Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

 

 

  • Connaissance, ignorance, mystère

    => Voir la présentation de cet ouvrage dans la bibliothèque du R.I.C.

    Date de l'ouvrage : Mars 2017
    Ecrit par : MORIN Edgar

    Ed A. Fayard, mars 2017, EAN : 9782213666228,,  192 pages  
    Note de : TRUONG Nicolas (Mars 2017)
    Ndlr. Pour le Cahier des Lectures MCX, nous nous permettons d’emprunter avec gratitude à Nicolas TRUONG sa contribution à la rubrique DEBATS & ANALYSES du Journal Le MONDE (publiée dans l’édition datée du 14 mars 2017, p 25) intitulée « Edgar MORIN dialogue avec le mystère ». Cet article constitue en effet une riche Note de Lecture du nouvel ouvrage que publie Edgar MORIN par lequel il invite ses lecteurs à » patrouiller dans les territoires nouveaux de la connaissance, où se révèle un trio inséparable : Connaissance, Ignorance, Mystère, à là fois antagonistes et complémentaire ». « L’allumette qu’on allume dans le noir ne fait pas qu’éclairer un petit espace, elle révèle l’énorme obscurité qui nous entoure ». Cette image finale de l’ouvrage ne porte t-elle pas en elle une invitation réfléchie à « continuer notre aventure au sein de l’aventure cosmique » ? Nous exprimons ici tous nos remercîments à Nicolas TRUONG et à la Direction du journal Le Monde.

Retour

Edgar Morin dialogue avec le mystère

In LE MONDE  13.03.2017, p 25,

Par Nicolas TRUONG

Edgar Morin a conservé intact son regard d’enfant et son goût de l’émerveillement. Né en 1921, il a, de son propre aveu, gardé indemnes les curiosités de l’adolescence. Mais le sociologue n’est pas un candide. Il a appris à se méfier autant du scientisme que de ce qu’il appelle l’« ignorantisme ».                  Dans Connaissance, ignorance, mystère, ouvrage qu’il présente comme son testament scientifique et poétique, l’équivalent de ce que La Voie (Fayard, 2011) est sur le plan philosophique et politique, il prévient : « N’embellissons pas l’univers en dépit de ses splendeurs. Ne le rationalisons pas non plus, malgré ses cohérences, et voyons aussi ce qui échappe à notre raison. »

Car plus la connaissance augmente, plus le mystère grandit. Plus le savoir progresse, puis le mystère s’épaissit. Selon les scientifiques, la naissance de notre univers proviendrait d’un événement générateur, le Big Bang, lui-même issu d’un vide soumis à des fluctuations quantiques. Un vide plein de virtualité, en quelque sorte. Preuve que l’être ne s’oppose pas au néant.

C’est pour cette raison qu’Edgar Morin préfère le dialogique (qui intègre les contradictions) à la dialectique (où elles se résolvent par un dépassement). Chaque découverte s’accompagne de nouveaux trous noirs du savoir. « Les progrès du savoir produisent une nouvelle et très profonde ignorance, écrit-il, car toutes les avancées des sciences de l’univers débouchent sur de l’inconnu. »

La philosophie des sciences doit donc « dialoguer avec le mystère ». Edgar Morin sait bien qu’il s’aventure en terrain glissant. Que le lecteur, toutefois, se rassure. Aucune concession n’est faite ici à l’idée d’un dieu tout-puissant qui aurait dans sa tête « un dessin intelligent ». Mais Edgar Morin rejette toutefois aussi bien le créationnisme que le scientisme.

 

Héritiers d’une « Terre patrie »

Selon lui, « la vie a été banalisée et trivialisée » par la biologie moléculaire. Or la crainte de l’idéologie créationniste tout comme l’absence de finalité ne doivent pas escamoter la créativité. On le sait, les êtres vivants ont répondu au défi de la survie et se sont adaptés à leur milieu. De la photosynthèse des plantes au caractère amphibie des poissons, les exemples sont légion. Edgar Morin va plus loin, et passe de l’idée d’adaptation à celle d’aspiration. Et ose même la question : « Est-ce que ce qui a tant de fois fait émerger des ailes chez des êtres terre à terre pourrait venir d’une aspiration à expérimenter la légèreté et l’ivresse du vol ? »

Edgar Morin en est convaincu, il y a une créativité du vivant qu’une partie de la science occulte par crainte de tomber dans l’obscurantisme du créationnisme qui fait tant de dégâts au moment même où triomphent populisme et complotisme.

Car il y a bien, selon Morin, une poétique du vivant. Non seulement une esthétique, mais comme le terme grec ancien de poíêsis l’indique, « une création » à laquelle on ne prête plus guère attention. Bien sûr, cette intuition sera contestée, voire moquée. Mais Morin n’en a que faire. Aussi proche ici du mathématicien Norbert Wiener que du surréaliste André Breton, il s’émerveille de toutes les métamorphoses, de la magie de l’existence et de l’énergie créatrice des songes. Notre héritage n’est peut-être précédé d’aucun testament, comme dit le poète René Char, mais nous avons d’innombrables ascendants en nous, assure Edgar Morin. Car il y a une histoire, mais aussi une mémoire du vivant. Et nous sommes reliés aux espèces animales ou au cosmos comme à nos parents. Nous sommes les héritiers d’une « Terre patrie » qui nous a transmis gènes et ADN, mais aussi possibilité de bifurquer et d’inventer.

A l’heure où le monde s’apprête à basculer dans la post-humanité avec la révolution de l’« homme augmenté » (par les prothèses et greffes en tout genre), la réflexion d’Edgar Morin tombe à point nommé. Car seule la performance technique est recherchée dans l’idéologie du transhumain, et non la recherche d’une communauté de destin.

Or il est possible d’inventer une autre manière de produire, de vivre et d’habiter la Terre. Dans le sillage de l’épistémologiste Gregory Bateson, Edgar Morin a élaboré, trente ans durant, une méthode pour relier les connaissances, contre la compartimentation du savoir. Tour à tour résistant, chercheur, intellectuel, il sait que la vie est paradoxe, dissonance et contradiction.

Le voici donc qui livre un ouvrage savant sous forme de credo, voire de confession. « Une création humaine est une combinaison de transe et de conscience, de possession et de rationalité », écrit-il. En chamane de la connaissance, Edgar Morin s’aventure aux confins des territoires du savoir. On dit souvent qu’une théorie n’est bien souvent qu’une biographie objectivée, qu’une expérience de vie conceptualisée.

Edgar Morin n’a cessé d’être à la recherche de cet « état second », de cette extase cosmique, amoureuse ou esthétique dont il rappelle l’urgence et l’importance à l’heure de la réduction de l’homme au calcul, de l’esprit à l’ordinateur. En dépit du formidable progrès du savoir humain, « le mystère quotidien de nous-mêmes et du monde », comme dit le philosophe Vladimir Jankélévitch, demeure.

A sa manière singulière, Edgar Morin allume une lueur dans le noir afin de mettre en lumière l’obscurité qui nous entoure, dans un monde irradié par le savoir. Il reste en cela aussi fidèle aux savants qu’aux poètes, à Arago qu’à Victor Hugo, qui disait : « L’homme qui ne médite pas vit dans l’aveuglement, l’homme qui médite vit dans l’obscurité. 

Haut de Page

 

 

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.