Les Documents par Thème : Esthtique Art & Science - 12 documents

Retour

  • Journal souvenir du Grand Débat 2008 (01-01-1970)
    Ecrit par : VICTOR Sylvain
    Esthétique Art & Science - Bio Systèmes - Audition Vision & Perception
  • ÉPISTEMOLOGIE DE LA COMPLEXITE ET ART CONTEMPORAIN (01-01-1970)
    Ecrit par : LESTOCART Louis-José
    Esthétique Art & Science - Epistémologie de la Complexité
    « … Plus que d’œuvre-système-invisible, j’entendrai ici parler d’œuvre-système. Ce qu’on doit voir, percevoir, interpréter est surtout invisible pour le « bon sens ». Anaxagore de Clazomènes, lequel a  introduit la notion de noûs (en grec, esprit ou raison) disait en un insoutenable paradoxe : « La neige composée d’eau est noire malgré nos yeux ». La neige, prétend en effet Anaxagore, doit être sombre comme l'eau dont elle est formée, et, à quiconque le sait, elle n'apparaît plus du tout blanche ; la neige blanche en fondant se change en eau noire. (Gaston Bachelard, La terre et les rêveries du repos, 1948). « L’imagination matérielle qui a toujours une tonalité démiurgique veut créer toute matière blanche à partir d’une matière obscure, elle veut vaincre toute l’histoire de la noirceur » - traduisons tout ce qui est complexe. D’une manière générale comme il est dit dans Le nouvel esprit scientifique (1934), « le simple est toujours le simplifié et ne saurait être pensé qu’en tant qu’il apparaît comme le produit d’un processus de simplification ». Bachelard  souligne encore dans Essai sur la connaissance approchée (1928) « Simplifier, c’est sacrifier. C’est le mouvement inverse de l’explication qui, elle, ne craint pas la prolixité. » ou encore « La simplicité n’est que la simplicité d’un langage bien réglé, elle n’a aucune racine dans le réel. » (extrait du texte de présentation de LJ Lestocart)
  • Arts et Sciences: Les Fruits de l'Archipel (01-01-1970)
    Ecrit par : DEBONO MARC-WILLIAMS
    Esthétique Art & Science
  • Cartésianisme et Morinisme dans la poétique musicale d'Olivier Messiaen. (01-01-1970) - L'exemple des Eclairs sur l'Au-Delà?
    Ecrit par : DARBON Nicolas
    Architecturologie & Musicologie - Esthétique Art & Science
    A travers le prisme de la dernière œuvre écrite par Olivier Messiaen : Eclairs sur l’Au-Delà… (1988-92) – qui est une véritable somme de ses techniques musicales –, nous tenterons de montrer le passage poétique d’un paradigme à un autre. Deux philosophes nous semblent exprimer le mieux ces paradigmes : René Descartes et Edgar Morin.
  • CONTREPOINT : HISTOIRE D'UNE ERREUR (01-01-1970)
    Ecrit par : Bougeret Gérard
    Audition Vision & Perception - Esthétique Art & Science
  • LA SOCIETE ET LA COMMUNAUTE DES ENSEIGNANTS ET CHERCHEURS PARTAGENT AUJOURD'HUI LA CORESPONSABILITE DE LA POLITIQUE DE CIVILISATION (01-01-1970)
    Ecrit par : LE MOIGNE Jean-Louis
    Esthétique Art & Science
  • L'ère des plasticiens (01-01-1970)
    Ecrit par : DEBONO MARC-WILLIAMS
    Esthétique Art & Science
  • L'expérience esthétique dans la philosophie de Gilles Deleuze (01-01-1970) - De l'esthétique transcendantale à l'esthétique apodictique
    Ecrit par : CALLAT Henri
    Esthétique Art & Science - Epistémologie de l'Interdisciplinarité
  • N°1 - L'Unité des arts et des Sciences : la psychologie de la pensée et de la découverte (01-01-1970)
    Ecrit par : SIMON Herbert A.
    Esthétique Art & Science - Epistémologie de l'Interdisciplinarité - Ingegno Rationalité et Heuristiques
    Traduction de la "Bicentenial Address" présentée à l'American Academy of Arts and Sciences en mai 1981, publié en français en 1984.
  • PAUL VALERY. L'ACTE LITTERAIRE COMME PENSEE DE LA COMPLEXITE. (01-01-1970)
    Ecrit par : LESTOCART Louis-José
    Esthétique Art & Science - Epistémologie de la Complexité
    Ndlr. En s’attachant depuis longtemps à entendre l’esthétique dans ses complexités, LJ Lestocart devait rencontrer et méditer l’œuvre littéraire  de Paul Valéry. Celui-ci ne fut-il pas l’exceptionnel  témoin de cette fascinante et quasi cinématographique  expression de l’acte cognitif s’exerçant dans et par les  complexités de l’acte littéraire ? LJ Lestocart  avait développé ces interrogations sur ‘les fonctions de l’esprit dans l’expérience de création’ (qu’elle soit tenue pour scientifique ou pour artistique) dans une étude publiée en 2006 par l’excellente revue ‘ALLIAGE’ qui se veut ‘Le vecteur d'une réflexion de fond sur les rapports de la culture, de la technosciences et de la société’. . Nous remercions J-M Levy-Leblond, le directeur de la Revue, de nous autoriser à reprendre cet article, avec quelques modifications et mises à jour mineures de l’auteur,  dans les documents du site du Réseau Intelligence de la Complexité’.
