Retour

Thème : Bio Systèmes

  • 4 ateliers

    Atelier 2 - "Le complexe cognition-communication"
    animé par MIERMONT Jacques

    Voir aussi : Le site de la Société française de thérapie familiale, SFTF Jacques Miermont, animateur de l'atelier, est le président de la SFTF.

    Manifestations de l'atelier

    • animée par Armen Tarpinian, qui se présente ainsi : " Rendre compte, sous forme d'études ou de témoignages, des applications de la méthode introspective aux différents domaines des sciences humaines : psychologie, sociologie, histoire, arts, littérature, etc., Faire place, autour des thèmes de vie quotidienne et de société, à des recherches parallèles et aux autres apports des sciences humaines ; Publier, dans une perspective transdisciplinaire, des études ou des entretiens avec des chercheurs qui enrichissent le champ des questionnements philosophiques, scientifiques, éthiques et politiques. Voir : http://psychomotivation.free.fr/

    • La réunion annuelle de l'atelier : "autonomisation, communication et cognition" aura lieu le samedi 28 juin 2003, de 9 heures 30 à 17 heures, chez Jacques Miermont, 65-67, avenue Gambetta, 75020 Paris. (Informations par e-mail : jacques.miermont&@wanadoo.fr ; tél. 01 46 36 43 45). Les propositions d'intervention sur ce thème seront les bienvenues. Informations et propositions par e-mail.

    • Un symposium sur DYNAMICAL SYSTEMS IN COGNITIVE SCIENCE, 18 au 22 octobre 2003 à Ascona site de ce colloque : http://www.upd.unibe.ch/research/symposien/HA11.html . Le Prof.Jean-Pierre Dauwalder University de Lausanne nous demande de faire circuler une information qui risque d'intéresser des membres du Réseau Intelligence de la Complexité MCX-ACP. "Nous organisons du 18 au 22 octobre 2003 à Ascona, au bord du Lac Majeur et dans un cadre idyllique un symposium sur DYNAMICAL SYSTEMS IN COGNITIVE SCIENCE avec la participation de chercheurs de pointe dans les domaines de systèmes complexes, agents autonomes, auto-organisation, synergétique, Intelligence artificielle et 'embodied cognition'. Une forte participation de nos amis francophones nous ferait le plus grand honneur et plaisir... " . Prof.Jean-Pierre Dauwalder, University of Lausanne. Department of psychology BFSH 2 CH-1015 LAUSANNE-Dorigny phone: ++41 21 692 32 60 fax: ++41 21 692 32 65 web: http://www.unil.ch/osp


    Atelier 18 - "Complexité du monde sonore, de sa perception et de son entendement"
    animé par VERGNON Laurent

