Documents du RIC

Cette rubrique rassemble des textes et des études rédigées par les membres du Conseil Scientifique du Réseau Intelligence de la Complexité (MCX-APC), documents dont la portée est dans l'ensemble générale et épistémique: il s'agit d'aviver notre Intelligence Collective de la Complexité en "restituant aux phénomènes toutes leurs solidarités", en contribuant à la permanente régénération de nos cultures civilisantes.

 

(Actes Conseil scientifique, )

« .. La complexité,  .... en attente de bricolage et de bricoleurs. » : Sans doute est-ce cet extrait de la dernière phrase de la  conférence qu’Yves Barel présenta initialement en avril 1989[1] que l’on doit l’attention  que ce texte provoqua dés sa parution ? Plus encore peut-être que son titre emprunté à la question fameuse de G W Leibniz, toujours interpellante trois siècles après la parution des  ‘Principes de la nature et de la grâce fondés en raison’ (1714), c’est l’interpretation qu’en propose Yves Barel qui retient l’attention : « S'il y a quelque chose, c'est qu'il y a de la complexité, donc du sens, ... ». Le paradoxe de la compréhension dans l’incompréhensible, ‘le jeu du sens’ ne va-t-il pas dés lors inciter à développer ‘deux outils de bases extraordinairement puissant : le symbole et la métaphore’ ? ... ‘La subtilité humaine déployée dans ce travail de bricolage n’est-elle pas prodigieuse ?’.
[1]. Ndlr. Ce texte d’Yves BAREL († 1990) a fait l'objet d'une communication à la première Rencontre du Programme Modélisation de la Complexité (alors en formation),à Aix-en-Provence, le 1er juin 1989 (Programme mis en œuvre initialement par le Groupe de recherche en Adaptation, Systemique  et Complexité Economique, GRASCE, URA CNRS 934 – Université  d’Aix-Marseille); Il fut ensuite publié dans l’ouvrage « Système et Paradoxe, Autour de la pensée d’Yves Barel », 1993, éd. du Seuil, pp 197 – 208.  Le titre retenu par Y Barel est extrait du célèbre ‘Principe N° 7’ des ‘Principe de la Nature ..’ de Leibniz, principe  que l’on reproduit en annexe.

(Document d'atelier, )

Cet article d’Yves BAREL, rédigé avec le concours de sa Collègue Madame Nicole MITANCHEY, fut sans doute un de ses derniers écrits, peu après la parution de Le Paradoxe et le système : Essai sur le fantastique social. (On trouvera l’avant propos ici.)
Il devait décéder le 18 octobre 1990, à Paris, la veille d’un colloque du CNRS auquel il se rendait.
Cette contribution lui avait été demande pour un ‘Traité de Pédagogie’, ouvrage collectif alors en projet, projet que les éditeurs abandonnèrent ultérieurement. Si bien qu’il ne fut jamais publié. Nous remercions vivement Madame Nicole Mitanchey qui a pu retrouver le manuscrit et nous a autorisé à le reproduire.

(Actes Conseil scientifique, )

Cette Chronique insolite reprend une brève intervention de Jean-Louis’ Le Moigne présentée à l’occasion du Grand Débat MCX du 6 février 2014 ». Nous avions demandé à Jean-Louis d’éclairer sommairement la progressive formation contemporaine de la conception systémique des organisations par un bref exposé intitulé « Comment et pourquoi a été élaborée ‘La théorie du système général’ ? ». Il est apparu que ce ‘témoignage’ sur la genèse d’une théorie de la modélisation pouvait contribuer à l’intelligence de tous les types de systèmes complexes que nous rencontrons tous aujourd’hui, que l’on soit chercheur ou praticien. Aussi avons-nous demandé à JL Le Moigne de présenter son témoignage sous la forme usuelle d’un court article autonome. (D Genelot)

Sur l’émergence de deux ‘Nouvelles Sciences’ et la résurgence du Paradigme Épistémologique de la Complexité (Actes Conseil scientifique, )

Si la quête des fondements de toute connaissance humaine conduit toujours à la quête décourageante des fondements de ces fondements, ne pouvons nous, raison gardant, nous attacher à originer la connaissance humaine ? : Autrement dit, rechercher les enracinements et les dynamismes producteurs de la connaissance humaine, nous rappellera Edgar Morin s’attachant à participer à l’aventure de la connaissance, ... aventure infinie.
Explorer les racines, en s’intéressant à leurs formations, développements régénérations, de deux ‘Nouvelles Sciences’ qui souvent s’entrelacent, science des systèmes et science de la cognition, incite à une modeste exploration des traces encore aisément visibles du murissement épistémologique activé par ces deux nouvelles sciences qui n’étaient ni reconnues ni nommées avant 1950.
            L’occasion d’une relecture d’un article rédigé en 1990 (publié en 1993 dans un recueil collectif sous le titre Systémique et Cognition) , a incité à reproduire ce manuscrit à l’intention des navigateurs visitant le site du Réseau Intelligence de la Complexité . Reconnaitre les premiers enracinements à partir desquels ont germés puis se déploient ces nouvelles sciences, n’est ce pas reconnaître aussi les transformations toujours en œuvres des terreaux épistémologiques et éthiques  qui ont permis leur émergence ? En se développant transversalement, elles contribuent si manifestement à  la résurgence du Paradigme Épistémologique de la Complexité.

