Dernière mise à jour : Juillet 2015

Quoi de neuf ce mois-ci ?

Juillet 2015

Les veilles du réseau

Juin 2015

Le réseau Chemin faisant

Les nouvelles notes de lecture

  • Manifeste convivialiste - Déclaration d’interdépendance
    « ... Il me semble que la réflexion épistémologique, en particulier celle du Réseau MCX - APC, devrait pouvoir approfondir ce principe et le courant que ce Manifeste commence à créer en introduisant les conflits de connaissance dont notre époque est si peu consciente, éprise qu’elle est par la seule connaissance objective et par le réductionnisme qui tente de maitriser et tue le sens. Introduire les notions de compréhension des incompréhensions – un des « Sept savoirs pour l’éducation du futur » d’Edgar Morin ; les notion de « réels perçus », et de représentation à dessein dont la non conscience est une source majeure des conflits ; introduire toute la réflexion sur la critique du « donc » et la réhabilitation du « comme », sur la contextualisation, sur la reliance de la connaissance de l’action et des intentions doivent venir étayer ce deuxième principe. »
    Date de l'ouvrage : Juin 2015
    Ecrit par : Collectif-Les-Convivialistes
    Editeur BORD DE L'EAU, 2013,  ISBN-13: 978-2356872517, 48 p. 
    Note de : TARDIEU Bruno

Les nouveaux ouvrages dans la bibliothèque du RIC

  • Manifeste convivialiste - Déclaration d’interdépendance
    Ndlr : En complément à la Note de Lecture de ce manifeste proposée par Bruno Tardieu mentionnons que le Mouvement LES CONVIVIALISTES continue à se développer depuis le lancement du MANIFESTE CONVIVIALISTE (43 PAGES) (lui-même complété par l’ ABREGE DU MANIFESTE CONVIVIALISTE , 4 pages). On accède aisément à ses activités et manifestations en visitant le site www.lesconvivialistes.org . La parution de l’important ouvrage collectif dirigé par Alain CAILLE et Philippe CHANIAL : DU CONVIVIALISME COMME VOLONTE ET COMME ESPERANCE (240 pages) – (Revue du MAUSS semestrielle n° 43, 1er semestre 2014, également complété par la Présentation détaillée en 44 pages, ici, en témoignent.
    Ecrit par : Collectif-Les-Convivialistes
    Editeur BORD DE L'EAU, 2013,  ISBN-13: 978-2356872517, 48 p. 

Mai 2015

Les nouveaux documents du réseau

  • Pourquoi existe-t-il quelque chose plutôt que rien ?
    « .. La complexité,  .... en attente de bricolage et de bricoleurs. » : Sans doute est-ce cet extrait de la dernière phrase de la  conférence qu’Yves Barel présenta initialement en avril 1989[1] que l’on doit l’attention  que ce texte provoqua dés sa parution ? Plus encore peut-être que son titre emprunté à la question fameuse de G W Leibniz, toujours interpellante trois siècles après la parution des  ‘Principes de la nature et de la grâce fondés en raison’ (1714), c’est l’interpretation qu’en propose Yves Barel qui retient l’attention : « S'il y a quelque chose, c'est qu'il y a de la complexité, donc du sens, ... ». Le paradoxe de la compréhension dans l’incompréhensible, ‘le jeu du sens’ ne va-t-il pas dés lors inciter à développer ‘deux outils de bases extraordinairement puissant : le symbole et la métaphore’ ? ... ‘La subtilité humaine déployée dans ce travail de bricolage n’est-elle pas prodigieuse ?’.

    [1]. Ndlr. Ce texte d’Yves BAREL († 1990) a fait l'objet d'une communication à la première Rencontre du Programme Modélisation de la Complexité (alors en formation),à Aix-en-Provence, le 1er juin 1989 (Programme mis en œuvre initialement par le Groupe de recherche en Adaptation, Systemique  et Complexité Economique, GRASCE, URA CNRS 934 – Université  d’Aix-Marseille); Il fut ensuite publié dans l’ouvrage « Système et Paradoxe, Autour de la pensée d’Yves Barel », 1993, éd. du Seuil, pp 197 – 208.  Le titre retenu par Y Barel est extrait du célèbre ‘Principe N° 7’ des ‘Principe de la Nature ..’ de Leibniz, principe  que l’on reproduit en annexe.
    Ecrit par : BAREL Yves
  • Nous sommes tous des concepteurs
    Edito N. 74
    Ecrit par : LE MOIGNE Jean-Louis
  • Paradoxe de la pédagogie, pédagogie du paradoxe
    Cet article d’Yves BAREL, rédigé avec le concours de sa Collègue Madame Nicole MITANCHEY, fut sans doute un de ses derniers écrits, peu après la parution deLe Paradoxe et le système : Essai sur le fantastique social. (On trouvera l’avant propos ici.) Il devait décéder le 18 octobre 1990, à Paris, la veille d’un colloque du CNRS auquel il se rendait. Cette contribution lui avait été demande pour un ‘Traité de Pédagogie’, ouvrage collectif alors en projet, projet que les éditeurs abandonnèrent ultérieurement. Si bien qu’il ne fut jamais publié. Nous remercions vivement Madame Nicole Mitanchey qui a pu retrouver le manuscrit et nous a autorisé à le reproduire.
    Ecrit par : BAREL Yves
  • Systémique et cognition
    Sur l’émergence de deux ‘Nouvelles Sciences’ et la résurgence du Paradigme Épistémologique de la Complexité
    Si la quête des fondements de toute connaissance humaine conduit toujours à la quête décourageante des fondements de ces fondements, ne pouvons nous, raison gardant, nous attacher à originer la connaissance humaine ? : Autrement dit, rechercher les enracinements et les dynamismes producteurs de la connaissance humaine, nous rappellera Edgar Morin s’attachant à participer à l’aventure de la connaissance, ... aventure infinie. Explorer les racines, en s’intéressant à leurs formations, développements régénérations, de deux ‘Nouvelles Sciences’ qui souvent s’entrelacent, science des systèmes et science de la cognition, incite à une modeste exploration des traces encore aisément visibles du murissement épistémologique activé par ces deux nouvelles sciences qui n’étaient ni reconnues ni nommées avant 1950.             L’occasion d’une relecture d’un article rédigé en 1990 (publié en 1993 dans un recueil collectif sous le titre Systémique et Cognition) , a incité à reproduire ce manuscrit à l’intention des navigateurs visitant le site du Réseau Intelligence de la Complexité . Reconnaitre les premiers enracinements à partir desquels ont germés puis se déploient ces nouvelles sciences, n’est ce pas reconnaître aussi les transformations toujours en œuvres des terreaux épistémologiques et éthiques  qui ont permis leur émergence ? En se développant transversalement, elles contribuent si manifestement à  la résurgence du Paradigme Épistémologique de la Complexité.
    Ecrit par : LE MOIGNE Jean-Louis
  • Chronique de « La Théorie du Système Général, Théorie de la Modélisation »

