Retour

Thème : Science Citoyenneté

  • 11 ateliers

    Atelier 5 - "Enseignement et formations en "Ingénierie des systèmes complexes""
    animé par TAVERA Gérard, RIBETTE Régis

    LEO NET réseau Léonardo Da Vinci « Charte-projets » relative au développement du Processus de l'innovation (GPI) Pour des ingénieurs plus entrepreneurs, meilleurs managers de l'innovation, et gestionnaires compétents des systèmes complexes Venez participer aux démarches de recherche-action proposées dans la "charte-projets" : 1 - en laissant vos coordonnées afin d'être tenu courant des activités du réseau Léonardo Da Vinci : "Leo Net" 2 - en donnant votre point de vue sur les premières "idées-forces" de la "charte-projets" 3 - en proposant de témoigner sur des expériences pédagogiques de formation d'ingénieurs « Charte-projets » relative au développement du Génie des Processus de l'innovation 1 Gérer autrement le futur Dans un univers en profondes mutations (tenant, pour beaucoup, d'une complexité grandissante et de la fin de certaines logiques dominantes), le développement de capacités d'adaptation innovantes est de plus en plus indispensable, tant au niveau de chaque individu qu'aux différents niveaux de gestion des organisations collectives. Hier, l'évolution s'est surtout faite en utilisant "au mieux" les moyens de production disponibles, c'est-à-dire en procédant d'une habile optimisation des performances (principalement techniques et financières), à fin de réaliser les scénarios d'un développement surtout "matériel et quantitatif" du monde. Cette voie managériale a aujourd'hui quelque peu marqué ses limites et la qualité du pilotage des systèmes de gestion est perturbée, non seulement par les insuffisances de variété managériale des pilotes, mais aussi par les micro-perturbations de tous ordres entraînant des comportements, économiques et sociaux imprévisibles, compte tenu des nombreuses sensibilités des systèmes à piloter à de nouvelles dimensions des projets individuels et des projets collectifs des acteurs. Il nous faut sortir d'une pensée managériale réductrice, centrée sur la recherche de l'efficience et aller vers de nouvelles pratiques de gestion favorisant création et développement de valeur dans un complexe de finalités plurielles : techniques, économiques, sociales, sociétales, écologiques... Ceci nécessite, non seulement l'élaboration de nouveaux savoirs de tous ordres, mais aussi d'autres méthodes de pensée et d'action plus constructivistes pour diminuer certains effets pervers dus à une utilisation trop exclusive des approches positivistes d'optimisation de la productivité. Dans les phases de conception et de gestion des projets, les responsables doivent mieux prendre en compte les multiplicités de sens construites par l'ensemble des acteurs et mieux faire face au développement de la complexité d'un monde de plus en plus incertain. Il s'ensuit la nécessité, non seulement de nouvelles intelligences à la fois scientifiques, techniques..... et civiques, mais aussi d'une capacité épistémologique collective suffisante pour apprendre à dégager des repères utiles à l'évaluation de savoirs applicables et actionnables dans la société de demain. Parmi les responsables managériaux ce sont les ingénieurs qui, les premiers de part leur rôle dans la construction du monde, ont à développer leurs capacités personnelles de pilotage des systèmes complexes et à renouveler le contenu des sciences de l'ingénierie par certains apports des sciences de l'homme et des sciences du vivant. Ils doivent, en effet, être plus "conscients" et savoir innover pour mieux utiliser toute la variété et la richesse des valeurs de leurs environnements. - Il faut donc former des ingénieurs, encore plus entrepreneurs, meilleurs managers de l'innovation, concepteurs et gestionnaires compétents de systèmes perçus comme complexes,...... c'est-à-dire des ingénieurs spécialistes reconnus d'un nouveau Génie des Processus de l'innovation (GPI). - Conséquemment, ceci oblige à un nouveau champ de recherche scientifique, celui des Sciences des Processus de l'innovation (SPI) afin de définir les références épistémologiques nécessaires à l'évaluation de savoirs applicables et actionnables. Il s'agit de repenser notre capacité d'adaptation à la complexité du monde dans un jeu d'acteurs individuels et collectifs, en interactions permanentes et multiples, immergés dans un couplage "Pensée/action" réflexif .... savoir pour faire et faire pour savoir. 2 L'ingénieur de demain C'est bien souvent le nom de Léonardo Da Vinci qui vient en premier à l'esprit quand on essaye d'évoquer le profil de l'ingénieur de demain ! En effet, depuis bien longtemps, Léonard de Vinci est la figure emblématique d'une longue lignée d'hommes tout à la fois artistes et ingénieurs, détenteurs de cet ingenium humain que l'on traduit habituellement par talent. 21 Des ingénieurs ingénieux..... au génie des systèmes Bernard Esambert dans son historique de l'appellation "ingénieur" a retenu que le mot proviendrait de l'ancien français "engeigneur", de engin, machine de guerre. Au Moyen Age, l'ingénieur, c'est l'engignour, ainsi nommé parce qu'il est "doué d'engin et d'intelligence rusée", parce qu'il met en oeuvre son engin, son esprit d'invention et parce qu'il produit des engins, c'est-à-dire des machines et des instruments. L'ingénieur... ingénieux serait donc doué d'intelligence rusée et serait aussi inventeur d'outils... ingénieux. Mais, revenons sur cet ingenium dont Léonardo Da Vinci était si bien pourvu. Ingenium a tout d'abord signifié : esprit naturel, talent, avec en un premier sens, ingénier (s'ingénier), chercher dans son esprit les moyens de, s'efforcer de. Voltaire disait que chacun s'ingénie. On a ensuite parlé d'instruments ingénieux, et ingénieur est devenu un mot de formation populaire, signifiant qui invente et construit des instruments, des objets ingénieux... et fait les plans et dessins nécessaires à leur exécution. Ainsi, l'ingénieur ingénieux.... s'ingénie à pratiquer un art, tout à la fois de pensée et d'action. Autrefois d'ailleurs, n'a-t-on pas appelé génie maritime l'art des constructions maritimes, génie civil l'art des constructions civiles et, aujourd'hui, ne commence-t-on pas à parler de l'évolution du génie industriel vers un "génie managérial" en tant que nouvel "art des constructions managériales", visant à gérer simultanément les projets individuels des acteurs et les projets collectifs auxquels ils participent ? Le premier concept de Génie Industriel est né en 1912 aux Etats-Unis dans le contexte du Congrès annuel de lamérican Society of Mechanical Engineers. Dans les années 80, l'accroissement de la pression concurrentielle mondialisée a conduit à rechercher des avantages décisifs en travaillant à la conception intégrée des produits, des procédés, des outils de production et des stratégies de mise en marché afin de réduire les délais et de devenir de plus en plus réactif à l'environnement. En 1985, l'Institute of Industrial Engineers définit l'Industrial Engineering comme traitant de la conception, de l'amélioration et de la mise en place des systèmes intégrés de ressources humaines, de matériaux, d'équipements et d'énergie en utilisant les connaissances et savoir-faire en mathématiques, physique, sciences sociales ainsi que les principes et méthodes d'analyse et de conception relevant de l'art de l'ingénieur, ceci dans le but de prévoir et d'évaluer les résultats que l'on peut espérer de tels systèmes. C'est ainsi qu'est né le Génie des Systèmes Industriels. Le savoir-faire managérial d'un ingénieur encore plus ingénieux demain qu'aujourd'hui, consistera, non seulement à mettre en perspective systémique utile les nombreux facteurs constituants de tout système, mais également à gérer avec talent l'ensemble complexe des relations qui les structurent. 22 Complexité..... et nouveaux paradigmes managériaux Pendant longtemps, l'art de l'ingénieur a reposé sur l'utilisation intelligente des différentes sciences pour concevoir et développer les nombreux systèmes techniques. D'ailleurs, on a caractérisé de « sciences pour l'ingénieur", les mathématiques, la mécanique, la physique,..... en tant que connaissances utiles à la maîtrise des performances de toute entreprise humaine. L'art de cette maîtrise a tout d'abord consisté à savoir optimiser rationnellement l'utilisation des moyens disponibles dans la perspective des buts à atteindrel4. Puis, la nécessité de mieux appréhender "ensemble" les différentes finalités de tout projet collectif s'est progressivement faite jour afin de mieux faire face aux nouveaux défis de la compétitivité dans un monde toujours plus complexe, incertain et en recherche de nouveaux sens. L'ingénieur ne pilote plus un simple système technique mais doit s'intéresser au développement des performances globales des activités industrielles dans une démarche d' « optimisation de la valeur" à fin d'une intégration durable de l'entreprise dans ses environnements économiques, financiers, culturels, sociaux, techniques, géographiques. Le changement de regard posé sur les systèmes industriels conduit à passer de l'étude d'organisations rationnelles à des organisations complexes et "intelligentes" (au sens du vivant) en considérant les actions et les interactions individuelles comme des phénomènes inhérents à la nature humaine, non pas vus comme contrainte mais comme reconnaissance de leur existence. Ceci génère un changement de perspective méthodologique, en intégrant l'action individuelle, les interactions personnelles, la décision en univers incertain comme variables d'action des systèmes à piloter. Ainsi, chemin faisant, un nouvel "art des constructions managériales" est en train de naître, un "génie managérial", consistant en la construction et la régulation des multiples projets tant individuels que collectifs. Ce nouveau paradigme de gestion se situe dans une perspective méthodologique systémique dans laquelle il faut s'efforcer de relier les différentes phases de conception, de réalisation et d'usage de tout projet, tournant ainsi le dos aux pratiques tayloriennes de segmentation des activités humaines. 3 Historique de la démarche proposée au sein du réseau Léonardo Da Vinci Le titre : « Au-delà de l'amélioration de la performance, la création de valeur » : le défi des sciences de l'innovation, résume les principales réflexions concernant le rôle de l'ingénieur de demain menées ces dernières années, tant à la "Fédération des Sciences des Systèmes et des Produits Industriels" (F2SPI), que dans le groupe de travail "Génie des Systèmes Industriels" de la Commission des Titres d'ingénieurs (CTI), ou au sein de 1"'Institut d'Etudes et de Recherches de l'Ingénierie des Systèmes" (ISERIS). Mais bien d'autres travaux, déjà connus ou non encore identifiés, ont également été conduits sur ces différentes thématiques. Il a paru utile de mettre en oeuvre un processus initiateur, non seulement d'un partage des résultats des travaux déjà réalisés entre les différents acteurs concernés (échanges d'expériences), mais aussi d'une "recherche-action" collective pour "aller encore plus loin" dans un couplage pensée/action permanent. Ainsi, on pourrait commencer à réfléchir à partir du constat de l'émergence actuelle de nouvelles formations d'ingénieurs : plus entrepreneurs, meilleurs managers de l'innovation, concepteurs et gestionnaires compétents des systèmes complexes. La Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme, préoccupée par la formation des responsables à la gestion des systèmes complexes, a bien voulu soutenir le "séminaire fondateur" des 13 et 14 mars 1998, qui a été le véritable point de départ de ce processus initiateur. C'est au cours de ce séminaire, à partir de témoignages d'acteurs déjà engagés sur les chemins de la réflexion et de l'action, qu'a été d'élaborée la première version d'une "charte-projets" tout à la fois : - inventaire d'idées-forces sous-tendant le passage d'une logique d'optimisation de la performance à une logique de création et de développement de valeur (charte), - cadre général d'une recherche-action collective sur les principales composantes des différentes problématiques rencontrées (projets). 4 "Charte"...... ou principales idées-forces pour un nouveau « génie managérial »

    1. Face à la complexité d'un monde incertain, le développement de systèmes innovants dépend de plus en plus d'une meilleure utilisation par chaque acteur de ses capacités cognitives. Ceci implique que les élèves-ingénieurs construisent et perfectionnent eux-mêmes leur propre système d'observation et d'appréhension de la réalité. Ils doivent, pour cela, apprendre à "se connaître", à mieux gérer leurs propres "ressources humaines" en les mettant en perspectives plus cohérentes avec l'élaboration de leurs "projets personnels et professionnels".

    2. Pour gérer une complexité croissante, les modes managériaux peuvent avec profit s'inspirer des apports des modèles issus des sciences de la vie, afin de passer d'une logique d'optimisation de la performance, à une meilleure logique de création et de développement de valeur...... en particulier en mariant mieux « positivisme" et "constructivisme".

    3. De plus en plus, l'innovation est affaire de bonne organisation collective. Elle devient l'émanation de savoirs multiples, que ce soit dans les domaines techniques, sociaux, culturels, organisationnels. Ces nouveaux savoirs appartiennent au domaine des sciences des processus de l'innovation avec pour contenu, non seulement l'étude de l'implication mutuelle des disciplines nourricières traditionnelles, mais aussi l'obtention de connaissances propres à devenir des leviers de croissance de l'économie de demain. Véritables sciences de l'ingénieur, ces sciences des processus de l'innovation nécessitent de nouvelles voies de recherches épistémologiques. Ainsi, un nouveau champ disciplinaire est à définir, champ de connaissance par rapport auquel il faut aussi former des enseignants capables de transmettre les nouveaux modèles de gestion qui en découlent.

