DICTIONNAIRE DE CITATIONS - La Complexité en contexte

L'argument de cette rubrique nous a été donné par M Jean Pierre PAQUET (dit Jipépak) qui a réalisé au fil des ans un site sur Edgar MORIN qu'il présente en ces termes : « Emerveillé par la force, la portée, la profondeur, la beauté, la poésie de la pensée d'Edgar MORIN, ...  j'ai constitué, petit à petit, ce lexique morinien, pour tenter de saisir cette perpétuelle curiosité omnivore, cette pensée toujours en « itinérance », cherchant toujours la "reliance", afin de mieux comprendre, mieux saisir sa vision globale, mieux m'imprégner de cette oeuvre démesurée, essentielle, universelle. Grâce à l'internet je mets simplement ce lexique à la disposition de tout le monde, ... Ce recueil synthétique est également une invitation à se lancer dans la lecture des oeuvres de cet incontournable penseur/humaniste. ...»

Lire la suite de cette introduction au dictionnaire des citations...

Dictionnaire des citations d'Edgar Morin (Extraits)

Tout Afficher           0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z



Cosmos / Univers




- Ce qui constituait le squelette et l'architecture de l'univers devient archipels dérivant dans une dispersion sans structure. L'ancien univers était une horloge parfaitement réglée. Le nouvel univers est un nuage incertain. L'ancien univers contrôlait et distillait le temps. Le nouvel univers est emporté par le temps ; les galaxies sont des produits, des moments dans un devenir contradictoire. Elles se forment, titubent, se fuient, se tamponnent, se dispersent.

- C'est à partir de la crise de la physique classique, mais dans un cadre conceptuel enfin régénéré que nous pouvons régénérer un univers qui ne soit pas pour autant l'ancien univers "enchanté". C'est un univers réunifié, dont l'unité est plus profonde que l'ancienne homogénéisation de la physique classique, puisque c'est l'unité du cosmos, physis et chaos, unité de singularité, de genèse, de générativité, de phénoménalité. Cet univers demeure Un, bien qu'éclaté, multiple, polycentrique, et divers ; il produit de lui-même désordre, ordre, organisation, dispersion et diversité. L'unité de l'univers est donc l'unité complexe. Cet univers n'exclut pas le singulier par le général, n'exclut pas le général par le singulier : l'un au contraire inclut l'autre : l'univers produit ses lois générales à partir de sa propre singularité. C'est un univers enrichi : la matière n'est pas l'essence ultime de cet univers, elle est un aspect, qui prend consistance avec l'organisation. C'est un univers réanimé, en mouvement, en action , en transformation, en devenir. Il n'est rien dans l'univers qui ne soit temporel, il n'est aucun élément, depuis la particule jusqu'au composant le plus stable d'un système stable, qui ne puisse être conçu comme événement, c'est-à-dire quelque chose qui advient, se transforme, disparaît. (M1-77)

- Le cosmos semble être à la fois univers et événement. Il est univers (physique) constitué par des traits constants réguliers, répétitifs, et il est événement par son caractère singulier et phénoménal ; dans ce dernier sens, l'univers est un événement qui évolue depuis plus de dix milliards d'années. De par ce caractère, le temps apparaît, non seulement comme indissolublement lié à l'espace, comme l'avait démontré la théorie einsténienne, mais comme lié indissolublement à l'avènement-événement du Monde. De plus l'origine de l'univers, à partir d'un état préalable (rayonnement ? unité originaire ?), ne peut être conçue à nos yeux, autrement que comme l'événement à l'état pur parce que ni logiquement concevable ni statistiquement pensable. Il est remarquable que le caractère événementiel du monde n'empêche nullement qu'il obéisse à des relations nécessaires, mais ces relations nécessaires n'excluent nullement accidents et événements, comme les explosions d'étoiles ou les tamponnements de galaxies. (SC-90)



- Notre univers est catastrophique dès le départ. Depuis la déflagration formidable qui l'a fait naître, il est dominé par les forces de dislocations, de désintégrations, de collisions, d'explosions, de destruction. Il s'est constitué dans et par le génocide de l'anti-matière par la matière, et son aventure terrifiante se poursuit dans des dévastations, carnages et dilapidations inouïes. L'issu est impitoyable. Tout mourra. Dans ce désastre effroyable, sont apparues de faibles forces d'association et d'agrégation qui ont profité des rencontres innombrables au cours du tohu-bohu pour lier les particules en noyaux, puis atomes et astres. Mais les milliards de galaxies ne constituent que des minorités isolées et perdues dans un désordre et un vide incommensurables. (MD-94)

