Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

  • L'IMPLICATION DANS LES SCIENCES HUMAINES. UNE CLINIQUE DE LA COMPLEXITE

    Date de l'ouvrage : --
    Ecrit par : PAGES Max

    Ed. L'Harmattan, 2006, ISBN 2-296-01824-6, 274 pages
    Note de : LERBET-SERENI Frédérique (Avril 2007)

Retour

Max Pagès est une des figures marquantes de la psychosociologie française, discipline qu’il a contribué à constituer comme telle dans ce qu’elle a de complexe : des pratiques d’intervention en situation individuelle et/ou collective (entreprises, institutions), dont les enjeux sont tout à la fois psychiques, relationnels, sociologiques, axiologiques, politiques…, pratiques qui donnent lieu à théorisations multiréférentielles. Praticien de ces interventions et universitaire, sa carrière se repère au travers d’une oeuvre1 et d’engagements dans différents groupes de recherche. Dans cet ouvrage, Max Pagès revient sur son propre parcours dans ces trois dimensions, analyse les enjeux psychosociologiques (au sens complexe qu’il accorde à ce terme) dans lesquels il s’est trouvé impliqué, et élabore ainsi de l’intérieur, souvent sans complaisance avec lui-même, ce qui l’anime : contribuer à des sciences humaines qui tirent leur validité de la capacité du chercheur à assumer et à élucider, autant qu’il le peut, sa compétence clinique, individuelle et sociale, à reconnaître donc qu’il se trouve impliqué avec, par, contre d’autres, et à le travailler. Ce qu’ici Max Pagès s’applique donc à lui-même, prenant appui sur sa propre narration, mais aussi sur la transcription de séances de psychothérapie, sur celle d’échanges en séminaire de recherche, ainsi que sur des courriers adressés et reçus, concernant l’histoire de l’ARIP2.

Il s’agit donc de se demander comment penser ce dans quoi on est toujours pris, dans quels entrelacs relationnels multiples, à des niveaux différents et reliés, on se trouve et on doit être en mesure de se situer, pour pouvoir (se) penser. La pensée complexe permet ainsi à Max Pagès d’intégrer les apports de la psychanalyse et de la psychologie existentielle aux problématiques des « collectifs », d’articuler les théories de l’inconscient aux dynamiques groupales et institutionnelles, en développant l’idée de système socio-mental et de système émotionnel, ainsi que la façon dont ils sont susceptibles de s’articuler, éventuellement dans leur « conflictualité créatrice ». Sa clinique de la complexité est au final interrogée du point de vue de ce qu’il nomme une « épistémologie de la gratitude », concept emprunté à Mélanie Klein et travaillé au fil de l’ouvrage sous différents angles pour acquérir ce statut de pouvoir qualifier une épistémologie de référence, dont l’enjeu clinique est celui du contre-transfert du chercheur à l’égard de son objet de recherche.

Max Pagès est un auteur qui a été pour moi essentiel dans mon travail de doctorat : nos objets étaient proches, et nos sensibilités voisines. A l’époque, il ne parlait pas de complexité, alors que j’essayais pour ma part de m’y aventurer. Voilà donc que de nouvelles connivences nous rapprochent : celles des systèmes, des articulations antagonistes, complémentaires, symétriques, de l’entre et de l’inter, par lesquelles il enrichit sa thèse d’origine sur la relation et l’angoisse de séparation. Elle se complexifie, si on entend par complexité le fait de faire tenir ensemble de façon contradictoire des dimensions ou manifestations multiples des situations vécues et interrogées. La complexité à l’œuvre dans les dynamiques relationnelles peut s’entendre aussi d’une autre manière : celle des paradoxes qui y sont à l’œuvre. De ce point de vue, le travail inaugural de Max Pagès3 ne me semble pas dépassé, mais plutôt complété : la complexité est selon moi tout aussi forte (non, elle l’est davantage), quand se trouve posé le fait que ce qui nous relie, ce que nous partageons, c’est le fait que nous sommes destinés à mourir ; c’est-à-dire qu’il nous faut penser dans un autre paradigme, franchement paradoxal, dans lequel s’envisage que la relation est la séparation. Bien sûr, les deux approches ici ne s’excluent pas mutuellement, mais disons que la part belle est plutôt faite au « et » qu’au « est », entre termes opposés. Est-ce que la « gratitude » serait ce sentiment particulier par lequel on peut les éprouver conjointement sans amalgame, avec toutes les conséquences relationnelles que cela entraîne ?

 Ce livre historico-critique rend en outre un grand service à ceux qui, comme moi, n’ont connu l’ARIP que par ses écrits, et peuvent s’en faire l’image idéalisée d’un paradis perdu où les sciences humaines étaient intellectuellement et socialement inscrites, vivantes, relationnellement innovantes parce qu’en partie naissantes. On le voit, déjà des héritages se disputaient. Celui de Max Pagès, à travers ce livre, est aussi de nous indiquer qu’il est possible de faire œuvre de pensée vivante, en prenant parfois le risque de son renouvellement paradigmatique, sans pour autant trahir ni son objet, ni sa famille disciplinaire. Peut-être s’agit-il de s’efforcer, en tant que chercheur, à cette gratitude à l’égard de nos autres, celle qui nous rend et nous assigne à notre liberté de pensée, et qui m’anime ici.

Frédérique Lerbet-Sereni


[1] Il n’y a pas lieu ici de restituer l’ensemble de la bibliographie de l’auteur, mais je rappellerai ce qui jalonne ce trajet de chercheur : La vie affective des groupes, esquisse d’une théorie de la relation humaine (Paris, Dunod, 1968, rééd. 1990), Psychothérapie et complexité (Paris, Desclée de Brouwer, 1993), Le travail d’exister (Paris, Desclée de Brouwer, 1996), et en collaboration L’emprise de l’organisation (PUF, 1979) et La violence politique, pour une clinique de la complexité (Paris, Erès, 2003)

 

[2] Association pour la Recherche et l’Intervention Psychosociologique

 

[3] cf La vie affective des groupes

 

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.