Retour

Thème : Topico Critique

  • 2 ateliers

    Atelier 10 - "Critique épistémologique interne des sciences de la complexité "
    animé par LE MOIGNE Jean-Louis, LERBET Georges (†)

    Le programme européen MCX s'est formé vers 1986/88 dans un creuset épistémologique , le Groupe de Travail "Systémique - Epistémologie " du Collège de Systémique de L'AFCET, (lequel s'était constitué au lendemain du Congrès "Modélisation et Maîtrise des Systèmes " de Versailles ,1977). C'est précisément dans ce terreau épistémologique qu ' avait germé le projet d'une entreprise reliant les démarches pragmatiques et poietologiques les plus diverses à de permanentes réflexions épistémique : S'intéresser autant à la forme (les méthodes ou les pratiques ) qu'au fond (les projets ou le sens ). A l'expérience, il apparu bientôt souhaitable de susciter un lieu plus spécifiquement propre à la méditation épistémique facilitant les "reculs " que les actions en situations ne permettent pas toujours aisément . Le choix de l'expression proposée par J.Piaget en 1967 , "la critique épistémologique interne ", affichant le projet " : une critique ,certes constructive dans l'intention , mais permanente ; non pas une théorie ou une doctrine mais une réflexion récursive incessante. Un objectif symbolique à long terme nous sert de repère ambitieux : peut-être pourrait on se proposer de co produire dans quelques années , une nouvelle édition de la célèbre encyclopédie Pléiade animée par J.Piaget en 1967 , par laquelle il restaura dans nos cultures les épistémologies constructivistes , en mobilisant de nombreux concours et en faisant de la "critique épistémologique interne " le fait nouveau et de conséquences incalculables pour l'avenir. Mais il  nous importe moins d'atteindre cette balise que de "construire les méditations épistémologiques en cheminant ". Aujourd'hui ,c'est surtout une fonction de veille épistémique active ,insérées dans les multiples expériences inter et trans disciplinaires que nous vivons dans ce foyer des "nouvelles (et très anciennes parfois) sciences de la complexité" que constitue le Programme Européen MCX , que cet atelier se propose de développer.

    Forum

    - L'Atelier-Forum MCX 10 (Critique épistémologique des sciences de la complexité animé par G Lerbet et J L Le Moigne) a repéré le lancement de la revue et du site de VIVANT. Le projet Vivant entrepris fin 2002 a pour objectif est la création d'un magazine et consacré aux enjeux des sciences du Vivant et de l'environnement. Le cadre de ce projet pointe deux priorités dans le domaine du Vivant : (1) discerner les " mutations urgentes " liées aux développements scientifiques et techniques ; (2) favoriser l'implication de tous et contribuer au renouvellement des modes d'expertise. Le N° 1, mars 2004 est accessible à http://www.vivantinfo.com/numero1/accueil.html. En outre est lancée : l'association VivAgora (voir www.vivagora.org) pour mettre en oeuvre des espaces de débats, permettre une appropriation des questions biotechniques par tout citoyen et mobiliser une force de proposition politique.

    -L'Atelier Forum MCX 10 :
    - La liste des 17 projets financés en, 2003 par Le programme Action Concertée "Systèmes complexes en Sciences Humaines et Sociales",( soutenu par le CNRS et le MRNT) pour un budget total de 685 KEuro hors taxes,' afin de favoriser l'emploi des méthodes de modélisation des Systèmes Complexes en Sciences Humaines et Sociales', est publiée sur le site http://www.lps.ens.fr/~weisbuch/scshs/projets2003.html. Le prochain appel d'offre devrait paraître en janvier 2004. On peut penser que l'expérience aidant, ce nouvel appel d'offre 2004 nous invitera à déployer notre intelligence de la complexité et de la modélisation des systèmes complexes, sans les restreindre à la seule application aux seuls domaines des SHS de quelques formalismes du non-linéaire. Le projet stratégique 2002 du CNRS français nous y invitait si explicitement. http://www.lps.ens.fr/~weisbuch/scshs/appel2004.html
    - Le site du très original et innovant projet ARTEM -Nancy, animé par C. Cremet, fédére trois écoles nancéennes dans le cadre des campus universitaires de Nancy : l'Ecole nationale supérieure d'Art de Nancy , l'Ecole nationale supérieure des Mines de Nancy, l'ICN, école de management. Un de ses animateurs , le philosophe Roger POUIVET, présente ce projet en ces termes : "Le projet éducatif d'Artem repose sur une conviction : celle de l'unité des activités scientifiques, techniques et culturelles et de leurs présupposés conceptuels. Il se donne un programme : la formation d'étudiants compétents dans des domaines qui sont généralement non seulement distingués, mais opposés : les sciences, les techniques et les arts. Il n'est pourtant pas sans racine : il retrouve le sens ancien de l'idée grecque de techné et latine d'ars et entend le promouvoir. Il justifie encore le nom donné à l'alliance Artem par ses fondateurs" http://www.artem-nancy.net/html/ecoles/index.cfm
    - Projet qui intéressera sûrement le nouveau réseau ORUS : L'Observatoire international des réformes universitaires (ORUS) est un lieu de veille, d'écoute et d'expérimentation pour étudier les questions relatives aux transformations des universités, notamment le rôle de l'université dans la société et les questions d'interdisciplinarité http://www.orus-int.org/static.php?file=index&menuID=index

    Atelier 29 - "Complexité, Technologie et Epistémo-vigilance "
    animé par PASDELOUP Maurice

    Il s'agit ici d'assumer et de promouvoir une " veille " épistémique (JL Le Moigne) en réaction à une " épistémophobie " (E.Schatzmann) qui sévit de plus en plus au cours de cette seconde moitié du XX ème siècle. Ceci sans tomber dans l'épistémomanie, qui tendrait à généraliser hâtivement des analyses portant sur des expériences trop anciennes. Il s'agit de partir de choses qui sont en train de se faire, mais suffisamment avancées pour qu'on puisse en discerner les biais, les risques et les perspectives positives ou négatives. L'atelier repèrera et analysera les cas où il y a ignorance délibérée ou au contraire promotion exagérée, mystification, ou même utilisation abusive des facilités d'exploiter systématiquement les tendances naturelles à ne pas voir la complexité des situations réelles dans le temps et dans l'espace. Par exemple on a fini par reconnaître le bien-fondé de la traçabilité dans le domaine des produits alimentaires, et en même temps, on est prêt à la bafouer en mélangeant les déchets nucléaires de très faible activité avec les déchets ultimes ordinaires. Il s'agit toujours et surtout de rendre plus intelligibles les enjeux, les contradictions, les dérives et les pertinences ignorées de notre époque. Veilleurs, à vos postes !

  • 0 document

  • 0 lien

  • 0 note de lecture

  • 0 ouvrage

  • 0 manifestation