atelier, )

«FORMALISMS OF SYSTEMIC
MODELLING » de J.L. Le Moigne, accompagné de
sa version originale en français « LES
FORMALISMES DE LA MODELISATION SYSTEMIQUE ». Ces
deux textes rédigés initialement en 1992, proposent une
alternative argumentée à la définition classique
des formalismes, définition qui en restreint l’usage aux
seules expressions de la modélisation analytique et des
raisonnements syllogistique parfaits. La modélisation
systémique et  les raisonnements procéduraux ne
peuvent-ils eux aussi s’exprimer dans le cadre rigoureux d’un
formalisme canonique correctement construit que celui de l’analytique
déductive ? Cela va sans dire, et cela va encore mieux
en  exposant l’argumentation épistémologique
qui légitime son bon usage. 

Version traduite de FORMALISMS OF SYSTEMIC MODELLING (Document d'atelier, )

«FORMALISMS OF SYSTEMIC
MODELLING » de J.L. Le Moigne, accompagné de
sa version originale en français « LES
FORMALISMES DE LA MODELISATION SYSTEMIQUE ». Ces
deux textes rédigés initialement en 1992, proposent une
alternative argumentée à la définition classique
des formalismes, définition qui en restreint l’usage aux
seules expressions de la modélisation analytique et des
raisonnements syllogistique parfaits. La modélisation
systémique et  les raisonnements procéduraux ne
peuvent-ils eux aussi s’exprimer dans le cadre rigoureux d’un
formalisme canonique correctement construit que celui de l’analytique
déductive ? Cela va sans dire, et cela va encore mieux
en  exposant l’argumentation épistémologique
qui légitime son bon usage. 

(Les introuvables de H.A Simon, )

Cet «Introuvable de H A Simon en langue française » (N° 6) reprend la traduction d'un article qu'il avait rédigé en 1976 pour le bulletin de «The Philosophy of Science Association» (PSA, 1977, Vol. 2, pp. 507-522). Il y développait selon un tour à la fois pédagogique et pragmatique, le concept de «système quasi décomposable» qu'il avait introduit en 1962, dans son article désormais célèbre sur «L'Architecture de la Complexité»

(Actes Conseil scientifique, )

"Dans cet exposé qui suit je montrerai d'abord que la question cruciale de la signification factuelle associable au concept abstrait de mesure de probabilité, admet une solution. Ensuite j'esquisserai les principes d'une représentation non-réductrice et susceptible d'estimations numériques, du concept de complexité d'une entité quelconque. Il s'agira d'une approche inachevée. Mais cette approche est enracinée dans la microphysique moderne et incorporée dans une épistémologie formalisée où tout développement est guidé" - MMS

(Actes Conseil scientifique, )

Il est des pièces d'archives qui peuvent retrouver une certaine actualité, surtout lorsque les questions qu'elles formulaient et discutaient n'ont pas fait l'objet de beaucoup de développement depuis une vingtaine d'année : C'est peut-être la cas de l'étude que l'on reprend ici sous son titre initial : « La science informatique va-t-elle construire sa propre épistémologie », étude publiée en juillet 1990 par la belle revue 'Culture Technique' hélas aujourd'hui disparue dans un numéro spécial (n° 21) consacré alors à 'l'Emprise de l'Informatique'. Destinée elle aussi au 'grand public cultivé' d'il y a 20 ans, et abordant la même question par un éclairage et des références souvent peu différents, elle invite à un 'enrichissement du regard' qui me semble toujours pertinent, et surtout fort légitime. Les enjeux de civilisation sont désormais si manifestes que l'on ne peut plus rester inattentifs aux enjeux planétaires, épistémologiques et éthiques, des 'emprises de l'informatique' (et à fortiori d'une science informatique qu'il faudrait je crois appeler science de la computation) sur nos pratiques et a fortiori sur nos enseignements et nos programmes de recherches

(Actes Conseil scientifique, )