    Cette Chronique insolite reprend une brève intervention de Jean-Louis’ Le Moigne présentée à l’occasion du Grand Débat MCX du 6 février 2014 ». Nous avions demandé à Jean-Louis d’éclairer sommairement la progressive formation contemporaine de la conception systémique des organisations par un bref exposé intitulé « Comment et pourquoi a été élaborée ‘La théorie du système général’ ? ». Il est apparu que ce ‘témoignage’ sur la genèse d’une théorie de la modélisation pouvait contribuer à l’intelligence de tous les types de systèmes complexes que nous rencontrons tous aujourd’hui, que l’on soit chercheur ou praticien. Aussi avons-nous demandé à JL Le Moigne de présenter son témoignage sous la forme usuelle d’un court article autonome. (D Genelot)


    Ecrit par : LE MOIGNE Jean-Louis

Les nouvelles notes de lecture

  • Prospective et analyse de systèmes
    « Prospective et Analyse de Systèmes » rédigé par Yves BAREL († 1990) fut certainement le premier ouvrage solidement documenté pour l’époque, (1971) introduisant dans les cultures scientifiques françaises l’analyse de systèmes qui devint vite l’analyse systémique puis la modélisation systémique. Il nous apparait opportun d’attirer 40 ans après sa parution, l’attention sur ce texte d’Yves BAREL désormais d’un accès aisé sur la Toile Internet. N’est-ce pas aussi dans ce terreau que nos connaissances d’aujourd’hui sont enracinées ? Il apparaitra paradoxal aujourd’hui de constater que de tels textes sont encore d’une remarquable pertinence. L’auteur de « Le Paradoxe et Le Système » (1979, 1989) nous invitait déjà à être attentifs aux vertus d’un tel paradoxe dés lors que l’on s’attache à le réfléchir. Outre une brève fiche de lecture rédigée par JL Le Moigne publiée en 1973, nous empruntons à l’avant propos de l’ouvrage rédigée en 1971 par l’éditeur, Jacques Durand, le texte de cette Note de lecture
    Date de l'ouvrage : --
    Ecrit par : BAREL Yves
    Ed. La Documentation française, D.A.T.A.R., coll. « Travaux et Recherches de Prospectives » 1971, (n° 14), 174 p.
    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis et DURAND Jacques

Les nouveaux ouvrages dans la bibliothèque du RIC

  • Système et paradoxe : autour de la pensée d'Yves Barel (1993)
    Ndlr : Bien que cet ouvrage collectif ait été publié en 1993 (avant l’ouverture de la Toile Internet), peu après la mort d’Yves Barel, il nous parait important de réactiver notre attention à son œuvre très interdisciplinaire de socio-économiste, historien, philosophe, épistémologue. Ce recueil d’hommage richement documenté ,ré édité en 1999, est aisément disponible en librairie
    Ecrit par : Collectif
    Ed du  Seuil (1999) 2 ISBN-10: 2020197045,  246 pages
  • LA FINE DELL' ONNISCIENZA. Epistemologie della Complessità
    La fin de l'omniscience. Épistémologie de la complexité
    Ndlr : Nous sommes heureux de présenter ici sommairement dés sa parution le nouvel ouvrage de notre ami et conseiller (depuis plus de vingt ans), Mauro CERUTI, notamment co auteur de plusieurs ouvrages rédigés avec Edgar MORIN et publiés en France. Dans l’immédiat nous reproduisons une traduction française de la présentation de l’éditeur, et du sommaire.
    Ecrit par : CERUTI Mauro
    Editore  Studium 2015 - EAN 9788838243196 , 224 p. 
  • Avant, pendant, après le 11 janvier
    Pour une nouvelle écriture collective de notre roman national
    -« ..Nous avons une grande, lourde, nécessaire tâche, qui est de régénération de la pensée, qui comporte nécessairement régénération de la pensée politique. Même sans espoir il est nécessaire de l'entreprendre, et l'entreprendre ferait naître l'espoir même si celui-ci serait fragile. Edgar MORIN
    Ecrit par : MORIN Edgar
    Editions de l’aube, Coll. L’Urgence de comprendre  2015, ISBN 978 2 815912518, 117 pages
  • L'aventure de la méthode
    Suivi de "Pour une rationalité ouverte"
    L’aventure du « Penseur planétaire », aventure infinie, continue, régénérante pour ses lecteurs aussi : Échelonnée sur une trentaine d'années, l'écriture des six tomes de La Méthode représente une véritable aventure, dans laquelle l'itinéraire personnel est indissociable du cheminement de la pensée de son auteur. À travers le récit d'un questionnement existentiel pour penser la complexité du réel et éviter les pièges de l'erreur et de l'illusion, Edgar Morin ressaisit ici le sens de sa vie et de son œuvre, autrement dit de l'œuvre de sa vie.
    Ecrit par : MORIN Edgar
    Edition du Seuil, mai 2015, ISBN  978 2 02 112094, 163 p

Les veilles du réseau

  • Edgar Morin : « il n’y a pas de solution, mais il y a une voie »

    Dans un long entretien (huit pages) aisément accessible, publié par Altermonde-sans-frontières du 19 mai 2015 (entretien réalisé le 28 août 2014), Edgar MORIN sous le titre « Il n’y a pas de solution, mais il y a une voie », nous invite à méditer sur l’incroyable aventure humaine de l’hominisation de la Préhistoire  ... à nos jours. : Un très bref extrait nous incitera peut-être à sa  lecture... 

    EDGAR MORIN : « IL N’Y A PAS DE SOLUTION, MAIS IL Y A UNE VOIE. »  mardi 19 mai 2015

    Dans un long entretien (huit pages) aisément accessible, publié par Altermonde-sans-frontières du 19 mai 2015 (entretien réalisé le 28 août 2014), Edgar MORIN sous le titre « Il n’y a pas de solution, mais il y a une voie », nous invite à méditer sur l’incroyable aventure humaine de l’hominisation de la Préhistoire  ... à nos jours. : Un très bref extrait nous incitera peut-être à sa  lecture :  

    « ...Montaigne a dit : « Je vois en tout homme mon compatriote ». C’est une chose fondamentale qu’il faut maintenir contre vents et marées, surtout à une époque régressive comme la nôtre, où le somnambulisme est de retour. Pour moi, l’humanisme va toutefois au-delà. C’est le sentiment que je fais partie d’une aventure qui est l’aventure humaine. Une aventure incroyable sortie de l’hominisation de la Préhistoire, de la chute des empires… Parvenue jusqu’à nos jours ... nous sommes dans cette aventure inouïe et encore inconnue. Et, dans cette aventure, je crois qu’il faut jouer ce rôle que l’on peut assumer : la solidarité. ... »


    Solidarité qui reliera aussi les deux consciences qui émergent aujourd’hui dans l’aventure des sociétés humaines, la conscience civique et la conscience écologique : C’est l’argument qu’a fait valoir Edgar Morin dans son
    exposé d’ouverture du Colloque « Démocratie participative et modernisation du dialogue environnemental » organisé le 5 mai 2015, par le ministère, de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie (Conseil national de la transition écologique sur la démocratisation du dialogue environnemental). La vidéo de son allocation est accessible ici.  