(Mémorial, )

Notre ami Pierre MARCHAND, un des compagnons fidèles et toujours ‘reliant’ de la Longue Marche qui permet la progressive émergence  du Paradigme Systémique dans nos cultures, au moins dans la culture des ‘Reflexive Practitionners’, nous a quitté le 2 janvier 2015. Ces dernières années, bien que fatigué, il  maintenait une chaleureuse activité de reliance notamment par l’animation d’un ‘bouillon de culture’ qu’il avait constitué puis qu’il co animait au sein de l’AFSCET à Paris sous le label convivial d’ « AFSCET – Café ».
Et jusqu’en 2010, lorsque les AG de l’AE-MCX se tenaient à Paris, il tenait à y participer et à témoigner de sa solidarité. Nous remercions François DUBOIS, le Président de l’AFSCET qui fut un de ses amis proches, de nous autoriser à reprendre ici le texte de l’Hommage d’adieu qu’il présenta lors des obsèques de Pierre Marchand le 9 janvier 2015.
Ne faut-il pas rappeler ici que François Dubois et Pierre Marchand avaient co-rédigé un précieux essais que nous avions aimé lire et méditer par une Note de lecture MCX en 2005 lors de sa parution : Sur la chute annoncée d'un météorite ; Un cheminement pour l'accueil. Le site « Textes en liberté d’AFSCET Café » installé  sur le Site de l’AFCSCET depuis mai 2000 publie en particulier le fichier de cet Essai, désormais accessible .... en liberté.                                       JL Le Moigne

Dossier MCX 33 (Dossier MCX, )

Ce dossier-diaporama également disponible dans la bibliothèque du RIC synthétise les principales conclusions des études sur les processus - métier en sport de performance : un véritable challenge pour concevoir la formation à ces métiers où le flou, l’incertain, l’indéterminé prédomine.
            Initialement présenté aux professionnels des métiers ‘sport de performance’, cet examen critique  des outils conceptuels qui orientent leur appréhension des phénomènes qu’ils vivent au quotidien, concerne tous les praticiens le management des écosystèmes complexes d’action collective  

Dossier Vidéo (Dossier MCX, )

Ce dossier ouvre l'accès aux enregistrements vidéo de cette Rencontre qui a été organisée par le CERAG et l’IAE de Grenoble, le 15 janvier 2015 à Grenoble, sous la direction de Marie-José Avenier. Une journée placée sous le signe du dialogue vivant et de l’amitié. Avec Marie-José, Jean-Louis Le Moigne, Alain-Charles Martinet, Nathalie Fabbe-Costes, Laurence Gialdini, Catherine Thomas, Jenny Helin, Aura Parmentier Cajaiba, Jean Bartunek et Marielle Bloch-Dolande nous ont offert une trace commune, un partage lié à leur rencontre, guidée par l’ardent désir de relier recherche scientifique et problématiques pratiques. La journée s’est terminée sur « L’Agir & Penser en complexité à l’épreuve de la pratique », une table Ronde animée par Didier Bernard (Multeam, RIC), avec Marielle Bloch-Dolande (PDG Beauvais International), Marie-Anne Perrey (DG Calypso, Présidente CJD Grenoble), et Michel Adam (Labo ESS, RIC)

« Mal nommer un objet, c'est ajouter au malheur de ce monde » (A. CAMUS) - Edito 73 (Editorial, )
« Au-delà de l'humanisme, l’humain » (Actes Conseil scientifique, )

Invité à une Rencontre internationale organisée à Rome par l’Académie Vivarium novum en nov 2014, sur le thème de la renaissance de l’humanisme et des humanités,  Edgar MORIN a donné une conférence dont il nous communique le texte en français : « Au-delà de l'humanisme, l’humain ». La dernier phrase ne donnera-t-elle pas envie de méditer ce beau texte, Témoin d’une ‘renaissance de la Renaissance’ ? : « L’humanisme n’est pas seulement le sentiment de communion humaine, de solidarité humaine, c’est aussi le sentiment d’être à l’intérieur de cette aventure inconnue et incroyable et de vouloir qu’elle continue ».