    4. L'innovation est tout à la fois : somme complexe de construits individuels et ensemble de construits collectifs, au travers des multiples structures de communication reliant les hommes. Aussi, chaque responsable doit apprendre à mieux maîtriser les modes de fonctionnement en réseaux, notamment l'utilisation des médias interactifs afin, dans l'élaboration de la société de demain, de mieux gérer l'inévitable cohabitation des projets individuels et des projets collectifs.

    Conséquemment, les pistes de recherche à approfondir pourraient être :
    • Le contenu d'un nouveau champ disciplinaire relatif aux Sciences des Processus de l'innovation (SPI).

    • Les pratiques d"'évaluation des savoirs managériaux" utiles aux responsables pour gérer enjeux éthiques, enjeux épistémologiques et enjeux de gestion.

    • Le souci qu'ont les dirigeants de l'adaptabilité des entreprises, préoccupation qui les conduit à la mise en place de systèmes complexes, évolutifs, vivants, apprenants et innovants.

    • Les démarches possibles entre milieux professionnels et milieux de formation pour établir des référentiels compétences/emplois utiles. L'analyse dans ce domaine des limites, mais aussi des apports des approches prospectives.

    • Les modalités méthodologiques nécessaires à une meilleure alliance des démarches positivistes et des approches constructivistes.

    • Les méthodes pédagogiques requises pour la construction par chaque élève-ingénieur d'un projet personnel et professionnel, valorisant ses propres potentialités. En particulier comment mieux répondre à la question de la formation des acteurs à l'action ?

    La création et le fonctionnement de "groupes-projets pédagogiques" au sein des équipes d'enseignants. Comment donc développer des organisations pédagogiques apprenantes ? 5 "Projets"...... ou "recherches-actions" à conduire pour le développement du "Génie des Processus de l'innovation" Le projet d'une recherche-action collective sera plus créatif s'il peut s'appuyer sur la richesse d'un maillage de tous les "projets individuels". Autrement dit, il s'agit de développer une pluralité de démarches individuelles penséelaction pour laisser émerger de nouvelles représentations mentales... s'incarnant ensuite dans de nouveaux modes d'actions individuelles et collectives. Ainsi, quelques "projets individuels" pourraient traiter des domaines suivants :
    • L'animation et le fonctionnement des différents réseaux de projets de la "charte" (nationaux et locaux) reliant l'ensemble des participants.

    • L'organisation de manifestations en réseaux (colloques, séminaires,.... ) afin de diffuser et de continuer à nourrir la réflexion sur, les idées-forces (hypothèses de pensée) de la fi charte-projets", les voies de l'action et le partage des expériences.

    • L'étude de quelques grandes thématiques managériales comme celles comparant les approches de "qualité totale » dans les organisations avec les démarches de développement et de création de valeur.

    • L'association des principaux acteurs institutionnels concernés, par exemple en ce qui concerne les responsables du monde professionnel par le biais des différents conseils des écoles d'ingénieurs.

    • La "mobilisation" et le suivi de doctorants sur les principales pistes de recherche (il s'agit d'investir dans de la recherche naissante).

    • Une coopération avec les réseaux de consultants en organisation afin de les faire participer au développement de nouveaux savoirs managériaux.

    6 De quelques actions en " réseaux de projets", à entreprendre en premier Diffusion d'un document de présentation d'une "charte-projets" évolutive.
    • Participation au séminaire CONFERE organisé à l'ENSAM de Paris les 8 et 9 juillet 1998 dans une table ronde sur les sciences de l'innovation.

    • Préparation en réseau, tout particulièrement avec l'Association Européenne pour la Modélisation de la Complexité, l'Association pour la Pensée Complexe, la Commission des Titres d'ingénieurs, le Ministère de l'Education Nationale, le CNRS, la Fondation Charles Léopold Mayer, ISERIS,... et... organisation en 1999 d'un colloque sur le thème du développement du Génie des Processus de l'innovation.

    • Ouverture sur un site Internet d'une base de données sur les différentes expériences pédagogiques conduites pour la formation d'ingénieurs "encore plus entrepreneurs, meilleurs managers de l'innovation, concepteurs et gestionnaires compétents des systèmes complexes".

    • Ouverture également sur Internet de forums thématiques interactifs sur les principales "idées-forces" (hypothèses de pensée) de la charte et sur les différentes démarches projets (actions en cours).

    • Gestion des contenus des différents forums : synthèses partielles et processus de diffusion des résultats.

    Les personnes, intéressées pour participer aux démarches de développement du Génie des Processus de l'innovation peuvent se manifester auprès de chacun des participants au séminaire fondateur de mars 1998

    Atelier 6 - "Sciences de L'Education et Complexité"
    animé par LERBET-SERENI Frédérique, ALHADEFF-JONES Michel

    L'atelier 6 "Complexité et éducation" a pour l'instant deux orientations, qui sont bien sûr complémentaires (et pas nécessairement exhaustives) :

    • la première vise à mettre en débat des textes ou prises de position de la "vie civile" sur les questions d'éducation. Celles-ci sont nombreuses, et bien souvent simplificatrices et réductrices, à la recherche des causes, voire de la cause ultime, pour proposer une solution prête à l'emploi. Notre travail de "veille", éthique et épistémologique, nous invite donc à soumettre ces écrits divers à vos/nos réactions.
    • la seconde vise à mettre en débat des textes de la littérature scientifique concernant les questions d'éducation. Vos contributions initiales comme vos réactions y sont bienvenues. La confrontation de modèles, d'apports disciplinaires multiples, de problématiques variées, de perspectives méthodologiques croisées sont des nécessités heuristiques aux approches complexes, qui tentent, dans leurs tentatives de modélisation et d'interprétation, de ne pas refuser les questions du sens et de l'autonomie des sujets en éducation et en formation.

    Forum

    Le site du "village Systémique", animé en Belgique par Marc d'Hondt http://www.systemique.levillage.org/index.php, qui propose documents et forums divers très vivants à partir des expériences diverses des participants (Voir aussi aux Réseaux en Reliance du site du RIC. : http://www.mcxapc.org/static.php?file=liens.htm&menuID=liens)

    Atelier 9 - "Représentation du travail et complexité de l'organisation"
    animé par ADAM Michel

    Le travail entendu comme acte intentionnel de transformation du monde qui nous entoure - la matière, le vivant, l'information - est un fait humain total. Il irrigue la vie de l'être humain de sa naissance à sa mort, comme un phénomène complexe, intime et vital à la fois. Il a besoin d'être approché dans sa complexité par une multiplicité de regards empruntant à de nombreuses disciplines. Il peut d'abord être questionné dans ses rapports multiples avec l'emploi, dans une période où celui-ci perturbe gravement celui-là ; et pour fonder l'ingénierie de  nouveaux rapports travail - emploi. Il peut ensuite être repéré dans ses différentes formes au sein de l'association, terrain d'expérience de légitimités multiples à conjuguer. Il peut aussi se transformer en emploi par le travail spécifique d'un/e créateur/trice d'entreprise, et ce par des chemins variés, pour soi, pour nous, pour eux. Il ne peut enfin sans doute pas se passer du travail d'un ou de plusieurs autres. La coopération est l'avenir du travail pour un monde plus vivable. « Plaisir de faire », « Faire avec », « Faire ensemble »... Inventons leur reliance, chemin faisant.

    Forum

    - L'Atelier-Forum MCX 9 : (représentation du travail et production de sens, animé par M Adam), le site du M Adam , le site du CREAHI Poitou-Charentes, " Pôle qualité pour le travail social et l'insertion " http://www.creahipc.asso.fr/

    Atelier 10 - "Critique épistémologique interne des sciences de la complexité "
    animé par LE MOIGNE Jean-Louis, LERBET Georges (†)

    Le programme européen MCX s'est formé vers 1986/88 dans un creuset épistémologique , le Groupe de Travail "Systémique - Epistémologie " du Collège de Systémique de L'AFCET, (lequel s'était constitué au lendemain du Congrès "Modélisation et Maîtrise des Systèmes " de Versailles ,1977). C'est précisément dans ce terreau épistémologique qu ' avait germé le projet d'une entreprise reliant les démarches pragmatiques et poietologiques les plus diverses à de permanentes réflexions épistémique : S'intéresser autant à la forme (les méthodes ou les pratiques ) qu'au fond (les projets ou le sens ). A l'expérience, il apparu bientôt souhaitable de susciter un lieu plus spécifiquement propre à la méditation épistémique facilitant les "reculs " que les actions en situations ne permettent pas toujours aisément . Le choix de l'expression proposée par J.Piaget en 1967 , "la critique épistémologique interne ", affichant le projet " : une critique ,certes constructive dans l'intention , mais permanente ; non pas une théorie ou une doctrine mais une réflexion récursive incessante. Un objectif symbolique à long terme nous sert de repère ambitieux : peut-être pourrait on se proposer de co produire dans quelques années , une nouvelle édition de la célèbre encyclopédie Pléiade animée par J.Piaget en 1967 , par laquelle il restaura dans nos cultures les épistémologies constructivistes , en mobilisant de nombreux concours et en faisant de la "critique épistémologique interne " le fait nouveau et de conséquences incalculables pour l'avenir. Mais il  nous importe moins d'atteindre cette balise que de "construire les méditations épistémologiques en cheminant ". Aujourd'hui ,c'est surtout une fonction de veille épistémique active ,insérées dans les multiples expériences inter et trans disciplinaires que nous vivons dans ce foyer des "nouvelles (et très anciennes parfois) sciences de la complexité" que constitue le Programme Européen MCX , que cet atelier se propose de développer.

    Forum

    - L'Atelier-Forum MCX 10 (Critique épistémologique des sciences de la complexité animé par G Lerbet et J L Le Moigne) a repéré le lancement de la revue et du site de VIVANT. Le projet Vivant entrepris fin 2002 a pour objectif est la création d'un magazine et consacré aux enjeux des sciences du Vivant et de l'environnement. Le cadre de ce projet pointe deux priorités dans le domaine du Vivant : (1) discerner les " mutations urgentes " liées aux développements scientifiques et techniques ; (2) favoriser l'implication de tous et contribuer au renouvellement des modes d'expertise. Le N° 1, mars 2004 est accessible à http://www.vivantinfo.com/numero1/accueil.html. En outre est lancée : l'association VivAgora (voir www.vivagora.org) pour mettre en oeuvre des espaces de débats, permettre une appropriation des questions biotechniques par tout citoyen et mobiliser une force de proposition politique.

    -L'Atelier Forum MCX 10 :
    - La liste des 17 projets financés en, 2003 par Le programme Action Concertée "Systèmes complexes en Sciences Humaines et Sociales",( soutenu par le CNRS et le MRNT) pour un budget total de 685 KEuro hors taxes,' afin de favoriser l'emploi des méthodes de modélisation des Systèmes Complexes en Sciences Humaines et Sociales', est publiée sur le site http://www.lps.ens.fr/~weisbuch/scshs/projets2003.html. Le prochain appel d'offre devrait paraître en janvier 2004. On peut penser que l'expérience aidant, ce nouvel appel d'offre 2004 nous invitera à déployer notre intelligence de la complexité et de la modélisation des systèmes complexes, sans les restreindre à la seule application aux seuls domaines des SHS de quelques formalismes du non-linéaire. Le projet stratégique 2002 du CNRS français nous y invitait si explicitement. http://www.lps.ens.fr/~weisbuch/scshs/appel2004.html
    - Le site du très original et innovant projet ARTEM -Nancy, animé par C. Cremet, fédére trois écoles nancéennes dans le cadre des campus universitaires de Nancy : l'Ecole nationale supérieure d'Art de Nancy , l'Ecole nationale supérieure des Mines de Nancy, l'ICN, école de management. Un de ses animateurs , le philosophe Roger POUIVET, présente ce projet en ces termes : "Le projet éducatif d'Artem repose sur une conviction : celle de l'unité des activités scientifiques, techniques et culturelles et de leurs présupposés conceptuels. Il se donne un programme : la formation d'étudiants compétents dans des domaines qui sont généralement non seulement distingués, mais opposés : les sciences, les techniques et les arts. Il n'est pourtant pas sans racine : il retrouve le sens ancien de l'idée grecque de techné et latine d'ars et entend le promouvoir. Il justifie encore le nom donné à l'alliance Artem par ses fondateurs" http://www.artem-nancy.net/html/ecoles/index.cfm
    - Projet qui intéressera sûrement le nouveau réseau ORUS : L'Observatoire international des réformes universitaires (ORUS) est un lieu de veille, d'écoute et d'expérimentation pour étudier les questions relatives aux transformations des universités, notamment le rôle de l'université dans la société et les questions d'interdisciplinarité http://www.orus-int.org/static.php?file=index&menuID=index

    Atelier 15 - "Ecologie humaine, ruralité et sciences de la complexité"
    animé par PETRON Alfred

