Les documents du R.I.C.

Cette rubrique rassemble des textes et des études rédigées par les membres du Conseil Scientifique du Réseau Intelligence de la Complexité (MCX-APC), documents dont la portée est dans l'ensemble générale et épistémique : Il s'agit d'aviver notre Intelligence Collective de la Complexité en " restituant aux phénomènes toutes leurs solidarités ", en contribuant à la permanente régénération de nos cultures civilisantes.

Vous pouvez utiliser le moteur de recherche ci-dessus pour localiser directement les documents.

Retour

Forum MCX - Edgar MORIN - de merveilleux exemples de descriptions complexes : Pensons à Marcel Proust

Le Forum du CONSEIL SCIENTIFIQUE
du programme européen M.C.X./A.P.C.

Edgar MORIN

 

."...de merveilleux exemples de descriptions complexes :

Pensons à Marcel Proust "

Lettre d’Edgar Morin à Tereza Mendonça (1999)

  • En dépit de multiples efforts, je regrette beaucoup de ne pas être avec vous pour votre rencontre. Mais mon absence a un aspect positif : elle assied l’autonomie de votre démarche.

    Désormais, le message du "  défi de la complexité " a essaimé, et notamment en Amérique latine. Si j’en ai été l’initiateur, il m’échappe. Chacun l’interprète à sa façon. Certes, je propose une méthode, mais il y a de multiples voies pour traiter la complexité : elles peuvent certes et je le souhaite, intégrer mes propositions, mais elles peuvent, elles doivent se développer en " cent fleuves ". La prise de conscience du problème de la complexité, en tant que telle, est tout récente. Mais il y a eu, de fait, des pensées complexes depuis des siècles en Chine, en Inde, en Méditerranée, en Europe. Chaque grand penseur a fait une découverte de complexité. Et la littérature nous montre de merveilleux exemples de descriptions complexes. Pensons à Marcel Proust, et prenez ce passage complexe, parmi tant d’autres, mais qui nous concerne :

    " Les écrivains que nous admirons ne peuvent pas nous servir de guide, puisque nous possédons en nous comme l’aiguille aimantée ou le pigeon voyageur, le sens de notre orientation. Mais, tandis que guidés par cet instinct intérieur, nous volons de l’avant et suivons notre voie, par moment, quand nous jetons les yeux à droite et à gauche sur l’œuvre nouvelle de Francis Jammes ou de Maeterlinck, sur une page que nous ne connaissons pas de Joubert ou d’Emerson, les réminiscences anticipées que nous y trouvons de la même idée, de la même sensation ... que nous exprimons en ce moment, nous font plaisir comme d’aimables poteaux indicateurs qui nous montrent que nous ne nous sommes pas trompés ... : nous nous sentons confirmés dans notre route par le passage tout prêt de nous à tire d’ailes de ramiers fraternels qui ne nous ont pas vus ".

    Voilà ce que j’aimerai être " un aimable poteau indicateur " qui vous montre que vous êtes sur la bonne route. Je l’ai dit tardivement au Congrès de Rio en septembre 1998 : c’est une erreur de parler de la pensée complexe : il y a des pensées complexes. Toutefois, il y a des pensées qui peuvent perdre la complexité, soit dans une formalisation qui élimine la subjectivité humaine, soit par un syncrétisme " new age " qui en dépit des vertus de ses ouvertures, mélange des concepts de diverses origines sans les organiser.

    De plus, toute pensée fondatrice court le risque de sa dégradation, par réduction, dissociation, incompréhension. Regarder ce qui est arrivé à la pensée de Marx ou à celle de Freud. Toute pensée doit se régénérer sans cesse , sinon elle se sclérose, elle perd la vie. Or, il n’ est de pensée vivante qu’à la température de sa destruction. Que de risques, Chers Amis, que de risques ! Mais comme disait Platon de l’immortalité de l’âme " C’est un beau risque à courir "

                                        • Edgar Morin

Haut de Page