DICTIONNAIRE DE CITATIONS - La Complexité en contexte

L'argument de cette rubrique nous a été donné par M Jean Pierre PAQUET (dit Jipépak) qui a réalisé au fil des ans un site sur Edgar MORIN qu'il présente en ces termes : « Emerveillé par la force, la portée, la profondeur, la beauté, la poésie de la pensée d'Edgar MORIN, ...  j'ai constitué, petit à petit, ce lexique morinien, pour tenter de saisir cette perpétuelle curiosité omnivore, cette pensée toujours en « itinérance », cherchant toujours la "reliance", afin de mieux comprendre, mieux saisir sa vision globale, mieux m'imprégner de cette oeuvre démesurée, essentielle, universelle. Grâce à l'internet je mets simplement ce lexique à la disposition de tout le monde, ... Ce recueil synthétique est également une invitation à se lancer dans la lecture des oeuvres de cet incontournable penseur/humaniste. ...»

Lire la suite de cette introduction au dictionnaire des citations...

Dictionnaire des citations d'Edgar Morin (Extraits)

Tout Afficher           0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z



Religion - Religion de la perdition




- Plus la civilisation sera évoluée, plus la religion tendra de son propre mouvement à s'hypertrophier, à rabâcher l'horreur de la mort lorsque les vivants tendront à l'oublier. Mais dans sa réalité première, elle détourne sur elle le trop plein individuel névrotique, le guérit dans son «psychodrama-sociodrama» collectif ; elle est d'autant plus morbide du point de vue social qu'elle est guérison du point d vue individuel. Le serein équilibre du croyant (quand il existe) se fonde sur le délire pathologique de sa religion. Mais d'un autre point de vue, la religion, c'est la santé sociale, qui calme l'angoisse morbide individuelle de la mort. Il y a réciprocité. La religion est bien une adaptation qui traduit l'inadaptation humaine à la mort, une inadaptation qui trouve son adaptation. (HM-51)

- En fait, la religion à dieu(x) est une religion du premier type. L'Europe moderne a vu apparaître des religions sans dieux qui s'ignoraient comme telles et que l'on peut appeler religions du second type. Ainsi, l'Etat-Nation a sécrété de lui-même sa propre religion. Puis, c'est la sphère laïque, rationnelle, scientifique qui a élaboré des religions terrestres. Robespierre a voulu une religion de la raison, Auguste Comte a cru fonder une religion de l'humanité. Marx a créé une religion de salut terrestre qui s'est proclamée science. On peut même penser
que l'esprit républicain de la France de la Troisième République avait quelque chose de religieux, dans le sens où il re-liait ses fidèles par la foi républicaine et par la morale civique. Malraux, en annonçant que le XXI siècle serait religieux, n'avait pas vue que le XX siècle était fanatiquement religieux, mais inconscient de la nature religieuse de ses idéologies. Ainsi, le mot religion ne peut plus être limité aux religions avec dieux .

- Peut-on envisager une religion terrienne du troisième type qui serait une religion de la perdition ? Si l'évangile des hommes perdus et de la Terre-Patrie pouvait donner vie à une religion, ce serait une religion qui serait en rupture avec les religions du salut terrestre comme avec les religions du salut céleste, avec les religions à dieux comme avec les idéologies ignorant leur nature religieuse. Mais ce serait une religion qui pourrait comprendre les autres religions et les aider à retrouver leur source. L'évangile de l'anti-salut peut coopérer avec l'évangile du salut justement sur la fraternité qui leur est commune..... Ce serait une religion qui comporterait une mission rationnelle : sauver la planète, civiliser la Terre, accomplir l'unité humaine et sauvegarder sa diversité....Ce serait une religion sans dieu , mais où l'absence de dieu révélerait l'omniprésence du mystère..... Ce serait une religion des profondeurs : la communauté de souffrance et de mort. Ce serait une religion sans vérité première, ni vérité finale. Nous ne savons pas pourquoi le monde est monde, pourquoi nous sommes au monde, pourquoi nous y disparaissons, nous ne savons pas qui nous sommes.... Ce serait une religion terrienne, non supraterrestre, et non plus de salut terrestre. Mais ce serait une religion de sauvegarde, de sauvetage, de libération, de fraternité.... Ce serait une religion ouverte sur l'abîme.