  • Un débat François Jullien Edgar Morin : Penser le Vivre dans ces Contradictions

    La Chaire Edgar MORIN de l’ESSEC, ‘Chaire de la Complexité’ a organisé un débat dit ‘Sans Tabou’, occasion de mettre en valeur les reliances articulant les  diversités sémantiques que nous percevons aujourd’hui entre les Traditions Culturelles Orientales et Occidentale : « la Pensée Chinoise » et « la Pensée Complexe », l’une et l’autre assumant « Le Penser le Vivre dans ses contradictions » Ce Débat "Sans Tabou" était organisé le  21 mai 2015, à Paris et a été vidéographie  (1h15) : On le retrouve aisément sur la Toile : https://www.youtube.com/watch?v=GHYbfMNm_Kg&feature=youtu.be

  • Faut-il absolument innover?

    Sous ce titre provocant, et nonobstant fort sérieusement argumenté et contextualisé, un article de Sandrine PETIT (INRA-AgroSup-Dijon) dans Le Courrier de l’Environnement de l’INRAMars 2015), Revue de l’INRA toujours aussi remarquablement documenté et illustré
    Cet article, de lecture aisée, nous en donnera peut être envie de faire attention à cette question tabou (en parcourant par surcroit les études qui l’entourent)?
    Faut-il absolument innover ?  : « Poser la question « faut-il innover? » paraît presque incongru voire déplacé. L'innovation s'est  insinuée partout comme mot d'ordre et tout le monde s'accorde sur ses vertus capables de produire un «nouveau» mieux que I' ancien. Plutôt qu’un moyen de développement, l'innovation devient un  objectif en soi. On oublierait presque de se demander« Pourquoi innover?» puisque l'on cherche  à répondre à la question « comment innover? ». Longtemps associé au domaine des techniques, l'innovation dans les procédés et les produits mais aussi dans les modes d'organisation a marqué  le développement industriel. Cheval de bataille des politiques publiques sectorielles, territoriales, de recherche et de R&D, l'innovation traverse aujourd'hui tous les secteurs d'activités, du privé au  public. Tout comme d'autres domaines d'activité, l'agriculture épouse l'innovation. Pour remporter les appels d'offres du ministère de l'Agriculture, les projets présentés doivent démontrer leur caractère innovant. ..... »

    Enfin des chercheurs et des praticiens qui posent la question tabou : « On oublierait presque de se demander« Pourquoi innover?» puisque l'on cherche  à répondre à la question « comment innover? » .
    «  ...  L'innovation n'est pas une valeur en soi pour la société et elle doit être regardée à l'aune des processus de développement qu'elle engage. Le développement  ne se réduit pas à la capacité à adopter des innovations établies par d'autres ou à une adaptation  continue à des événements nouveaux mais correspond à l'augmentation de la capacité des acteurs à définir leur propre visée et à obtenir les moyens de la mettre en œuvre. ... »
    Ah, que l’on voudrait que toutes les écoles et facultés s’invitent et nous invitent à méditer cette question si banale. Ne peut-on entendre ‘la notion d'innovation, dans toute sa complexité ? Elle  nous invite à penser, dans un environnement stable ou instable, notre rapport au changement et à l'autre, avec qui coopérer »
    Ndlr : Nous remercions la Direction de la Revue de sa confraternelle indulgence pour notre emprunt subreptice à l’une des illustrions de ce numéro 65.

  • Rencontres ATD-QUART MONDE 2015

     « En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté « : C’est sur cet appel qu’ATD-Quart Monde, pour marquer l’entrée au Panthéon de Geneviève de Gaulle – Anthonioz, organise ses importantes RENCONTRES ATD QUART MONDE  2015, à Montreuil du 27 au 31 mai : Débats, Rencontres, Films, Expositions, Livres, ...  Parmi les questions en débats  soulignons notamment :  « ‘Il n’y a pas assez de travail pour tout le monde’. Vrai ou faux »  (Avec Jean Gadrey,) ou « ‘Tous les enfants ne peuvent pas réussir à l’école’. Et pourquoi pas ? », ou ... (voir le programme détaillé en ligne. (Ici pour s’inscrire-pas de frais

Avril 2015

Les nouveaux documents du réseau

  • Mémorial Pierre Marchand (1929-2015)

    Notre ami Pierre MARCHAND, un des compagnons fidèles et toujours ‘reliant’ de la Longue Marche qui permet la progressive émergence  du Paradigme Systémique dans nos cultures, au moins dans la culture des ‘Reflexive Practitionners’, nous a quitté le 2 janvier 2015. Ces dernières années, bien que fatigué, il  maintenait une chaleureuse activité de reliance notamment par l’animation d’un ‘bouillon de culture’ qu’il avait constitué puis qu’il co animait au sein de l’AFSCET à Paris sous le label convivial d’ « AFSCET – Café ».

    Et jusqu’en 2010, lorsque les AG de l’AE-MCX se tenaient à Paris, il tenait à y participer et à témoigner de sa solidarité. Nous remercions François DUBOIS, le Président de l’AFSCET qui fut un de ses amis proches, de nous autoriser à reprendre ici le texte de l’Hommage d’adieu qu’il présenta lors des obsèques de Pierre Marchand le 9 janvier 2015.

    Ne faut-il pas rappeler ici que François Dubois et Pierre Marchand avaient co-rédigé un précieux essais que nous avions aimé lire et méditer par une Note de lecture MCX en 2005 lors de sa parution : Sur la chute annoncée d'un météorite ; Un cheminement pour l'accueil. Le site « Textes en liberté d’AFSCET Café » installé  sur le Site de l’AFCSCET depuis mai 2000 publie en particulier le fichier de cet Essai, désormais accessible .... en liberté.                                       JL Le Moigne


    Ecrit par : DUBOIS François

Les nouvelles notes de lecture

  • Précis de paysagétique
    ‘Suffit-il juste d’accompagner l’émergence de cette science Paysagetique pour en hâter la reconnaissance ?’ L’auteure en est convaincue et, pour tenter de nous en convaincre, la baptise d’un nom académique qui atténue les images bucoliques que l’on associe volontiers au mot ‘paysage’. Plutôt que d’accompagner cette émergence, elle se propose de définir d’abord cette nouvelle discipline. Mais suffira-t-il de dire ce qu’elle n’est pas pour légitimer son argumentation ? Les pages que Herbert A. Simon consacrait à sa lecture de quelques paysages - la montagne Sainte Victoire, le Mont Saint Michel, la cathédrale de Chartre ou le Grand Hotel devant la promenade du front de mer de Cabourg-Balbec - (dans sa préface à la traduction française des ‘Sciences de l’artificiel’) - nous suggéreront peut être d’autres interprétations des processus de conception, argumentées et illustrées au fil de nos lectures austères autant que rêveuses des paysages.
    Date de l'ouvrage : --
    Ecrit par : CHOMARAT-RUIZ Catherine
    Presses Universitaires de Valenciennes, 2014, ISBN-13 9782364240223, 229 p.
    Note de : BOUDON Philippe
  • Eduquer, rechercher et former. Nouveaux savoirs.
    Nous sommes heureux de publier ici sous le format d’une Note de Lecture MCX, la traduction française de la présentation détaillée de l’ouvrage rédigée par notre amie et conseillère, la Professeure Idalia Sa Chaves (Université d’Aveiro, Portugal).Elle a bien voulu traduire en français ces pages qu’avec son éditeur, elle nous autorise à reprendre sur le site du Réseau ici. Nous la remercions particulièrement de l’occasion qu’elle donne ainsi aux lecteurs francophones de se familiariser avec ces travaux en sciences et pratiques de l’éducation développés au Portugal –et parfois au Brésil autour de l’Atelier MCX "Formation et développement humain: intelligibilité de leurs relations complexes.
    Date de l'ouvrage : Avril 2015
    Ecrit par : Sá-Chaves Idália
    Editor  Universidade de Aveiro, 2014, ISBN 9789727894260, 300 pages . Edição em Português.
    Note de : Sá-Chaves Idália
  • Le projet du projet. Concevoir la ville contemporaine
    Peut-on « anticiper de nouvelles stratégies de conception » ? La question se situe dans la lignée des réflexions sur l’état du monde et sur nos manières de faire mais n’est pas encore dans l’action. Elle en donne à la fois les prémisses et les conditions, en mettant d’abord en avant le caractère résolument obsolète du processus traditionnel de conception. Cette obsolescence est consécutive à plusieurs facteurs : la multiplication des acteurs du projet et leur diversification, pourtant source potentielle de richesse, ainsi que leur cloisonnement, c’est-à-dire la non mise en valeur réelle de cette potentialité. Mais il faut ajouter aussi un déficit méthodologique qui découle d’un refus de l’approche par la complexité, ainsi qu’une relation dégradée, en l’absence de renouvellement des processus d’échanges informationnels, entre expert et habitant alors même que l’un et l’autre de ces acteurs sont plus indispensables que naguère. La difficulté et tout l’intérêt résident dans la mise en abyme du projet. Pourquoi le projet du projet ? On peut envisager trois voire quatre niveaux de réponse dans cet ensemble structuré de manière à mener le lecteur vers une certaine idée du projet, en rupture partielle avec ce qu’est et a été depuis les années 1970 le projet, sous la figure première du projet urbain.
    Date de l'ouvrage : Avril 2015
    Ecrit par : TERRIN Jean-Jacques
     Ed Parenthèse, 2014. ISBN 978-2-86364-289-4, 320 p
    Note de : MARTOUZET Denis

