Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

Voir aussi le commentaire de J. Largeault

Comment se fait-il qu'il nous ait fallu tant d'années pour lire cette "oeuvre fondamentale", ce traité de logique "moderne" que l'on espérait tant rencontrer et que l'on finissait par croire interdit ou impossible ? G. Deledalle, le "spécialiste" français de l'oeuvre de C.S. Peirce et des Pragmaticiens Nord-Américains l'avait pourtant fort bien traduit dès 1967. Mais je confesse que je n'y avais pas prêté attention, ayant accepté... sans enquête... la croyance commune des sciences de l'Homme et de la Société française : J. D. Dewey serait un pédagogue un peu naïf, "dans la tradition de J.J. Rousseau, ... qui... fait appel à la liberté de l'enfant... et à qui on doit la célèbre formule - Learning by doing - ..." Pédagogue auquel "ses compatriotes imputeraient l'échec de certaines innovations scolaires et le retard dans la couquête de l'espace..." (Admirons ces amalgames efficaces, extraits pourtant du bref article que le Thesaurus de "l'Encyclopedia Universalis" consacre à J. Dewey (1859-1952). Puisse la lecture de "La Logique" de J. Dewey ("fruit de quarante ans de réflexion et de treize ans d'écriture") nous aider aussi à mieux prendre conscience de la pauvreté de nos regards !...

Et, dans l'immédiat, puisque son traducteur a réussi à convaincre l'éditeur de le republier, enrichissons-nous de ce très "moderne" traité de logique : "Ce n'est pas un traité de logique formelle à la Russell, bien (qu'il) examine toutes les questions dont traite à sa façon, la logique formelle. C'est, à la lettre, une logique de l'enquête et de la recherche, de toute enquête, aussi bien formelle qu'épistémologique, théorique que pratique". Un très utile traité de logique qui pourra fort utilement être substitué à la plupart des travaux des logiciens contemporains, dont on se demande comment ils ont pu, eux aussi, ignorer J. Dewey ! Un "logicien" qui nous rend à la fois plus plausibles et plus proches les théoriciens contemporains de la Nouvelle Rhétorique (Ch. Perelman) et de la "Logique Naturelle" (J.B. Grize).

Nous constaterons aisément que la logique entendue désormais dans sa diversité comme "la théorie de l'enquête", peut s'entendre aussi comme la théorie de la modélisation de la complexité, ou comme "cette reconstruction continue de l'expérience cognitive" qu'H.A. Simon reconnaît dans la rationalité procédurale (Indiquons au chercheur attentif que G. Deledalle a rédigé une fort bonne présentation des oeuvres de J. Dewey pour "Le Dictionnaire des Oeuvres Philosophiques", PUF, T. 2, pp. 2358-2365).

J.L.M.

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.