Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

Une liaison peu ordinaire

            Ainsi que l’annonce Jean-Jacques Roséi dans son introduction, lier la Responsabilité sociale de l’Entreprise (RSE), « concept ordinaire des sciences de gestion » et le contrat social, « notion fondatrice de la philosophie politique moderne » pourra apparaître comme une transgression épistémologique, tant l’historique des deux termes les montre éloignés sinon opposés. Notamment, la séparation des disciplines que notre découpage moderne du savoir a réalisée rend ce lien problématique, « les deux termes de responsabilité et de contrat social vont en effet se déployer en des espaces qui ne se recoupent plus : ils sont de surcroît l’un et l’autre étrangers aux disciplines de l’économie politique et de la gestion. Voilà qui explique le caractère aujourd’hui paradoxal du lien que nous proposons d’établir entre RSE et contrat social »  (p 11).

            Il apparaît néanmoins nécessaire de s’interroger sur quel type de lien  pourrait s’établir entre ces opposables, en ces temps de mutation, où changer de développement implique une transformation de l’entreprise dans nos sociétés qui remet en cause le contrat social (p 13).

            En même temps, prendre au sérieux la RSE constitue, pour les chercheurs réunis dans cet ouvrage un « engagement » dans le changement de mentalités, voire de paradigme, qui leur semble maintenant utile dans « l’enseignement et la recherche » en sciences de gestion (p 14). Les vingt-huit auteurs de cet ouvrage, né des réflexions d’un groupe de travail de l’ADERSEii, ont donc pensé donner par là un exemple transversal et  transdisciplinaire, ainsi que le thème l’induisait (bien que le titre et le sous-titre continuent de présenter les deux notions séparées...)

            La première partie reste  une présentation instrumentale autour de la structure de la propriété, le marketing, l’Investissement socialement responsable, les règles internationales de la RSE et l’évaluation contingente de la performance globale de l’entreprise, dans le registre classique de la recherche en sciences de gestion.

            La deuxième partie, de portée plus épistémologique, aborde la dimension éthique à travers les aspects managériaux et de gouvernance, tandis que les deux dernières évoquent le contexte de mondialisation et de développement durable faisant naître de nouvelles pratiques socialement responsables, telles que des partenariats d’entreprises avec des Organisations Non Gouvernementales.

            Le livre s’achève sur une post-face de Jean-Louis Le Moigne  insistant sur l’idée d’une responsabilité sociale «  à co-inventer plutôt qu’à découvrir » (p 387), co-invention dont un des ferments résiderait dans l’enseignement de la délibération.

Les aléas de la mise en oeuvre

            Christoph Bey nous rappelle en premier que la culture et l’historique du développement économique via les grandes entreprises ont créé une répartition des risques inéquitable : lorsqu’une société entre en Bourse, les bénéfices vont aux actionnaires, alors que ce sont la société civile et les employés qui prennent les principaux risques.

L’analyse des autres chercheurs continue de peindre la difficulté générale de mise en oeuvre d’une RSE aujourd’hui.

Ainsi le marketing  n’a pas contribué non plus à développer une éthique du consommateur, celui-ci oubliant plutôt son rôle de citoyen dès lors qu’il est seul face à ses achats ! Et la définition d’un « marketing éthique » qui se fait jour, n’a pas suffi  à « complexifier » l’éthique du consommateur jusqu’à  conjuguer bien-être collectif et intérêt  personnel, regrettent les chercheurs.

            De même qu’ils regrettent que les interactions entre la morale politique et la morale économique souffrent encore de carences éthiques, ainsi que l’illustre une étude menée auprès de 3700 chefs d’entreprise de la région lyonnaise montrant que si l’éthique se cantonnait pour eux plutôt dans le champ du social que dans l’économique, ils souhaitaient néanmoins l’améliorer grâce à plus de régulation entre morale politique et morale économique ; notamment par la transparence des appels d’offres, la rigueur morale des fonctionnaires, et l’instauration d’un droit international de la concurrence offrant des arbitrages équitables.

            Quant à la rumeur de Pepsicoiii savamment orchestrée par Danone et l’Etat français, et qui a fait progresser l’action de Danone de 25%, elle en dit long sur la Responsabilité morale et sociale de  l’entreprise  lorsqu’il s’y mêle la politique...Alimenter de fausses rumeurs n’est en effet pas illégal !

            Cela nous indique la faiblesse des moyens juridiques. Pour condamner les manquements à la Responsabilité sociale de l’entreprise, ils restent limités, entre autres, par l’hétérogénéité des droits nationaux : comment, par exemple, condamner internationalement un pays qui abîme l’environnement, si cette pratique est légale chez lui ?

