Les documents du R.I.C.

Cette rubrique rassemble des textes et des études rédigées par les membres du Conseil Scientifique du Réseau Intelligence de la Complexité (MCX-APC), documents dont la portée est dans l'ensemble générale et épistémique : Il s'agit d'aviver notre Intelligence Collective de la Complexité en " restituant aux phénomènes toutes leurs solidarités ", en contribuant à la permanente régénération de nos cultures civilisantes.

Vous pouvez utiliser le moteur de recherche ci-dessus pour localiser directement les documents.

Retour

Site MCX-APC & Lettre Chemin-Faisant

Site MCX-APC & Lettre Chemin-Faisant

LE MEMORIAL FRANCISCO VARELA

La disparition, le 28 mai 2001, au terme d'une cruelle maladie, de Francisco Varela a beaucoup touch ses amis et ses lecteurs , et plus largement peut etre , tous ceux qui s'efforcent de rflechir et de comprendre la trs trange Aventure Humaine . En ouvrant ce "Mmorial " que chacun pourra enrichir de ses propres mditations et tmoignage, nous souhaitons contribuer cette mditation collective au sein de laquelle se forme, Science avec Conscience, Science et conscience de la complexit

Nous remercions les premiers contributeurs qui spontanment nous ont propos et nous proposeront leur tmoignage, et le journal "Le Monde" qui nous autorise reprendre sur le site MCX-APC, l'article que notre ami Alfredo Pena Vega a rdig pour nous rappeler quelques images de la vie et de l'uvre de Francisco Varela ; (Publi dans Le Monde 31 mai 2001).

Ceux qui dans les annes 1975-1980, dcouvraient les premiers textes de F.Varela ("Principles of Biological Autonomy" parut en 1979 ) se souviennent encore de l'vnement qui allait renouveler notre intelligence de "l'autonomie, de la physique au politique" , pour reprendre le titre de l'ouvrage collectif qu'ditrent en 1983 J.P.Dupuy et P. Dumonchel. (Colloque de Cerisy).

JLM.

Mai 2003 Le CREA (Ecole Polytechnique et CNRS) et le LENA (Hopital de la Salpetriere et CNRS) organisent conjointement les 23 et 24 juin 2003, au Ministere de la recherche, un colloque en l'honneur de Francisco Varela, :programme dtaill sur le fichier attach

Annie Bloch (Juillet 2001) nous communique les liens sur deux sites qui permettent un accs document l'uvre de Francisco Varela :

On trouvera ci dessous les premiers tmoignages, que nous communiquent A.Pena-Vega, G.Lerbet, J. F. Raux (Juin 2001), puis Frdrique Lerbet Serini,(Juillet 2001) , puis ..

*

* *

La vocation des sciences biologiques

|par A.Pena-Vega .
*Droits de reproduction et de diffusion rservs; LE MONDE

| Francisco Varela, biologiste, est mort lundi 28 mai Paris. N au Chili en 1946, Ph. D. de biologie de l'Universit Harvard, directeur de recherche au CNRS, cet esprit universel appartenait cette gnration de scientifiques qui a eu le privilge d'tre jeune dans les annes 1960, c'est--dire une des priodes de grande crativit dans la communaut scientifique chilienne.

Ds son adolescence, Francisco Varela a eu la vocation du travail intellectuel, principalement pour les sciences biologiques. Ses premires expriences, en tant que jeune tudiant, ont eu lieu auprs d'minents scientifiques chiliens, tels Juan Vial et Joaquin Luco, qui lui donnent le got pour la neurobiologie.

|L'influence de Humberto Maturana est dcisive dans son apprentissage de jeune chercheur. Il poursuit une formation en dehors de la science traditionnelle et pntre ainsi dans l'univers d'une pense de l'organisation des systmes vivants : l'autopoise. Sa rflexion philosophique - inspire de Ortega y Gasset, Sartre, Teilhard de Chardin, Husserl, Heidegger, Merleau-Ponty - lui permet de mieux comprendre l'exprience de la vie. Il accde la nature sociale de la science travers l'histoire philosophique des sciences avec Alexandre Koyr, Georges Canguilhem et Gaston Bachelard.

