Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

 

 

  • Pour une écologie de l'attention

    Date de l'ouvrage : Juin 2014
    Ecrit par : Citton Yves

    Ed du Seuil, 2014,  ISBN : 978-2-02-118142-5, 313 pages
    Note de : biausser evelyne (Juin 2016)
    Dans un article au titre toujours provocant bien qu’il ai été publié en 1971, DESIGNING ORGANIZATIONS FOR AN IN FORMATION-RICH WORLD, (bien avant que ne s’affirme l’ère des Big Data et la culture du Big Datisme), H A SIMON attirait l’attentions sur le fait que l’on n’est nullement contraint de considérer et traiter toutes les informations disponibles simplement parce qu’elles sont là. Ne pouvons nous exercer notre intelligence et assumer le responsabilité de nos intentions d’attention. ? A l’heure où les ‘Big Brother’ du ‘Big Datisme’ assurent qu’ils vont pouvoir ‘penser pour nous’ à ce que doivent être nos intentions d’attention, n’est –il pas salubre de … faire attention aux pressions des multiples écologies de l’attention que nous laissons se déployer sans …. y faire attention ? Exercice auquel nous invite Yves Citton qu’’Evelyne BIAUSSERa lu pour nous donner envie de le méditer.

Retour

L’auteur, professeur de littérature à l’Université de Grenoble, inverse le point de vue généralement adopté pour aborder le phénomène de l’attention.

En effet, il l’analyse tout d’abord en tant que construction collective plutôt qu’individuelle (qu’il nomme d’ailleurs « individuante » au titre que l’attention individuelle est une aventure construisant l’individu, plus qu’un simple vecteur le branchant sur l’information extérieure).

Partant d’une économie de l’attention, qui s’appuie sur la notion de « bien rare », énoncée en premier par Herbert Simon en 1969, il la transforme en écologie de l’attention, où l’important devient moins sa rareté que la multiplication de ses interactions avec un environnement complexifié.

Il nous convie ensuite à une écosophie afin de mieux faire attention à ce qui le mérite dans cette pléthore d’informations qui nous assaille, puis à une écologies car notre attention est le fruit de multiples échos et résonances.

Yves Citton commence par décrire l’ « envoûtement » de la médiasphère en tant que contexte omniprésent de l’attention, un contexte qui reconditionne la réalité  plus qu’il ne la reproduit.

Ainsi, notre attention est-elle soumise autant à l’habituel comportement grégaire de l’individu, qu’au régime de l’  « alerte » qui la capture en utilisant nos peurs.

Du fait que notre attention devient un capital plus rentable que les biens pour lesquels elle est sollicitée, l’auteur voit là le développement d’une forme nouvelle de capitalisme.

Ce capitalisme de l’attention se divise entre ses prolétaires (ceux qui ont une faible part dans la médiasphère), et ses « prééminents » qui jouissent de notoriété, prestige et célébrité.

La publicité est ici définie comme un « impôt sur la perception », tandis que les média tiennent le rôle des banques en créant de la monnaie mentale réinvestie dans la finance, ainsi que le fait le crédit bancaire.

Ce système, en  investissant toujours plus de ressources pour augmenter fictivement l’attention, devient une « course aux armements attentionnels ».

Dans cette optique, l’auteur cite Google et Page Rank,  exemplaires pour lui de la marchandisation de l’attention qu’opère la numérisation.

A travers les deux environnements particuliers que sont l’enseignement et le spectacle vivant, il définit quatre conditions favorisant l’attention conjointe (« quand l’attention de l’un influence l’attention de l’autre à aller dans le même sens »).

Il s’agit donc de chercher ensemble, de partager l’émotion, d’agir dans un écosystème de petite taille, de favoriser la proximité corporelle –ce qui incidemment donne limite aux MOOC (enseignements à distance).

L’auteur en profite pour rappeler à l’usage des pédagogues critiquant l’inattention des apprenants, qu’un environnement attentionnel ne peut être désirable aux yeux de ceux-ci que si on le rend désirable !

De même illustre-t-il par quelques contextes des attitudes bénéfiques à l’attention conjointe : le « care » des anglo-saxons, l’écoute flottante freudienne, dont la finalité est de comprendre l’autre, et dont on devrait tirer enseignement, dans une époque où la faiblesse de l’attention collective remplace peu à peu « les formes de vie désirables » par des productions à conséquences polluantes.

Dans la dernière partie de l’essai, Yves Citton aborde un aspect plus éthique de l’écologie de l’attention, au travers de la capacité qu’on lui attribuera à transformer le futur.

Plutôt que de critiquer l’érosion de l’attention générée par la société médiatisée, l’écologie de l’attention doit s’attacher davantage à repenser les Institutions, à élargir nos visions par une lecture du  monde plus pluraliste.

Il évoque à ce sujet « l’épreuve » que constitue chaque rencontre avec l’art moderne par la dissonance cognitive qu’elle nous occasionne, inconfortable à première vue, mais source d’expérience qui  nous guide vers un niveau d’existence plus élevé.

Enfin, une écosophie de l’attention ne peut se construire que sur la liberté. Liberté de modifier notre environnement technique, social, institutionnel et politique, afin de conditionner autrement nos perceptions à venir, liberté de réorienter nos attentions vers des biens communs plutôt que vers des profits particuliers, liberté de désaliéner l’attention de son carcan préformaté pour en faire un outil de construction du sens.

Je me permettrai –qu’Yves Citton me pardonne-  de citer un proverbe chinois résumant bien son Ecologie de l’attention : « la façade d’une maison n’appartient pas à son propriétaire, mais à celui qui la regarde ».

Evelyne BIAUSSER

*-*-*-*-*-*

Pour information : Présentation de l’ouvrage par l’éditeur

Économie de l’attention, incapacité de se concentrer, armes de distraction massive, googlisation des esprits : d’innombrables publications dénoncent le déferlement d’images et d’informations qui, de la télévision à Internet en passant par les jeux vidéo, condamnerait notre jeunesse à un déficit attentionnel pathologique.

Cet essai propose une vision d’ensemble de ces questions qui prend à contre-pied les lamentations courantes. Oui, la sur-sollicitation de notre attention est un problème..à mettre au cœur de nos analyses économiques, de nos réformes pédagogiques, de nos réflexions éthiques et de nos luttes politiques. Mais, non, l’avènement du numérique ne nous condamne pas à une dissipation abrutissante.

Comment rediriger notre attention ? À quoi en accorder ? Faut-il que chacun apprenne à « gérer » ses ressources attentionnelles pour être plus « compétitif », ou faut-il plutôt nous rendre mieux attentifs les uns aux autres ainsi qu’aux défis environnementaux (climatiques et sociaux) qui menacent notre milieu existentiel ? Ce livre défend la seconde voie. Il pose les fondements d’une écologie de l’attention comme alternative à une sur occupation qui nous écrase. Il espère que vous trouverez le temps de le lire…

Pour feuilleter les premières pages de l’ouvrage, cliquer ici

OÙ ACHETER

 

 

Haut de Page

 

 

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.