            Il est probable que l’extension internationale à travers la globalisation, apportera sans doute des conditions plus favorables de réponse, en favorisant un retour de cohérence en interne : ainsi,  via la Constitution européenne, la France  a intégré dans sa propre Constitution le droit à l’environnement (même s’il reste difficile de l’appliquer)

            Une autre cause d’importance nous est présentée comme frein à la mise en oeuvre de la responsabilité sociale : les processus pouvant l’évaluer sont  balbutiants. Erwan le Saout et Vanessa Serret nous disent dans leur étude qu’il est  difficile de savoir si l’Investissement appelé « socialement responsable » (représentant tout de même 10% des actifs gérés professionnellement aux USA)  finance réellement des actions éthiques : les agences de notation manquent de transparence et d’homogénéité sur leurs méthodes d’évaluation, bien que les Nations Unies aient lancé en avril 2006 six principes intégrant les questions d’environnement, de social et de gouvernance, dans l’Investissement socialement responsable. Mais les PME sont encore exclues de ce protocole, et il semble en outre que l’industrie financière récupère actuellement l’Investissement socialement responsable comme un moyen de réguler les marchés !

            Il serait par ailleurs nécessaire d’introduire les effets externes des choix stratégiques de l’entreprise dans la performance globale de celle-ci, si l’on veut sortir de la seule évaluation du profit à court terme, qui est encore la norme. On pourrait prendre exemple, nous dit Pierre Baret, sur le Développement durable, capable désormais de fonder sa démarche économiquement grâce aux normes et standards Iso, SD, SA ...etc, qui ont permis une évaluation plus rigoureuse.

            Autre frein à la RSE, rendue chaque jour plus évident en France par les maladies professionnelles, dont le stress, reconnu par la Médecine du Travail, et les procès pour harcèlement : la carence d’éthique managériale. Les auteurs (Daniel Belet et Zahir Yanat) en imputent pour une grande part la  responsabilité à l’enseignement de gestion, lequel, dans les Grandes Ecoles ou à l’Université, est axé presque exclusivement sur les batteries instrumentales. Situation encore empirée par le droit du travail, qui, en restant basé sur un lien de subordination, absolument obsolète dans une société professionnelle moderne, entretient des compétences non éthiques chez les dirigeants.

Cette pensée unique managériale est de plus relayée par des media qui restent trop indulgents envers les transgressions éthiques.

Les frémissements

            Dans ce contexte globalement peu favorable, les chercheurs voient cependant émerger quelques actions risquant de réduire l’écart entre les pratiques de l’entreprise et les attentes de la société civile à son égard.

            L’étude pré-citée dans la région lyonnaise montre par exemple que l’entreprise socialement responsable peut lier le bien commun et la fonctionnalité pratique, son propre intérêt et les attentes d’autrui, en reclassant par exemple des salariés accidentés, en luttant contre l’exploitation des stagiaires, en évitant une délocalisation....

            Bernard Guillon nous rapporte que le groupe hôtelier Accor se montre un pionnier dans la responsabilité environnementale avec une charte l’engageant ainsi que ses fournisseurs, à respecter le recyclage des déchets,  l’autocontrôle des consommations d’énergie, la protection et l’entretien du paysage, la formation du personnel à l’environnement, les achats durables. 

            L’émergence d’un début de nouveau contrat social se voit aussi pour François Lépineux dans les partenariats se créant entre des Organisations non gouvernementales et des grands groupes : Carrefour a signé une convention avec la Fédération internationale des Droits de l’Homme en vue de surveiller les conditions de travail de ses sous-traitants et fournisseurs, Lafarge avec World Wildlife Fund pour améliorer les impacts de ses activités sur l’environnement.

            Quelques groupes alimentaires commercialisent désormais des productions équitables, à commencer par le café... Les auteurs François Petit, Daniel Belet, Olivier Naccache et Zahir Yanat regardent aussi du côté du Développement Durable, objet naturellement transversal, où règne une politique de petits pas « qui ne garantit pas une remontée d’apprentissage collectif réel » (p  253) mais qui ouvre le chemin à des critères immatériels et des coûts cachés, que l’entreprise, dans sa rationalité installée, fuyait telle la peste jusqu’à aujourd’hui. Bref, la mondialisation porte l’espoir que les règles éthiques de travail puissent se généraliser, et c’est sans doute une chance pour que la Responsabilité sociale se répande comme un système de gouvernance internationale, relayée par les sous-systèmes nationaux.