Les travaux d'Heinz von Foerster ont jou un rle fondamental dans le dveloppement de ses rflexions, principalement dans la comprhension du monde de la cyberntique, les modles et les ides autour de la systmique.

C'est par toutes ces rflexions d'ordre pistmologique que Francisco Varela se forgea un esprit universel, devenant l'un des biologistes les plus complets. L'un de ses champs de rflexion les plus originaux demeure la comprhension du "psychisme de l'univers" - ou comment "l'exprit peut se relationner avec l'univers" - que Varela rsumait par la mtaphore d'une "synchronie neuronale". C'est l'tude d'une "biologie de la conscience" qu'il s'est consacr la fin de sa vie, notamment travers une mthode dite "magnto-encphalographie", celle-ci consistant enregistrer la forme selon laquelle les diffrents groupes de neurones crbraux se synchronisent en fractions de secondes, un moment o l'on prend conscience de quelque chose. Ces travaux ont t publis en 2000 dans la revue Nature et largement comments.

Enfin, chez cet esprit universel, il y avait aussi une pense profondment humaniste, rsultant

d'une rencontre avec la philosophie bouddhiste. L'originalit de ses ides et leur implication en biologie de la conscience, mais aussi en sciences cognitives, pistmologie et sciences humaines, laissent un chantier inachev pour les jeunes gnrations des chercheurs l'chelle internationale. Alfredo Pena-Vega. (|Chercheur au Centre d'tudes transdisciplinaires (Ehess-CNRS).

***

Georges LERBET

TEMOIGNAGE

Avec la disparition de Francisco Varela, je suis convaincu que la communaut scientifique et philosophique perd un de ses plus brillants esprits. Considrant que chacun apporte de son mieux sa pierre la construction du savoir de l'humanit, je n'ai pas l'habitude de rendre un hommage appuy qui que ce soit. Cependant, Varela fait exception cette rgle que je me suis impos, car c'est une pierre tout fait exceptionnelle qu'il nous a offerte, une pierre encore riche de polissage dont d'autres prendront soin de poursuivre l'affinement.

J'ai peu connu Francisco Varela. Suffisamment toutefois pour goter son humilit et son coute empathique et gnreuse, pour apprcier sa disponibilit qui corrlait avec la vigueur de l'veil de son esprit attentif. Avec lui, la rencontre fut toujours de qualit. Varela faisait partie, mes yeux, de ces quelques auteurs qui contredisaient les propos Maurice Merleau-Ponty quand, dans les annes cinquante, il remarquait que la rencontre avec un auteur est souvent dcevante ; comme si la lecture, condense en quelques heures, d'un travail dont la ralisation fut tale sur un temps beaucoup plus long, ne pouvait qu'tre la source d'un sentiment de banalit quand on a en face de soi celui qui a contribu quelques instants de rflexion.

Dans cette troite catgorie d'hommes d'exception, je pense aussi Jean Piaget. Selon moi, chacun sa manire et en son temps, ces deux auteurs ont marqu le XXe sicle. Leur comparaison et leur rapprochement sont, en effet, assez saisissants. L'un et l'autre firent des tudes de biologie. L'un et l'autre travaillrent dans le domaine des sciences cognitives. L'un et l'autre eurent des proccupations beaucoup plus larges : transdisciplinaires et pistmologiques. Ils s'intressrent la construction et au fonctionnement de l'esprit. En bref, ils me semblent avoir contribu, avec beaucoup de fcondit, au dveloppement de la bio-cognition. Grce eux, cette conception, aujourd'hui majeure, a pu merger en deux temps. Dans l'pistmologie gntique piagtienne fonde sur la thorie de l'assimilation, fut pose clairement la diachronie [BioCognition]. Ensuite, chez Varela, ce fut la synchronie [Bio-Cognition] qui fit sens, notamment, l'aide du concept de clture oprationnelle redevable de l'auto-pose qui tait absente dans la pense du Genevois.