Les nouveaux ouvrages dans la bibliothèque du RIC

Les veilles du réseau

  • Film : Edgar Morin, chronique d'un regard : « Le cinéma ,... Sujet loin de la vie ? Sujet qui, pourtant, me ramenait à ma vie. »

    55 ans après « Chronique d’un été » (1960) , retrouver Edgar Morin dans et par la « Chronique d’un regard » (2015), un  regard chargé de tant des traces, de tant d’itinérances entrelaçant de multiples orbites planétaires : Ellipses dont les deux foyers ici seront deux villes en permanentes régénérescences, Paris et Berlin. Un mot d’Edgar Morin que les réalisateurs ont placé en exergue du riche dossier de présentation du film, n’avive-t-il pas l’intelligible et fascinante complexité de cet art devenu familier : « Le cinéma, sujet marginal, épiphénoménal pour un sociologue ? Sujet bien loin de la vie ? Sujet qui, pourtant, me ramenait à ma vie. »


    En attendant de voir le fil qui ‘sortira’ en mai 2015 (après sa présentation usuelle en 2014-2015 dans quelques festival), proposons nous tourner les pages du Dossier de présentation (de 28 pages très bien composé et illustré, accessible en ligne), dont on récapitule ici le sommaire : [I] Entretien avec les réalisateurs ; [II] Edgar Morin et le cinéma - Repères biographique] ; [III] Entretien avec Edgar Morin ; [IV] Mathieu Amalric : Double voix (Mathieu Amalric lit, dans un café, les textes fondateurs d’Edgar Morin sur le cinéma) ; [V] Les Réalisateurs & Fiche technique.
    NDLR En complément à ce billet rédigé  debut avril 2015, uu moment où le film sort en salle, 4 mai 2015, nous nous permettons d’emprunter au journal Le Monde, le texte de la critique  de Jacques Mandelbaum publiée dans le numéro du 29 04 15 

    Sur les pas d'Edgar Morin, de salles obscures en plateaux
    Edgar MORIN, CHRONIQUE D’UN REGARD
    Il n'est finalement pas mauvais que ce soient des gens concernés, voire passionnés, qui vouent leur énergie et leur temps aux objets d'intérêt public, c'est au moins une garantie qu'ils ne nous feront pas perdre les nôtres. Céline Gailleurd et Olivier Bohler sont de ceux-là, et leurs portraits de cinéastes (Godard, le temps exposé, André S. Labarthe s'expose, du chat au chapeau) s'en ressentent dans le meilleur sens du terme.
    Ces deux enseignants en cinéma consacrent aujourd'hui leur talent à resituer l'importance du cinéma dans le parcours intellectuel et sensible du sociologue Edgar Morin. Cette haute figure intellectuelle française, chercheur au CNRS et cofondateur de la revue Arguments, connue pour ses travaux appliqués aux mass media, à la vie sociale et à la défense de ce qu'il a nommé " la pensée complexe ", est une figure chérie des cinéphiles, qui lui doivent moult bonheurs de lecteurs et de spectateurs.
    Matière suggestive et vivante Tels seraient exactement l'enjeu et l'ambition de ce film : montrer en quoi la réflexion sur le cinéma, et même l'implication personnelle dans la chose filmée, aura permis à Morin de se constituer, tout à la fois comme homme et comme sociologue. Le film, formellement parlant, fonctionne par strates superposées, entremêlées. Extraits de livres lus par Mathieu Amalric, série d'entretiens en situation avec Edgar Morin lui-même, filmé dans ses lieux privilégiés (rues de Berlin ou de Paris, salles de cinéma, cinémathèques), archives cinématographiques. Cette manière transforme le film en matière suggestive et vivante, dotée à la fois d'une sensibilité à fleur de peau et d'une vraie profondeur historique.
    On y lit un parcours politique qui embrasse un siècle duplice, partagé entre l'utopie et l'horreur, où les fantômes de l'écran et ceux de l'Histoire semblent se répondre. On y voit la formation de l'intellectuel, dont la cinéphilie personnelle lui permet de signer des titres majeurs traitant du rapport du spectateur au spectacle cinématographique (Le Cinéma ou l'homme imaginaire,Les Stars). On y revient sur l'explosion du " cinéma vérité " dont il est l'artisan en France, avec Jean Rouch, à travers la réalisation de ce film révolutionnaire pour l'époque qu'est Chronique d'un été (1961). On y découvre des bribes de l'itinéraire intime de ce dandy classieux de 93 piges, avec son feutre taupé et son accent bellevillois, adolescent juif et fils d'immigrés dans le Paris des années 1930, orphelin de mère et trouvant dans les salles obscures le réconfort qui lui permet d'adoucir son absence. Un film captivant et émouvant, à l'image de son personnage.
    Jacques Mandelbaum, daté du 29 avril 2015.