            Une société civile mondiale semble donc émerger en contrepoint des multinationales, sur fond de déclin d’un Etat régulateur, où les acteurs seraient co-responsables du bien commun, où apparaîtrait un « tiers secteur », forme  entre secteur marchand et sphère publique, productrice de sens, de liens sociaux, et de milliers d’emplois (notamment les services à la personne).

            Si la Responsabilité sociale de l’entreprise peut se révéler une condition favorable à l’installation d’un nouveau contrat social, prenons garde quand même, nous alerte Yvon Pesqueux,  qu’elle ne véhicule le fantasme d’une mondialisation réductrice des diversités, et bornons-la par une approche des territoires et des cultures laissant la place au spécifique, dont la RSE pourrait se montrer précisément la garante.

Le vrai défi : changer les représentations

            L’un des défis que va connaître l’entreprise au XXIème siècle sur lequel les divers auteurs insistent est celui de la performance globale et durable. La nouvelle économie du savoir, la montée des femmes aux postes à Responsabilité, la nécessité d’une gestion serrée de la compétitivité, modifient déjà les données de la performance.

            Cela appelle un bouleversement de nombreuses représentations ayant structuré notre construit de la performance entreprenariale, tels que les savoirs comme objets purement instrumentaux et manipulables, une évaluation seulement financière, le modèle managérial manipulateur, bref en venir à une éthique globale qui ne soit plus considérée comme le simple respect des normes...et s’apparentant plutôt à ce qui rassemble les acteurs autour d’une valeur commune et rend leur action légitime.

            On peut voir derrière ce bouleversement se profiler une position épistémologiquement différente de l’acteur co-constructeur de la responsabilité de l’entreprise - l’un des auteurs (Eric Persais) évoque d’ailleurs brièvement une « logique constructiviste » (p 237) mais l’on n’en saura pas plus !

            Les auteurs nous offrent néanmoins quelques aides pour accomplir la mise en oeuvre de la Responsabilité sociale de l’entreprise : la philosophie hindoue, qui véhicule depuis toujours la permanence et la similitude  à partir des diversités, ce que l’héritage judéo-chrétien peine à faire dans l’interculturel - l’auteur (Arundhati Virmani) y voit d’ailleurs l’explication de l’échec des joint-ventures - et une réforme de l’enseignement en gestion, intégrant obligatoirement la responsabilité sociale de l’entreprise, l’ouvrant à la pluridisciplinarité en mêlant le droit, la gestion, l’audit, les sciences politiques et la sociologie.

Un tressage nécessaire

            L’ouvrage est un peu émiettant dans sa succession d’auteurs, encore qu’elle puisse nous inviter à construire notre propre représentation de la RSE.

            Mais la post-face de Jean-Louis Le Moigne s’offre à relier les propos différents, en tressant indissolublement les enjeux éthiques, épistémologiques et pragmatiques de la RSE.

Il déplore une fois encore que le formatage réductionniste de la pensée par le positivisme nous empêche de transformer nos expériences en connaissance. Il convie donc, comme réducteurs de réduction, Vico, Dewey, Simon et Morin, pour nous aider à ouvrir nos représentations et à les relier sans cesse à des contextes riches de leur mouvance.

            Il nous incite enfin à appuyer le contrat social sur une responsabilité « solidarisante » (p 385), toujours en cheminement, qui ne sera jamais assurée de sa vérité scientifique. Entre « heuristique de la peur » et « heuristique de l’espérance », c’est l’éthique qui nous fera choisir une réponse, et transformer par là notre  science en conscience. Ainsi, pragmatiquement pourrons-nous élaborer l’éthique de nos réponses, ce qui construira notre position épistémique.

            Jean-Louis Le Moigne interpelle le rôle de l’éducatif dans ce tressage : ce n’est  guère l’enseignement d’une boîte à outils l’émiettant et la divisant sans fin qui fera avancer la mise en place de la RSE, en tant que processus de reliance entre l’économique et le social. Mais bien plutôt l’enseignement de la délibération dans les Ecoles de commerces qui donnera aux futurs managers les moyens de la co-construire comme un projet éthique.


[i] SHADYC, EHESS-CNRS Centre de la vieille Charité, Marseille

 

[ii] Association pour le développement de l’Enseignement et de la Recherche sur la Responsabilité sociale de l’entreprise

 

[iii] Rumeur d’OPA de Pepsico sur Danone à l’été 2005

 

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.