Si ces deux grands auteurs sont associs dans mon esprit, c'est donc, parce que la pense de Varela me parat avoir prolong celle de Piaget, mais en ayant su faire une place dterminante l'autorfrenciation dans les processus de construction enactive de la connaissance en interaction avec ceux qui relient l'tre vivant au monde extrieur. Ainsi, Varela, participa-t-il avec Von Foerster, Maturana, Dupuy, Miermont, etc., l'mergence de cette approche paradoxale (et logique) de la vie envisage dlibrment dans sa configuration complexe, et, dans l'ouverture gnrale de sa pense, il s'effora de s'attaquer aux processus fondamentaux de cette bio-connaissance qui se rattache aux grandes pulsions de la vie : par rsonance et relaxation.

Comme Piaget, il ouvrit aussi ses proccupations l'pistmologie. Ainsi en vint-il penser les sciences de l'autonomie au mme titre que celle du " control ". L'articulation de ces deux paradigmes a dbouch sur un nouveau qui n'exclut pas la vie individuelle et sociale des proccupations heuristiques et thiques du chercheur. Aujourd'hui encore, ce nouveau paradigme a du mal trouver sa place dans l'univers positiviste et htrorfrentiel. En effet, un tel univers peine encore intgrer l'ide varelienne selon laquelle la science aussi bien que l'esprit incarn inventent et font merger une ralit qui ne peut s'apercevoir qu'en raison du rle jou par un sujet sentant/pensant. Voil qui dnonce la coupure entre phnomnologie et science classique et investit le principe majeur d'indcidabilit/ incompltude consubstantielles du savoir humain. Cela implique aussi une pense qui ne se laisse pas enfermer dans les localits opratoires, et suppose, dans la construction des modles, l'ouverture du sujet sur un humanisme cosmique et tragique la fois.

Georges Lerbet

le 03 juin 2001

***

Jean-Franois RAUX

TEMOIGNAGE

Je suis profondment touch par cette disparition. La pense de Franscico, m'avait personnellement beaucoup apport, et avait contribu clairer notre chemin de construction de l'IM d'EDF. Il m'avait

conduit, lors de contacts la fois personnels et professionnels, m'intresser aux neuro-sciences et au processus cognitifs, qui a premire vu ne sont pas des proccupations centrales en entreprise, mais sont, pour moi fondamentaux s'il l'on veut comprendre et travailler sur tous les processus

d'apprentissage, de formation, d'volution, de dcision et d'innovation en entreprise.

Il avait contribu pendant quelques temps, avec quelques autres, au "sminaire des chercheurs" de l'IM d'EDF, favorisant par son ouverture latrale vers d'autres champs et d'autres modes de pense, la richesse des changes trans. et pluri disciplinaire, indispensable la comprhension des processus de formation et de dploiement de la stratgie en entreprise. Il s'en tait loign, dj affaibli par la maladie, et avait eu la profonde dlicatesse de m'en prvenir et de m'en donner la raison lors d'un entretien personnel que je garde encore en mmoire.

Et puis, il y avait sa profonde sensibilit, sa profonde modestie qui rendait le contact avec Franscico, la fois si simple, si chaleureux, si riche. Il avait souffert dans son pays d'origine, et j'ai eu l'impression que cette souffrance l'avait conduit la fois vers une profonde tolrance personnelle, ce qui est rare, et vers des chemins latraux pour un occidental, tels que le bouddhisme. Son volet religieux n'a pas pour moi qu'un modeste intrt; par contre la dmarche philosophique et analytique qui sous tend le bouddhisme est trs proche et trs complmentaire des approches de certains chercheurs occidentaux sur la cognition et la conscience. Il l'avait compris et avait travaill sur ce thme si difficile, pour des tas de raisons. Ici aussi, nos centres d'intrts ont converg, nos penses sont entres en complicit.

