DICTIONNAIRE DE CITATIONS - La Complexité en contexte

L'argument de cette rubrique nous a été donné par M Jean Pierre PAQUET (dit Jipépak) qui a réalisé au fil des ans un site sur Edgar MORIN qu'il présente en ces termes : « Emerveillé par la force, la portée, la profondeur, la beauté, la poésie de la pensée d'Edgar MORIN, ...  j'ai constitué, petit à petit, ce lexique morinien, pour tenter de saisir cette perpétuelle curiosité omnivore, cette pensée toujours en « itinérance », cherchant toujours la "reliance", afin de mieux comprendre, mieux saisir sa vision globale, mieux m'imprégner de cette oeuvre démesurée, essentielle, universelle. Grâce à l'internet je mets simplement ce lexique à la disposition de tout le monde, ... Ce recueil synthétique est également une invitation à se lancer dans la lecture des oeuvres de cet incontournable penseur/humaniste. ...»

Lire la suite de cette introduction au dictionnaire des citations...

Dictionnaire des citations d'Edgar Morin (Extraits)

Tout Afficher           0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z



Conscience




- C'est toujours ce qui éclaire qui demeure dans l'ombre. La conscience est quelque chose de global et d'indécis qui n'est pas isolable de l'ensemble des aptitudes et des activités de sapiens. Elle prend son essor la même où prolifèrent le mythe et la magie : dans la brèche qui s'est ouverte entre le sujet et l'objet, dans la frange d'interférence où se recouvrent l'imaginaire et le réel. Les racines de la conscience sont la reconnaissance de cette brèche et de cette frange, et la conscience naît dans une double dialectisation du sujet et de l'objet, de la vérité et de l'erreur.

- Le phénomène de conscience est à la fois extrêmement subjectif, car il porte très fortement en lui la présence affective du moi individuel, et extrêmement objectif, car il s'efforce de considérer objectivement, non seulement l'environnement extérieur (le monde) mais aussi le moi subjectif.

- La conscience n'est jamais assurée de surmonter l'ambiguïté et l'incertitude. De même qu'il n'y a aucun dispositif interne dans le cerveau qui distingue la vision hallucinatoire de la perception visuelle, de même il n'y a aucun dispositif dans la conscience qui distingue la "vraie" de la fausse conscience. Et ici encore la conscience est contrainte de s'adresser à la pratique, à l'expérience, à la nature , à la société pour s'autovérifier.

- La conscience n'est qu'un épiphénomène. Effectivement, c'est une lueur vacillante, sans cesse submergée par le flux pulsionnel, recouverte par le mythe ou le système rationalisateur, et son existence dépend du plein emploi, du plein épanouissement de l'hypercomplexité. Mais dans un autre sens la conscience peut être beaucoup plus qu'un épiphénomène; comme toute émergence, c'est-à-dire comme toute unité globale résultant des interrelations entre ses parties constitutives, elle est douée de qualités originales et d'une relative autonomie; elle nourrit en retour les éléments qui la nourrissent, elle intervient, sur les aptitudes et activités qui la font vivre, pour les stimuler, les développer et ainsi travaille à son auto-développement. Elle devient elle-même, dans ce sens auto-organisatrice, et aspire à se constituer en épicentre du cerveau, lequel est déjà l'épicentre de l'univers anthropologique. En effet, la conscience, en se développant, accroît ses compétences vérificatrices, acquiert un pouvoir de contrôle, et stimule les dépassements évolutifs, c'est-à-dire l'élaboration des méta-systèmes et des méta-organisations. Ces compétences, ces pouvoirs, ces aptitudes, elle les étend, en se développant, non seulement dans le champ de la connaissance, mais aussi dans celui de la décision, de l'action , du comportement.