Les voies du développement dans le monde contemporain sont l'objet de profondes analyses, discussions et confrontations découlant du changement rapide dans les dernières années, des structures de la vie économique, sociale et politique.
Dans les nouveaux contextes, les paradigmes, les modèles et les stratégies de développement suivis ou proposées par les agences nationales, régionales ou internationales (OCDE, UE, ONU, FMI, PNUD, entre autres ) sont mis en question. On envisage l'adéquation des politiques d'intervention aux exigences de la Société de la Connaissance, et la lutte contre le décalage du niveau de développement des Pays.
On peut suivre, depuis les années 70 l'évolution remarquable des théories, concepts, stratégies qui soutiennent les processus de développement intégré, durable, humain et des libertés à l'échelle mondiale. On s'aperçoit de la complexité des processus de décision politique et d'intervention de tous les systèmes sociaux que convergent vers les objectifs assumés par des accords, protocoles et résolutions entre nations.
Cependant dans la même période, un profond changement peut être observé dans la Pensée éducative avec des reflets portant dans le domaine de la Pédagogie, de la Politique et de la pratique de la Formation. L'approche classique aux relations entre éducation et Développement est mise en cause et laisse émerger les perspectives plus économiques de l'éducation/Formation liées aux exigences de la qualification des ressources humaines dans un monde globalisé et compétitif, laissant dans l'ombre la complexe réalité du développement humain et durable.
Les valeurs de la Personne, de sa liberté et autonomie et de sa responsabilité propre dans son parcours de formation tout au long de la vie, de construction d'identité, d'acquisition d' « empowerment » sont aujourd'hui dans la pensée éducative des valeurs dominantes. Donc la complexité de la Formation en tant que réalité sociale entraîne une Formation complexe et qui plus est une réalité personnelle.
Pour répondre à ces défis d'intelligibilité et d'intervention complexe, multidisciplinaire et multiréférentielle, des réseaux de réflexion sont nécessaires et indispensables. Les contributions de la pensée complexe et de la modélisation des situations complexes peut ouvrir des voies alternatives à la recherche, à la politique et à l'action.

La couleur : stimulation de l'organe ontologique, exploration et révélation de l'être (Document d'atelier, )
(Document d'atelier, )

Cette étude sur l’identification et la légitimation des raisonnements à la fois récursifs et téléologiques pouvant – ou devant – être mis en œuvre dans la modélisation des systèmes complexes, et ici des systèmes socio économique complexes, fut rédigée en anglais et fit l’objet d’une présentation au Congrès de l’EAEPE (Prague, 1999). Elle ne fut pas publiée et le projet de le reprendre en français en la développant quelque peu n’a pu encore aboutir. Aussi a-t-il paru souhaitable de la publier dans son état initial  pour répondre à quelques demandes de commentaires sur la restauration de la ’Téléologie, science critique’ dans les exercices de critique épistémologique interne qu’appelle la modélisation des systèmes complexes.

(Document d'atelier, )

Cette
étude sur la modélisation des processus récursifs
couplant, dans les organisations sociales, les projets de l’action
et la pratique de l’action fut présentée en 2002
à un Colloque de Cerisy consacré à F. Von
Hayek. Comme elle aborde l’identification et la légitimation
des raisonnements à la fois récursifs et téléologiques
pouvant – ou devant – être mis en œuvre dans
la modélisation des systèmes complexes, il peut-être
judicieux de la rendre aisément accessible au moment ou les
travaux sur la modélisation des processus récursifs
retrouve un certain intérêt dans les études
organisationnelles.

FAIRE CHEMINER L'IDÉ E DE MODÉLISER LA COMPLEXITÉ - Idées pour un débat (Editorial, )
Application to the development of the GENINTER software dedicated to the compilation of interrelationships between genes and/or gene products (Document d'atelier, )
Entretien et montage vidéo réalisé par David VALLAT en 2018 (Document d'atelier, )

A l’occasion d’une étude sur le théme « L’organisation apprenante » et de la préparation corrélative d’un MOOC, une équipe de l’Université de Lyon  animée par David VALLAT,  a réalisé un montage vidéo d’un entretien avec Jean-Louis Le Moigne. Montage qui a permis d’éclairer ce thème tout en l’éclairant à partir de ces cinq POINTS DE VUE: 1 - Conduire sa raison dans les affaires  humaines ; 2 - Abrogation de l’exclusivité de l’Ontologie : du ‘De quoi c’est fait ?’ au ‘Qu’est ce que cela fait ?’ ; 3 - Ce qui fait la supériorité de l'architecte le plus médiocre sur l'abeille la plus experte ;  4 - Entre ordre et désordre, la boucle Interaction, Information, Décision, Organisation activant ? 5 - Travailler à bien Penser : De la raison fermée à la raison ouvrante : Penser est un acte d’exploration.

(Document de rencontre, )

Présentation et Résumé des interventions Henri Atlan ("Auto-organisation, complexité, signification"), Mauro Ceruti ("L'observateur de l'observateur"), Jean-Pierre Dupuy ("Que reste-t-il de la Cybernétique à l'ère des Sciences Cognitives?"), Edgar Morin (L'épistémologie von Foersterienne), Robert Vallée ("des " Eigen-Values " à la remise d'une médaille d'or")

Sa théorie des systèmes complexes s'applique à la sécurité routière ou aux déchets nucléaires. (Document d'atelier, )
(Les introuvables de H.A Simon, )

Cet article reprend de très larges extraits de cet article de H.A. Simon, " Style in design" (Le style dans la conception), publié initialement dans les "Proceedings of the 2' Annual Design Research Association Conférencef (Pittsburgh, 1971). Ces larges extraits, traduit par H. Vérin, et publié en 1987 dans "Amphion, Etudes d'histoire des techniques" , numéro 2 consacré au fonctionnalisme sous la direction de J. Guillerme et d'H. Vérin, , (Ed. Picard, Paris , ISBN 2 7084 0356 7) Traduction française complétée par une brève "présentation" rédigée par J.-L. Le Moigne et par une "apostille" originale de H.A. Simon (rédigée en 1986). Ce document est sans doute celui qui présente de façon à la fois empirique et synthétique la "Conception de la Conception " (la conception de l'activité de "design") de H.A. Simon.