    Participant depuis quelques années aux travaux du programme MCX, je me suis intéressé aux problèmes de formation des personnes au sein de l'atelier animé par Georges Lerbet et Jean-Claude Sallaberry. Oeuvrant dans l'institution des Maisons Familiales Rurales, nous accordons une place majeure au milieu rural véritable cytoplasme pour les auteurs-acteurs qui tentent de bâtir leur vie.dans un espace en voie de désertification.
    L'urbanisation galopante du XXè siècle a conduit à la surpopulation des villes et à l'anémie des campagnes.
    Certains géographes, économistes, voient dans la ville le facteur structurant de l'espace, mais quelle ville ? Pour quel espace ? Un chercheur caennais parle de "collège rural" lorsqu'il rend visite aux jeunes d'Argentan (20 000 habitants), d'autres enfin voient en Laval le chef-lieu de la Mayenne (70 000 habitants) une ville rurale.
    A ce rythme d'inflation dans la ruralité, seules les capitales régionales pourront prétendre au statut d'urbanité. La définition des communes rurales (limitée à 2 000 habitants) selon l'INSEE, si elle est encore la base de toute nomenclature démographique, n'est en tout cas plus guère présente dans les esprits.
    Entre les 36 000 clochers et les 22 capitales régionales, des territoires de sens, de solidarité, de coopération se cherchent, les communautés de communes font leurs premières expériences dans la continuité des organisations à vocation intercommunale. L'émergence du concept de pays à raison de 4 à 5 par département dessine les contours d'une nouvelle configuration géo-politique européenne.
      ;   ;  ;De réforme en réforme, de la loi sur l'aménagement à la loi sur le développement, contrats, petites villes régionales, pays d'accueil, zônes Leader .... Les sigles foisonnent. Une loi est à peine votée qu'une autre arrive à la discussion, si bien qu'entre les programmes des uns et les objectifs visés des autres la cacophonie enfle et laisse le citoyen, aussi documenté soit-il, désabusé, inhibé ne sachant plus très bien quel est le fil directeur de toute cette débauche d'énergie qui l'entoure. Des vérités contradictoires sont assénées de toutes parts lors des pré-échéances électorales et le peuple s'assoupit jusqu'à la prochaine convulsion.

    Quand serons-nous en phase ? Quand pourrons-nous mettre notre énergie en synergie et non en inertie de neutralisation ? Quand reconnaîtrons-nous du citoyen au plus haut étage de l'Etat et de la Science, que notre rationalité est limitée ?
      ;   ;  ;Envisager notre monde comme complexe et incertain, prendre conscience que nous n'avons à remercier que nous-mêmes sur notre état infantile et le destin que nous nous fabriquons jour après jour, peut-être le début d'une longue quête pour mieux vivre là où nous habitons, travaillons, nous cultivons,nous divertissons, nous aimons et souffrons.
    Les relations entre le local et le global se révèlent tumultueuses comme le souligne D.Génelot (Revue Pour n°135, sept1992) "Des générations successives de responsables politiques décrètent à l'avance la cohérence centrale autour de laquelle le local devra s'agréger. On retombe dans les vieux démons de la pensée totalitaire". Partant, comme nous l'avons dit, d'un mouvement ancré dans le milieu rural, nous sommes intéressés par l'introduction d'un sensibilité ruraliste au sein de l'AEMCX. Conscients de la dette intellectuelle que nous avons vis à vis des pionniers de cet atelier, ( B.Vissac et H.Greppin) nous voulons situer cette ruralité dans la perspective de l'écologie humaine, science neuve et en devenir. Nous nous inscrivons aussi délibérément dans la quête d'une pensée complexe si riche de potentialités qui ne demandent qu'à être actualisées. B.Glaeser (1997,p.32) livre à notre réflexion la définition de l'organisation internationale pour l'écologie humaine (IOHE): "L'écologie humaine traite de la vie humaine dans toutes ses manifestations physiques, chimiques, biotiques, mentales sociales et culturelles d'un point de vue écologique, cela signifie en considérant les connexions d'un être humain ou d'un ensemble d'êtres humains avec le monde extérieur qui le ou les entoure." Le premier problème qui va se poser concerne donc celui de la taille pertinente pour l'étude de ces connexions? Si la commune, cellule de base de l'exercice de notre citoyenneté semble l'idéal démocratique, la communauté de communes est peut être le territoire qui rassemble suffisamment de forces de propositions pour affronter les défis qui nous sont proposés: environnement., chômage, exclusion, incivilité......etc.
    Mettre en commun les théories des chercheurs et les expériences locales génératrices de "mieux-vivre" et "d'être plus", les confronter, les mettre en question, envisager l'opérationalité des unes et théoriser les autres dans un doute serein et respectueux de la variété des démarches, sont autant de clés pour l'ébauche d'un développement rural durable.
    Je souhaiterais avec les responsables de MCX et notre Président JL Le Moigne que les personnes qui voudraient contribuer à mettre en interaction la pensée et l'action (lettre de JL Le Moigne de Janvier 1997), adhérent au programme européen MCX avec la perspective de créer des réseaux régionaux d'échanges qui alimenteraient un colloque sur nos visions ruralistes pour le 21ème siècle. Chercheurs, praticiens, entrepreneurs, élus et reponsables associatifs soucieux de la revitalisation de nos territoires pourraient être les artisans de cette rencontre.

    Un certain nombre de pistes de réflexion se présente à nous:

    Quelles finalités poursuivons nous à travers les politiques de développement rural? Quelles représentations communes peut-on faire émerger parmi les citoyens, élus, responsables d'entreprises ou d'associations. Comment travailler ensemble et non pas les uns à côté des autres et parfois les uns contre les autres ? Quelles sont les fonctions que notre société souhaite voir assumer par le milieu rural -au delà de sa mission nourricière? Isolement culturel, enclavement, délitement du lien social nous inciteront à coopérer avec les ateliers préoccupés de reliance et de développement des personnes. Nous partageons la position de D. Génelot qui précise ainsi l'utilisation de la pensée systémique dans le développement local (Pour n°135,1992) "La méthode de pensée systémique nous invite à formuler et discuter d'abord nos finalités, à situer notre problématique locale dans une problématique globale, à questionner les finalités du global, à articuler les finalités du local avec celles du global."

    Les thèmes de réflexion ne manqueront pas, la prise en compte de la pensée complexe et la volonté sincère de changer nos comportements en co-inter -eco-trans-Action pour tenter d'offrir à nos enfants un avenir vivable qui ne soit pas vide de sens constituent notre mobile d'action. Les mouvements ruralistes qui se sentiraient en phase avec nos préoccupations seront les bienvenus dans nos réseaux. Le président de "Solidarité Rurale " du Québec J.Proux invite le milieu rural à se prendre en main pour entrer dans le 21ème siècle:" Maintenant qu les secteurs publics et marchands ne sont plus en mesure d'assurer certains des besoins fondamentaux des populations, les gens n'ont guère mieux à faire que de prendre une fois de plus leurs propres affaires en mains et recréer des collectivités locales viables qui les protégeront des forces impersonnelles du marché mondial et d'autorités centrales de plus en plus faibles et incompétentes." Puis il ajoute:" Pour être du 21ème siècle le milieu rural devra renouer avec son âme, sa culture, son patrimoine, sa définition propre du sens de l'existence... Nous serons alors unis par une manière commune de nous percevoir et de nous projeter dans l'avenir. Nourris d'une même culture, nous partagerons un même projet." Cette formule n'est pas éloignée de celle de Paul Houée, l'un des auteurs majeurs de la théorisation et de la mise en oeuvre d'actions de développement local pour qui il n'existe pas de territoires sans avenir, il n'existe que des territoires sans projet.

    Alfred Pétron -C.F.T.A.,25 rue Pierre Neveu, 61600 La Ferté-Macé- tel 02.33.30.68.50, fax 02.33.30.68.48- E mail : alfred.petron@mfr.asso.fr

    Atelier 16 - "L'organisation apprenante "
    animé par MALLET Jeanne

    Atelier 17 - "Prospective et Complexité"
    animé par GONOD P.F. (†)

    Le projet de l'atelier est, par la manière de penser la complexité et l'incertitude, de contribuer au renouvellement de la prospective pour qu'elle joue un rôle dans l'émergence de projets de civilisation. Entrer en prospective, c'est affronter la globalité, les rapports entre le tout et les parties, l'inter et la transdisciplinarité. La complexité de la prospective a pour corollaire son approche par une pensée complexe.
    Les prospectivistes ont à s'approprier la "pensée complexe". "Approprier" dans ses deux sens, verbe réflexif et aussi participe, car la pensée complexe est "appropriée" au défi prospectif.
    L'élaboration de la prospective ainsi 'appropriée' se développe au fil d'une activité de R&D et de l'enrichissement de nos expériences collectives.

    Les prospectivistes ont aussi à réfléchir sur la raison d'être de la prospective, sur sa finalité.
    Prospective et politique ont en commun " le goût de l'avenir ". Cette définition de la politique de Max Weber reprise par Jean-Louis Guillebaud s'applique aussi à la prospective. C'est cette dialogique qu'il s'agit de mettre en oeuvre. La relation prospective-politique change le projet de la prospective et sa dimension. Avec Edgar Morin, une politique de l'homme embrasse le champ total de l'humain et est à son service. C'est le concept de l' anthropolitique. Le champ nouveau et la finalité de la prospective en découlent.
    Le projet de l'Atelier est désormais d'ouvrir le chemin de la 'Prospective Anthropolitique'.

    Cet atelier s'organise autour de trois 'Projecteurs' : A, B, C. A ACTUALITES PROSPECTIVES, ANALYSES CRITIQUES, CHRONIQUES
    Cette rubrique correspond à la fonction de "veille". Sans doute sous ce vocable existe-t-il de nombreux sites. Mais il ne s'agit pas ici seulement d'une fonction d'information, mais progressivement d'établir, à la fois, un crible épistémologique et une sociologie de la prospective actuelle. B FRAGMENTS THEORIQUES ET EPISTEMOLOGIQUES
    Le visiteur du site retrouvera des textes fondamentaux qui aident à comprendre les relations entre la prospective et la pensée complexe. C LA R&D PROSPECTIVE : ESSAIS
    L'expérience de ces cinq ans a montré l'extrême faiblesse de la recherche méthodologique en prospective. On compte sur les doigts de la main ceux qui, en France, y consacrent quelque temps. Il y a donc une puissante raison de persévérer dans la Recherche et Développement de la méthodologie prospective.
    Cette rubrique contient des essais qui ressortent de "l'épistémologie appliquée" et une récapitulation de questions non résolues qui constituent autant de thèmes de recherches. Le sous-titre des documents ci-dessous indiquera le projecteur auquel il appartient.

    Atelier 21 - "Arts, société et complexité"
    animé par SIGNORILE Marc, SIGNORILE Patricia

    Arts, Société et Complexité : vers un réseau « ...Tout est en présence, tout en échanges mutuels et modifications réciproques »
    Paul Valéry, Cahiers, ed. C.N.R.S., Vol. XIII, p. 273 "Les signes figuratifs surgissent non par rapport à une description du réel mais comme témoin de systèmes mentaux"
    P. Francastel, études de sociologie de l'art, Denoël/Gonthier, p, 68 L'univers des pratiques artistiques, les réflexions sur celles-ci et les oeuvres produites, sont perçues - soit intuitivement, soit de façon plus rationalisée - dans les perspectives d'une enrichissante complexité... En effet, les pratiques, leurs objets et les multiples actants, chaque élément étant considéré dans sa singulière altérité et dans son devenir, relèvent de phénomènes interactifs précisément indénombrables qui justifient les expériences modélisatrices menant à l'élaboration d'une vision d'ensemble mais toujours en devenir. Ce qui pourrait alors sembler contradictoire à un esprit positiviste pose ainsi le paradoxe fondamental de l'intelligence de la complexité et contribue à en assurer les bases épistémologiques. Cet atelier repose sur des réflexions paramétrées par les multiples champs de recherche induits par les phénomènes de création et en particulier de création artistique. Ces réflexions devraient permettre de préciser les fondements épistémologiques des différents domaines de la création artistique envisagés dans leurs implications transdisciplinaires, portant ainsi au jour une nouvelle définition des enjeux scientifiques. Les sciences sociales, les sciences humaines, les sciences exactes et les procès de création artistique offrent trop de proximités dans leur projet et leur objet pour que l'on hésite à en tirer profit. L'interaction complexe entre les savoirs et les faires génère une réflexion qui à son tour produit de nouvelles formes de connaissances qui contribuent à rendre le monde pensable et habitable. « Science et art sont des choses inséparables » écrivait Valéry (Cahiers III, 779, ed. CNRS)... Cet argument essentiel oriente vers un type de réflexion qui ne sacrifierait ni à un repli disciplinaire frileux ni à un oecuménisme hésitant et de convention. L'argument, résolument pluridisciplinaire et ouvert, conduirait à comprendre comment une vision globale des choses peut être atteinte sans se clore dans le particularisme des disciplines et comment celles-ci peuvent valablement collaborer entre elles pour innover. Le propos pourrait donc tout entier se réclamer d'un précepte de Léonard de Vinci, qui recommandait, dans une des leçons réunies dans le Traité de la peinture, de chercher, dans l'objet singulier, la manière spécifique dont se dirige à travers sa matière une ligne flexueuse qui est comme son axe générateur. Ce projet symbolique de créer, à travers un champs de signes, une forme, un système de forces qui fassent trait dans le chaos, mérite d'être considéré pour penser autrement les liens qui unissent les domaines de connaissances et leurs structures protocolaires. Tous les créateurs, dans leur action polymorphe et singulière, décident de transformer l'existence par l'intelligence vécue. Ces deux aspects complémentaires et inséparables cessent de renvoyer dos à dos l'épaisseur temporelle et le devenir présent pour mener à comprendre que tous les créateurs cheminent sur ces deux dimensions. Dès lors, comment peut-on parvenir à doter la connaissance d'un fondement scientifique qui soit à la fois empirique et formel à partir d'une recherche dont le créateur est à la fois objet et sujet ? Ne s'agit-il pas de renouer avec cette antique expérience que rappelait Valéry « Arts et sciences sont inséparables » ? Dans l'acte de création, la Poïese, sait-on relever des différences autres que nominales entre les manoeuvres intellectuelles de l'artiste et du scientifique ? A partir du signe construit ou décidé, ne s'agit-il pas de retrouver la pluralité des sens, la métaphore des mécanismes de l'esprit, le pro-jet ? Ainsi, à travers les contributions des membres de l'atelier, pourront être explorés les multiples facettes de cette fascinante interaction qui relie et transforme sans cesse Poïesis et Epistemé, l'acte de créer et l'acte de signifier.