    La complexité du monde sonore, de sa perception à son entendement, nous invite à de stimulants renouvellements de nos modes de représentation et d'interprétation des innombrables formes d'actions que connait, permet, provoque ou inhibe le fascinant 'Monde Sonore'. Les modes d'appréhension linéaire quasi mécanicistes, sur le mode 'des longues chaines de raisons toutes simples et faciles' (Ainsi, 'le bruit, fait de sons, permettrait la formation du signal qui pourrait se transmettre linéairement à un traducteur qui le transformerait directement en signification qui susciterait l'action' ? ) s'avèrent manifestement inadéquats aujourd'hui. Pour nous permettre de comprendre nos multiples interventions dans cet étrange et si familier 'monde sonore', 'La seule prise en considération des "interactions entre les éléments" ne suffit plus: il faut développer de nouveaux instruments de pensée, permettant de saisir des phénomènes de rétroaction, des logiques récursives, des situations d'autonomie relative. Il s'agit là d'un véritable défi pour la connaissance, aussi bien sur le plan empirique que sur le plan théorique' Défi que l'intelligence de la complexité des reliances de l'audition et de l'entendement peut aujourd'hui nous aider à relever, pendant qu'en retour, l'émerveillante complexité du monde sonore, de l'émotion musicale à la chaleur instantanée d'une conversation fraternelle abolissant toute distance, nous deviendra assez intelligible pour nous permettre de l'enrichir sans pourtant détruire son mystère. (Ainsi 'la sensation du Virtuose qui, l'oreille collée au bois du violon, écoute sa propre main et forme un anneau fermé de sens' qu'évoquait P Valéry). Complexité qui est sans doute un apanage du monde sonore puisque les sons purs n'existent pas et que, s'ils sont « presque purs », ils ne prennent jamais la moindre signification. Complexité qui nous est alors comme évidente, les sons semblant se comporter comme ces milliards de molécules qui s'agitent dans un entrelacs de mouvements vibratoires, s'entrechoquant sans cesse , formant des assemblages qui se déforment, soumis à des forces qui semblent innombrables. Le monde sonore ne devient-il pas alors un archétype de la complexité par excellence. Certains sons plus intenses sortent du 'bruits de fond'. On les tient pour des 'sources sonores'. L'oreille est capable d'extraire de ce bruit de fond chaotique, sous la forme d'un 'train de signaux', un 'message sonore'. L'individu peut ensuite reconnaitre ou se donner des règles, par lesquelles il parvient à 'gérer' plus ou moins bien leurs interprétations, tentant d'en garder des traces mnésiques. Parfois même il se rendra capable d'inventer ainsi d'autres formes sonores qui, à leur tour, enrichiront ou perturberont les sources sonores qu'il perçoit. N'est-ce pas cette complexité qui rend ces 'suites de sons d'apparence chaotiques' plus ou moins attirantes pour nous ?  Comment les percevons-nous et comment tentons nous de les transformer assez pour pouvoir exercer sur elles 'notre entendement', les comprendre, leur donner un sens ? Le pavillon dirige les bruits du voisinage en les concentrant sur le conduit auditif externe qui, réalisant un carottage, l'échantillonne en le renforçant de 6 dB. Puis le système tympano-ossiculaire, placé dans la caisse du tympan qui contient de l'air à la pression de l'air ambiant (tambour) lui offre, sans pratiquement avoir besoin d'énergie, une amplification de l'intensité de 60 dB L'échantillonnage sonore parvient à la cochlée qui le transporte alors grâce à un liquide dont la densité est celle de l'eau (1) jusqu'à un canal contenant l'organe récepteur qui vibre à l'unisson entraînant les 3 cellules ciliées externes, accordées aux fréquences de l'échantillon, dans le même mouvement vibratoire (résonnance). Ce canal contient un liquide huileux (densité 2,9) et la vibration ne termine pas son cycle car l'huile amortit immédiatement la vibration pour laisser la place aux bruits et sons suivants. Ces cellules externes ont la capacité, si elles vibrent suffisamment (un mécanisme leur permet d'amplifier l'intensité) de contacter la cellule ciliée interne qui leur correspond et cette dernière transcode l'énergie mécanique en une énergie électrique. Un nerf est informé et fait remonter jusqu'aux centres cet influx. Certains centres entraînent des réflexes, le cortex lui, va choisir (c'est l'attention) ce qu'il veut entendre donnant l'ordre d'éteindre les autres cellules externes et internes voisines. Nous sommes allés chercher le son que nous voulions, l'audition n'est pas essentiellement un acte passif. Son principal intérêt réside dans sa forme active, la forme passive étant surtout utilisée pour l'alerte. Rappelons nous que l'oreille n'entend que ce qu'elle a déjà entendu. Ensuite la complexité devient impensable. Les 3500 cellules ciliées internes qui représentent le capital récepteur d'une oreille comprennent toutes les fréquences du champ auditif, toutes les intensités, la capacité de gérer le temps : transitoires, rythme, la capacité de solliciter toutes sortes d'émotions, la capacité d'envoyer en mémoire des images, des formes sonores, la capacité de fournir aux centres des informations associables à celles qui sont apportées par les autres sens, la possibilité de comparer avec des formes sonores connues (mémoire à court et à long terme)... L'homme peut même imaginer des accords qui n'existent pas dans la nature avec des règles mathématiques plus ou moins logiques (musiques). Comment faisons-nous pour nous faire plaisir dans cette complexité indicible ? Comment pouvons-nous donner du sens aux bruits qui nous entourent ? Comment comprenons-nous les signaux perçus ? Ce sera ici en poursuivant l'exploration de cet inextricable labyrinthe qu'est 'le monde de l'audition', univers stupéfiant au sein duquel 'Ordre et Désordre sont sans cesse en mouvantes interactions', archétype peut-être du Paradigme de la Complexité tel que le campe Edgar MORIN et que le déploie aujourd'hui les chercheurs attentifs aux exigences épistémiques et éthiques de 'l'aventure de la connaissance' dans laquelle s'engagent nos sociétés humaines. Pourquoi l'audition apporte-t-elle le bonheur plus que n'importe quel autre sens (les aveugles sont gais et les sourds tristes). Où finit la perception et où commence l'entendement ? Comment faisons-nous du sens. Comment notre cerveau se construit-il pour être capable de ces performances. Les connaissances physiologiques apportent-elles une meilleure compréhension des systèmes sensoriels ? Nous sommes convaincus qu'il ne faut surtout pas ici rester enfermé dans un domaine de spécialistes, mais explorer tout ce qui peut être dit, envisagé ou fait dans tous les espaces de compréhension possibles. Il nous faut garder à notre capacité d'entendre l'enrichissante complexité du 'Monde de la Vie' et du 'Fonctionnement du vivant 'sentant - mouvant - pensant'. Dans ce domaine de l'audition, qui paraît bien étroit et qui est pourtant, par l'imbrication des dynamiques temporelles qu'il met en jeu, un des microcosmes de la Complexité qui nous absorbe et que nous absorbons, rien ne se fera sans notre Intelligence passionnée de la Complexité. 'De l'Intelligence, encore de l'intelligence, toujours de l'intelligence' concluait Edgar Morin achevant le Tome 2 de 'La Méthode, La Vie de la Vie'.

