DICTIONNAIRE DE CITATIONS - La Complexité en contexte

L'argument de cette rubrique nous a été donné par M Jean Pierre PAQUET (dit Jipépak) qui a réalisé au fil des ans un site sur Edgar MORIN qu'il présente en ces termes : « Emerveillé par la force, la portée, la profondeur, la beauté, la poésie de la pensée d'Edgar MORIN, ...  j'ai constitué, petit à petit, ce lexique morinien, pour tenter de saisir cette perpétuelle curiosité omnivore, cette pensée toujours en « itinérance », cherchant toujours la "reliance", afin de mieux comprendre, mieux saisir sa vision globale, mieux m'imprégner de cette oeuvre démesurée, essentielle, universelle. Grâce à l'internet je mets simplement ce lexique à la disposition de tout le monde, ... Ce recueil synthétique est également une invitation à se lancer dans la lecture des oeuvres de cet incontournable penseur/humaniste. ...»

Lire la suite de cette introduction au dictionnaire des citations...

Dictionnaire des citations d'Edgar Morin (Extraits)

Tout Afficher           0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z



Certitude/Incertitude




- Ce qui chez sapiens devient soudain crucial, c'est l'incertitude et l'ambiguïté de la relation entre le cerveau et l'environnement. Il faut sans cesse opter, choisir, décider. Dans ce sens le jeu même qui permet souplesse et inventivité implique le risque d'erreurs, et l'homo sapiens est condamné à la méthode dite précisément d'essais et erreurs" même s'il est fidèle à la méthode empirico-logique. Or, de plus, la zone d'incertitude entre le cerveau et l'environnement est aussi la zone d'incertitude entre la subjectivité et l'objectivité, entre l'imaginaire et le réel, et sa béance est ouverte, entretenue par la brèche anthropologique de la mort et par le déferlement de l'imaginaire dans la vie diurne. C'est dans cette zone que se développent le mythe et la magie, c'est dans cette zone que circulent fantasmes et fantômes, que le mot, le signe, la représentation s'imposent avec l'évidence de la chose, que le rite appelle la réponse d'un récepteur-interlocuteur imaginaire. (PP-73)

- Il nous faut acquérir une seule certitude : il n'y a pas un état idéal à atteindre puis à conserver. Cette certitude simple est pourtant complexe, car elle brise irrémédiablement toute les certitudes simples. Elle doit briser aujourd'hui, à jamais, le mythe de la solution finale et de l'Avenir radieux. Pas de solution finale de la question sociale, pas de réconciliation définitive de l'homme avec la nature et avec lui-même, pas d'avenir radieux qui mettrait un terme à tous nos maux d'existence. il y aura toujours possibilité de régression, d'échec, ruine, désintégration, il y aura toujours renaissance des ferments de l'inégalité, de l'assujettissement, de l'exploitation. (M2-80)

- Dans la nuit du siècle... nous sommes devenus irrémédiablement perplexes et désorientés sur notre situation dans le monde, depuis que nous avons appris que nous étions dans une petite toupie qui tourne en plein ciel autour d'une boule de feu. Et lorsque nous avons compris que notre soleil était un astre pygmée perdu parmi des milliards d'étoiles, relégué à la périphérie d'une petite galaxie de banlieue, nous avons perdu toute certitude fondamentale sur notre situation, notre destin, notre sens.

- Sachons-le : rien n'est promis d'avance, rien n'est garanti, ni par Dieu ni par l'histoire. La pensée est incertaine. La connaissance de la société est très incertaine. L'action est incertaine (aléas, dérives, inversions de sens, réactions). Tout changement , toute rupture dans le tissu social comporte risques et chances au départ inconnus. C'est dire qu'il nous faut, dans la pensée, la croyance et l'action, vivre dans l'incertitude : vivre avec n'est pas seulement tolérer, mais dialoguer avec, travailler avec l'incertitude. (PSVS-81)

- L'être est devenu silence ou béance. La logique apparaît crevassée. La raison s'interroge, s'inquiète. L'incertain fondamental est tapi derrière toutes les certitudes locales. Pas de socle de certitude. Pas de Vérité fondatrice. L'idée de fondement doit sombrer avec l'idée de dernière analyse, de cause ultime, d'explication première. A la place du fondement perdu, il n'y a pas le vide, mais une "vase" (Popper), sur laquelle s'élèvent les pilotis du savoir scientifique, une "mer de boue sémantique" (Mugur-Schachter) à partir de quoi émerge le concevable. Ni le doute ni la relativité ne sont désormais éliminables. Voilà donc notre point d'arrivée historique, qui est en même temps notre point de départ. (M3-86)

- Tout dialogue avec le monde, avec le réel, avec autrui, avec nous-mêmes passe par la médiation de nos mots, énoncés, idées, théories, et même mythes, et nous ne pouvons songer à nous en débarrasser. La médiation des idées est inévitable, indispensable. La connaissance absolue - extase - échappe aux idées, mais faute d'idées, elle s'anéantit en s'accomplissant. […...] Le désir de liquider l'incertitude peut alors nous apparaître comme la maladie propre à nos idées et à nos esprits, et tout acheminement vers la grande certitude pourrait être qu'une grossesse nerveuse. Du coup, toute certitude fondamentale et toute croyance en un achèvement de la connaissance doivent être éliminées à jamais. Cela, qui peut conduire au scepticisme généralisé et au renoncement, est ce qui nous pousse ardemment à la recherche. Répétons le, le principe d'incertitude et le principe d'interrogation constituent conjointement l'oxygène de toute entreprise de connaissance. De même que l'oxygène tuait les êtres vivants primitifs, jusqu'à ce que la vie utilise ce corrupteur comme détoxifiant, de même l'incertitude, qui tue la connaissance simpliste, est le détoxifiant de la connaissance complexe. De toute façon, la connaissance est une aventure qui non seulement comporte des risques, mais se nourrit de risques. Aussi, notre examen, loin d'être négatif, nous apporte au contraire conscience de l'aventure et vigilance pour cette aventure. (M4-91)

