Le sel de la vie

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

D’aucun trouveront incongrue l’attention que le Cahier des Lectures MCX accorde à ce petit essai rédigé d’une seule traite sous la forme d’une ‘Lettre à un ami’, essai certes rédigé par une scientifique anthropologue éminente, mais ne  présentant pas les caractéristiques usuelle d’une contribution à notre intelligence de la complexité.  C’est pourtant cette invitation à l’attention à l’indicible  que l’on saura trouver dans cette méditation sur les expériences dont Françoise Héritier garde les traces, celles laissées par ‘les rencontres, l’insolite, le regard attentif porté à la nature, à ce qu’elle produit, aux  animaux, aux bruits,  aux sons, aux lumières et aux ombres, aux saveurs  … et surtout aux autres. … ». Plutôt que par un commentaire, c’est peut-être par la copie de quelques lignes qui nous disent cet ineffable qui témoigne de notre fascinante et reliante ‘faculté créatrice de sens’ que nulle frontière ne borne, que s’avivera, chemin faisant, l’attention du lecteur pensif ? [ JLLM] . « … Nous sommes un tissu muni de capteurs qui enregistrent des empreintes tenaces lesquelles nous servent de tuteurs pour nous diriger. Trop de souvenirs nous paralyseraient. Restent les prototypes de ce qui nous touche vraiment dans le grand registre des émotions possibles…. … En quelque sorte, le sensualisme de Condillac prend en chacun de nous tout son sens. Le monde existe à travers nos sens avant d'exister de façon ordonnée dans notre pensée et il nous faut tout faire pour conserver au fil de l'existence cette faculté créatrice de sens : voir, écouter, observer, entendre, toucher, caresser, sentir, humer, goûter, avoir du « goût » pour tout, pour les autres, pour la vie….  « … II y a une forme de légèreté et de grâce dans le simple fait d'exister, au-delà des occupations, au-delà des sentiments forts, au-delà des engagements, et c'est de cela que j'ai voulu rendre compte. De ce petit plus qui nous est donné à tous : le sel de la vie. » F. H.