    Bio/bibliographie des membres actifs

    VERGNON Laurent, laurent@vergnon.net Praticien hospitalier, Chef de Service, à l'hôpital Simone VEIL, Groupement hospitalier Eaubonne-Montmorency. Fondateur du GRAP, Groupe de Recherche Alzheimer Presbyacousie. Association loi de 1901 créée en avril 2005 dans le but de promouvoir et diffuser des recherches autour des troubles cognitifs et des troubles auditifs ; OUVRAGE - L'audition dans le chaos », en collaboration avec David AUBEL, Marie-Claude Scozzaro-Lacombe, Jean-François LANGUMIER. Illustrations : Sébastien VERGNON. Ed. Masson, mars 2008. Fondateur du GRAP, Groupe de Recherche Alzheimer Presbyacousie. Association loi de 1901 créée en avril 2005 dans le but de promouvoir et diffuser des recherches autour des troubles cognitifs et des troubles auditifs ;

    Atelier 26 - "UES - AFSCET "
    animé par DUBOIS François

    L'afscet en quelques mots

    Voir aussi son site web : http://www.afscet.asso.fr Chaque jour, ingénieurs, médecins, managers, industriels, enseignants, chercheurs, hommes politiques, font face à des situations d'une grande complexité. Leur action, pour être efficace, doit articuler appréhension et conceptualisation de l'environnement. Disposer d'une palette de modèles explicatifs ou opératoires est, pour les acteurs de terrain comme pour les stratèges, une injonction impérative. Si cette affirmation soulève peu d'objections, elle est plus difficile à mettre en pratique. En effet, rares sont les lieux où, sans exclusive ni sectarisme, sont présentés, confrontés et enrichis ces outils cognitifs et techniques indispensables à la fois à la réflexion et à l'action. Et ces cinquante dernières années ont fourni un riche contingent de paradigmes innovants. La systémique, issue de la théorie de l'information et de la cybernétique, a privilégié l'approche transdisciplinaire. Cette approche est devenue celle des sciences de la complexité, comme celle des sciences de la cognition, qui figurent parmi les développements scientifiques les plus remarquables de ce dernier quart de siècle. Enfin, les interactions multiples entre systèmes techniques, cognitifs et sociaux réclament la contribution des sciences humaines. Comment déchiffrer l'impact des technologies de l'information dans le champ économique, social, culturel, voire politique, sans avoir recours aux disciplines qui traitent de ces objets d'étude et assurent leur élucidation ? L'AFSCET se fixe pour mission d'être le lieu d'échange où des participants venus d'horizons divers valident ces modèles et confrontent les enseignements issus de leurs pratiques.