    Forum

    Atelier 31 - "Les Sciences d'Ingénierie en Formation(s): Leurs "enseignements" et leurs "développements""
    animé par CLENET Jean, POISSON Daniel

    Intentions : Le redéploiement des sciences d'ingénierie (ou d'ingenium) nous incite notamment à reconsidérer la conception analytique traditionnelle des 'ingénieries de formation' et de leurs applications telles qu'elles se sont développées majoritairement depuis un demi siècle... et aussi de la formation à ces ingénieries (et plus largement aux 'métiers de la formation'). Les nouvelles sciences d'ingénierie s'inscrivent aujourd'hui dans le paradigme épistémique qui fait de la complexité une voie renouvelée pour aborder les phénomènes en formation(s) : les actions et les opérations de conceptions, d'enseignements et de recherches. (La complexité : « l'idéal de la science contemporaine[1] » ). Actions et opérations qu'il convient désormais de concevoir en termes de stratégies[2] interdisciplinaires et reliantes. Concevoir, construire, conduire, des organisations de formations, des artefacts donc,..., c'est inscrire de tels projets dans le référentiel que peuvent constituer ces trois dimensions fondamentales de toute « Intelligence de la formation » :

    • Concevoir et rendre « convenables » (H. A. Simon) des artefacts de (ou pour la...) formations « intelligents ». Cette première dimension nous incite à concevoir et à penser la qualité des « formes » symboliques, organisationnelles..., de leurs intelligibilités mais aussi des interactions et des formes qu'elles génèrent (de leur intelligence).
    • Concevoir et évaluer des modes d'interventions : ingénieries, enseignements, accompagnements, directions..., « intelligibles ». Cette seconde dimension nous incite à penser la qualité des modes d'interventions et d'interactions humains : enseigner, diriger, accompagner, coopérer, ...).
    • Concevoir et expliciter les légitimations épistémologiques et éthiques de ces actions et opérations. Cette troisième dimension nous incite à penser et à fonder nos conceptions et à travailler les cadres de références, les épistémologies, et l'éthique de l'intervention « formative » dans lesquels s'inscrivent les sciences d'ingenium et de la complexité.
    Conceptions : Ces questions sont placées au coeur des problématiques « d'actions - recherches - développements » que nous tentons d'inscrire dans des conceptions et des modes d'interventions renouvelés au regard de ces « nouvelles sciences ». Elles nous intéressent dans leurs deux grands versants intimement reliés. Le versant « conceptions-constructions-conduites » (celui des ingénieries inventives) nous préoccupe tout autant que le versant de leurs « enseignements » ; mais peut-on les enseigner au sens traditionnel du mot ? A notre avis difficilement ! Pour apprendre, il faut aussi faire (facere) ... (« faire pour comprendre et comprendre pour faire »). Les « enseigner » pourrait consister à concevoir des systèmes de formations qui visent :
    1. à créer des conditions humaines « convenables » (en particulier : coopératives, réflexives et projectives), dans des espaces et des temporalités « ouvertes » (variées et respectées), dans des organisations souples et ouvertes, finalisées par un ou des projet(s), articulant des logiques différenciées.
    2. à accompagner les processus humains, organisationnels, temporels, par des modes d'interventions (enseignements, accompagnements appropriés) en organisant des coopérations autour de processus réflexifs finalisés et finalisant, des aides à la conception ...
    3. à rendre intelligibles l'ensemble de ces processus... par la modélisation systémique. Cela peut se traduire concrètement par la production réfléchie d'un « chef-d'oeuvre » en formation, reliant les différentes formes de savoirs : expériences, connaissances, savoirs, tentant de comprendre les interactions sujets-acteurs dans les organisations, tout en explicitant le cadre de référence de l'action organisante et organisée, c'est-à-dire en devenant modélisateur - auteur.
    Inscriptions : Cet Atelier se forme lui-même à partir d'un groupe « noyau » d'une dizaine de personnes (Région Nord Pas de Calais) fortement concernées par ce projet : enseignants - chercheurs, docteurs et doctorants, partenaires professionnels et politiques, tous intervenants dans des situations « en vraie grandeur ». Toutes sont engagées dans un ou des « chantiers » au long cours . En particulier :
    • l'accompagnement des politiques et des pratiques régionales de formation;
    • l'accompagnement du plan à 5 ans de FORMASUP (27 antennes d'écoles d'ingénieurs et de l'enseignement supérieur par l'apprentissage) : pour « comprendre l'alternance et développer sa qualité ».
    • Un chantier national avec « la Poste » et un autre international avec la « Palestine ».
    • Enfin des échanges sont initiés avec des équipes amies de Belgique et du Québéc.
    • Nous sommes en outre, un des partenaires « privilégiés » du pôle Régional d'ingénierie de l'innovation en formation, (PR2I).
    Les personnes, intéressées pour participer aux démarches de développement et d'enseignement des Sciences d'ingénierie en formations peuvent joindre un des animateurs de l'Atelier. Note sur le titre : Le pluriel pour signifier le double sens adopté ici : nouvelles sciences elles - mêmes en formation, dans le domaine de « la » formation entendue comme actions et organisations formatives.
    [1] G Bachelard, "Le Nouvel Esprit Scientifique" (PUF) et en particulier le dernier chapitre : "Une épistémologie non-cartésienne" [2] E Morin : "La complexité appelle la stratégie"

    Atelier 35 - "Hypermédias, médiation et Complexité"
    animé par MAHOUDEAU Julien

                Issus des technologies informatiques et numériques, les hypermédias se conçoivent comme des dispositifs techniques mettant en oeuvre un système symbolique de représentation.             Ce dernier est co-construit

    • par un projet de conception et un projet d'utilisation, qui prennent racine à la fois
    • au sein d'un univers de possibilités/contraintes techniques et au sein d'environnements cognitifs/culturels (pluri)individuels,
    la conjonction de ces projets donnant son plein sens à un hypermédia.             Au-delà des notions premières de dispositif technique, de système, de symbole, de représentation, qu'il faut bien sûr interroger et faire jouer, l'hypermédia peut être vu comme un système d'information reposant sur une dimension multimodale (plusieurs modalités de présentation/appréhension de l'information), et qui se comprend pleinement selon la double logique conception-production/utilisation.             D'une part sa conception-production présuppose une préoccupation sémantique, langagière, esthétique pour atteindre un objectif de médiation. Ainsi, les hypermédias s'inscrivent « par nature » dans des processus de médiation, échange, transfert, transmission, qui concernent des savoirs, des techniques, des savoir-faire, des idées, des informations de toutes natures.             Par ailleurs, l'axe central de réception/utilisation d'un hypermédia est constitué par l'expérience audiovisuelle et interactive qui stimule chez l'usager une activité interprétative dépendante d'une perception sensorielle, une pensée sensible intégrant l'émotion.             Le travail de l'atelier devra prendre au corps au travers d'une démarche attentive aux légitimations épistémologiques qu'il peut et doit produire, le champ d'investigation mettant en oeuvre une forte dimension inter et trans-disciplinaire assumée :  les réflexions navigueront entre Sciences de l'Information et de la Communication, Sciences et Techniques de l'Infocom, sociologie des techniques, sciences disciplinaires thématiques auxquelles s'appliquent les hypermédias (archéologie, chimie, physique, sciences humaines et sociales, etc.), Sciences de l'Education, Psychologie Cognitive, Sciences de la Complexité, Sciences de la Conception, etc.             En outre, l'atelier devra être attentif aux liens qui peuvent se tisser avec des thématiques abordées et travaux menés dans d'autres ateliers. L'atelier propose d'explorer, au travers de différents champs applicatifs, les voies permettant de mettre en évidence des indices ou des principes de complexité relatifs aux hypermédias, voies sur lesquelles pourraient se développer, dans la praxis, de nouvelles manières de les concevoir, de les créer, les diffuser, les utiliser dans nos sociétés maladroitement hypermédiatiques et hypermédiatisées. On se propose en conséquence les première étapes/objectifs suivants : §         Proposer rapidement des collaborations à un certain nombre de chercheurs et de praticiens de manière à constituer un groupe de travail. §         Au travers de quelques textes et ressources, rassembler des éléments permettant de bien cerner les enjeux soulevés par les hypermédias, notamment en termes - de modifications des processus de conception/production/gestion/stockage/conservation des informations - de modification des modes cognitifs d'apprentissage - d'inclusion dans les jeux économiques et industriels - sociétaux §         Dégager différents champs applicatifs pour étudier les hypermédias, et inviter différents chercheurs à collaborer à cette problématique transdisciplinaire §         Produire une activité de veille sur les champs et disciplines intervenant dans la problématique. §         Produire des contributions de fond aux problématiques dégagées par l'atelier 1ère thématique appliquée de recherche : la médiation hypermédia du patrimoine archéologique et culturel. - peut-on légitimement dégager des principes de complexité relatifs à la médiation hypermédia des connaissances scientifiques et plus particulièrement celles issues de l'archéologie scientifique et du patrimoine ? Texte associé : -Thèse de doctorat en Sciences de l'Antiquité et en Sciences de l'Information et de la communication. J Mahoudeau : « Hypermédia et Patrimoine archéologique - La médiation numérique du patrimoine culturel comme processus socio-technologique complexe ».

    plusieurs adaptation en ligne : - Pour une interdisciplinarité assumée : un champ de recherche aux enracinements multiples (champ de base et tissage de problématiques spécifiques) - Au coeur de la dialectique qui unit contexte générale d'action hypermédia et figure centrale de l'usager. - La médiation hypermédia du patrimoine archéologique : vers la mise en évidence de quelques indices de complexité. *** Mots-clefs : technologies numériques ; système symbolique de représentation ; médiation et complexité ; modélisation de processus socio-technologique complexes

    Atelier 36 - "Entendre l'esthétique dans ses complexités"
    animé par LESTOCART Louis-José