Mars 2015

Les nouveaux documents du réseau

  • Dossier Vidéo de la rencontre de Grenoble 2015 - De la Stratégie Chemin Faisant à l'Agir & Penser en Complexité
    Ce dossier ouvre l'accès aux enregistrements vidéo de cette Rencontre qui a été organisée par le CERAG et l’IAE de Grenoble, le 15 janvier 2015 à Grenoble, sous la direction de Marie-José Avenier. Une journée placée sous le signe du dialogue vivant et de l’amitié. 
    Avec Marie-José, Jean-Louis Le Moigne, Alain-Charles Martinet, Nathalie Fabbe-Costes, Laurence Gialdini, Catherine Thomas, Jenny Helin, Aura Parmentier Cajaiba, Jean Bartunek et Marielle Bloch-Dolande nous ont offert une trace commune, un partage lié à leur rencontre, guidée par l’ardent désir de relier recherche scientifique et problématiques pratiques. La journée s’est terminée sur « L’Agir & Penser en complexité à l’épreuve de la pratique », une table Ronde animée par Didier Bernard (Multeam, RIC), avec Marielle Bloch-Dolande (PDG Beauvais International), Marie-Anne Perrey (DG Calypso, Présidente CJD Grenoble), et Michel Adam (Labo ESS, RIC)
    Ecrit par : ERPICUM Frédéric
  • Rencontre de Grenoble 2015 - De la Stratégie Chemin Faisant à l'Agir & Penser en Complexité
    Dossier du participant
    Ecrit par : AVENIER Marie-José

Les nouveaux ouvrages dans la bibliothèque du RIC

  • La double hélice des civilisations
    Le parti pris de l'optimisme
    La métaphore de la double hélice associant irréversiblement l’aventure des civilisations et celle de leur reflet dans les miroirs qu’elles se donnent, ou encore celle de l’aventure des sociétés humaines et celle de l’aventure de l’humaine connaissance, l’une et l’autre polarisée par l’ineffable aspiration à la spiritualisation - cette métaphore va ici servir de trame à une riche méditation.Méditations chargée d’histoire, de récits et de liens. Liens qui se conjoignent en formant une sorte révélateur photographique, une autre image, plus ample, plus insolite aussi parfois : la relation ici illumine l’être bien plus que l’être n’éclaire la relation. Le paysage cinématographié est sans doute celui du précédent millénaire des cultures occidentales. D’autres images alors se formeront ; La puissance de la métaphore s’affirme ici, et déjà ‘la métaphore de la triple hélice’ annonce de futures et aussi stimulantes méditations.
    Ecrit par : De PERETTI André
    Ed. Chronique Sociale, 2015   ISBN : 978-2-36717-085-5, 352 p.

Février 2015

Le réseau Chemin faisant

Les nouveaux documents du réseau

  • Une nouvelle renaissance des humanités, un 'Oratio'
    « Au-delà de l'humanisme, l’humain »
    Invité à une Rencontre internationale organisée à Rome par l’Académie Vivarium novum en nov 2014, sur le thème de la renaissance de l’humanisme et des humanités,  Edgar MORIN a donné une conférence dont il nous communique le texte en français : « Au-delà de l'humanisme, l’humain ». La dernier phrase ne donnera-t-elle pas envie de méditer ce beau texte, Témoin d’une ‘renaissance de la Renaissance’ ? : « L’humanisme n’est pas seulement le sentiment de communion humaine, de solidarité humaine, c’est aussi le sentiment d’être à l’intérieur de cette aventure inconnue et incroyable et de vouloir qu’elle continue ».
    Ecrit par : MORIN Edgar
  • La socio-économie, science d'ingénierie
    Concevoir les organisations socio-économiques comme des artefacts évolutifs et viables
    Article original en anglais (Socio-Economics as a New Science of Engineering : Designing  sustainable complex social organizations as « evolving artifactc »)  suivi d’une version condensée ultérieure en français publiée en  1997 sous le titre  « Evolution, Rationalité et Téléologie, L’Economique entre Energétique et Pragmatique » C’est la relative actualité (2014-2015) des débats académiques, voire corporatifs, suscités par les réactions au  conservatisme épistémologique des universitaires ‘économistes standards’ français, ‘ardents défenseurs de leur ‘vielle forteresse’, qui a incité à retrouver quelques textes  rédigés il y a plus de 20 ans (le premier en anglais au colloque de la SASE alors jeune(1992) , le second en français, (compagnon du premier) publié peu après  dans la Revue de l’ISMEA Economie Appliquée, Tome L, 1997, n°3), Ce ‘retour’ voudrait contribuer à raviver l’attention des responsables des systèmes d’action collective, praticiens réfléchis autant qu’enseignants chercheurs, qui ne réduisent pas - ou plus -  la science et la politique économique à des considérations ritualisées sur les bienfaits eternels des formalismes de  l’économie de marché, à la lecture attentive les œuvres séminales de H A Simon  En commençant par exemple par sa ‘Conférence Nobel 1978’ sur l’intelligible complexité des processus de décision dans les organisations.
    Ecrit par : Jean-Robert ALCARAS, Pascal DEHAENE (†), Jean-Louis LE MOIGNE, (Colloque SASE Irvine, Cal. 1991)
  • Prétendre « manager la complexité » n’est-il pas un non-sens ?
    « Mal nommer un objet, c'est ajouter au malheur de ce monde » (A. CAMUS) - Edito 73
    Ecrit par : LE MOIGNE Jean-Louis

Les nouvelles notes de lecture

  • Sacrée Croissance
    On avait souligné il y a quelques mois l’intérêt de ‘Le documentaire "Sacré croissance" de Marie-Monique Robin ’ (Journaliste d’investigation scrupuleuse et réalisatrice expérimentée) que venait de diffuser une chaîne de télévision (diffusion complétée par l’édition du DVD correspondant). L’auteure a très judicieusement « transformé l’essai » en complétant ce documentaire vidéo (fait pour l’essentiel d’entretiens très divers) par un livre documentant abondement et scrupuleusement ces entretiens et récits, chacun étant sympathiquement mis en contexte (ce sont souvent des récits d’aventures, microcosmiques à l’échelle de la Planète et des grandes institutions politiques et financières) ; récits quasi méconnus de la plupart des médias, se déroulant parfois depuis près d’un siècle (la durée de la progressive réaction des sociétés humaines à la proclamation de la ‘nécessaire réduction des humains à l’Homo Economicus’).
    Date de l'ouvrage : Février 2015
    Ecrit par : ROBIN Marie-Murielle
    Matthieu RICARD (Préface) Ed La Découverte & Arte ed. 2014, ISBN  978 2 7071 7836 3, 299 p.
    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis
  • Ville Aimable
    C’est d’abord par son titre insolite que cet ouvrage collectif retient l’attention : Denis MARTOUZET, animateur de l’équipe Ingénierie du Projet d’Aménagement - Paysage et Environnement (Université de Tours ) a associé quelques chercheurs autour d’une question apparemment naïve : « La société urbaine ne peut faire l’économie de quelques questions simples à formuler. Aimez-vous la ville ? Pourquoi ? Un peu, passionnément, pas du tout ? » Et bien sûr, en guise de réponses, les chercheurs vont trouver nombre de nouvelle questions, dés que les points de vue se déplacent, du géographe au cinéaste .... : « L’universalité des affects – positifs, négatifs, toujours changeants – envers l’urbain ... suggèrent autant d’autres questions. On entre dans l’ambiance de la ville par ses différentes dimensions : urbanisme et participation, idéologies, temporalités, patrimoines, marketing urbain, cinéma et représentations mentales ou sociales, sciences morales et politiques, mais aussi le sensible et l’émotion ».
    Date de l'ouvrage : Février 2015
    Ecrit par : MARTOUZET Denis
    Ed. PUFR Coll. Perspectives Villes et Territoires , 2014, 384 p 
    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis
  • Démographie et géopolitique
    En s’attachant relire avec soin les travaux scientifiques de l’historien-démographe Emmanuel Todd, et en considérant « avec circonspection et vigilance... toute affirmation procédant d’une anthropologie sociale et politique réduite à une modélisation des systèmes familiaux et de parent, Reda Benkirane va nous monter que « la vision réductrice proposée par l'étude toddienne des types de famille existant au sein de l'humanité à une portée heuristique. C'est là sa principale valeur ajoutée, elle n'apporte pas une vision complète de la société observée, mais suscite le souci de la penser autrement et de trouver de nouvelles descriptions ». Reconnaitre que nous sommes en présence de causalités non linéaires er non déterministes, n’est ce pas un exercice de bonne intelligence des la complexité des processus qui enrichit nos interprétations
    Date de l'ouvrage : Février 2015
    Ecrit par : BENKIRANE Réda
    Editions Hermann, 2015, ISBN 978 2 7056 8999 5, 148 pages
    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis

Les nouveaux ouvrages dans la bibliothèque du RIC

  • Démographie et géopolitique
    Etude critique des travaux d’Emmanuel Todd
    En quoi des données inscrites dans la démographie et l’anthropologie sociale peuvent-elle enrichir une pensée stratégique, une géopolitique du XXIe siècle ? Réda Benkirane décortique les hypothèses de Todd sur la famille et le système de parenté lui ayant permis de développer une grille d’interprétation des rapports différentiels de puissance, de pouvoir et de croyance. S’il identifie le bien-fondé de sa méthode scientifique, l’auteur entend aussi établir un regard critique sur le caractère surdéterministe de sa théorie qui voudrait que la psyché et le devenir des peuples soient lisibles, tel un marc de café, dans les fonds anthropologiques.
    Ecrit par : BENKIRANE Réda
    Editions Hermann, 2015, ISBN 978 2 7056 8999 5, 148 pages

Les veilles du réseau

Janvier 2015

Le réseau Chemin faisant

  • Le RIC vous présente ses voeux

Les nouveaux documents du réseau

  • Les axiomatiques de la modélisation : trois études, 1980, 1988, 1992

    « Nous ne raisonnons que sur des modèles »rappelait P Valéry  qui ajoutait : « Je n’ai jamais cru aux ‘explications’…. mais j’ai cru qu’il fallait chercher des ‘représentations’ sur lesquelles on pût opérer comme on travaille sur une carte ou l’ingénieur sur épures,’etc. – et qui puissent servir à faire’ » : On se propose ici quelques réflexions anciennes sur un paradoxe masqué : Alors que l’on a consacré énormément d’efforts depuis Aristote puis Descartes  à préciser les axiomes  ‘impératifs’ sur lesquels doivent reposent logiques et syntaxes formelles qui doivent guider les raisonnements portant sur des ‘données  à fin de conclusion pour explication ou pour action, on n’accordait aucune attention axiomatique à la forme sous laquelle étaient produite et donc modélisées ces ‘données’. Suffisait-il de les tenir pour des ‘faits’ sans s’interroger sur la façon dont ces faits avaient été fait et a fortiori étaient ici présentés sous la forme de systèmes de symboles (artefacts) ? 


    Ecrit par : LE MOIGNE Jean-Louis
  • La conduite des organisations contemporaines face au défi de la complexité
    Dossier MCX 31
    Actes du Grand Débat 2013 du Réseau Intelligence de la Complexité, le °06  février 2014 à Paris-Vincennes, INSEP – Institut National du Sport, de l’Expertise  et de la Performance. Débat animé par Michel Paillet avec Dominique Genelot, Hervé Gourio, Jean-Louis Le Moigne. Dossier édité par Dominique Genelot. (62 pages)
     -Pourquoi et comment la pensée complexe s’impose dans l’arsenal mental du dirigeant, face aux défis multiformes de la complexité. Les multiples irruptions de la complexité dans la responsabilité de dirigeant : illustration à travers la transformation d’une petite filiale française en un groupe mondial leader de son secteur.
    La mère des batailles mentales : passer d’une démarche cognitive analytique classique, soi-disant objective, à une conception projective  s’appuyant notamment sur la modélisation systémique.  Exemple vécu d’un pilotage pensé en tant que système : la transformation du portefeuille d’activités de l’entreprise.
     -Comment et pourquoi a été élaborée « La théorie du système général »
     -La conduite des organisations est tout à la fois un univers de contradictions, d’antagonismes et de complémentarités. Le concept de dialogique et la discipline mentale de « distinction-conjonction » sont précieux pour le dirigeant pour faire face sans réductionnisme à ces situations.
    Témoignage sur les nombreux antagonismes et contradictions auxquels un dirigeant est confronté et sur la manière de les affronter.
    Ecrit par : GENELOT Dominique
  • De quelques fondamentaux en architecturologie
    « La conception est un univers trop peu connu encore, qui justifie que l’on s’attache à tenter de le mieux connaître. Et la distinction entre perception et conception est majeure à cet égard : on ne peut percevoir l’architecture qu’après qu’elle ait été conçue. »

    Cette conclusion de l’article fort judicieusement illustré que Philippe Boudon a rédigé en revenant de sa visite de la Biennale de l’Architecture de Venise consacrée aux « Fondamentaux » (à l’initiative du ‘célèbre architecte néerlandais Rem Koolhaas, curateur de la Biennale 2014 et détenteur du prestigieux Prix Pritzker 2000, enquêtant  sur les contradictions d'un siècle marqué par la perte de l'identité nationale et l'expansion de la mondialisation’) n’a telle pas une portée très générale ?

    L’expérience de l’architecte s’attachant à réfléchir les processus cognitifs multidimensionnels entrelacés des activités-de-conception qu’il met en œuvre nous incitent à ne plus réduire la conception au seul ‘résultat’, l’objet photographiable et re copiable ou re faisable. "On serait tenté de rapprocher la distinction  faite entre objet et système  de la phrase d'Edgar Morin : « Il s’agit désormais de concevoir les objets comme des systèmes. »  (La Méthode, T 1, p 100. 1977) "

    En s’interrogeant sur ‘les Fondamentaux de l’architecture-objet’, on éclaire mieux ce que peuvent être les Fondamentaux de l’architecture-processus ou mieux de l’architecturologie, et plus généralement des processus de conceptions.