    Activités de l'Association

    L'Association a été fondée par les membres du comité Systémique et cognition de l'ex AFCET· . La transdisciplinarité et l'ouverture aux grands débats de notre société font partie de ses principes directeurs. Elle est donc ouverte à toute personne souhaitant mener une réflexion dans ce sens. Plusieurs groupes de travail sont en activité, dont notamment : * Autonomie et cognition, * Adaptation des systèmes humains aux changements et à l'agression. * Systémique et société, * Ago-antagonisme * Systémique et Biologie

    Le Conseil de l'Association encourage la création de nouveaux groupes, sur des thèmes tels que :

    * Les voies de l'innovation juridique. * L'art, entre cognition et action. * Justice et action sociale. * Sciences de la vie, sciences de l'artificiel * Economie et développement durable * ... L'association organise des colloques, journées d'études, tables rondes, écoles et séminaires, consacrés à l'approfondissement de la pratique systémique. L'AFSCET assure la représentation de la communauté systémique française auprès de l'Union Européenne de Systémique (UES). Enfin, son Conseil, conscient des contraintes du début de la vie professionnelle - comme d'ailleurs de celles des études supérieures - et du peu de temps laissé aux jeunes actifs pour une réflexion donnant sens à leur action, s'engage à faire tout son possible pour leur faciliter l'accès à ses travaux. Le Conseil de l'AFSCET Mehl Lucien (président), Bois Jean-Paul (vice-président), Andreewsky Evelyne, Bernard-Weil Elie, Bouchon-Meunier Bernadette, Bourcier Danièle, Fuerxer Jean, Le Gallou Francis, Le Moigne Jean-Louis, Lorigny Jacques, Marchand Pierre, Nunez Emmanuel, Saint-Paul Lionel, Vallée Robert. L'AFSCET a pour but le développement de la recherche sur les systèmes complexes, cybernétiques et cognitifs, dans les domaines technologiques, économiques, biologiques, sociologiques et épistémologiques. Elle coordonne l'action des groupes de travail existants et encourage la création de nouveaux groupes. Toute information sur les activités de l'AFSCET peut être consultée sur les pages web de l'association : http://www.afscet.asso.fr

    Atelier 30 - "Modélisation systémique des fonctions biologiques"
    animé par PANOFF Jean-Michel