      Cet Atelier-Forum  viserait à éclairer  l'interprétation d'oeuvres artistiques à laquelle chacun s'exerce volontiers, par l'établissement d'une théorie générale de l'art dans ses rapports avec la recherche scientifique passée et actuelle. Ce sera surtout en s'intéressant aux oeuvres couvrant tout le XX° S, qui peuvent comprendre peinture, cinéma, cinéma expérimental, installations, vidéo, installations interactives, art sur Internet, art numérique, musique, arts de la scène et leur développement technologique, etc ... oeuvres qui, paradoxalement, nous sont souvent moins familières. Cette interprétation, qui peut aussi se nourrir des richesses des siècles antérieurs, emprunte les chemins des théories de la Complexité en tentant d'établir une typologie des oeuvres d'art en relation avec les principaux types d'émergence (effets de seuil, emboîtement des formes, organisation autopoïetique, boucle rétroactive, phénomènes réflexifs ou récursifs d'une construction interactive avec un environnement, etc.)             En 1986, lors du Colloque International de Tsukuba (Japon), Sciences et symboles, les Voies de la connaissance, Henri Atlan, biologiste et auteur d'une théorie de la complexité et de l'auto-organisation s'interroge sur le sens dans une communication intitulée Créativité biologique et auto-création du sens. « En général pour parler de créativité, on parle souvent de génie, d'inspiration, de Vie avec un grand V. On envisage ainsi la créativité intellectuelle et artistique du point de vue de la vie intérieure des hommes créateurs, telle qu'on l'imagine à partir de récits biographiques et introspectifs sur les circonstances dans lesquelles une oeuvre a été créée. Je veux envisager les choses d'une autre façon, dont je ne crois pas qu'elle épuise le sujet (...)ce qui va nous occuper maintenant, ce n'est pas tellement l'expérience intérieure de la créativité que l'observation de ce que « du nouveau » peut survenir dans la nature (...) » René Thom et Francisco Varela, tous deux présents à Tsukuba, se sont illustrés sur cette même question de l'auto-création du sens. L'un dans le champ des mathématiques et de la morphogenèse ; l'autre dans la cybernétique, la biologie, l'épistémologie et le cognitivisme. Varela par exemple a élaboré une doctrine générale des formes, à la fois pour les systèmes biologiques et les systèmes cognitifs. En ce qui concerne la créativité, il est l'auteur d'un beau texte, Le cercle créatif  (in L'Invention de la réalité de Paul Watzlawick et alii) qui, liant mathématique, biologie et art, fixe une méthode de pensée et d'analyse, à partir du thème de la Circularité, sur ce que peut être la conception d'une oeuvre. Jean Petitot, de même, dans Morphologie et Esthétique, étudie à partir du « potentiel organisateur » de la théorie des catastrophes de Thom, certains rapports de la morphogenèse mathématique et biologique avec la littérature et la philosophie.          Néanmoins si ces chercheurs se sont bien préoccupés d'" entendre l'esthétique dans ses complexités", parfois à grands renforts de Goethe, de Lessing et de Kant (3° Critique), aucun d'eux ne s'est soucié de l'art contemporain. Et inversement, pratiquement aucun historien d'art français, encore (tout comme les critiques d'art) sous l'emprise de ses propres statues et quelles statues ! Benjamin et Adorno, auxquelles s'ajoute Deleuze invariablement-, ne s'est jusqu'ici réellement doté d'une vision épistémologique, absente des esprits depuis Gombrich, voire Panofsky. La récursivité formulée en 1931 par Kurt Gödel n'a été, par exemple, jamais prise en compte dans l'approche de l'art contemporain, alors qu'il est évident que celle-ci y est intimement liée. Elle, avec d'autres thèmes comme la boucle rétroactive de Wiener, demeure une des composantes essentielles de sa construction. Cet art ne peut se concevoir que comme espace cognitif et réflexif,  et cela dès La Mariée mise à nu par ses célibataires, même (le Grand verre, 1915-1923) de Marcel Duchamp qui, à cet égard, fait figure de précurseur.          A ma connaissance, il n'existe pas d'ouvrage en langue française associant les théories de l'émergence et de la complexité directement avec l'art et l'histoire de l'art du XX° siècle (si ce n'est articles et communications épars). En ce domaine, on peut même parler de « retard ».          Cet Atelier -Forum  au sein du Réseau INTELLIGENCE de la COMPLEXITE - R.I.C vise donc à combler cette lacune et à s'interroger sur les anciens comme les plus récents développements d'une recherche scientifique et épistémologique dont l'art reste inséparable. « Dans le total, arts et sciences sont inséparables », disait Paul Valery. Ce qui est d'autant plus vrai aujourd'hui avec l'ère des nouvelles technologies. Mais déjà, historiquement, sont nées des manifestations, des pensées, des partis pris finalement peu éloignés de la sensibilité que l'on veut montrer ici. Ainsi le système C/E/M (Corps/Esprit/Monde) que Valéry décrit dans ses Cahiers, est une sorte d'artefact conceptuel, de « machine universelle » heuristique ; un système auto-organisé par l'organisme, via le cerveau, par laquelle le poète veut apprendre à ne plus opposer les principes art, science et connaissance.             Réfutation du réductionnisme mécaniste (stratégie top-down), l'émergence  (stratégie bottom up) conceptualise scientifiquement que l'addition de plusieurs éléments n'est pas toujours égale à leur somme. Cette approche, à mon sens, offre une interprétation beaucoup plus riche pour certaines oeuvres artistiques « complexes » historiques.             On connaît peu Kandinsky sous son rapport au théâtre. Il est pourtant l'auteur, dans les années 20, de plusieurs « Compositions » sur lesquelles il écrit et théorise, qui sont des sortes de pièces-« morphogenèses », explorant une « collaboration entre les arts ». Ecriture, lumière, couleurs, acteurs, danses, bruits et musique y deviennent « agents » d'une création à la fois aléatoire et orientée.             A la même époque, Lazlo Moholy-Nagy concourt avec certains autres artistes comme le Russe Naum Gabo, et l'Allemand Ludwig Hirschfeld-Mack à l'éclosion d'un art cinético-lumineux (véritables systèmes mis en scène et protoVirtuel) en même temps qu'il prône un Théâtre de la Totalité résultant, là aussi, d'une addition d'éléments hétérogènes.             Kurt Schwitters à Hanovre, construit sur la forme de la sonate, mais uniquement via des sons phonétiques, pré-syllabiques ou des sons émis, formés par la bouche sous forme d'onomatopées, une  Ursonate (Ur Lauten Sonate, 1921) en quatre mouvements d'une durée de 40 minutes. Dans ce travail de déconstruction du langage, il invente une certaine musique concrète contemporaine. Mais il fait bien plus, car, par ses installations-morphogenèses, comme les MerzBauen (ensembles architecturaux  domiciliaires en bois blanc et en plâtre) et son Théâtre Merz, il suscite déjà le principe d'une auto-organisation. Principe initié par le seul mot Merz qui engendre continûment peintures, musique, poèmes, installations, comme autant d'oeuvres en devenir basées sur une Théorie des assemblages. Tout se passe comme si ces emboîtements de Schwitters décidaient de propriétés émergentes n'existant pas dans chaque élément séparé.             Plus tard, le musicien John Cage, à travers ses Systèmes/De-systèmes musicaux et ses expériences de Hasard (Hasard et « Chaos »), crée des pièces-happenings dont le Theater Piece No. 1 (1952) ou encore le dispositif électroacoustique et morceau polyradiophonique de l'Imaginary Landscape Number Four ou March n° 2 (Le paysage imaginaire n° 4, 1951), qui instaurent des  composants divers pouvant interagir à la fois sériellement et parallèlement, de manière à engendrer des effets et événements aussi bien simultanés que séquentiels. Ces pièces ramènent aux boucles rétroactives, aux phénomènes réflexifs ou récursifs d'une construction interactive avec l'environnement et avec le ou les spectateurs-observateurs.             Principe auquel se réfèrent les installations de l'Ecole de New York de la fin des années 50, l'art vidéo, l'art en « espace partagé » d'un Fred Forest et de quelques autres et enfin les installations interactives contemporaines, la Réalité Virtuelle, les dispositifs immersifs des CAVEs.             Notre investigation pourrait ne pas s'arrêter là. Car pourquoi ne pas se pencher sur la littérature dite baroque (l'écrivain cubain José Lézama Lima, théorisant lui-même ses formes d'écritures complexes, dont l'hypertélie), sur un cinéma réclamant une lecture épistémologique comme celui de Tarkovski, sur certaines expériences du cinéma numérique empreintes de pensée leibnizienne et auto-organisées (Time Code, Mike Figgins, 1999) ou même sur la composition musicale contemporaine dans son ensemble ; la mieux servie en France en terme d'approche complexe. Cela pouvant entendre également le turntablisme (dispositif à deux platines) des musiques techno et hip-hop.          Tout en donnant ces exemples nous avons parfois confronté ces formes d'art à différents modèles d'émergence. Ce sera un des buts de cet Atelier -Forum  " Entendre l'esthétique dans ses complexités" : établir une vision renouvelée des thèmes de l'émergence et de la complexité dans leurs rapports avec l'esthétique et la création artistique. Projet qui s'inscrit dans la réalisation d'une typologie des formes d'émergences en rapport avec certaines oeuvres d'art. Chercheurs, artistes et citoyens ne peuvent-ils s'associer en participant à une intelligence effective de la construction de telles « réalités » que nous nommons « artistiques » ?

  • 36 documents

  • CE QUI EST GENERE, GENERE A SON TOUR CE QUI LE GENERE (26-04-2011) - Edito 55 - Ainsi se reconfigure et se développe le Site du Réseau Intelligence de la Complexité-MCX-APC
    Ecrit par : RESEAU INTELLIGENCE DE LA COMPLEXITE MCX - APC
    Science Citoyenneté

    Ce qui est généré, génère à son tour ce qui le génère
    (Edgar Morin)

    Ce qui est généré, (depuis 1998 puis régénéré en 2003), le Site du Réseau MCX-APC, en 2011, génère à son tour, chemin faisant, ce qui le génère,
    le Site du Réseau Intelligence de la Complexité-MCX-APC.
  • Inter-Lettre Chemin Faisant MCX-APC (14-07-2010)
    Ecrit par :
    Science Citoyenneté - Intelligence de la Complexité

    I.

    ÉDITORIAL : « APPEL AU RENOUVEAU DE  LA FORMATION CITOYENNE : Lorsque, lassés des découpages en disciplines multiples et spécialités fermées, en bonne intelligence de « l'élucidation collective des enjeux, … » 


    II.

    PUBLICATIONS :

    -Le

    ‘DOSSIER DES ACTES de la  CONFERENCE DEBAT 2009, Dossier MCX 26 est maintenant en ligne : L’INTELLIGENCE DE LA GOUVERNANCE AU DEFI DE L’OECONOMIE

    -LES

    ACTA DU GRAND - ATELIER 2010 du Réseau Intelligence de la Complexité (Colloque Complexité 2010) sont presque tous en ligne : « LA PENSÉE COMPLEXE : DÉFIS ET OPPORTUNITÉS  pour l’éducation, la recherche et les organisations » III. ACTIVITÉS DES ATELIERS ET CONSEILS :
    Un nouveau document, quatre nouveaux liens IV. BIBLIOTHEQUE du RIC :
    Deux nouveaux ouvrages V. CAHIER DES LECTURES DU RÉSEAU :
    Une nouvelle Note de Lecture VI. L’ACTIVITÉ DES ASSOCIATIONS AE-MCX et APC :
     La reconfiguration et la modernisation du Site du Réseau Intelligence de la Complexité

  • APPEL AU RENOUVEAU DE LA FORMATION CITOYENNE (14-07-2010) - Lorsque, lassés des découpages en disciplines multiples et spécialités fermées, en bonne intelligence de « l'élucidation collective des enjeux »
    Ecrit par : LE MOIGNE Jean-Louis
    Science Citoyenneté - Education Formation - Ingegno Rationalité et Heuristiques - Epistémologie de la Complexité
  • Inter-Lettre Chemin Faisant MCX-APC (24-05-2010)
    Ecrit par :
    Science Citoyenneté - Management Stratégique

    I. ÉDITORIAL : « DE LA LEGITIMATION DES SAVOIRS A L’EXERCICE DES POUVOIRS »

    II. PUBLICATIONS :
    -Le ‘DOSSIER DES ACTES de la CONFERENCE DEBAT 2009, sur le thème : L’INTELLIGENCE DE LA GOUVERNANCE AU DEFI DE L’OECONOMIE
    -LES ACTES DU GRAND - ATELIER 2010 du Réseau Intelligence de la Complexité (Colloque Complexité 2010) : « LA PENSÉE COMPLEXE : DÉFIS ET OPPORTUNITÉS pour l’éducation, la recherche et les organisations »

    III. ACTIVITÉS DES ATELIERS ET CONSEILS :
    Deux ‘Mémoriaux’, quatre nouveaux documents, cinq nouveaux liens

    IV. BIBLIOTHEQUE du RIC :
    Cinq nouveaux ouvrages

    V. CAHIER DES LECTURES DU RÉSEAU :
    Deux nouvelles Notes de Lectures

    VI. L’ACTIVITÉ DES ASSOCIATIONS AE-MCX et APC :
    Un nouveau projet : Module de formation citoyenne :
    « Agir <=> Penser en Complexité »