- La reconnaissance de la Terre-Patrie conflue avec la religion de mortels perdus, ou, plutôt débouche sur cette religion de la perdition. Il n'y a donc pas de salut si le mot signifie échapper à la perdition. Mais si salut signifie éviter le pire, trouver le meilleur possible, alors notre salut personnel est dans la conscience, dans l'amour et dans la fraternité, notre salut collectif est d'éviter le désastre d'une mort prématurée de l'humanité et de faire de la Terre, perdue dans le cosmos, notre "havre de salut". (TP-93)

- Je ne peux pas Croire en une religion révélée. J'aimerais bien, mais je ne peux pas. je ne peux pas Croire non plus que le monde soit divin. Parce que dans l'idée de divinité, vous avez l'idée de perfection. Or le monde est imparfait.

- Il y a un lien inséparable entre cette planète, être physique, la biosphère et nous-mêmes - on ne va pas réduire un de ces termes à l'autre - et, à mon avis, c'est ici que le mot "religion" prend un sens minimal : ce qui relie. Nous devons prendre conscience que nous sommes reliés à la vie, que la vie est reliée à la Terre, que la Terre est reliée à son soleil, et que le soleil lui-même est relié à cet immense cosmos. Voilà à mon avis, l'idée fondamentale. Croire qu'un homme est un être supra-naturel est une erreur qui a conduit à l'idée folle de l'homme maître de la nature, qui allait la conquérir et la maîtriser. Isoler la vie de la matière est une idée folle et qui, aujourd'hui, est prouvée fausse. Il n'y a pas de substance biologique différente des substances physico-chimiques.

- Pour moi, la religion, c'est la religion des hommes perdus. Pour moi, la religion ne doit pas se fonder sur l'idée de salut, comme les religions antérieures, mais sur une idée de perdition. Nous sommes perdus ensemble. (NCJN-00)

Tout Afficher           0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

DICTIONNAIRE DE CITATIONS - La Complexité en contexte (suite et fin)

Une part importante de ce site est constituée d'une remarquable collection 'd'Extraits', faite de citations de paragraphes extraits d'ouvrages d'Edgar Morin, citations ordonnées alphabétiquement autour de plusieurs centaines de 'mots clés'. Si bien que cette collection peut s'utiliser comme une sorte de lexique définissant les concepts dans et par les contextes (des 'Extraits') dans lesquels on peut les rencontrer. 

            JP Paquet nous a très amicalement autorisé à reprendre ici le fichier de cette 'collection d'extraits' ce qui nous permet d'installer sur la plupart des documents  et Notes du Site du Réseau Intelligence de la Complexité les liens hypertextes reliant aisément la lecture d'un mot - concept et celle du ou des contextes dans lesquels on peut l'interpréter. Nous l'en remercions chaleureusement.

            La visite complète du site sur Edgar MORIN intéressera souvent les navigateurs attentifs à l'oeuvre d'E Morin, puisqu'ils y trouveront nombre d'autres documents complémentaires, en particulier bio et biblio graphiques et vidéographiques. La rubrique Bibliographie donne en particulier les références éditoriales des chacun des ouvrages dans lequel chaque citation a été extraite (mentionnées seulement par les initiales du titre)

*-*-*-*-*

Chemin faisant, on peut présumer que d'autres familles de citations remarquables, éclairant notre intelligence de la complexité, pourront s'insérer dans cette Rubrique : ce sera peut-être d'avantage sous la forme d'un Florilège que sous celle d'un dictionnaire alphabétique. Dans l'immédiat, ce Dictionnaire des Citations d'Edgar Morin a l'immense mérite d'être effectivement établi et aisément accessible. .Il nous permet d'ouvrir une voie nouvelle et de mettre à la disposition de chacun une aide bienvenue à la navigation.