J'ai relu rcemment son dernier livre d'entretien avec le Dala Lama. Derrire le scientifique et son oeuvre, il y avait un parcours personnel qui faisait la richesse et la profondeur, de l'homme. Le monde scientifique a perdu plus qu'un chercheur.

Nous avons perdu un ami de grande dimension et de grand rayonnement.

JF Raux Tmoignage, 31 Mai 2001

Mmorial Francisco Varela

Contribution de Frdrique Lerbet - Serini (Juillet 2001)

Tmoignage et Florilge, page ouverte

Francisco Varela vient de mourir prmaturment, comme l'on dit. L'expression est banale, pour qualifier la disparition de quelqu'un qui n'a " pas l'ge ", laissant ainsi entendre que l'on saurait quel est ce seuil au del duquel tout est en ordre. A l'annonce de cette mort (le rseau e-mail de MCX), devant l'cran d'ordinateur dans mon bureau de l'universit, je me suis sentie un peu perdue, comme si un pan du socle de mes penses se drobait. Voil qu'une bonne part de ce qui m'avait nourrie pendant ces dix dernires annes n'tait plus, et ne serait plus, pour m'assurer de m'offrir renouvellement de mes propres ides. J'attendais le prochain livre comme une promesse : assurment, cette disparition est prmature. Alors, pour que le cercle vicieux de l'enfermement sur le pass pouvant se clore devienne vertueux, il se pourrait bien que ce soit aussi nous, nous parmi plein d'autres mais nous aussi, de faire vivre cette pense qui nous a fait vivre intellectuellement, et qui, ce faisant, nous a aussi amens donner forme nouvelle notre vie.

Je n'ai pratiquement pas rencontr Francisco Varela autrement que par ses crits, mais le souvenir, tout de mme, d'une confrence-dbat Tours. Mai 1994. Peut-tre parce que j'tais aussi absorbe par un gros ventre dj encombrant, je ne saurais plus dire de quoi vraiment nous avons parl. Mais il me reste dans l'oreille une immense douceur de la voix, des propos tranquillement poss et prolongs, un ton qui jamais n'a pontifi. Quand, par la suite, j'ai continu lire ce que Francisco Varela publiait, j'entendais cette tranquillit dans la puissance de sa pense. Voil sans doute pourquoi je parviens le reconnatre comme un de mes matres.

En premier hommage, cette page ouverte, laquelle chacun peut contribuer par la citation de son choix de l'oeuvre de Francisco Varela. La suite sera, bien sr, dans nos travaux, chacun y puisant ce qui alimente sa propre source, tmoignant ainsi de son couplage singulier avec la pense d'un autre.

Florilge

" La cration de sens (). Si nous posons cette question sur le plan pistmologique, cela quivaut mettre l'objectivit entre parenthse. Autrement dit, nous ne pouvons plus supposer que les objets dans l'environnement du systme doivent tre considrs comme constitutifs ", F. Varela, Autonomie et connaissance, Paris Seuil, 1989, p. 217 (C. Guillaumin, juin 2001)

" Je plaide en faveur d'une voie moyenne vitant la fois Charybde (l'objectivit, postulant un monde donn de traits reprsenter) et Scylla (le solipsisme, niant toute relation avec le reste du monde). Nous devons tre des navigateurs courageux qui trouvent une route directe vers le point o se produit la co-mergence des units autonomes et de leurs mondes. Il ne s'agit pas ici d'opposer le systme et son monde pour trouver le gagnant. Du point de vue de l'autonomie, le systme et son monde mergent en mme temps ", F. Varela, Autonomie et connaissance, Paris, Seuil, 1989, pp. 223-224. (S. L'Heud, juin 2001)

