Les documents du R.I.C.

Cette rubrique rassemble des textes et des études rédigées par les membres du Conseil Scientifique du Réseau Intelligence de la Complexité (MCX-APC), documents dont la portée est dans l'ensemble générale et épistémique : Il s'agit d'aviver notre Intelligence Collective de la Complexité en " restituant aux phénomènes toutes leurs solidarités ", en contribuant à la permanente régénération de nos cultures civilisantes.

Vous pouvez utiliser le moteur de recherche ci-dessus pour localiser directement les documents.

Retour

StressDF

 Stress et Cancer

 

 Danièle Fluhr

 

Nous avons vu lors des exposés précédents que :

 

ß les facteurs stressants de lenvironnement sont identifiés (deuil, perte didentité, isolement, agression physique, perte de liberté, bruit, promiscuité ...),

 

ß la vulnérabilité de la personnalité face au stress peut être prédite (existence de traumatisme de lenfance ...),

 

ß la biologie des situations de stress est connue, modifications fondamentales avec leur cascade de conséquences psychologiques.

 

Des facteurs psychologiques codifiés, en cas de vulnérabilité de la personnalité, entraînent un déséquilibre hormonal, dont les conséquences physiologiques sont connues. Ce déséquilibre fait le lit de la maladie. On nous a dit hier : en prison les manifestations cliniques sont plus aiguës (diabète impossible à équilibrer, asthme grave ...). Pour un même événement psychologique le déséquilibre biologique est plus grand si le sujet est vulnérable.

 

Est ce quune prise en charge adaptée dans une situation identifiée stressante dun sujet à risque pourrait éviter la maladie ? (prise en charge médicale après une agression physique à la SNCF par exemple)

 

Le rôle du stress dans la révélation dun cancer semble intuitivement évident et nous pouvons tous citer des exemples de cancer survenu peu de temps après un stress psychologique intense (apparition dun cancer après le décès dun enfant). Mais scientifiquement ce lien nest pas démontré et une prise en charge reposant sur cette hypothèse serait condamnable.

 

Par exemple lassociation allemande "Stop au cancer" qui partage la théorie dun médecin allemand du nom de Hamer a été interdite. Selon ce médecin, il existe une triade psychisme - cerveau - organe constamment synchronisée. Un choc psychologique brutal ou un conflit aigu vécu dans lisolement perturberait cette synchronisation et entraînerait une prolifération des cellules cancéreuses. Aussi selon le médecin le traitement du cancer doit être psychologique car la résolution du conflit psychique interrompra lévolution du cancer.

 

Le Dr Hamer est interdit dexercice en Allemagne et y est incarcéré pour manquement grave à la profession de médecin. Il est poursuivi en Autriche pour non assistance à personne en danger et en France pour exercice illégal de la médecine, escroquerie et non assistance à personne en danger.

 

Cette théorie mettant laccent sur le rôle du conflit non résolu ou de limpasse de vie dans lapparition des maladies nest pas nouvelle et le rôle du vécu émotionnel dans lapparition des maladies est connu depuis la seconde guerre mondiale mais en labsence de dosage dun marqueur biologique le lien entre stress et cancer ne peut être démontré et la prise en charge psychologique exclusive de la maladie du cancer est dangereuse car elle expose des patients à abandonner les traitements éprouvés et ainsi à perdre des chances de guérison.

 

En revanche quelques études montrent le bénéfice dune prise en charge psychologique du cancer en cours de traitement ont été publiées.

 

Nous avons vu hier quun stress psychologique (mort dun conjoint) active le système hormonal lequel retentit sur le système immunitaire diminuant les défenses contre linfection, les maladies et peut être le cancer. Cest ce quillustre ces études :

 

1. Une étude sur 116 femmes après chirurgie du sein, avant radiothérapie ou chimiothérapie, montre que les femmes classées comme ayant un haut niveau de stress ont moins de GB, une réponse diminuée de linfection, et une activité diminuée des leucocytes T4.

 

2. Une autre étude a montré que des patientes ayant un niveau élevé de stress face au diagnostic et au traitement dun cancer du sein auraient moins de leucocytes killers et lon connaît limportance de ces cellules dans la lutte contre le cancer

 

3. Une troisième étude a montré que des femmes ayant vécu un stress sévère dans les cinq dernières années avaient deux fois plus de chances de développer un cancer du sein.

 

 

Au vu de ces contradictions, comment expliquer la position ferme du Conseil de lordre des Médecins?

 

ß La prise en charge psychologique des cancéreux ne doit pas détourner les patients des thérapeutiques reconnues et démontrées.

 

ß En labsence de dosage dun marqueur biologique du stress, il est impossible de démontrer lefficacité préventive de la prise en charge psychologique dun choc psychologique sévère sur lapparition dun cancer.

 

ß Enfin, la maladie cancéreuse ne se laisse pas circonscrire dans le modèle du stress.

Haut de Page