    Réflexion qui incitera par surcroit à ré ouvrir ‘la Somme’ que Philippe Boudon a intitulé « Echelle(s), l’architecturologie comme travail d’épistémologie ». 
    Ecrit par : BOUDON Philippe

Les nouvelles notes de lecture

  • La beauté à la rencontre de l'éducation
    Une incursion instructive, déterminée et réjouissante dans le Monde (théâtral) de l’Éducation Elle nous entraîne en passant par des foyers, des logis, des salles, des coulisses et des scènes où peuvent camper des « Personnages » : pour notre agrément et pour un rebondissement dans nos méditations sur l’Enseignement ...
    Date de l'ouvrage : Janvier 2015
    Ecrit par : TOULET Elisabeth
    Ed. L’Harmattan, 2014
    Note de : De PERETTI André

Décembre 2014

Les veilles du réseau

  • Une thèse originale sur l’ingénierie système relativisée

    Henri Boulouet, Ingénieur chez PSA a soutenu avec succès une thèse originale sur l’Ingénierie Système Relativisée (ISR) et sur ses apports dans le domaine de la conception d’artefacts. L’originalité de cette contribution tenant à la formalisation des ‘rôles descriptionnels’ de la Méthode de Conceptualisation Relativisée (MCR). Le déploiement de la méthode de conceptualisation à une méthode de conception en ingénierie industrielle renouvelle ici les classiques méthodes dites d’ingénierie système qui sont souvent des méthodes d’analyse classiques même quand elle portent sur de grand nombre de composant

Novembre 2014

Le réseau Chemin faisant

Les nouveaux documents du réseau

  • Vous avez dit « systémique » ?
    "Qu’est-ce qu’un système ? Et d’abord qu’est ce qu’il n’est pas ? Il ne s’agit pas d’un ensemble" P A Weiss, 1971. Le mot ‘systémique’ n’est-il pas devenu un mot fourre-tout dans lequel chacun met de ce qu’il veut, compromettant ainsi une communication réflexive.  
    Ecrit par : LE MOIGNE Jean-Louis
  • André de Peretti, le gai savoir au cœur des arts et des sciences.
    documentaire vidéo
    Nous sommes particulièrement heureux de présenter sur le site ce documentaire video original consacré à Andre de Peretti que nombre de nos amis du Réseau Intelligence de la Complexité – MCX-APC’ ont rencontre au fils de nos activités.  Le documentaire est disponible sur https://vimeo.com/111609771.

    Ecrit par : Camille Duwez, Perrine Lauras et Emilien Maignaud, et Co-réalisé par Pascal Bouchez
  • La complexité appelle la stratégie
    Il n'y a que la stratégie pour s'avancer dans l'incertain et l'aléatoire
    Entre les consignes qu’on devrait appliquer les yeux fermés et les improvisations réfléchies qu’on pourrait élaborer de façon tâtonnante en fonction du contexte, la conduite des actions collectives en situation de crise oscille sans qu’on puisse proposer la ‘bonne’ solution. Ne sommes-nous dans de tels cas confrontés à une situation perçue complexe ? La tentation est grande alors d’en appeler aux théories dites de la complexité.  Mais nous rappelle d’avance Edgar Morin « La complexité n’est pas un trousseau de clés que l’on peut remettre à toute personne méritante qui a engrammé les travaux sur la complexité. Le problème de la complexité n’est pas de formuler des programmes que les esprits peuvent mettre dans leur ordinateur mental ; la complexité appelle la stratégie...
    Ecrit par : LE MOIGNE Jean-Louis

Les nouvelles notes de lecture

  • Une question de taille
    Un livre profond qui creuse une question majeure trop peu étudiée, la question de la taille, soit l’impact du facteur dimension dans les organisations humaines, les équipements - urbains notamment -, les aménagements, mais aussi les nations et les États.
    Date de l'ouvrage : Novembre 2014
    Ecrit par : REY Olivier
    Stock, 2014, ISBN 978-2- 234-07765-2
    Note de : ADAM Michel

Les nouveaux ouvrages dans la bibliothèque du RIC

  • Réinventer l'entrepreneuriat pour refonder l'entreprise
    (2° édition complétée)
    Un ouvrage riche d'une alternance concrète et conceptuelle, un livre passerelle qui plaide pour la coopération et le métissage dans une économie devenue plurielle. Un regard nouveau en complexité pour refonder l'entreprise dans une économie plus solidaire, ouverte et régénerante
    Ecrit par :
    Préface de Claude ALPHANDERY  Ed l’Harmattan, 2014  ISBN : 978-2-343-04621-1  2014. 
  • Au rythme du monde
    Un demi-siècle d’articles dans Le Monde
    « ...La surprise nous oblige à réviser nos systèmes d’explication qui ne l’avaient pas prévue, de penser à ce qu’elle signifie de nouveau, et éventuellement ce qu’elle annonce pour le futur. La surprise est donc vitalisante pour la pensée. J’avais l’opportunité, dans ces articles à chaud, d’affronter la complexité des phénomènes et, contrairement aux tendances dominantes en journalisme comme en sociologie, de relier des données séparées dans des compartiments clos, de révéler les ambivalences, les contradictions du phénomène ou de l’événement, afin d’élaborer une compréhension pertinente. C’était là aussi ma façon de lutter contra la pensée réductrice et disjonctive qui hélas demeure plus que jamais hégémonique. ... »
    Ecrit par : MORIN Edgar
    Ed.  Presses du Chatelet, 2014, ISBN 9782845925854, 497 pages 

Les veilles du réseau

  • La Chaire EDGAR MORIN de la COMPLEXITE annonce le lancement du MOOCS L'avenir de la décision : connaitre et agir en complexité

    La vocation du MOOC “L’avenir de la décision : connaître et agir en complexité”, est de vous aider à prendre conscience des enjeux de la complexité, pour vous, pour votre organisation et pour la société.  Ce MOOC est produit par la chaire Edgar Morin de la complexité de l'ESSEC, soutenue par Orange. Il a été conçu, dans un esprit transdisciplinaire. Lire la suite...

  • Le documentaire "Sacré croissance" de Marie-Monique Robin

    (passé initialement sur Arte 04 11 14), voir le DVD et le Blog de MM Robin  où l’on trouve la bande annonce qui fait percevoir la diversité des initiatives et des échanges activant les questionnements du type ‘Pourquoi pas ?’ Plutôt que de dénoncer la mécanique infernale de la croissance exponentielle des PIB, ne peut-on explorer le champ des possibles ?: La planète terre recèle de multiples initiatives viables, que visitent ici les reportages et que discutent les entretiens présenté dans ce documentaire : On se met à imaginer très concrètement des solutions pour un changement de paradigme économique, écologique, social qui ne sont pas seulement rêvées mais vécues et viables, régénérantes. Penser et agir en reliant sans disjoindre, reconsidérer les problèmes en les délibérant avant d’appliquer des solutions dont on ignore les motivations :régénérer plutôt que croître. 

  • 1984-2014 : l’Institut de Santa-Fé fête ses 30 ans en s’affichant pionnier de « la science des systèmes complexes adaptatifs »

    L’événement mérite en effet que l’on y prête attention, en tentant de le resituer dans ses contextes culturels sociétaux et scientifiques : 1984, n’est pas ici le titre du célèbre roman de G Orwell prophétisant le règne de Big Brother et le monopole universel de la Novlangue. C’est l’année de naissance aux USA de l’Institut de Santa Fé dédié alors à ‘la Nouvelle science de la complexité’. 

Octobre 2014

Les nouveaux documents du réseau

Septembre 2014

Les nouveaux ouvrages dans la bibliothèque du RIC

  • Enseigner à vivre. Manifeste pour changer l’éducation
    Ce livre prolonge une trilogie vouée, non tant à une réforme de notre système d’éducation, mais à son dépassement, terme qui signifie non seulement que ce qui doit être dépassé doit être aussi conservé, mais aussi que tout ce qui doit être conservé doit être revitalisé. Il oblige à repenser non seulement la fonction, je dirais même la mission enseignante, mais aussi ce qui est enseigné.
    Ecrit par : MORIN Edgar
    Ed. Actes Sud - PlayBack, Coll. Domaine du Possible, 2014,  ISBN 2330034326, 130 pages. 

