Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

Les sciences de la complexité, en se développant, ou pour se développer, sollicitent et réactivent les disciplines du "trivium" qu'avaient délaissées depuis deux siècles les sciences de la réduction privilégiant trop exclusivement les disciplines du "quadrivium" : rhétorique dialectique... et aujourd'hui pragmatique, sémiologie, logique naturelle redeviennent nos "disciplines" de pensée, nous aidant à comprendre notre relation au monde sans la réduire en la banalisant. Sans doute est-ce pour cela que nous devenons enfin attentifs à la réflexion protéiforme de quelques penseurs irréductibles à leur modèle tels que Paul Valéry ou C.S. Peirce. Le Centre de Sémiologie de Neuchâtel nous apporte aujourd'hui une nouvelle brassée de réflexions riches et originales en publiant les actes d'un Colloque qu'il a consacré à quelques interprétations de ce "complexe" qu'est l'oeuvre de C.S. Peirce : certes "l'oeuvre de Peirce est tellement vaste qu'il est possible de trouver et de sortir du contexte, une citation qui affirme à peu près n'importe quoi"rappelle J. Gasser (p. 80) qui cite l'exemple des définitions antagonistes de la logique proposées par Peirce. Mais cette ambiguité est si souvent source d'étonnement, occasion de méditation et de réinterrogation, qu'elle dispose en quelque sorte à la pensée complexe. Les quelques articles, parfois heureusement illustrés ("l'oeuvre de Magritte à la lumière de Peirce", de N. Everaert-Desmedt), et tous rédigés en français, que rassemble ce Cahier du CRS de Neuchâtel, nous livrent une nouvelle intelligence de cette oeuvre inépuisable qui nous invite à toujours privilégier le raisonnement plutôt que la conclusion et le langage plutôt que l'algorithme.

JLM

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.