- La conscience n'est pas la lumière qui éclaire l'esprit et le monde, mais c'est la lueur ou le flash qui éclaire la brèche, l'incertitude, l'horizon. Elle tend à éliminer l'erreur, mais pour illuminer l'errance. Elle n'apporte aucune solution permanente ou sui generis. Mais elle apparaît comme indispensable au véritable épanouissement de l'hypercomplexité, c'est-à-dire des possibilités non encore réalisés par sapiens. (PP-73)

- La conscience est la conquête ultime de l'humanité et par là même, la chose la plus fragile, la plus vacillante, capable d'égarements épouvantables... Donc nos sens peuvent s'égarer, mais notre conscience peut s'égarer encore plus . Pourtant c'est désormais ce dont nous avons sans doutebesoin pour survivre, ou pour éviter la catastrophe. (EAP-95)

- La conscience est l'émergence la plus remarquable de l'esprit humain. Produit/productrice d'une activité réflexive de l'esprit sur lui-même, sur ses idées, sur ses pensées, la conscience se confond avec cette réflexivité active. L'individu humain peut disposer de la conscience de soi, capacité à se considérer comme objet sans cesser demeurer sujet. Le plein développement de la pensée comporte sa propre réflexivité : la conscience peut porter sur l'être humain réfléchissant sur lui-même, et elle peut porter sur la connaissance elle-même, devenant connaissance de la connaissance.

- La conscience est en quelque sorte une réflexion dans les deux sens du terme : le premier est analogue au sens optique du miroir qui opère le dédoublement du réfléchissant en réfléchi, le second désigne le retour en boucle de l'esprit sur soi, via le langage. La conscience est donc à la fois toujours dédoublée sans cesser de demeurer une. C'est la boucle qui réunit le réfléchissant au réfléchi, les identife et établit cette unité dans la dualité d'une conscience de la conscience. C'est pourquoi elle nous est toujours à la fois évidente et mystérieuse.

- La conscience comporte deux branches incluses l'une dans l'autre en yin yang, la branche qui porte sur les activités vognitives ou pratiques, la branche de la conscience de soi; la conscience de soi demeure présente en veilleuse dans la conscience cognitive, laquelle est en éveil dans la conscience de soi. (M5-01)

Tout Afficher           0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

DICTIONNAIRE DE CITATIONS - La Complexité en contexte (suite et fin)

Une part importante de ce site est constituée d'une remarquable collection 'd'Extraits', faite de citations de paragraphes extraits d'ouvrages d'Edgar Morin, citations ordonnées alphabétiquement autour de plusieurs centaines de 'mots clés'. Si bien que cette collection peut s'utiliser comme une sorte de lexique définissant les concepts dans et par les contextes (des 'Extraits') dans lesquels on peut les rencontrer. 

            JP Paquet nous a très amicalement autorisé à reprendre ici le fichier de cette 'collection d'extraits' ce qui nous permet d'installer sur la plupart des documents  et Notes du Site du Réseau Intelligence de la Complexité les liens hypertextes reliant aisément la lecture d'un mot - concept et celle du ou des contextes dans lesquels on peut l'interpréter. Nous l'en remercions chaleureusement.

            La visite complète du site sur Edgar MORIN intéressera souvent les navigateurs attentifs à l'oeuvre d'E Morin, puisqu'ils y trouveront nombre d'autres documents complémentaires, en particulier bio et biblio graphiques et vidéographiques. La rubrique Bibliographie donne en particulier les références éditoriales des chacun des ouvrages dans lequel chaque citation a été extraite (mentionnées seulement par les initiales du titre)

*-*-*-*-*

Chemin faisant, on peut présumer que d'autres familles de citations remarquables, éclairant notre intelligence de la complexité, pourront s'insérer dans cette Rubrique : ce sera peut-être d'avantage sous la forme d'un Florilège que sous celle d'un dictionnaire alphabétique. Dans l'immédiat, ce Dictionnaire des Citations d'Edgar Morin a l'immense mérite d'être effectivement établi et aisément accessible. .Il nous permet d'ouvrir une voie nouvelle et de mettre à la disposition de chacun une aide bienvenue à la navigation.