Août 2014

Les nouveaux documents du réseau

Les nouvelles notes de lecture

  • Learning From leonardo decoding the notebooks of a genius
    S’attacher à interpréter les quelques 6000 pages des CARNETS de Léonard de Vinci de façon à s’exercer soi même à ‘comprendre comment notre esprit fonctionne’(le célèbre projet de P Valéry) est un exercice qui peut-être aisé autant que passionnant dés lors que quelques lecteurs érudits et eux même passionnés ont pour nous balisé le chemin et facilité les accès à bon nombre des pages. L’auteur du ‘Tao de la physique’, qui dans les années 70 activa les premières controverses sur ‘le mysticisme quantique’, est depuis 2007 (‘The science of Leonardo) un de ces guides. Son nouvel ouvrage, est centré sur une lecture investigatrice et richement documentée de nombre des pages des Carnets de Léonard.
    Date de l'ouvrage : Août 2014
    Ecrit par : CAPRA Fritjof
    Ed. Berrett-Koehler Publishers,2013, ISBN 978 160994989 1, 380 pages
    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis
  • Réapprendre à coopérer Abécédaire
    Dans un contexte où le travail-emploi est synonyme de mal-être et de désarroi, où les « marchés » et quelques très grandes entreprises sont plus influentes que bien des États, la coopération apparaît comme une voie essentielle pour retrouver les bénéfices d’échanges économiques, sociaux et culturels plus satisfaisants. Et si l’on réapprenait à coopérer ? A travailler ensemble contre la violence, le stress et les effets les plus néfastes de la (dé)structuration sociale, économique et environnementale actuelle…
    Date de l'ouvrage : Août 2014
    Ecrit par : GOUIL Hervé
    Editions Yves Michel, 2010, ISBN 978-2-913492-85-1, 196 pages
    Note de : ADAM Michel

Les nouveaux ouvrages dans la bibliothèque du RIC

Les veilles du réseau

  • Sur le concept de Processus

    Sur le concept de Processus « Notre entêtement à simplifier le processus bloque la situation, le système est encore plus difficile à interpréter. … ». Le processus qu’explorent, en général à des fins thérapeutiques, les animateurs du GRAPsanté, est le processus physiologique par lequel les phénomènes physico-chimiques de la perception auditive se transforment en entendements humains. Processus que l’on n’osait guère interpréter dans sa complexité et que l’on s’attachait à ‘réduire en autant de parcelles séquentielles qu’il se pourrait’ sans pourtant parvenir à mieux l’expliquer.  La suite...

  • Genèse et navigations du « groupe Emergence »

    En 2004, à l’initiative de deux amis qui s’intéressaient à ‘la Systémique et aux sciences de la complexité’), s’auto-éco organisait quasi spontanément à Paris un groupe de réflexion qui s’intitula ‘Le Groupe Emergence’ : Son activité majeure portant sur la préparation et l’organisation de studieuses réunions autour d’un thème présenté par un membre du groupe ou par un ‘expert compétent’  Assez vite se forma ainsi un modeste Site interne qui permettait de garder traces des échanges de ce virtuel ‘Common’ original, mettant en commun le processus d’élaboration et le résultat patrimonial de ces navigations collectives, chaque réunion mensuelle se construisant autour d’un thème préparé. Dix ans après, l’émergence du Groupe fait à son tour émerger... La suite...

  • Construire le capital immatériel des territoires

    « ../ Les Etats d’un côté et les grandes entreprises de l’autre ont été les acteurs pivot de l’économie au 19e et au 20e siècle. Chacun dans son domaine, l’Etat pour les régulations « horizontales » et la grande entreprise pour les régulations « verticales », ils disposaient d’atouts incontestables pour organiser autour d’eux l’économie et même la société. Or ce n’est plus le cas au 21e siècle. Ni l’un ni l’autre n’est véritablement en mesure d’assurer la cohérence entre l’économie, la société et l’environnement. Progressivement ils passent du statut de solution au statut de problème. Quels seront les acteurs pivot qui s’y substitueront ? … »
    Dans une tribune de la Newsletter du Labo de l’ESS du 10 juillet 2014, Pierre CALAME présente, sous le titre  « L’économie sociale et solidaire : un moyen privilégié de construire le capital immatériel des territoires »des réponses argumentée éclairant les enjeux d’une politique de civilisation qui concerne tous les citoyens. « … Qu’est-ce que le capital immatériel ? En deux mots, le résultat d’un long apprentissage dans la manière qu’ont les différents acteurs d’un territoire de coopérer pour faire face à de nouveaux défis. C’est ce capital immatériel qui est par exemple au cœur des fameux « districts industriels » d’Italie du Nord : c’est l’habitude de la coopération entre des petites et moyennes entreprises et avec des centres de formation ou des collectivités publiques qui ont permis à ces entreprises, dont chacune prise isolément aurait été confinée à un marché local, d’aller à l’exportation. Ce que l’on a appelé en France les systèmes productifs locaux procèdent de la même idée ….             …. Les entreprises de l’économie sociale et solidaire, depuis les mutuelles d’assurance jusqu’aux crèches parentales, ne sont rien d’autre que des apprentissages de la coopération appliqués à différents domaines. … »

  • l’associazione italiana di epistmologia e metodologia sistemiche

    Une sympathique coopération avec l’associazione italiana di epistmologia e metodologia sistemiche (A.I.E.M.S), se développe depuis 2013. Cette association, s’est constituée en 2008 autour du projet de développement des cultures et des pratiques professionnelles des méthodologies systémiques attentives à leurs enracinements épistémologiques. 

  • Congrès international VI sur la transdisciplinarité, la complexité et l'éco-formation en octobre 2014

    Chasqui n° 11, la Lettre de la Comunidad de Pensamiento Complejo annonce dans son N° d’aout (Boletín bimestral. Año 2 - Número 11 - Agosto de 2014) plusieurs des manifestations organisée  en Amérique du Sud dans  les prochains mois par la CPC. En particulier  du 23 au 25 Octobre 2014, le Congrès international VI sur la transdisciplinarité, la complexité et l'éco-formation  organisé à Lima, Pérou par le Congrès péruvien de la pensée complexe et des Sciences complexité ": Routes pour transformation de l'éducation;  (Institut péruvien de Edgar Morin Pensée Complexe IPCEM  Universiades Ricardo Palma. Outre Edgar Morin, P L Sotolongo, Carlos Maldonado, Gaston Pineau, Pascal Galvani,  Maria Antonia Pujol, etc...de nombreuses personnalités interviendront lors de ces journées. 

  • L’humanisme confronté au réductionnisme

    L’humanisme confronté au réductionnisme sera-t-il ré humanisé par le ‘Faire Ensemble’ dont l’équipe d’E Ostrom (Working Together - Collective Action, The Commons, and Multiple Methods in Practice) nous montrait les vertus en explorant l’aventure millénaire des ‘Commons’ ? C’est le vœu que formule  Evelyne Biausser dans cet article qu’elle publie sur son site : Le diagnostic, riche en images, est, comme chaque fois qu’il faut explorer les arcanes du réductionnisme aujourd’hui, décourageant. Mais il suscite in fine une prescription bienvenue, celle du ‘faire ensemble’, illustrée par quelques exemples tels que celui de la conception construction du MUCEM (Marseille).   Lire la Suite...