  • DE LA LEGITIMATION DES SAVOIRS A L'EXERCICE DES POUVOIRS (20-05-2010)
    Ecrit par : LE MOIGNE Jean-Louis
    Science Citoyenneté - Politique de Civilisation et Anthropolitique - Cognition
  • Politique et école. La dimension anthropologique. (04-02-2010) - Tribune libre publiée le 6 janvier 2010 par le Site : Le Cercle-Psy de « Sciences Humaines » (http://le-cercle-psy.scienceshumaines.com/politique-et-ecole-la-dimension-anthropologique_sh_24792)
    Ecrit par : TARPINIAN Armen
    Communication Confiance - Psychosociologie - Politique de Civilisation et Anthropolitique - Education Formation - Gouvernance des Organisations Complexes - Systèmes Socio Economiques - Science Citoyenneté
    "Pourquoi l'école ne parvient-elle pas à donner à chaque enfant une chance égale de stimuler son désir d'apprendre, de déployer son humanité ?" Pourtant, les expériences de terrain encourageantes ne manquent pas. Plaidoyer pour un projet de société qui veillerait à assurer une véritable éducation psychosociale, et humaniste. Son analyse nous entraîne à comprendre par quelles voies d'action nous pourrions aider notre école à intégrer pleinement sa finalité anthropologique. Ce qui appelle une éducation où savoirs, savoir-faire, savoir-être et savoir-être-ensemble s'apprennent conjointement. Des approches théoriques et de nombreuses expériences de terrain et d'outils existent, mais ils sont, en France, gravement négligés. L'école, « fille et mère de la société », devrait mieux s''interroger sur la contradiction fondamentale entre les valeurs républicaines qu'elle invoque et les valeurs réellement transmises. Armen Tarpinian (en référence à l'ouvrage collectif que nous avions signalé à sa parution, Ecole : changer de cap. Contributions à une éducation humanisante, 2007), propose ici - de façon non exhaustive - huit mesures basiques qui constitueraient « des réponses de fond » à la grande inquiétude et à la souffrance scolaire. Dans cette approche, fondatrice de plus d'humanité, « les Sept Savoirs pour l'éducation du Futur » préconisés par Edgar Morin demeurent des pistes d'or incontournables.
  • DOSSIER MCX Vidéo XXVI : « L'Intelligence de la Gouvernance au Défi de l'Oeconomie » (04-02-2010)
    Ecrit par : RIC MCX (réalisation V. Guilloux)
    Gouvernance des Organisations Complexes - Science Citoyenneté - Systèmes Socio Economiques
    La parution de 'l'Essai sur L'Oeconomie' de Pierre Calame nous a donné une occasion bienvenue pour activer les débats citoyens sur La Gouvernance des Sociétés et des Organisations Humaines. Ce dossier ouvre l'accès aux Enregistrements vidéo de cette Conférence-Débat du Réseau Intelligence de la Complexité Paris) le 25 novembre 2009, présidé par Pascal PETIT, avec des contributions de Pierre CALAME, Edgar MORIN, Dominique GENELOT, Michel ADAM, Ali AIT ABDELMALEK, Jean-Louis LE MOIGNE
  • QUESTIONS VIVES ET CONTROVERSES AUTOUR DE LA PREPARATION MENTALE (15-02-2009) - Présentation et éléments de discussion d'une question difficile mais jamais posée : Qu'est ce que le mental ? Questionnement nécessaire quand on souhaite « travailler sur le mental »
    Ecrit par : FLEURANCE Philippe
    Science Citoyenneté
    Il est des sujets de l'entraînement sportif et de sa gouvernance qui sont souvent embrouillés, mêlant à différents points de vues scientifique et technique, des questions éthiques et pratiques. Chacun peut constater au quotidien que les questions du monde actuel bousculent de plus en plus des certitudes qui pouvaient apparaître hier, fondées sur des consensus scientifiques stables. Ces questions « vives » font évidemment controverses et appellent à « peser le pour et le contre », à chercher à « poser les bonnes questions » avant de trancher le plus souvent pragmatiquement « chemin faisant ». C'est bien le cas du "mental" qui est évoqué à tous propos en sport mais aussi en management, coaching, etc. En fait, en recherchant des sportifs ayant un "mental" hors-pair, on a souvent tendance à surestimer leur talent comme facteur de succès et à sous-estimer combien leur environnement, les interactions, les modes de travail en commun permettent à ce talent de s'épanouir dans la performance C’est bien dans cette perspective que nous présentons, les éléments d’une discussion sur le "mental".
  • Colloque international 'La démocratie à l'épreuve de l'exclusion : l'actualité de Joseph Wresinski' (06-08-2008)
    Ecrit par : ATD Quart Monde
    Science Citoyenneté - Travail Social - Politique de Civilisation et Anthropolitique
    A l’occasion du vingtième anniversaire de la mort de son fondateur, Joseph Wresinski (1917-1988) et du soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, proclamée le 10 décembre 1948, le Mouvement international ATD Quart Monde organise, en partenariat avec Sciences Po et l’Association française de science politique, un colloque consacré à la grande pauvreté et à l’exclusion. Le projet politique qui fonde les démocraties contemporaines - liberté, justice, réduction des inégalités, respect des droits de l’homme - subit en permanence l’épreuve de la réalité. Au Nord comme au Sud, l’extrême misère, la ségrégation sociale et l’exclusion appellent de manière urgente à approfondir ces idéaux et leur mise en œuvre » .  Inscriptions : contact.centre-histoire@sciences-po.fr
  • GERER LA COMPLEXITE ou 'FAIRE AVEC' LA COMPLEXITE ? (13-07-2008) - De 'L'HEURISTIQUE DE LA PEUR'... du Mur de la Complexité à éviter à 'L'HEURISTIQUE DE L'ESPERANCE' ? du Désir d'Humanité se civilisant
    Ecrit par : JL le Moigne, avec de nombreux emprunts à Patrick Viveret
    Science Citoyenneté - Gouvernance des Organisations Complexes
  • Mémorial Maurice PASDELOUP (12-07-2008)
    Ecrit par : LE MOIGNE Jean-Louis
    Science Citoyenneté
  • DE LA REFORME DE L'UNIVERSITE (09-12-2007)
    Ecrit par : MORIN Edgar
    Epistémologie de l'Interdisciplinarité - Science Citoyenneté
    L’actualité des débats sur la réforme de l’Université, en particulier en France ces derniers mois, nous a incité à retrouver un texte rédigé par Edgar MORIN il y a dix ans sous le titre : « De la Réforme de l'Universite ». ne nous permet-il pas de lever enfin ‘la tête au dessus du guidon’  et de nous libérer de cette sorte de  prégnance culturelle  que suscitent aujourd’hui sur ces débats les conjonctions des rancoeurs corporatistes et des confrontations idéologiques. Ce texte fut présenté initialement lors d’un Congrès international tenu à Locarno, Suisse, 30 avril - 2 mai 1997, sur le thème  « Quelle Université pour demain ? » , organisé par le CIRET, qui publia ces travaux dans son bulletin N° 11 Juin 1997. Nous remercions chaleureusement  Edgar Morin et le Directeur du CIRET, B Nicolescu, de nous autoriser à reprendre ici ce texte écrit en 1997 ‘pour demain’ et donc pour aujourd’hui, 2007.
  • L'EXPERT EST AVEUGLE SANS LES LUNETTES DU CITOYEN (30-09-2007)
    Ecrit par : LE MOIGNE Jean-Louis
    Science Citoyenneté - Politique de Civilisation et Anthropolitique
  • Retrouver le goût des "redresseurs d'esperance" (30-05-2007)
    Ecrit par : MORIN Edgar
    Politique de Civilisation et Anthropolitique - Science Citoyenneté

    Nous sommes heureux de reproduire ici un article d’Edgar MORIN publié initialement en 1993 (l’année de la parution de ‘Terre Patrie’) dans les colonnes du journal Le Monde, et titré ‘La pensée socialiste en ruine’, article que le journal Témoignage Chrétien a eu l’excellente idée de reprendre dans son n° du 24 Mai 2007 sous le titre ‘Les leçons et les espoirs d’une défaite annoncée’. Nous avons demandé à Edgar Morin l’autorisation de rendre ce texte largement et durablement accessible en le publiant sur le site du Réseau Intelligence de la Complexité et en lui donnant ici en guise de titre l’argument de sa conclusion.

  • IDENTITE NATIONALE ? - IDENTITE CITOYENNE ? : IDENTITE HUMAINE (16-04-2007)
    Ecrit par : MORIN Edgar
    Politique de Civilisation et Anthropolitique - Science Citoyenneté - Ethique Processus Téléologiques

    La campagne électorale française de 2007 ré active un vieux débat, celui de l’identité nationale ; autrement dit celui du ‘Vivre ensemble’ que connaissent toutes les sociétés humaines construisant leur identité solidarisante sur le concept de Nation.

    Tour à tour, les effets pervers des nationalismes exacerbés, sources de guerres atroces, et des internationalismes utopiques, sources de désordres ou d’anarchies insupportables, sont évoqués pour exalter ou relativiser le primat de l’identité nationale sur l’identité citoyenne.

    Pour nous aider à nous former quelque ‘intelligence de la complexité’ de ce complexe familier qu’est ‘l’inidentifiable Identité Nationale’, nous avons demandé à Edgar Morin l’autorisation de publier deux des articles qu’il écrivit au fil des 20 dernières années (en 1991 et 2002, en d’autres campagnes électorales) sur cet ‘Identifiant’, viatique symbolique de ‘l’affectio societatis’ qui nous intégre et viatique pratique de la carte qui nous différencie.

    Sous

    les titres « La francisation à l’épreuve » (1991, et « La fausse identité nationale » (2002), on trouvera ces deux articles dans ce dossier.

    Pour

    éclairer plus largement encore ce dossier, on pourra consulter, dans le ‘Cahier des Lectures’ du site, les Notes consacrées à « Terre-Patrie » (E Morin et AB Kern), « L’Identité humaine » (E Morin, La Méthode, Tome V ) et « Les identités meurtrières » (A. Malouf).
  • Complément au dossier « Sur 'Israél - Palestine, Le Cancer', un devoir civique d'intelligence de la complexité » (19-07-2006) - 12 juillet 2006: la Cour de Cassation rend un verdict définitif
    Ecrit par : Cour de Cassation
    Science Citoyenneté - Politique de Civilisation et Anthropolitique

    En complément au dossier « Sur ‘Israél – Palestine, Le Cancer’, un devoir civique d’intelligence de la complexité » publié en août 2005 dans la rubrique ‘COMPLEXITE CONSCIENCE, In Extenso’, le texte de l’Arrêt de la Cour de Cassation de la République Française ‘cassant sans renvoi’ le 12 juillet 2006, l’arrêt de la cour d’appel de Versailles de mai 2005 (qui nous avait incité à l’époque à présenter ‘in extenso’ les pièces de ‘cette insolite condamnation pour diffamation’).

  • LA VALIDATION DES ACQUIS DE L'EXPÉRIENCE (VAE),UNE RÉVOLUTION SILENCIEUSE (25-06-2006) - Enjeux individuels et collectifs de la validation des acquis de l'expérience (VAE)
    Ecrit par : DEMAILLY André
    Education Formation - Science Citoyenneté

    Il est bien plus facile de remarquer le bruit fracassant de l’arbre qui tombe que le silence de la forêt qui pousse ! La métaphore ne vaut-elle pas pour le silence (dans nos médias) qui entoure la propagation de la V.A.E., sigle un peu mystérieux qui semble révéler discrètement un aveu ? Pour qui veut bien faire la distinction entre l’ivresse performative des mots et la force tranquille des actions qui comptent, la validation des acquis de l’expérience (VAE) fait partie de ces actions apparemment anodines qui provoquent des révolutions silencieuses, tant au plan épistémologique (les rapports du « faire pour comprendre » et du « comprendre pour faire », ou les rapports de la transmission scolaire des connaissances et de l’acquisition de savoirs plus expérientiels), qu’aux plans politique et éthique (les fondements de nos hiérarchies sociales).


    Ne reconnaissons-nous pas les enjeux de cette révolution silencieuse? N’oppose-t-elle pas à la simplification unidimensionnelle des choses, une vision plus complexe et ouverte de leur cours ? à la prescription unilatérale, des orientations partagées au fil d’une dialogique des points de vue ? aux emballements des fuites en avant, une récursivité des actions sur les acteurs ? au cloisonnement de l’épistémologique, de l’éthique et du pragmatique, leur fécondation mutuelle ?