    Réflexions épistémiques sur la notion de fonction en biologie. Les perspectives en biologie, liées au séquençage des génomes, soulèvent avec acuité des questionnements réservés jusqu'ici à quelques penseurs, visionnaires au sein de la discipline. Ces interrogations concernent l'objectivité intrinsèque des gènes, tant du point de vue de leur structure (les gènes ont-ils une réalité en tant que entités matérielles ? sont-ils assimilables à de l'information traitée par un programme, constituent-ils un programme ?) que de celui de leur fonction [comment qualifier la ou les fonctions des gènes quand des fonctions distinctes peuvent être assurées par un même gène (on parle de pléïotropie) ou quand une même fonction peut être assurée par des différents gènes (on parle alors de redondance)]. Le fait même de ces interrogations affaiblit la conception particulaire du gène, non tant par une mise en cause de la notion mendélienne de trait héréditaire insécable [on sait désormais que les gènes sont divisés en unités " activables " (les exons) et " non-activables " (les introns)], que par la difficulté à en décrire les fonctions ; la stricte notion d'attribut ontologique s'avérant inopérante. A cet égard, il faut bien reconnaître que cette difficulté à qualifier " une fois pour toute" la notion de fonction n'est pas inhérente à la biologie. Isolé de sa formulation ensembliste qui a tout élément de E fait correspondre un élément de F, le concept de fonction dépasse le statut ontologique de l'objet auquel il s'applique, il est qualifiée par l'environnement dans lequel il opère, les changements sur lesquels il opère et les finalités pour lesquelles il opère ! Appréhendé par son fonctionnement, les limites du gène vu comme objet se font jour. Une autre difficulté avec la notion de gène provient d'une pratique exagérée de la métaphore de " programme génétique ". Cette attitude a conduit toute une génération de biologistes à se persuader, et à persuader médias et grand public, que des propriétés figées dans l'ADN - à la manière d'une hiérarchie d'instructions - devaient commander l'exécution d'un programme, le programme génétique ! Cette hypothèse pivot de la biologie moléculaire revient à transférer tout le pouvoir explicatif sur la structure des gènes dont la connaissance doit livrer la clé des " mystères " de la vie. Cette "croyance" est à l'origine du séquençage des génomes. Sans vouloir nier l'importance des avancées dues à une approche analytique de la biologie, une critique épistémique interne doit être conduite pour accompagner les formidales avancées qu'augure l'instrumentalisation à grande échelle de la biologie. Une autre métaphore abusive a consisté à assimiler le génome à un " livre" dont les gènes serait les mots. Dans ce contexte, l'extension d'usage de la notion de "code génétique " en a fait une sorte de " pierre de rosette " suggérant une symétrie parfaite entre génotype et phénotype, une fonction étant nécessairement sous la dépendance d'un gène et un seul, et réciproquement. La mise en évidence des maladies monogéniques et le succès médiatique associé à l'identification du gène correspondant (ex : myopathies) a accentuée cette représentation simplificatrice : un gène-une fonction. Eléments préliminaires pour une critique épistémique interne. Le gène et ses acceptions Le gène-objet Le gène-objet est constitué d'ADN, un des composants les plus inertes du vivant ; il est décrit par des attributs arbitraires : une longueur, une position, une composition chimique, etc. Il peut être unique ou appartenir à une famille de gènes apparentés, être spécifique à une espèce ou largement réparti entre les espèces et conservé au cours de l'évolution ; son activité peut-être ubiquitaire (répartie dans tout l'organisme) ou limitée à un type tissulaire (coeur, cerveau, etc.) et/ou à un intervalle de temps. Le gène-objet est séquençable, remplaçable (ex : par thérapie génique), modifiable. Le gène perçu comme une chose constitue une des briques élémentaires dans une vision mécaniste des organismes vivants. Le gène-information L'information contenue dans les gènes s'exprime, au niveau littéral, sous la forme d'une séquence de quatre lettres (les quatre nucléotides A, T, G, C, de l'ADN) ; ce vocabulaire " nucléique " à 4 lettres peut être traduit en un autre vocabulaire à 20 lettres, " protéique ". Le code qui permet de passer du vocabulaire nucléique au vocabulaire protéique est le " code génétique ", en cela, il est assimilable à un dictionnaire, il renseigne peu ou pas sur la syntaxe du langage utilisé. Toutefois, l'usage préférentiel de certains codons (autorisé par la dégénérescence du code génétique) introduirait une certaine syntaxe en permettant la distinction entre formes homonymes (comportement, localisation, etc). Le gène-programme Le gène-programme est fondé sur l'hypothèse de règles d'utilisation (un vocabulaire et sa grammaire) incluses dans le gène et/ou son environnement. Des données récentes viennent accréditer la thèse d'un " code architectural ", superposé au code génétique, et constitué de motifs architecturaux, des déformations. En effet, loin d'être un long fil rectiligne, l'ADN (et par voie de conséquence, les gènes qui y sont " enchâssés ") est soumis à toutes sortes de contraintes imposées par ses propres paramètres physico-chimiques, mais aussi par l'environnement (chromatine) ; ces déformations seraient interprétées comme des signaux pour gérer l'activation différentielle du génome. Le gène-en-action Le gène-en-action, c'est la transition du gène comme entité matérielle au gène comme entité fonctionnelle en cause dans le déploiement des phénotypes " possibles ". Comment doit-on le décrire? Comment doit-on le représenter? Dans quel paradigme? c'est tout l'enjeu de cette réflexion d'enrichir les représentations gène fonctionnel Le gène et ses paradigmes (en préparation)