" A ce moment prcis, les deux niveaux que nous voulions maintenir spars se rvlent insparables ; nous perdons notre sens de l'orientation, nous ne savons plus qui repose sur quoi, et nous avons maintenant le sentiment de nous trouver face un paradoxe ", F.Varela, in P. Watzlawick, L'invention de la ralit, Paris, Seuil, 1992, p. 329 (C. Chavigny, juin 2001)

" La libert ne consiste pas vivre dans le monde ordinaire conditionn par l'ignorance et la confusion ; elle consiste y vivre et y agir en toute ralisation. La libert ne signifie pas fuir le monde ; elle signifie transformer notre manire d'tre tout entire, notre corporit, au sein du monde vcu lui-mme. Cette position n'est facile comprendre pour personne -ni dans les cultures o le bouddhisme s'est panoui, ni a fortiori dans le monde moderne. Nous pensons que le dni de fondement ultime quivaut la ngation du fait que notre monde et notre exprience reclent une vrit ou une qualit ultime (...) ; dans le cas du nihilisme, chouant dans cette recherche, nous nions la possibilit de fonctionner dans notre exprience quotidienne d'une manire libratrice et transformatrice ", F. Varela, E. Thomson, E. Rosch, L'inscription corporelle de l'esprit, Paris, Seuil, 1993, p.316 (F. Lerbet-Sereni, juin 2001)

" Dans toutes les traditions contemplatives, les matres expriment une instante mise en garde contre les conceptions figes et les concepts pris pour ralit. Nous reconnaissons cet gard que notre propre projet de promouvoir le concept d'enaction dans les sciences cognitives comporte un danger certain, qui nous donne rflchir. Nous ne voudrions en aucun cas changer la relative humilit de l'objectivisme contre l'orgueil consistant penser que nous construisons notre monde. Mieux vaut un cognitiviste honnte qu'un thoricien de l'enaction imbu de lui-mme et solipsiste " F. Varela, E. Thomson, E. Rosch, L'inscription corporelle de l'esprit, Paris, Seuil, 1993, p.334 (D. Violet, juin 2001)

From: Marie-Jo lecuyer <lecuyer@poly.polytechnique.fr>

Le CREA (Ecole Polytechnique et CNRS) et le LENA (Hopital de la Salpetriere et CNRS) organisent conjointement les 23 et 24 juin 2003, au Ministere de la recherche, un colloque en l'honneur de Francisco Varela, decede en mai 2001.

Le programme preliminaire est joint. L'acces est libre et gratuit. Il est souhaitable que vous fassiez part de votre participation aupres de Marie-Jo Lecuyer :

<lecuyer@poly.polytechnique.fr>.

Les informations seront disponibles ultrieurement sur les sites http://crea.polytechnique.fr  et http://www.ccr.jussieu.fr/cnrs-upr640-lena .


" LES ANNES CREA ET LENA "

