Retour

ESCLAPEZ Christine

Documents

  • Le langage musical en question (11-07-2007)
    Ecrit par : ESCLAPEZ Christine
    Architecturologie & Musicologie - Linguistique et Multi langues
    « Cessons de considérer isolément forme, matière, outil et main, et plaçons-nous au point de rencontre, au lieu géométrique de leur activité. » (Focillon) Vœux pieux, parfaitement complexe, très peu réalisé – très peu réalisable ? – du côté des théoriciens de la chose musicale !... Christine Esclapez prend à bras le corps le problème, et, j’ose le dire, participe d’un mouvement – encore marginal – de rénovation des fondements même de l’histoire et de l’analyse de l’art et de la musique. Certes, l’œuvre musicale a été, et pourra toujours être analysée, démontée, décryptée dans un esprit post-saussurien : versant positiviste de la musicologie. Telle est la quête des racines permanentes, historiques, linguistiques… Mais l’œuvre se manifeste aussi comme un geste singulier et individuel, comme un « défi » aussi bien qu’une « solution », dans l’acte de composer ou dans celui d’écouter. C’est cette parole, où réside une partie de son mystère, qu’il s’agit d’aborder – rivages de l’instant où s’élèvent accents, tons, surgissements, impulsions, désirs… La réalité musicale est complexe ; elle est gouvernée par cette dialogique langue - parole. Ce n’est pas le moindre mérite de l’auteure que de l’interroger ici sans la mutiler : sinon, à quoi bon ? (Présentation de l’article par Nicolas Darbon)

Haut de Page