Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

Les informations sont-elles une ressource essentielle, comme la matière ou l'énergie ? Ou cette métaphore est-elle illusoire ? Ressource, ce bien indéfinissable qui ne se détruit pas lorsqu'on le consomme et qui se multiplie lorsqu'on le partage ? Non bien sûr, mais puisqu'on n'a pas encore trouvé d'autres équivalents plus satisfaisants pour le décrire, contentons-nous de cette douteuse approximation : ainsi raisonnent depuis une trentaine d'années les économistes qui cherchent à se construire une petite niche bien à eux : une "économie de l'information"; on n'est pas surpris de voir après eux les gestionnaires faire le même raisonnement et développer une "gestion de l'information". Au risque sans doute de voir apparaître une concurrence redoutable lorsque l'information ne se définira plus en référence à la matière ou à l'énergie, mais à l'organisation : "L'information forme l'organisation qui la forme" ?

L'originalité de l'ouvrage de H. et L. Lesca tient peut-être à ce qu'il ne faudra guère le réécrire le jour où l'information cessera d'être tenue pour une ressource rare comme les autres : il lui suffira de remplacer systémiquement le mot information par les mots organisation ou système d'information et il n'y aura pratiquement pas un autre mot à changer pour en faire un fort vivant traité sur "la gestion de l'organisation" et sur la"qualité des services assurés par le système d'information"

Fort vivant, car aux qualités exceptionnelles de rédaction et de présentation pédagogiques, s'ajoutent ici un riche florilège d'anecdotes et de brefs récits "pris sur levif" qui font voir, mieux qu'un long et austère discours, ce que sont "les maladies de l'organisation" organisée (deuxième partie) et organisante (troisième partie) et de son système d'information informé (de l'extérieur) et informant (de l'intérieur). Même la typologie des informations (fonctionnement, influence, évolution) sur laquelle H. et E. Lesca basent leur argumentation (typologie bien difficile à utiliser a priori en ignorant le référentiel dans lequel paraît une information donnée), même cette typologie survivra à la mutation systémique de l'information en organisation, entendue à la fois synchronique, stable et diachronique !

Telle est du moins la lecture que je propose de ce petit traité qui ne mérite pas d'être"réduit" à l'exposé de (l'hypothétique gestion) la gestion de l'information alors qu'il peut fort utilement être tenu pour une claire présentation de la (tangible) gestion del'organisation et de son système d'information.

JLM

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.