Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

 

 

  • L’homme et la Nature, une histoire mouvementée

    Date de l'ouvrage : Octobre 2015
    Ecrit par : Valérie Chansigaud

    Éditions Delachaux et Niestlé, 2013, 272 pages – ISBN 978-2- 603-01843-9
    Note de : ADAM Michel (Octobre 2015)
    A chaque annonce de la disparition d’une espèce ou de l’épuisement de ressources naturelles, nous nous posons la question : comment en sommes-nous arrivés là ? Notre monde en crises multiples a besoin d’explications. Retracer l’histoire de l’influence de l’homme sur la nature est indispensable pour en avoir une vision globale et précise, annonce Valérie Chansigaud (CNRS) dans son avant-propos. Puis elle nous présente un remarquable panorama historique mondial des rapports de l’homme à la Nature, à la fois accessible et passionnant, à travers un ensemble de documents variés, souvent inédits

Retour

A chaque annonce de la disparition d’une espèce ou de l’épuisement de ressources naturelles, nous nous posons la question : comment en sommes-nous arrivés là ? Notre monde en crises multiples a besoin d’explications. Retracer l’histoire de l’influence de l’homme sur la nature est indispensable pour en avoir une vision globale et précise, annonce Valérie Chansigaud (CNRS) dans son avant-propos.

Puis elle nous présente un remarquable panorama historique mondial des rapports de l’homme à la Nature, à la fois accessible et passionnant, à travers un ensemble de documents variés, souvent inédits : un tour du monde en cartes pour comprendre les moments clés de cette très vieille histoire et les grandes tendances à l’oeuvre, des représentations graphiques synthétiques et claires de données chiffrées, des chronologies détaillées sur un temps long, des illustrations et des photos pertinentes.

La conquête de la terre par les premiers hommes, les grands empires antiques, le partage politique du monde à la Renaissance et les colonisations, l’industrialisation et la production de masse, la société de consommation et la globalisation, l’essor de l’écologisme et de l’environnementalisme, autant de périodes et de sujets que cet ouvrage interroge magistralement pour expliquer les enjeux auxquels nous devons faire face au regard de notre héritage. Une vision large dans l’espace et le temps. Soit de très nombreux atouts pour un livre indispensable à toute personne qui ne se désintéresse pas - ou plus - de ce sujet devenu vital. On pense aux écoles, aux universités, aux décideurs politiques, aux citoyens.


Il en ressort pourtant une tonalité pessimiste mais qui ne s’avoue pas complétement. Seule la domination, le mépris et l’exploitation – bien réelles mais pas seules réelles – de la Nature sont mis en avant et ce depuis notre apparition. La conscience « écologique » des peuples premiers est allègrement réduite à néant. Ce qui nous conduit aux points faibles d’un livre très ambitieux.

D’une part, la Nature n’est pensée qu’extérieure à l’homme. Pas traces de bactéries, de virus, de microbes et de cette Nature intérieure qui nous fait vivre et nourrir (j’allais écrire pourrir) selon les contextes et les événements. Or, ces deux dimensions s’enchevêtrent constamment comme en témoignent les épidémies, les traditions culinaires, les savoirs sur les plantes médicinales, la résistance croissante des bactéries aux antibiotiques, etc. Nature et Culture en sortent inextricablement mêlées dans toutes les sociétés, les paysages en dessinent une belle illustration. Soit ici une vision réductrice, peu complexe car séparée des deux protagonistes.

Le titre du livre en devient faible, qui aurait pu s’écrire : « une histoire qui va mal finir. ». C’est le second reproche, l’imprédictibilité de l’avenir est quasi absent de l’ouvrage tant les tendances dominantes sont lourdes et seules présentes. Quid de l’agro-écologie et de l’agroforesterie, de l’éco-construction, de la renaturation des vieilles rivières, du refus massif des OGM (en Inde notamment grâce à l’action magistrale de Vandana Shiva physicienne de renommée mondiale) et autres signaux faibles qui nous interpellent ? La balance est déséquilibrée.

Un excellent livre malgré tout pour un débat citoyen devenu impératif.

Haut de Page

 

 

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.