Coordination économique et apprentissage des firmes

Note de lecture par LE MOIGNE Jean-Louis

C'est peut-être d'abord par le titre de la nouvelle collection qu'il inaugure que ce livre intéresse notre bibliothèque des sciences de la complexité : "La collection stratégies et organisations" (dirigée par R. Lantner) : pour notre intelligence des complexes organisations sociales contemporaines, un tel projet est bienvenu.

Ce premier livre a l'avantage de son titre et l'inconvénient de son académisme : Actes d'un colloque universitaire, il nous parle (dans son titre plus que dans son texte) de "firmes" plutôt que d'entreprises ou d'organisations, et il rassemble des articles d'inégal intérêt. Mais en informant ses lecteurs potentiels qu'il contient en particulier un très bon article d'O. Favereau ("Apprentissages collectifs et coordination par les règles : application à la théorie des salaires" et trois bons articles issus du BETA (G. Lambert,M. Willinger, P. LLerena...), on peut parier qu'on retiendra leur attention... même s'ils ne sont pas encore étonnés par le fait que les organisations sociales semblent bien constituer des systèmes qui apprennent. La question qui n'est peut-être pas encore assez approfondie (que le Séminaire MCX d'Aix, mai 95, s'est proposé d'approfondir) étant celle du contenu de cet apprentissage (ou plutôt de cette "apprenance") : il ne suffit pas de répondre que les acteurs de l'organisation apprennent des règles et à interpréter ces règles, il faut aussi s'interroger sur la permanente formation de ces règles... et de leurs règles d'interprétation !! Dans la boucle Règle - Apprenance, il n'est pas certain qu'il y ait une cause et un effet. Il s'agit plus probablement d'une récursion du type de l'oeuf e tde la poule. Mais dès lors, l'interaction devient complexe et on ne l'entendra pas durablement si on commence par la simplifier. Que l'on puisse aujourd'hui poser une telle question suscitée par ce recueil, cela ne constitue-t-il pas un signal encourageant ? Ajoutons, à l'intention des chercheurs, que la bibliographie (malheureusement non récapitulée ni indexée) constitue sans doute une bonne synthèse de départ à jour en 1993.

JLM