Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

"En affirmant la possibilité du désirable, on contribue à le rendre possible" (p. 16) : il ne suffit sans doute pas d'affirmer, il faut argumenter, et ce va être le grand mérite de Ph. Van Parijs que de relever ce défi en économiste autant qu'en citoyen : peut-on aujourd'hui, à l'heure de la mondialisation de la compétition économique, concevoir et vouloir vivre une "société juste" qui soit aussi une société de citoyens, une démocratie ? Ses recherches sur l'éthique économique et sur l'introduction d'un revenu universel d'existence donnent à la réflexion de Ph. Van Parijs une crédibilité qu'il faut peut-être rappeler au lecteur qui l'abordera par ce court essai de 100 petites pages : ce format (celui de la collection "Humanités"), s'il aide le lecteur à éveiller son attention et à percevoir quelques arguments clés, ne se prête pas à une discussion technique très approfondie, et les "experts" seront parfois irrités par le caractère quelque peu simplificateur de certaines présentations. Ce sera le cas par exemple des "définitions" de la démocratie et de la justice (p. 29-30) : "J'ai horreur des concepts gras dans lesquels on s'enfonce", assure l'auteur, qui définit en effet aussitôt la démocratie en une ligne : "la conjonction de la règle de la majorité du suffrage universel et de la liberté de vote". Mais il va lui falloir deux pages pour aboutir ensuite à une définition "particulière et controversée" (p. 31) de la justice, une justice qu'il veut à la fois "libérale et solidariste" à laquelle il semble prêt de "sacrifier la démocratie" (p. 45). Le lecteur citoyen frémit un instant devant cette assurance de "l'économiste de la justice sociale", et il lui faut vite atteindre la page 48 pour comprendre qu'en fait il va lui falloir modifier quelque peu la définition initiale de la démocratie, trop exclusivement procédurale, et se proposer de "faire de la démocratie un mécanisme institutionnel permettant à ce sens de la justice de façonner les lois que la société se donne". Autrement dit, et ce sera le thème sous-jacent de la deuxième partie, comment élaborer une "ingénierie démocratique... guidée par un idéal de justice" (p. 49). L'exemple du "pacte de Poona", 1931, attribuant 148 sièges aux intouchables au Parlement de l'Inde sans qu'il y ait d'électorat séparé, est particulièrement éclairant.

Il reste qu'à "l'épreuve du marché mondial", l'éthique et la justice sociale semblent aujourd'hui particulièrement malmenées, et Ph. Van Parijs montre de façon très convaincante la gravité du péril. En sacralisant la compétition économique, la communauté de destin des "citoyens de la Terre Patrie" (E. Morin) est manifestement fort compromise, et l'on ne repère que quelques "interstices", par lesquelles pourront s'infiltrer les inhibiteurs de cette "tendance lourde" qui "transforme les Etats en entreprises immergées dans le marché mondial", abandonnant ainsi toute référence éthique ("Ce qui nous unit aujourd'hui, c'est plus le "business" que la "charity", p.61).

Stratégie sans doute plus défensive qu'offensive (inhiber plutôt que catalyser), dans la présentation qu'en propose Ph. Van Parijs. On doit d'abord souhaiter que les "pistes" qu'il propose soient ré-explorées, rediscutées, développées, illustrées, par les citoyens autant sinon plus que par les experts (lesquels auront presque toujours la tentation de tout résoudre par l'économisme : ou le marché "pur", ou le plan "pur"). Ce faisant peut-être parviendra-t-on à "complexifier" (je veux dire : à enrichir, à multidimensionnaliser), les propos de Ph. Van Parijs ? La compétition n'appelle-t-elle pas la coopération, le pouvoir n'appelle-t-il pas le contre-pouvoir, la régulation n'appelle-t-elle pas l'information ? Entre le Plan et le Marché, ne savons-nous concevoir l'Organisation, organisée et organisante, ordre et désordre, autoproductrice de sens et donc d'éthique ? Le projet collectif d'une société solidaire ne peut-il s'exprimer dans les cultures, dans les enseignements, dans les références collectives ? Est-il inconcevable que le "droit à la solidarité" devienne le premier des droits de l'Homme que votera l'O.N.U. du XXIe siècle ? L'invention de cette "nouvelle ingénierie" au sein d'une société qui se perçoit dans son irréductible complexité n'est-elle pas le projet qui nous mobilise aujourd'hui dans le développement des sciences de la complexité ?

J.L. Le Moigne.

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.