  • THEORIES DE LA « PRÉDICTION » L'INTELLIGIBLE CONNAISSANCE ESTHÉTIQUE (01-01-1970)
    Ecrit par : LESTOCART Louis-José
    Ce texte provient d’interrogations assez anciennes sur la perception. Certaines expériences empiriques personnelles, diverses sensations « étranges » ressentis lors d’exposition d’œuvres d’art, de visions de films ou de moments singuliers de la vie, m’ont amené à m’interroger sur certains phénomènes accompagnant la perception et l’entendement. Je me suis un peu tourné, il y a quelques années vers les neurosciences, à l’occasion d’une étude oculomotrice sur peintures originales de Francis Bacon,             Cette recherche épistémologique ne m’a cependant pas pleinement contenté. La perception, le ressenti devant certaines œuvres de Bacon, ou films ou vidéos ou films expérimentaux ne me semblaient pas prise réellement en compte par les approches cognitivistes habituelles. Qui plus est, cette étude, n'interrogeait pas la sensation de « futur » fortement éprouvée lors de ces perceptions ainsi que la notion d’empathie. Était aussi ancré en moi le fait que certaines œuvres d’art « représentaient » en quelque sorte ce que je pouvais subodorer : il existe en certaines œuvres d’art des parties cachées qu’une certaine perception dévoile de façon instantanée. D’autres rencontres m’ont  peu à peu m’entraîné sur des recherches sur les théories de la prédiction : la mécanique statistique et la théorie des probabilités dans les systèmes complexes et les expériences de Shalizi en particulier ayant amené à la production d’un filtre/algorithme permettant de « voir » ce qu’il peut résider derrière la notion de complexe.  Dans une idée de « Second Order Complexity », ces expériences réalisent des prédictibilités maximales sur le comportement des systèmes complexes.             Par ces nouvelles investigations, il commençait à devenir possible de proposer  l’hypothèse que les œuvres (en particulier images animées) contenaient des processus stochastiques internes ou figurés, se couplant avec des processus de même nature s’effectuant dans le cerveau de l’observateur, et que la rencontre des deux produisaient le  sens, l’interprétation, ce que l’on appelle sentiment esthétique.  Cette hypothèse un peu « pionnière» peut en dernier ressort, proposer d’autres éléments pouvant explorer sa pertinence, dont les neurones miroirs, découverts par le physiologiste et neuroscientifique, Giacomo Rizzolatti. Ces neurones miroirs ont la capacité d’imitation et de simulations des actions proposés, ils les calculent en quelque sorte, en dressent les probabilités, en dessinent le futur.             Pari pascalien ?
  • Trois Générations de Théories de la Complexité: Nuances et Ambiguïtés (01-01-1970)
    Ecrit par : ALHADEFF-JONES Michel
    Epistémologie de la Complexité - Education Formation - Esthétique Art & Science
    Le recours contemporain à la notion de "complexité" renvoie fréquemment à des démarches ayant tendance à unifier sa définition. En langue anglaise, sa réduction à une forme singulière (complexity theory ou complexity science) s'avère ainsi susceptible de masquer la variété des théories permettant de rendre compte des implications inhérentes au recours à cette notion. En prenant en considération à la fois les traditions de recherche latines et anglosaxonnes, associées à la notion de complexité, on suggère une approche plus nuancée, évitant la simplification de cette notion à certaines des conceptions dominantes qui y sont associées. Partant d'une approche étymologique, cet article propose d'envisager de façon chronologique l'émergence de trois générations de théories de la complexité; ce faisant, certains de leurs enracinements épistémologiques et socio-culturels sont introduits. Sur la base des ambiguïtés mises en évidence, on suggère finalement de concevoir les contributions renvoyant aux théories contemporaines de la complexité, au même titre que la remise en question de leur légitimité épistémologique et éthique, à partir des boucles et des dynamiques dont elles sont constitutives. Ce faisant, les chercheurs et les praticiens devraient considérer leurs pratiques en tant que processus d'apprentissage dont la complexité renvoie autant aux transformations qu'ils étudient ou provoquent, qu'aux transformations inhérentes aux systèmes de représentations auxquels ils ont recours pour les conceptualiser.

Haut de Page | Retour