  • 13 documents

  • Journal souvenir du Grand Débat 2008 (10-01-2009)
    Ecrit par : VICTOR Sylvain
    Esthétique Art & Science - Bio Systèmes - Audition Vision & Perception
  • H SIMON, THE SILENT REVOLUTION (11-11-2008)
    Ecrit par : CALLEBAUT Werner
    Ingegno Rationalité et Heuristiques - Eco Systèmes Naturels - Bio Systèmes
  • Metamodel and modeling language: towards an unified modeling Language (uml) profile for systems biology (26-06-2005)
    Ecrit par : ROUX-ROUQUIE Magali, CARITEY N., GAUBERT L., SOTO M.
    Bio Systèmes - La Modélisation des Systèmes Complexes & Disegno
  • Virtualization In Systems Biology:. Metamodels and Modeling Languages for Semantic Data Integration (26-06-2005)
    Ecrit par : SOTO M., ROUX-ROUQUIE Magali
    Bio Systèmes - La Modélisation des Systèmes Complexes & Disegno
  • Autour de Heinz von Foerster - Une activité éditoriale intense (19-11-2004)
    Ecrit par : DELORME Robert
    Epistémologie de l'Interdisciplinarité - Bio Systèmes - Auto Eco Organisation
  • Computational sciences for Complex Systems in Biology (17-02-2004)
    Ecrit par : Rovereto (TN), Italy 17-24 April 2004
    Bio Systèmes - Sur La Méthode - Epistémologie de la Complexité
    "The school aims at establishing an interdisciplinary research community on foundational theories and tools for information flow and computation in systems biology. Its scope covers modelling techniques as well as formal tools to analyze and simulate the dynamic behavior of complex biological systems". School directors. Corrado Priami - University of Trento, Italy (Computer Science) & Magali Roux-Rouquiè - Institut Pasteur and CNRS, France (Biology)
  • Nouveaux enjeux d' ingénierie des connaissances en Biologie (02-11-2003)
    Ecrit par : ROUX-ROUQUIE Magali
    Bio Systèmes - Système d'Information
    Le rapide cheminement, de la biologie moléculaire classique qui identifie individuellement les structures moléculaires, aux développement de la biologie à haut-débit qui préjuge des processus dans lesquels ces structures sont impliquées, conduit au projet de spécification formelle des processus biologiques et révèle l'effort transdisciplinaire à accomplir.
    Pour progresser dans la compréhension des systèmes biologiques, de leur structure et de leur comportement, la pratique de la biologie évolue, en incluant aux approches technologiques des phénomènes biologiques, des approches formelles inspirées non seulement des mathématiques mais aussi des sciences informatiques, associées à des approches opérationnelles de management des connaissances. Rapidement un langage de communication devrait s'avérer le liant nécessaire aux multiples apports disciplinaires pour dégager de nouveaux paradigmes. Ndlr. Nous remercions le Rédacteur en chef de la Revue de L' Association des Ingénieurs Diplômes ESME - SUDRIA (AI-ESME), qui nous autorise à reprendre cet article original qu'elle publie dans son prochain numéro de 2003. (www.aiesme.org)
  • Le Génome et après ? (13-02-2003)
    Ecrit par : ROUX-ROUQUIE Magali
    Bio Systèmes - La Modélisation des Systèmes Complexes & Disegno
  • Les grandes dates de la Génétique moléculaire (13-02-2003)
    Ecrit par : anonyme
    Bio Systèmes
  • Sur les paradoxes epistémiques de la " géne-éthique" (06-06-2002)
    Ecrit par : ROUX-ROUQUIE Magali
    Epistmologies Constructivistes - Bio Systèmes
  • Le concept de vie chez Edgar Morin (04-04-2002)
    Ecrit par : ROUX-ROUQUIE Magali
    Bio Systèmes - Auto Eco Organisation - Sur La Méthode
  • Systemic modeling of biological functions (06-06-2000) - Application to the development of the GENINTER software dedicated to the compilation of interrelationships between genes and/or gene products
    Ecrit par : ROUX-ROUQUIE Magali
    Bio Systèmes - La Modélisation des Systèmes Complexes & Disegno
  • La Listeria et le microbiologiste (05-03-2000)
    Ecrit par : PASDELOUP Maurice
    Bio Systèmes - Santé et Systèmes Sanitaires
  • 1 lien

  • Octobre 2004 Un article de Paul-Antoine Miquel ?Qu'est-ce que l'émergence en biologie ?' dans la revue électronique VIVANT (n°6) animée par J J PERIER proposé par l'atelier-forum MCX N°0
    Bio Systèmes

    Le concept d'"émergence" traduit l'idée que les propriétés d'un système ont quelque chose de plus que la somme des propriétés de ses éléments. Mais cette définition retranscrit-elle bien les subtilités du Vivant ?