COLLOQUE EN HOMMAGE FRANCISCO VARELA

DE L'AUTOPOISE LA NEUROPHNOMNOLOGIE

23-24 juin 2003

Amphithtre Gay-Lussac, Ministre de la Recherche ,

1 rue Descartes, 75005 - Paris


Francisco Varela, neurobiologiste d'origine chilienne et directeur de recherches au CNRS, est dcd le 28 Mai 2001 l'ge de 55 ans aprs avoir consacr sa vie la comprhension du vivant et sa relation avec l'esprit. Aprs avoir commenc sa carrire scientifique au Chili, son itinraire l'amena travailler au Costa Rica puis aux Etats-Unis, mais c'est en France qu'il trouva l'quilibre le plus propice son uvre et o il s'installa dfinitivement partir de 1986. C'est en particulier sur cette priode 1986-2001 que nous souhaitons revenir lors de cette runion pour lui rendre hommage.
Ses premiers travaux majeurs furent raliss avec Humberto Maturana avec qui il formula la thorie de l'autopoise, un cadre thorique fixant les conditions minimales pour dfinir le vivant. Ce travail fondamental anticipa et fournit une base pour des dveloppements thoriques et exprimentaux trs importants dans des domaines aussi divers que l'tude de l'origine de la vie, l'intelligence et la vie artificielles, l'immunologie et les neurosciences cognitives. Francisco Varela non seulement suivit tous ces dveloppements, mais y participa activement, faisant preuve d'une capacit tout fait exemplaire voluer dans des disciplines trs varies.
Ce colloque a pour but d'exposer et de comprendre les rcents dveloppements de plusieurs concepts-clefs ayant servi de fil directeur dans la pense de Francisco Varela, en particulier le concept d'autopoise, les progrs de la neurodynamique (l'tude du systme nerveux comme un systme dynamique), la neurophnomnologie (l'analyse combine de l'exprience subjective et de ses corrlats neurobiologiques), ou encore l'naction (la cognition comme mergeant de la relation entre un sujet et son environnement, comme dans  la vision des couleurs).

Le colloque se terminera sur un change autour du programme de neurophnomnologie, qui cherche combler le " foss explicatif " existant jusqu'ici entre, d'une part, le systme physique somatique, " objectif ", d'un sujet et, d'autre part, son exprience " subjective ". Pour ce faire, la neurophnomnologie tablit entre ces deux instances une relation de " contrainte mutuelle ".



PROGRAMME PRLIMINAIRE :

23 JUIN 2003

1 - Autopoise et Auto-organisation
     09h00 - 09h30           Jean-Pierre Dupuy (CREA)
        09h30 - 10h00           Pier Luigi Luisi (ETH - Zentrum, Zrich)

2 - Dynamique et Synchronisation : 1re Partie
  10h30 - 11h00           Bernard Renault (LENA)
  11h00 - 11h30           Jean Petitot (CREA)
     11h30 - 12h00           Jean-Philippe Lachaux (LENA)
    12h00 - 12h30           Laurent Pezard (LENA)

3 - Dynamique et Synchronisation : 2me Partie
  14h00 - 14h30           Michel Le Van Quyen (LENA)
      14h30 - 15h00           Jacques Martinerie (LENA)
       15h00 - 15h30           David Rudrauf (LENA)
             16h00 - 16h 30         Eugenio Rodriguez (Max-Planck Institut, Franckfort)

4 - Vision
      17h00 - 17h30           Adrian Palacios (Universit de Valparaiso, Chili)

        17h30 - 18h00           Sergio Neuenschwander (Max-Planck Institut,           

                                                             Franckfort)
        18h00 - 18h30           Diego Cosmelli (LENA/CREA)



24 JUIN 2003

5 - naction
    09h00 - 09h30           Paul Bourgine (CREA)

        09h30 - 10h00           John Stewart (Institut Pasteur, Paris)
  10h00 - 10h30           Hugues Bersini (Universit Libre de Belgique, Bruxelles)

6 - Neurophnomnologie
              11h00 - 11h30              Evan Thompson (York University, Toronto)
        11h30 - 12h00           Jean-Michel Roy (ENS Lyon)
      12h00 - 12h30           Antoine Lutz (University of Wisconsin, Madison)
             12h30 - 13h 00              Bernard Pachoud (CREA)

7 - Philosophie et thique
      14h30 - 15h00           Amy Cohen-Varela
        15h00 - 15h30           Michel Bitbol (CREA)
             16h00 - 16h30          Claire Petitmengin (INT/LENA)
   16h30 - 17h00           Jean-Michel Besnier (CREA)

        17h00 - 17h30           Nathalie Depraz (Universit Paris I)


L'accs l'Amphithtre Gay-Lussac se fait par le 25, rue de la Montagne Sainte Genevive, 75005 Paris. Se munir d'une pice d'identit.

Haut de Page