- Sans cesse j'essaie d'imaginer l'inimaginable, de concevoir l'inconcevable : la naissance de l'univers.... Comme tout ce qui est auto-production est auto-éco-production, le monde n'a pu s'auto-produire et s'auto-organiser qu'en se nourrissant du néant, ou vide hors temps et hors espace, et qu'en intégrant en lui, de façon contradictoire et nécessaire, un aspect, une dimension, une part de ce vide ou néant. D'où dans les philosophies hindouistes et bouddhistes, la faible réalité de notre réalité qu'elles nommeront maya ou samsara, et très souvent, chez chacun de nous, le sentiment du vide dans ce qui pourtant est seul capable de nous donner la plénitude, l'existence. Comme le monde s'est crée à partir du néant (qui est en même temps plénitude) il porte en lui à la fois néant et plénitude. Soudain on voit le vide, le Rien l'Etre, et soudain aussi l'on ressent la plénitude infinie de vivre. (PARC-96)

- Je crois que toutes les civilisations, toutes les communautés ont eu une conception du monde et le souci de situer, d'inscrire les humains dans le cosmos. Or, nous avons affaire, depuis une quarantaine d'années, à un monde singulièrement nouveau. Et nous devons nous situer dans ce monde, duquel nous ne sommes évidemment qu'une minuscule partie. Mais le paradoxe est que si cette partie se trouve dans un tout gigantesque, le tout se trouve en même temps à l'intérieur de ces infimes parties que nous sommes, car ce qui nous est le plus extérieur, c'est-à-dire les particules, qui se sont constituées au début de l'univers, ces atomes qui se sont forgés dans des étoiles, ces molécules qui se sont constituées sur la Terre ou ailleurs... tout cela est aussi à l'intérieur de nous. De la provient cette situation paradoxale que nous devons de plus en plus assumer. Nous sommes des enfants du cosmos et en même temps, comme le disait Jacques Monod, nous y sommes des «tsiganes». Nous en sommes distants et distincts par notre culture, par notre esprit, par notre pensée, par notre conscience, et c'est cette distanciation qui nous permet d'essayer de le connaître et de l'interroger. Je pense que cette double relation qui nous inscrit dans le monde et qui nous distingue du monde doit demeurer présente à notre esprit. (RC-99)

- Nous sommes des enfants du cosmos, mais, du fait de notre humanité même, de notre culture, de notre esprit, de notre conscience, de notre âme, nous sommes devenus étrangers à ce cosmos dont nous sommes issus et qui nous demeure pourtant secrètement intime. Notre pensée, notre conscience qui nous font connaître ce monde physique nous en éloignent d'autant. Le fait même de considérer de façon objective l'univers nous en sépare. Et peut-être que, pour connaître l'univers, il fallait qu'un monstre cérébral et mental, nommé homo, s'en soit suffisamment distancié sans toutefois s'en détacher. (M5-01)

- Le cosmos est à la fois ordre et fureur, et son ordre s'établit au sein de sa fureur.(M6-04)

Tout Afficher           0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

DICTIONNAIRE DE CITATIONS - La Complexité en contexte (suite et fin)

Une part importante de ce site est constituée d'une remarquable collection 'd'Extraits', faite de citations de paragraphes extraits d'ouvrages d'Edgar Morin, citations ordonnées alphabétiquement autour de plusieurs centaines de 'mots clés'. Si bien que cette collection peut s'utiliser comme une sorte de lexique définissant les concepts dans et par les contextes (des 'Extraits') dans lesquels on peut les rencontrer. 

            JP Paquet nous a très amicalement autorisé à reprendre ici le fichier de cette 'collection d'extraits' ce qui nous permet d'installer sur la plupart des documents  et Notes du Site du Réseau Intelligence de la Complexité les liens hypertextes reliant aisément la lecture d'un mot - concept et celle du ou des contextes dans lesquels on peut l'interpréter. Nous l'en remercions chaleureusement.

            La visite complète du site sur Edgar MORIN intéressera souvent les navigateurs attentifs à l'oeuvre d'E Morin, puisqu'ils y trouveront nombre d'autres documents complémentaires, en particulier bio et biblio graphiques et vidéographiques. La rubrique Bibliographie donne en particulier les références éditoriales des chacun des ouvrages dans lequel chaque citation a été extraite (mentionnées seulement par les initiales du titre)

*-*-*-*-*

Chemin faisant, on peut présumer que d'autres familles de citations remarquables, éclairant notre intelligence de la complexité, pourront s'insérer dans cette Rubrique : ce sera peut-être d'avantage sous la forme d'un Florilège que sous celle d'un dictionnaire alphabétique. Dans l'immédiat, ce Dictionnaire des Citations d'Edgar Morin a l'immense mérite d'être effectivement établi et aisément accessible. .Il nous permet d'ouvrir une voie nouvelle et de mettre à la disposition de chacun une aide bienvenue à la navigation.