  • Bertrand VISSAC (28-03-2005)
    Ecrit par : CARRE Daniel
    Eco Systèmes Naturels - Science Citoyenneté
  • AUTOUR DU CHEMINNEMENT DE L'IDEE DE MODELISER LA COMPLEXITE (30-07-2004) - Idées pour un débat
    Ecrit par : MARTINS BARATA José Pedro, AMBROSIO Teresa
    La Modélisation des Systèmes Complexes & Disegno - Science Citoyenneté
  • LA R&D PROSPECTIVE : ESSAIS (22-06-2004) - Résumé de l'étude "Matières à (re)penser le développement durable (DD) et d'autres développements (ADs) ", préface de Michel Sebillotte, INRA, juillet 2003)
    Ecrit par : GONOD pierre
    Science Citoyenneté
    Il s'agit d'une réflexion critique sur DD et des ADs et d'un essai praxéologique sur l'ensemble "Prospective-Projet-Politique". Le DD est une condition nécessaire mais insuffisante pour le développement. À partir d'une analyse du DD les questions portent sur le fond et les problèmes par disciplines. La question principale est celle de la capacité de la maîtrise sociale d'orienter le développement. La problématique de l'auteur comprend : la gouvernance globale, les valeurs sous-jacentes aux changements, les rapports global-local, les échelles spatiales et des temps. Il en découle une adaptation conceptuelle et méthodologique de la prospective pour les ADs en assignant à celle-ci la fonction de contribuer à l'émergence de projets autoconstruits. Dans ce but il propose un mécanisme politique où la prospective participative est un outil conceptuel nécessaire pour dégager les visions du long terme du DD et des AD(s). Ce mécanisme est fondé sur des rétroactions au cours du processus : prospective-projets-décision-action-évaluation-contrôle.
  • LA R&D PROSPECTIVE : ESSAIS (22-06-2004) - Quelle prospective ?
    Ecrit par : GONOD pierre
    Science Citoyenneté
    Ce document fait suite à l'essai précédent "Prospective-Projet-Politique", il répond à l'interrogation "Quelle adaptation conceptuelle et méthodologique est nécessaire pour les nouvelles finalités assignées à la prospective, développement durable, autres développements, projets sociétaux autoconstruits ?" Dans cet essai la "manière de penser" opère l'ensemble. Elle se réfère à une problématique (complexité, incertitudes), à un système intellectuel (concepts, méthodes, outils) à la praxéologie (méthodologie de l'action, apprentissage collectif). L'anticipation se fait par un jeu d'hypothèses sur les processus (contraintes inéliminables et éliminables, processus maintenus, modifiés, réversibles, éliminés, nouveaux). La temporalisation (l'immédiat, le court et le long termes, les visions et projets, les temps politiques, leurs durées, vitesses, délais) conduit à des cheminements temporels, et à autant de configurations prospectives, l'anticipation débouche sur des structures successives.
  • LE PROBLEME THEOLOGICO-SCIENTIFIQUE ET LA RESPONSABILITÉ DE LA SCIENCE (25-05-2004)
    Ecrit par : DUPUY Jean-Pierre
    Ethique Processus Téléologiques - Science Citoyenneté
    Sous ce titre intriguant, Jean-Pierre Dupuy a présenté une conférence donnée en ouverture des Premières Rencontres "Science et Décideurs", intitulées Prévenir et gérer les risques, sous l'égide du Ministère de la recherche et des nouvelles technologies, au Futuroscope, à Poitiers, le 28 novembre 2003. Il a bien voulu nous en communiquer le texte pour « les Documents du Conseil scientifique du Site MCX-APC. La conclusion de cette étude exprime si explicitement le projet de notre réflexion collective que nous sommes heureux de pouvoir contribuer à son audience : « Nous avons besoin de scientifiques "réflexifs": moins naïfs par rapport à la gangue idéologique dans laquelle se trouvent souvent pris leurs programmes de recherche; mais aussi plus conscients que leur science repose irréductiblement sur une série de décisions métaphysiques ». Georges Lerbet, nous transmettant ce document ajoute : « Un tel regard nouveau passe par un changement de conception et de pratiques dans la formation scientifique. Gérer des algorithmes est nécessaire mais insuffisant. Apprendre à les ?fabriquer' est tout aussi indispensable, ainsi qu'à les cadrer dans une culture épistémologique. A l'ère de la convergence des savoirs nanoscientifiques dont l'ambition consisterait à priver l'homme de ses propriétés auto-référentielles, c'est à dire à proprement le dénaturer, il nous faut oser admettre ce que nous savons et intégrer l'ouverture de l'avenir à nos problématiques' Nous remercions très vivement Jean Pierre Dupuy de son accord pour publier ici cette réflexion si actuelles, ainsi que la rédaction de la revue Le Débat qui vient de publier cet article (N° de mars 2004) qui nous autorise à le reprendre sur le site Du RIC. ..
  • Le scientifique, le politique et le citoyen ne sont-ils pas dans le même bateau ? (26-05-2003)
    Ecrit par : LE MOIGNE Jean-Louis
    Science Citoyenneté
  • Complexité : d'autres voies intelligentes sont possibles (02-04-2003)
    Ecrit par : CALAME Pierre
    Science Citoyenneté - Gouvernance des Organisations Complexes - Politique de Civilisation et Anthropolitique
  • De l'impasse a la reciprocite: comment forger l'alliance entre les plus demunis et la societe (14-02-2003)
    Ecrit par : TARDIEU Bruno
    Epistémologie de la Complexité - Science Citoyenneté
  • Le nucléaire : "ringard" ! (13-02-2003)
    Ecrit par : PASDELOUP Maurice
  • Ne peut-on vouloir une gouvernance collective de la science ? (11-02-2003) - L'Ethique scientifique appelle les scientifiques à une ascèse épistémologique
    Ecrit par : Science et Société
    Science Citoyenneté - Ethique Processus Téléologiques
  • Sur les connaissances enseignables (10-02-2003) - Document du Deuxième axe : débats heuristiques
    Ecrit par : LERBET-SERENI Frédérique
    Ingegno Rationalité et Heuristiques - Pragmatique - Science Citoyenneté
  • ARGUMENTATION, RHETORIQUE ET POLITIQUE (05-02-2003)
    Ecrit par : ROIG Charles (†)
    Science Citoyenneté - Argumentation Dlibration
  • Evolution de la prospective (11-11-2002) - ACTUALITES PROSPECTIVES, ANALYSES CRITIQUES, CHRONIQUES
    Ecrit par : GONOD P., GURTLER Jean-Luc
    Science Citoyenneté
    L'évolution complexe de la prospective marquée par des phases d'essor et de repli, de succès et de faillites, sa reprise actuelle aux niveaux des prospective mondiale, européenne, nationale, régionale et territoriale, la signification des nouveaux courants de pensée Cet article est paru dans la revue OCL,. Voir N sept-oct.2002, dossier "Prospective et recherche agronomique". Nous la remercions pour nous autoriser à le reproduire.
  • Construire une politique scientifique (03-07-2002) - Extraits du Projet d'établissement du CNRS 2002
    Ecrit par : CNRS
    Science Citoyenneté - Intelligence de la Complexité - Epistémologie de l'Interdisciplinarité
  • Générations en prospective (08-08-2000) - LA R&D PROSPECTIVE : ESSAIS
    Ecrit par : GONOD P.
    Science Citoyenneté
    L'étude des générations est autant rarissime qu'indispensable en prospective. Le livre de Préel combe une lacune par l'identification des générations. Il dresse un tableau de notre société actuelle où sept générations coexistent. Il analyse le jeu des acteurs des sept générations sur les plans des valeurs, de la révolution silencieuse des femmes, du travail, de la consommation. Il esquisse un scénario de rupture qui justifie le titre de son livre.
  • Le statut de l'incertitude (03-03-2000) - LA R&D PROSPECTIVE : ESSAIS
    Ecrit par : GONOD P.
    Science Citoyenneté
    L'avenir est imprévisible. C'est pourquoi, paradoxe, il faut envisager des futurs. Et pour cela traiter de l'incertitude, de la compréhension de la prévision et de la prospective et de leurs relations. La prévision dégage des certitudes (déterministes ou aléatoires), la prospective des anticipations sur des advenirs (incertitude qualitative ou/et quantitative). Les postures prévisionniste et prospectiviste diffèrent, mais elles ont une base commune : le statut de l'incertitude qui fait l'objet d'une typologie. La pensée complexe discerne les incertitudes systémiques et la systémique de l'incertitude.
  • Manifeste Science et citoyenneté (07-07-1999)
    Ecrit par : CALAME Pierre
    Science Citoyenneté
    (à l'initiative de Pierre Calame, annoté par J.L. Le Moigne)
  • CRITERES ET METHODES POUR L'ACTION DANS UN MONDE COMPLEXE (21-11-1998) - Exposé de Pierre Calame au Grand Atelier MCX
    Ecrit par : CALAME Pierre
    Gouvernance des Organisations Complexes - Science Citoyenneté - Politique de Civilisation et Anthropolitique
  • Complexité et citoyenneté, science et société (01-09-1998)
    Ecrit par : LE MOIGNE Jean-Louis
    Science Citoyenneté - Politique de Civilisation et Anthropolitique
  • 6 liens

  • Mai 2010 ACTES du Colloque international « LA DEMOCRATIE A L'EPREUVE DE L'EXCLUSION. Quelle est l'actualité de la pensée politique de Joseph Wresinski ? » proposé par l'atelier-forum MCX N°0
    Science Citoyenneté

    « Il est tellement important, comme le réalise ce colloque, d'«instaurer un dialogue entre chercheurs, universitaires et acteurs de la lutte contre la grande pauvreté ». Sans ce dialogue, sans cet engagement commun, ceux qui subissent et combattent chaque jour la misère resteront les éternels exclus de nos cités. Sans ce dialogue, « nous nous laisserons emporter par nos propres idées, et finirons par penser à leur place ». Sans eux, nous oublierions qu'ils sont « le point d'appui pour le levier qui soulèvera le monde ?pour contribuer à faire naître un monde où chacun pourrait enfin être libre pour participer, « à égalité, partout où les êtres humains parlent et décident du destin et du futur de l'humanité » (Extrait de l'exposé d'ouverture d'Eugen Brand, délégué général du Mouvement International ATD Quart Monde)
    Le Dossier des Actes de cet important Colloque présente prés d'une centaine de contributions (18 ateliers thématiques, trois plénières) qui toutes témoignent de la possibilité de ce dialogue entre chercheurs, universitaires et acteurs de la lutte contre la grande pauvreté. Nous mentionnons ici les titres de trois d'entre elles présentées par des membres actifs du Réseau :
    « DE L'IGNORANCE LES UNS DES AUTRES A UNE DEMOCRATIE COGNITIVE PLUS ACHEVEE » Par Bruno Tardieu
    « L'INTERACTION RECIPROQUE DU COMPRENDRE ET DU FAIRE » par Jean-Louis Le Moigne
    « TRAVAIL ET EMPLOI » par Michel Adam

  • Mai 2010 Programme du Colloque.: « LA PENS?E COMPLEXE : D?FIS ET OPPORTUNIT?S pour l'éducation, la recherche et les organisations » proposé par l'atelier-forum MCX N°0
    Science Citoyenneté

    Rappelons les thèmes des Ateliers
    Complexité, culture et communication ; Complexité et santé ; Complexité, recherche et ingénierie ; Complexité, développement durable et gestion des territoires, ; Complexité, éducation, formation et apprentissage ; Complexité et Technologies de l'information et de la communication éducative, ; Complexité et gestion des risques ; Complexité, modèles et modélisation ; La formation des enseignants et l'Université confrontée à la complexité ; Complexité, organisation, gestion et entreprises ; ?pistémologie de la complexité.
    Et ceux des trois Symposium
    Temps, temporalités et complexité ; Temps, temporalités et complexité ; Formations des adultes, alternances et professionnalisations : des recherches à l'épreuve de la complexité

  • Décembre 2009 L'initiative française du Forum mondial sciences et démocratie (FMSD) proposé par l'atelier-forum MCX N°0
    Science Citoyenneté

    L'initiative française du Forum mondial sciences et démocratie (FMSD) qui a été lancé à Belém en janvier 2009 a pour but de susciter des dialogues sur des enjeux cruciaux pour nos sociétés dans les années à venir : la place de la recherche scientifique dans un monde durable (au sens non dévoyé du terme), le statut des biens communs de la connaissance, la démocratisation des choix scientifiques et technologiques, le suivi voire le contrôle à mettre en place face à la montée en puissance des technologies de rupture (nanotechnologies, biologie synthétique?), l'éthique et la responsabilité sociale des chercheurs?. On trouve sur son site les informations utiles sur l'initiative ainsi que la possibilité de participer au forum décentralisé du FMSD qui se déroulera le 23 janvier 2010 à la Bourse du Travail à Paris. Voir en particulier « Biens communs de la connaissance » Contact : Hervé Le Crosnier

  • Septembre 2008 La démocratie à l'épreuve de l'exclusion : l'actualité de Joseph Wresinski proposé par l'atelier-forum MCX N°0
    Science Citoyenneté

    un colloque international sur l'actualité de la pensée de Joseph Wresinski, et du projet de société qu'il proposait. Le Mouvement international ATD Quart Monde organise en partenariat avec Sciences Po Paris et l'Association française de science politique un colloque international sur l'actualité de la pensée de Joseph Wresinski, et du projet de société qu'il proposait. Cet événement aura lieu à Sciences Po Paris du 17 au 19 décembre 2008.(programme détaillé à http://www.joseph-wresinski.org/IMG/pdf/Prog_derniere_version.pdf )
    Ce colloque vise à instaurer un dialogue entre chercheurs, universitaires, et acteurs de la lutte contre la grande pauvreté, y compris ceux qui la vivent personnellement, autour de quatre thèmes de recherche : Comment penser et définir la grande pauvreté et l'exclusion ? Comment analyser les modes de reconnaissance et d'action politiques des plus pauvres ? Les Droits de l'Homme s'appliquent-ils aux exclus et aux pauvres ? Quelles politiques mettre en oeuvre pour lutter contre l'extrême pauvreté ? "Le changement demandé est d'assumer pleinement la dignité des pauvres, de prendre leur pensée comme repère pour toutes nos politiques, leur espérance comme repère de toute action." (Joseph Wresinski)

  • Mai 2008 COMBAT MONSANTO, pour que le monde de Monsanto ne devienne le nôtre proposé par l'atelier-forum MCX N°0
    Science Citoyenneté

    Le site COMBAT MONSANTO, pour que le monde de Monsanto ne devienne le notre, supporté notamment par La FPH (Fondation LC Mayer pour le Progrès de l'Homme), Arte TV et La Découverte : Ici Internet aidant, la Démocratie Cognitive s'exerce effectivement : « Ce site a pour vocation de relayer et de diffuser les informations révélées par l'enquête de Marie-Monique Robin. Pour en savoir plus les internautes peuvent se référer au livre ou au DVD "Le monde selon Monsanto". Ce site comporte trois entrées principales : "les résistances", "le système Monsanto", "les produits Monsanto".Vous trouverez dans "les résistances" un ensemble d'actions passées, présentes ou à venir, pour éviter que le monde de Monsanto ne devienne le notre. Cette rubrique vous permettra de connaitre les actions auxquelles vous pouvez vous joindre.Dans "le système Monsanto", vous trouverez, classées par thématiques, les méthodes utilisées par Monsanto pour imposer ses produits. La dernière entrée de ce site se fait via "les produits". Chaque fiche résume l'histoire d'un produit phare de Monsanto ».