(Document d'atelier, )

On
se propose de définir pragmatiquement une méthode
constructive de modélisation des systèmes complexes
pour leur simulation participative en un système de réalité
virtuelle. L'inexistence de modèle de comportement global pour
les systèmes complexes conduit à répartir le
contrôle au niveau des composants du système et ainsi à
autonomiser les modèles de ces composants. L'Homme observe,
expérimente et crée le système de réalité
virtuelle, qui constitue alors l'interaction entre l'individu et
l'univers idéel des modèles de phénomènes.
La modélisation énactive est alors un exemple
pragmatique de « praxéo-épistémologie »,
résultat de l'application de connaissances issues de
l'ergonomie cognitive à l'action modélisatrice de la
démarche scientifique pour l'appréhension des systèmes
complexes, avec l'aide de l'outil informatique. . Cette nouvelle
méthode de modélisation contient les prémisses
d'une méthodologie pour l'étude des systèmes
complexes en réalité virtuelle.

(Document d'atelier, )

« C’est
à partir de l’expérimentation, par certains
artistes, de territoires élargis de la Réalité
Virtuelle et de certains procédés de topologies
complexes, qu’on peut tenter d’établir une «
protohistoire » des installations interactives à base
énactive qui modélisent l’avènement
conjoint d’un monde et d'un esprit à partir des
différentes actions qu’accomplit un être dans le
monde (Maturana, Varela) . … ».– Extrait du
texte de présentation de LJ Lestocart

La modélisation des réseaux pour instrumenter l'ingénierie d'une organisation complexe (Dossier MCX, )

Liens

(Veille en reliance, )
Paris (Cite Internationale Universitaire) November 14-18, 2005
Cette première conférence est organisée par une ?New European Complex Systems Society', et bénéficie du support de ?the Future and Emerging Technologies unit of the European Commission'. Elle se définit par une curieuse dichotomie entre deux types d'interdisciplinarité, posés a priori : Celle de type expérimentale (définie par ?ses domaines et ses points de vue'), et celle dite ?fondamentale et générale'. (On ne voit pourtant pas en quoi le premier type ne seraient pas au moins aussi fondamental ). Cette nouvelle société ne s'intéressera qu'aux secondes, bien qu'on assure que ces deux types soient ?interdépendants et complémentaires'.
(Veille en reliance, )
Le Conseil Scientifique du Réseau Intelligence de la Complexité a repéré L'annonce d'un prochain Colloque de Biologie et Philosophie sous le titre "A quoi sert la modélisation ? " organi sé le Mardi 23 Janvier 2007, 9H-17H, Salle Dussane, Ecole Normale Supérieure, 45 rue d'Ulm, Paris. La présentation de ce Colloque est fort bien documentée, chacune des huit contributions étant accompagnée d'un résumé ?intelligent'. « la modélisation doit-elle partir d'hypothèses théoriques nouvelles, dont il faudrait d'abord étudier les propriétés intrinsèques sur des modèles abstraits ? Dans ce cas il s'agirait d'une « expériences de pensée assistée par ordinateur ». La démarche consisterait à mettre à jour les comportements non triviaux des modèles, puis à essayer de déceler des comportements analogues sur des modèles expérimentaux. » (extrait de l'introduction générale). L'invitation à la modélisation ?non - trivialisante' n'est pas encore très fréquent : Il mérite d'être entendu avec attention.
(Veille en reliance, )
L’animation du Séminaire AFSCET-CNAM « MODELISATION des SYSTEMES COMPLEXE » animé chaque mois par François DUBOIS. Ses activités passées et en cours et en projet sont annoncées et documentées via le site http://www.afscet.asso.fr/grpeFDcnam.htm. On y trouve ainsi le diaporama d’une intervention de Jean-Louis Le Moigne, 03 mars 2008, sur le thème  Les axiomatiques de la modélisation
(Veille en reliance, )
(Rochebrune, 17 au 24 janvier 2010). Cette rencontre soutenue par ?le Réseau National des Systèmes Complexes', propose d'interroger le concept de ?Contexte', en partant d'une observation si souvent oubliée par les théoriciens plus encore que les praticiens qui se croient tenus de toujours bien fermer le système auquel ils s'intéressent« Même si la notion de système suppose de l'isoler de son contexte, ce dernier est très vite oublié sauf à travers des « conditions au bord » d'où l'intérêt à le remettre au centre de nos réflexions. ». Une bonne occasion de relire « le paradoxe et le système » d'Yves Barel (1979 - 1989)): « Le non-système fait partie du système », puisqu'il est en constante interaction avec lui !