Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

"Cet ouvrage a pour ambition de faire partager au plus grand nombre les extraordinaires progrès accomplis par la science au cours du siècle, et par là même de lui restituer son vrai visage, aux antipodes de cette vision platonicienne abstraite qui a infecté son enseignement depuis deux cents ans".. Ambition généreuse qui laissera pourtant dubitatif le lecteur s'il aborde ce livre par cette annonce : ne s'agit-il pas de partager plutôt des "connaissances sur" d'éventuels progrès que de partager ces progrès eux-mêmes ? Qui est habilité à définir le "vrai" visage de la science ? La vision platonicienne est-elle vraiment si infecte ou infectieuse, alors que toutes les cultures clament sa noblesse depuis qu'on l'a redécouverte en Occident il y a cinq siècles ? Mais quoi, ne faut-il pas que les manifestes aient un tour polémique pour forcer l'attention ? La difficulté de l'exercice est qu'il faut alors l'accomplir sans faute aucune. Sinon les tenants de cette vision platonicienne" (ou positiviste) que C. Allègre veut pourfendre sans indulgence auront tôt fait de susciter quelques mécanismes de défense immunitaires qui s'avéreront durablement efficaces (une "contre-Réforme Positiviste"...contre une Réforme plus protestataire que constructive !). Ils auront bonne conscience en arguant de la moindre défaillance du propos de l'agresseur. Si bien que l'intention généreuse (ré-ouvrir la culture générale à la culture scientifique) risque de susciter l'effet pervers de "fermeture" des hiérarchies disciplinaires de la science que l'on voulait précisément enrayer en suscitant un ré-émerveillement de et par la science. Et je crains qu'en tentant ce coup de force par l'appel involontairement démagogique "au plus grand nombre", sans chercher à convaincre aussi ces milliers de platoniciens (qui ne le sont que parce qu'on les a fortement incités à l'être et qu'il est mal élevé de cracher dans la soupe !) qui constituent aujourd'hui le tissu social de l'enseignement et de la recherche, en les condamnant sommairement sans écouter leurs arguments, on ne suscite une sorte de pétrification socio-culturelle dans un positivisme que les institutions sociales savent très bien faire perdurer.

Mais peut-être ai-je tort d'être pessimiste ? Car si je crois voir une faiblesse épistémologique sérieuse dans l'argumentation de C. Allègre, il n'est pas certain que les mandarins disciplinaires qu'il veut bousculer la verront (ou la tiendront pour une faiblesse). En revanche les faiblesses anecdotiques ou superficielles qu'ils ne manqueront pas de relever sont relativement peu nombreuses et l'on peut espérer que le "droit aux errata" sera généreusement accordé à C. Allègre par ces mandarins qui sont aussi ses pairs : ils en ont trop besoin pour eux-mêmes !

Car cette présentation cavalière de "la science au XXe siècle" constitue d'abord un bel exploit éditorial : en trois heures de lecture rapide, si vous disposez d'une honnête culture classique de "cadre moyen et supérieur", vous assimilerez sous une forme souvent agréable un panorama de l'essentiel de la production scientifique du XXe siècle : physique, chimie, biologie, quantique, cosmos, système terre, informatique, neurosciences et même "information". Sans doute vous étonnerez-vous que l'on reste dans le moule des quarante fauteuils de l'Académie des Sciences de Paris, en regrettant que les sciences de la complexité, les sciences de l'ingénierie ou les sciences de l'homme et de la Société ne soient pas à l'honneur ? Mais on vous répondra sagement dès le chapitre 1 qu'il fallait évaluer des progrès par rapport aux disciplines déjà institutionnalisées au XIXe siècle... et que ces "nouvelles sciences" ne pourront être des "vraies sciences" qu'au XXIe siècle... si l'Académie les en juge dignes : on ne peut tout faire à la fois, et l'ambition encyclopédique est déjà exceptionnelle ! Le même argument servira à justifier les quelques défaillances que l'on pourra noter ici ou là, sur certaines curieuses omissions (en physique théorique, la thèse de "l'inséparabilité" argumentéepar B. D'Espagnat à partir des inégalités de Bell et des expériences d'Aspect, par exemple) ou sur quelques confusions (sur les fallaces de l'interprétation négentropique de l'information par L. Brilloin). Il servira aussi à justifier le caractère expéditif de certains procès trop peu argumentés pour être convaincants (contre la "prétendue théorie anthropique" p. ex., p. 405, ou contre l'Économie mathématique, p. 407 : il serait pourtant si important d'être convaincant aujourd'hui sur cette dernière, qui constitue peut-être une involontaire imposture scientifique !). Mais ces querelles d'experts sur des aspects locaux ne devraient pas conduire à une remise en question d'ensemble du propos de C. Allègre : il nous montre, avec une entraînante allégresse que nous pouvons tous entendre et même comprendre l'essentiel de ce que la recherches cientifique a fait depuis un siècle, au moins dans le champ des sciences dures : (ou plus spécifiquement peut-être, pour respecter l'intention du propos, dans le champ des "sciences expérimentales d'antan" !). Et en montrant que chaque citoyen peut fort bien"comprendre" les énoncés enseignables produits par tant de disciplines disjointes, il montre la faisabilité culturelle et pédagogique de l'interdisciplinarité. Il ne prononce pourtant pas le mot préférant concentrer sa réflexion à la mise en question du primat institutionnel du "raisonnement déductif logique... présenté comme l'archétype de la science", une science dont "la mathématique est la discipline emblématique... moyen de sélection de nos élites" (p. 444).