  • 15 notes de lectures

  • LA MUSIQUE DE LA VIE - La biologie au delà du génome
    Ecrit par : NOBLE Denis
    Bio Systèmes - Epistémologie de la Complexité - Eco Systèmes Naturels
    Traduit de l'anglais par C Ojeda et V Assadas
    éditions du Seuil, 2007, ISBN 978 2 02 0900484 1, 253 pages

    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis (Décembre 2009)
  • LA DINAMICA MUNDIAL DEL SIGLO XXI. REVOLUCIONES, PROCESOS, AGENTES
    Ecrit par : ARROYO PICHARDO Graciela (coord.)
    Bio Systèmes - Ethique Processus Téléologiques
    Grupo Editorial Cenzontle, Mexico D. F., Mexique, 2006, ISBN : 970-9929-02-X , 341 pages

    Note de : MALAINA Alvaro (Mai 2008)
  • Ethique et Education, défi pour un nouveau millénaire
    Ecrit par : MALLET Jeanne
    Bio Systèmes - Intelligence de la Complexité
    Ed. Oméga-Formation, 2003, ISBN 2.910747 02 6, 94 pages.

    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis (Mai 2003)
  • Les Temps de l'Environnement
    Ecrit par : BERTRAND
    Bio Systèmes
    Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 2000, ISBN 2-85816-446-0, 543 pages, avec le CD-Rom support doté d'un moteur de recherche.

    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis (Février 2003)
  • Cent ans d'ailes et de pneus" & "De la roue celte à l'aile en arc".
    Ecrit par : QUILICI Jean-François
    Bio Systèmes
    Revue Analyse de Systèmes, 26, n°1-2, Mars-Juin 2000 (revue du GITASS),69007 Lyon, ISSN 0242-7443, 86 pages.

    Note de : DEMAILLY André (Février 2003)
  • Sauver la planète Terre. L'écologie et l'esprit humain
    Ecrit par : GORE AL
    La Modélisation des Systèmes Complexes & Disegno - Bio Systèmes - Computation & Hypermédia
    Traduit de l'américain, 1992, par Jean-Marc Mendel, Préface de Brice Lalonde, Ed. Albin Michel, Paris, 1993, 349 p.

    Note de : Pascal Dehaene. (Février 2003)
  • L'erreur de Descartes. La raison des émotions
    Ecrit par : DAMASIO Antonio R.
    Epistémologie de la Complexité - Bio Systèmes
    Traduit de l'anglais, 1994, par M. Blanc., Ed. Odile Jacob. Paris. 1995. 368 pages.

    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis (Février 2003)
  • L'erreur de Descartes. La raison des émotions
    Ecrit par : DAMASIO Antonio R.
    Epistémologie de la Complexité - Bio Systèmes
    Traduit de l'anglais, 1994, par M. Blanc., Ed. Odile Jacob. Paris. 1995. 368 pages.

    Note de : VILAR Sergio (Février 2003)
  • La Science Nouvelle (1725)
    Ecrit par : VICO Giambattista
    Epistémologie de la Complexité - Bio Systèmes - Computation & Hypermédia
    traduit de l'italien par Christina Trivulzio, Princesse de Belgiojoso, en 1844, Editions Gallimard, TEL, 1993, Paris. 432 p.

    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis (Février 2003)
  • Life as a Geological Force. Dynamics of the Earth
    Ecrit par : WESTBROEK Peter
    Eco Systèmes Naturels - Bio Systèmes - Intelligence de la Complexité
    W.W. Norton Company, New York, 1991 (Norton Paperback 1992). 240 pages.

    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis (Février 2003)
  • Cybernetics and Human knowing
    Ecrit par : BRIER Soren
    Bio Systèmes - Epistémologie de la Complexité
    Vol. I et vol. 2-3, 1992. S. Brier, the Royal School of librarianship -Aalborgbranch Langagevej 4 -DK 922 0 - Aalborg Ost - Danemark

    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis (Février 2003)
  • 6 ouvrages

  • Sur les fondements de la mathématiques. Fragments

    Ecrit par : LESNIEWSKI Stanislaw

    Computation & Hypermédia - Bio Systèmes - Eco Systèmes Artificiels
    traduit du polonais (1927 - 1931) par G.Kalinowski, Ed. HERMES - Paris 1989.

    --
  • 0 manifestation