Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

"La perspective se fait plus claire d'un commun changement d'axe dans le regard des chercheurs. On en verra ici s'exprimer de nombreux témoignages sous la multiplicité des thèmes abordés...". L'optimisme de D. de Béchillon présentant dans ces termes ce recueil d'essais originaux (dont les animateurs du Groupe de Recherche Transdisciplinaire savent si bien organiser les convergences lors des rencontres de Carcassonne), est sans doute plus passionné que raisonné : il faut déjà vouloir changer de regard pour reconnaître "un changement de regard"... et il faut la ferveur de l'enthousiasme pour identifier une convergence vers quelque "axe commun" là où d'autres verront plusvolontiers un bouillon de culture ! Mais cette volonté et cette ferveur sont sans doute communicatives : l'insolite, voire l'incongru, sont décidément sources de méditations activant les stratégies intelligentes du lecteur qui accepte de tenir la complexité pour"l'Imprévisibilité essentielle" (P. Valéry) qui légitime "l'aventure infinie de la science". N'est-il pas insolite d'associer à des méditations presque prévisibles aujourd'hui de G. Balandier ("Ordre et Désordre") et d'Edgar Morin ("Ecologie des idées"), des études de fort riche et originale facture sur "Mozart et la complexité" (G. Levy), "La complexité de l'ordre juridique" (D. de Béchillon), "Pensée islamique et complexité" (E. Weber), "Ethologie et simplification" et "autocatalyse et complexité" par exemple... en les mettant en perspective de façon à la fois historique et épistémologique (J. Deschamps) ? Je ne suis pas certain que ces quinze auteurs aient délibérément cherché quelque convergence dans leur conception de la complexité... et je crois que leur lecteur est ainsi plus enrichi par cette diversité... plus désordonnée que ne le voudrait sans doute la paradigme qu'annonce le sous-titre de l'ouvrage !... Puis-je illustrer ceci par un autre exemple : sous le titre "Complexité et structures cérébrales : Piaget et Prigogine", Ph. Lestage commente une rencontre insolite entre le Maître de Genève et celui de Bruxelles, rencontre qui eut lieu en 1977, et qui mérite en effet un moment d'attention épistémologique que l'on a fort envie de prolonger aujourd'hui, lorsque de génétique, le constructivisme Piagétien devient téléologique (... et sans doute moins directement Piagétien et moins encore Prigoginien par là-même !) : Notre intelligence de la complexité, émergeant d e ladialectique de la Nécessité (ou du déterminisme Piagétien) et du Hasard (des fluctuations Prigoginiennes), devient Projet d'invention de possibles, stratégie intellige nte,téléologique. Le retour aux sources (Lamarck-Darwin, acquis-inné, etc...) reconsidéré par les regards croisés (et non convergents !) de Piaget et de Prigogine, n'est-il pas particulièrement stimulant... Même s'il révèle plus la complexité du défi... qu'il ne relèvele défi de la complexité !

J.L. Le Moigne.

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.