  • Septembre 2007 ?DECLARATION DE SOLIDARITE' contre l'injustice de la misère, pour la dignité de tous proposé par l'atelier-forum MCX N°0
    Science Citoyenneté

    L'apppel de l'ONG Aide à Toute Détresse ? Quart Monde annonce :
    « ? que les citoyens, les autorités locales, nationales et les Nations Unies : considèrent les plus pauvres comme les premiers acteurs de la lutte contre la pauvreté,. associent les plus pauvres à la conception, la mise en place et l'évaluation de politiques qui les concernent, portent l'ambition d'un monde sans pauvreté, un monde où les droits à la vie familiale, au travail décent, à la participation sociale, culturelle et politique sont respectés, soutiennent les événements organisés chaque 17 octobre afin que la participation des personnes en situation de pauvreté reste au coeur de la Journée mondiale du refus de la misère, participent aux dialogues qui doivent se mettre en place tout au long de l'année avec les personnes qui, en refusant la misère, créent des chemins vers la paix »
    En effet, ?considérer les plus pauvres comme les 1ers acteurs de la lutte contre la pauvreté', ?associer les plus pauvres à la conception, la mise en place et l'évaluation des politiques qui les concernent' etc., ne s'agit-il pas là d' actions mettant en acte, dans une situation spécifique, les divers principes généraux d'intervention en situations complexes sur lesquels nous travaillons au sein du Réseau MCX ?APC (cf. par exemple l'ouvrage ?Ingénierie des Pratiques Collectives').. Ne s'agit-il pas là d'une action archétypique en intelligence de la complexité ?, archétypique tant du point de vue épistémique, concernant les modes de développement des savoirs (croisement des savoirs), que du point de vue pragmatique, concernant les modes d'action possible en situation complexe (travailler ensemble, le ?co-?) et du point de vue éthique, concernant la manière de regarder et interagir avec autrui, quel qu'il soit.

  • 42 notes de lectures

  • GOUVERNANCE DES BIENS COMMUNS. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles
    Ecrit par : OSTROM Elinor
    Science Citoyenneté - Gouvernance des Organisations Complexes
    Révision pour l'édition française de Baechler Laurent
    Traduction de l'Edition originale : Ostrom, E. (1990). Governing the commons. The evolution of institutions for collective action. Cambridge University Press)
    Editions de Boeck, 2010, ISBN 978 28041 6141 5 , 301 pages

    Note de : FLEURANCE Philippe (Octobre 2010)
  • L'ENJEU PLANCTON, L'écologie de l'invisible
    Ecrit par : MOLLO Pierre et THOMAS-BOURGNEUF Maelle
    Eco Systèmes Naturels - Science Citoyenneté
    éditions Charles Léopold MAYER, 2009, ISBN 978 2-84377 147 7, 272 pages

    Note de : AUTISSIER Isabelle (Février 2010)
  • LA RELATIVITE DANS TOUS SES ETATS
    Ecrit par : NOTTALE Laurent
    Pragmatique - Science Citoyenneté
    Editions Hachette Littératures (1998), Paris, 2000 ISBN : 2.01.279002.X, 319 pages

    Note de : BOUDON Philippe (Décembre 2007)
  • SECONDE CYBERNÉTIQUE ET COMPLEXITÉ
    Ecrit par : DELORME Robert, ANDREEWSKY Evelyne (†)
    Politique de Civilisation et Anthropolitique - Science Citoyenneté
    Editions l'Harmattan, collection Ingénium ISBN : 2-296-00473-3 ? juin 2006 ? 170 pages

    Note de : biausser evelyne (Septembre 2006)
  • LE SENS DE CHACUN
    Ecrit par : LERBET Georges (†)
    Travail Social - Pragmatique - Science Citoyenneté - Sur La Méthode
    Collection Ingénium - PHILOSOPHIE ISBN : 2-7475-6580-7 ? juin 2004 ? 144 pages

    Note de : De PERETTI André (Mars 2005)
  • LES SCIENCES DE L'ARTIFICIEL (édition complétée)
    Ecrit par : SIMON Herbert A.
    Education Formation - Science Citoyenneté - Epistémologie de la Complexité
    traduit par J.L.Le Moigne Edition Gallimard ? FOLIO ? Essais, 2004, ISBN 2 07 030152 4, 464 p.

    Note de : COUSSINET Cédric (Août 2004)
  • MODELES DE LA DECOUVERTE, (Patterns of Discovery), une enquête sur les fondements conceptuels de la science
    Ecrit par : HANSON Norwood
    Epistmologies Constructivistes - La Modélisation des Systèmes Complexes & Disegno - Science Citoyenneté
    traduit et présenté par Emboussy N. Editions Dianoïa pour la traduction française, 2001, ISBN 2913126030, 239 p. et pour la version anglaise originale, Cambridge University Press, 1958, ISBN 521092612, 241 pages.

    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis (Septembre 2003)
  • LA SCIENCE NOUVELLE
    Ecrit par : VICO Giambattista
    Education Formation - Science Citoyenneté
    traduit et présenté par Alain PONS, Principes d'une science nouvelle relative à la nature commune des nations, Editions FAYARD, Paris, 2001. ISBN 2 213 60800 8, 560 pages

    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis (Février 2003)
  • La politique d'asile en Suisse. Une perspective systémique
    Ecrit par : PARINI
    Science Citoyenneté
    Ed. L'Harmattan. Paris, 1997. 223 pages.

    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis (Février 2003)
  • Le cerveau et l'esprit
    Ecrit par : BARREAU Hervé
    Travail Social - Science Citoyenneté
    CNRS Editions, Paris, 1992.

    Note de : MIERMONT Jacques (Février 2003)
  • Fourmis cybernétiques et robots insectes : socialité et cognition à l'interface de la robotique et de l'éthologie expérimentale
    Ecrit par : LESTEL Dominique
    Science Citoyenneté
    in "Information sur les sciences sociales/Etudes sur la science" (SAGE, Londres) 31-2 (1992), pp. 179-211.

    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis (Février 2003)
  • Les péchés capitaux de la haute technologie : Superphénix, Eurotunnel, Ariane 5,...
    Ecrit par : BELL
    Science Citoyenneté
    Traduit de l'anglais par C. Jeanmongin. Editions du Seuil, Paris, 1998. 347 pages.

    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis (Février 2003)
  • Compétences sociales et relations à autrui. Une approche complexe
    Ecrit par : PEYRE Pierre
    Science Citoyenneté
    Editions L’Harmattan, Paris 2000, ISBN 2-73384-9100-6 , 229 pages

    Note de : De PERETTI André (Février 2003)
  • Sciences "Agent double ""
    Ecrit par : JULLIEN Vincent
    Science Citoyenneté - Eco Systèmes Naturels - Systèmes Socio Economiques
    Ed. Stock, Paris, 2002, ISBN 2 234 05477 X, 303 pages.

    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis (Février 2003)
  • La Médiation sociale: le génie du tiers
    Ecrit par : TRICOIRE Bruno
    Science Citoyenneté - Intelligence de la Complexité
    Collection Ingénium - L'Harmattan 2001 ISBN : 2-7475-1970-8 ? 304 pages

    Note de : CAILLE Philippe (Février 2003)
  • Saint-Simon et le Saint-Simonisme
    Ecrit par : MUSSO Pierre
    Science Citoyenneté
    PUF. "Que Sais-je ?" n° 3468, ISBN 2 13 049840 X, 127 pages.

    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis (Février 2003)
  • Petite réflexion sur le culte moderne des dieux fétiches
    Ecrit par : LATOUR Bruno
    Science Citoyenneté
    Ed. Synthelabo. 92350 Le Plessis (Collection Les empêcheurs de penser en rond), 1996, 103 pages.

    Note de : TANGY Norbert (Février 2003)
  • Transmettre
    Ecrit par : DEBRAY Régis
    Science Citoyenneté
    Ed. Odile Jacob, Paris 1997. 204 pages.

    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis (Février 2003)
  • 26 ouvrages

  • Ma Gauche

    Ecrit par : MORIN Edgar

    Science Citoyenneté
    Ouvrage édité par E Lemieux
    François Bourin Editeur, 2010, ISBN978-2-84941-164-3, 272 pages.

    Juillet 2010
  • EDGAR MORIN, Le philosophe indiscipliné - Itinéraire d'un penseur sans frontières

    Ecrit par : Le Monde

    Epistémologie de l'Interdisciplinarité - Science Citoyenneté
    Edition Le Monde Hors Série, Une vie, une ?uvre. Juin 2010, ISSN 0395-2037 122 pages

    Juin 2010
  • POUR ET CONTRE MARX

    Ecrit par : MORIN Edgar

    Politique de Civilisation et Anthropolitique - Science Citoyenneté
    Editions Temps Présent, 2010, ISBN 9 782916 842028 122 pages

    Mai 2010
  • LE CROISEMENT DES POUVOIRS - Croiser les savoirs en formation, recherche, action

    Ecrit par : FERRAND Claude (coord.), ADT-Quart Monde

    Education Formation - Science Citoyenneté
    Les éditions de l'Atelier/EO. & Les Editions ATD-Quart Monde, 2008, ISBN 978 2 7082 4038 4, 224 pages

    Février 2009
  • EDGAR MORIN, PLANS RAPPROCHES - Revue du CESTAH-EHESS-CNRS

    Ecrit par : COMMUNICATIONS N° 82

    Epistémologie de la Complexité - Science Citoyenneté - Politique de Civilisation et Anthropolitique
    Edition du Seuil, 2008, ISBN 9782 02 091 1765 0, 189 pages

    Février 2008
  • LES SCIENCES DE L'ÉDUCATION À LA CROISÉE DES CHEMINS DE L'AUTO-ORGANISATION - Préface d'André de Peretti

    Ecrit par : (Direction) , LERBET-SERENI Frédérique

    Education Formation - Auto Eco Organisation - Science Citoyenneté
    Edition l'Harmattan, janvier 2007 ISBN : 2-296-01653-7 - 214 pages.

    Février 2007
  • Artisans de démocratie

    Ecrit par : ROSENFELD Jona M. - TARDIEU Bruno

    Travail Social - Science Citoyenneté - Gouvernance des Organisations Complexes
    Éditions Quart Monde/Éditions de l'Atelier, ISBN 2-7082-3346-71998 - 304 pages - 16 X 22

    Août 2006
  • L'Association, image de la société... - Le modèle associatif et ses enjeux

    Ecrit par : ADAM Michel

    Science Citoyenneté - Gouvernance des Organisations Complexes - Pragmatique
    Préface de Noguès Henry.  Questions contemporaines - ACTUALITE SOCIALE ET POLITIQUE SOCIOLOGIE éd. L'Harmattan. ISBN : 2-7475-8043-1 - avril 2005 - 256 pages.  2ème édition enrichie.

    Mai 2005
  • Dialogue sur la connaissance suivi de Reliances : Entretiens avec des lycéens

    Ecrit par : MORIN Edgar

    Education Formation - Science Citoyenneté - Sur La Méthode
    Préface de Antoine Spire L'Aube - Coll. L'Aube Poche Essai. ISBN : 2752600240 - 140 pages.

    Octobre 2004
  • EDUQUER POUR L'ÉRE PLANETAIRE - la pensée complexe comme méthode d'apprentissage dans l'erreur et l'incertitude humaine.

    Ecrit par : MORIN Edgar, MOTTA Raul, CIURANA Emilio

    Education Formation - Science Citoyenneté - Politique de Civilisation et Anthropolitique
    Ed. Balland Paris. 2003, ISBN 2 7158 1454 2, 158 p.

    Juin 2003
  • L'affaire Mikado - Gestion de la biodiversité et changement climatique

    Ecrit par : LEGRAND Patrick et al

    Science Citoyenneté
    INRA-Environnement

    Mai 2003
  • The Economy as an evolving complex system

    Ecrit par : ANDERSON Phillip, ARROW Kenneth J., PLINE David, (Editeur)

    Epistémologie de l'Interdisciplinarité - Ethique Processus Téléologiques - Science Citoyenneté
    Volume V of the Santa Fé Institute Studies in the Sciences of Complexity, Addison­Wesley Pub. Cy. ­ N.Y. ­ 1988. 317 p.

    --
  • 0 manifestation