Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

Saura-t-on convaincre le physicien, le chimiste ou le biologiste de la pertinence pour leur discipline de cette créative recherche suscitée par les sciences du droit explorant les sciences du texte et les sciences de la cognition? Je crains de n'y point parvenir, hélas, parce que je ne saurais pas non plus convaincre l'économiste, le politologue ou le psychologue de "faire attention", eux aussi, à cette entreprise originale animée par Danièle Bourcier. Nous disposons pourtant d'un argument "fort" : l'exercice est faisable, puisqu'ils l'ont fait ! Aussi inattendu que cela puisse paraître, cette contribution des sciences du droit aux jeunes sciences de la complexité, s'avère à la fois pionnière et importante, par ses résultats, bien sûr, mais aussi par sa démarche. Qu'on ne nous demande pas de faire nôtres les paradigmes auxquels se référent chacune des contributions de ce riche dossier : certaines sont un peu trop exclusivement connexionistes (et donc déterministes), et pas assez constructivistes à mon gré : il ne s'agit pas ici d'approuver mais de démontrer, montrer que l'on peut rendre compte intelligiblement de perceptions ambiguës et complexes, irréductibles à un modèle ou à un système fermé de normes : la langue, le texte, le raisonnement, la symbolisation peuvent être entendus dans leur incommensurabilité. Les textes de A.J. Arnaud, de J.B. Grize, de D. Bourcier, de P.Y. Racccah, de J.C. Gardin (oui, l'archéologue !), parmi d'autres bien sûr, me semblent illustrer fort bien cette "portabilité" du discours, dès lors qu'il se reconnaît dans et par le texte qui le porte : les études que Charles Roig apporte depuis quelques années au programme Modélisation de la Complexité (cf. les Dossiers MCX VI et VII), illustrent et développent cette puissance heuristique de notre intelligence du texte pourl'intelligence de la complexité.

JLM.

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.