Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Note de lecture par ADAM Michel
« Une innovation récente et majeure de l’économie sociale et solidaire (ESS) est l’apparition des coopératives d’activités et d’emplois, les CAE. Dans un monde où le capitalisme financier ne cesse de détruire les relations humaines, est-il encore envisageable d’associer ces deux termes travail et rêve, travail et projet désiré ?Une forme originale d’entrepreneuriat : les CAE... »
Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis
En épistémologue et en historien, Philippe Boudon nous invite à une riche exploration de cette longue aventure des rapports de la géométrie et de l’humaine connaissance que symbolise l’œuvre majeure de Spinoza Ethica More Geometrico Demonstrata, « Éthique démontrée suivant l'ordre des géomètres » qui fascine désormais toutes les sciences en quête de respectabilité : se reconnaitre et se vouloir ‘more geometrico’, n’est-ce pas une garantie de légitimité éthique ?
Note de lecture par VITALIS Louis
Une précédente note de lecture de cet ouvrage de Philippe Boudon soulignait, entre autres aspects, son caractère "remarquablement transdisciplinaire". Elle ne soulignait pas assez le caractère méthodologique implicite de la transdisciplinarité ainsi entendue : Entre le « focus on processes » de la modélisation systémique, conjonctive, fonctionnelle, se formant par raisonnements heuristiques et le « Focus on objects » de la modélisation analytique, disjonctive, formelle, se formant par raisonnements algorithmiques il apparait que « La modélisation n’est ni plus ni moins logique que le raisonnement »