Mathématique qui devient ainsi son "bouc émissaire" (alors qu'il diagnostiquait fort bien cette vieille tentation lorsqu'il l'appliquait aux "novateurs", p. 414-415), dont il ne peut plus voir qu'elle est effet et non cause d'une inculture épistémologique collective dont les scientifique sont aujourd'hui les premiers responsables. Suffit-il vraiment de crier "haro sur le positivisme" et de rentrer chez soi en bougonnant contre la sclérose des autres ? H.A. Simon nous le répète depuis sa conférence Nobel 1978 : tant que nous ne proposerons pas un paradigme épistémologique alternatif pour supporter la production et la diffusion des énoncés scientifiques, nous verrons le paradigme en place se maintenir malgré toutes les attaques dont il sera l'objet. L'ouvrage de C. Allègre constitue une belle plaidoirie "contre" les positivismes, mais il ne contient qu'en germe fort discrets les matériaux d'un plaidoyer "pour" un (ou des)  paradigme(s) épistémologique(s) alternatif(s). Sa page sur "l'artefact, désormais objet de recherche fondamentale" (p. 408-409), par exemple, annonce une épistémologie des sciences de l'ingénierie qu'H.A. Simon a proposée et développée dès 1968, mais C. Allègre semble craindre l'idée même des sciences de l'artificiel et n'ose pas prononcer le mot.

De même il "sent" la perversité du concept de "vérité objective", en précisant aussitôt : "sans que ce mot soit jamais bien défini, cf. J. Monod", p. 421, mais il se garde bien de souligner les conséquences épistémologiques de cette sacralisation par la science de l'idée même d'une "vérité objective" pour la recherche scientifique. On voudrait lui faire relire ici quelques pages de "La méthode" d'Edgar Morin, restaurant le rôle du sujet dans l'élaboration de la connaissance...

Les réflexions que suscite l'essai de C. Allègre (promis, nous assure-t-on à une belle carrière éditoriale) témoignent de son intérêt : n'est-ce pas, en bonne recherche scientifique, ce qu'il faut demander à un ouvrage de culture scientifique : nous inviter à poser -ou à reposer- cette "question simple, ce défi immense : comment affronter avec confiance le XXIe siècle avec des enseignements fondés sur des contenus datant du XlXe siècle et sur une vision dépassée des sciences ?" (p. 453). Comment ? Oui Comment ? N'est-ce pas sur cette interrogation et sur cet appel à l'invention que se construit le Programme Européen "Modélisation de la Complexité" ? Plutôt qu'à s'acharner encore à des contrats d'arrière-garde, C. Allègre doit pouvoir contribuer à cette entreprise... constructive : peut-être saura-t-il s'y associer en participant à cette oeuvre commune plutôt qu'en luttant contre les zélateurs du nouveau platonisme ?

J.L. Le Moigne

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.