- Jusqu'à présent on a toujours considéré que l'être humain avait besoin de certitudes pour vivre. Lorsque les grandes religions porteuses de certitudes ont décliné, d'autres certitudes rationalistes, scientistes ont apporté l'assurance du progrés garanti. Pouvons-nous imaginer une humanité qui accepte l'incertitude, l'interrogation, avec tout ce que cela comporte de risques d'angoisse ? Il faudrait certainement une très grande mutation dans notre mode d'être, de vivre, de penser
. (LM-91)

- Les civilisations traditionnelles vivaient dans la certitude d'un temps cyclique dont il fallait assurer le bon fonctionnement par des sacrifices parfois humains. La civilisation moderne a vécu dans la certitude du progrès historique. La prise de conscience de l'incertitude historique se fait aujourd’hui dans l’effondrement du mythe du Progrès. Un progrès est certes possible, mais il est incertain. A cela s'ajoutent toutes les incertitudes dues à la vélocité et à l'accélération des processus complexes et aléatoires de notre ère planétaire que ni l'esprit humain, ni un super-ordinateur, ni aucun démon de Laplace ne sauraient embrasser.

- Il faut apprendre à naviguer dans un océan d’incertitudes à travers des archipels de certitude.

- Comme disait Patocka : " Le devenir est désormais problématisé et le sera à jamais ". Le futur se nomme incertitude.

- Le désir de liquider l'incertitude peut nous apparaître comme la maladie propre à nos esprits, et tout acheminement vers la grande Certitude ne pourrait être qu'une grossesse nerveuse. (SSEF-00)

La reconnaissance de l'incertitude doit rendre capable de la traiter. Par exemple, sur le plan de l'action humaine, il y a cette idée d'écologie de l'action. Dès que vous entreprenez une action, celle-ci entre dans l'univers social, où elle va se trouver modifié par tous les éléments de ce milieu social. Elle vous échappe et va se trouver détournée, aller dans un sens contraire à celui qui est le vôtre. On le voit très bien dans l'Histoire. (ITI-00)

- L'illusion proprement moderne assurant qu'"aujourd'hui est mieux qu'hier et demain sera mieux qu'aujourd'hui" est morte. L'incertitude a envahi le futur. On peut certes espérer en un progrès, mais celui-ci ne serait pas dû à une "loi" de l'histoire, il serait dû à la conscience et à la volonté humaines, et il ne serait pas irréversible. Le socialisme, sous sa forme soviétique et sous sa forme sociale-démocrate, a cessé d'être La solution pour le futur. Après 1989, le libéralisme économique n'a été que très peu de temps, pour certains politiques ou technocrates, la Nouvelle solution. D'où la tendance dans une grande partie du monde, surtout quand le présent est angoissé, à se retourner vers les racines, vers le passé, vers l'espérance religieuse, à se refermer sur la communauté ethnique ou nationale. (LF-02)

Tout Afficher           0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

DICTIONNAIRE DE CITATIONS - La Complexité en contexte (suite et fin)

Une part importante de ce site est constituée d'une remarquable collection 'd'Extraits', faite de citations de paragraphes extraits d'ouvrages d'Edgar Morin, citations ordonnées alphabétiquement autour de plusieurs centaines de 'mots clés'. Si bien que cette collection peut s'utiliser comme une sorte de lexique définissant les concepts dans et par les contextes (des 'Extraits') dans lesquels on peut les rencontrer. 

            JP Paquet nous a très amicalement autorisé à reprendre ici le fichier de cette 'collection d'extraits' ce qui nous permet d'installer sur la plupart des documents  et Notes du Site du Réseau Intelligence de la Complexité les liens hypertextes reliant aisément la lecture d'un mot - concept et celle du ou des contextes dans lesquels on peut l'interpréter. Nous l'en remercions chaleureusement.

            La visite complète du site sur Edgar MORIN intéressera souvent les navigateurs attentifs à l'oeuvre d'E Morin, puisqu'ils y trouveront nombre d'autres documents complémentaires, en particulier bio et biblio graphiques et vidéographiques. La rubrique Bibliographie donne en particulier les références éditoriales des chacun des ouvrages dans lequel chaque citation a été extraite (mentionnées seulement par les initiales du titre)

*-*-*-*-*

Chemin faisant, on peut présumer que d'autres familles de citations remarquables, éclairant notre intelligence de la complexité, pourront s'insérer dans cette Rubrique : ce sera peut-être d'avantage sous la forme d'un Florilège que sous celle d'un dictionnaire alphabétique. Dans l'immédiat, ce Dictionnaire des Citations d'Edgar Morin a l'immense mérite d'être effectivement établi et aisément accessible. .Il nous permet d'ouvrir une voie nouvelle et de mettre à la disposition de chacun une aide bienvenue à la navigation.