Vers l'entreprise lntelligente. Dynamique du changement et mutation du management

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

Si ce livre avait eu pour titre son sous-titre (qu'ignore sa couverture), il n'aurait sans doute pas concerné une bibliographie des sciences de la complexité (...et donc de l'intelligence). Et comme le contenu du livre n'a à peu près rien à voir avec le contenu qu'annonce son titre,"l'entreprise intelligente", le lecteur se sent quelque peu dupé. Aucune réflcxion sur l'intelligence, qu'elle soit entrepreneuriale, organisationnelle ou artificielle. Le management présumé post-moderne dont nous entretient l'auteur est sans doute fort sympathique et pétri de bonnes intentions que l'on aurait mauvaise grâce à contester : l'apprentissage, le réseautage, le décloisonnement, la culture, l'éthique et les changements de paradigmes... la plupart des ingrédients de la "nouvelle langue de bois" du management sont rassemblés pour remplacer ceux de "l'ancienne", que l'auteur pourfend avec allégresse et justesse, sans percevoir qu'il donne à son lecteur présumé intelligent des arguments qui vont se retourner contre sa thèse ! Une chiquenaude à "l'entreprise-système-complexe" (qui va bientôt, elle aussi, appartenir à la langue de bois, nous assure-t-il, p. 41) ne permet pas de savoir ce que l'auteur met sous ce terme (à moins que ce ne soit un petit schéma ultra-simpliste sur la dialectique classique"entreprise-environnement").

Sans doute aura-t-on droit à des propos bon chic-bon genre sur les anciens et les modenes que l'on cite négligemment au détour d'un argument : Descartes, Leibniz, Newton ici ; I. Prigogine, F. Capra, F. Varela là... Mais comme, à ce petit jeu, l'auteur oublié, E. Morin ou H A. Simon, qui ont précisément proposé quelques thèses pertinentes pour l'intelligence de l'entreprise, le lecteur n'est pas très rassuré sur la solidité des fondements de cette "entreprise intelligente". Il est vrai qu'à aucun moment il ne saura ce que peut-être cette hypothétique vertu del'organisation complexe. Ce n'était manifestement pas l'objet de ce livre, malgré son titre !