Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

"Comment sortir la culture de l'inculture ?" : cette interpellation provocante (mais intelligible dans le contexte de l'ouvrage : il est des gestionnaires qui rêvent de motiver le personnel en agissant sur la culture de l'entreprise !), caractérise fort bien cet essai vivant, original, passionné de G.Y. Kervern. Les participants du Programme MCX savent le rôle que joue dans notre réseau ce "grand manageur" dont la riche culture semble accentuer sans cesse l'ouverture d'esprit. Ne concluera-t-il pas son essai par une "Lettre ouverte aux Directeurs de centres de recherche, publics ou privés" : "Un seul mot suffira : la complexité"... et donc..." une pensée écologisée, en relation avec...", en les invitant à ouvrir quatre chantiers, à commencer par "le chantier épistémologique". Ne pouvons-nous concevoir sans cesse nos cultures qui enchevêtrent en réseau éthique et écologie, plutôt que de courrir après des modes (la culture d'entreprise en fut une !), qui ne survivent que par mimétisme et qui dissimulent un grand vide intellectuel ? Les questions et les suggestions foisonnantes, sympathiquement désordonnées, de G.Y. Kervern nous sont aujourd'hui particulièrement bienvenues, à condition que nous les entendions comme des interpellations : son préfacier, le Président de NCR-ATT France m'inquiète un peu lorsqu'il assure déjà que "pour leur part" : (ils ne sont pas comme ca), et que leur "corporate et leur culture d'entreprise (ne sont pas) des vides intellectuels" : en n'écoutant pas les questions, on ne risque guère d'être certain d'avoir les bonnes réponses !

Interpellation qui encouragera le lecteur, qu'il soit cadre d'entreprise ou chercheur, à remonter à quelques textes sources : je pense en ce moment à l'ouvrage d'un autre dirigeant d'entreprise, également associé au Programme MCX, Dominique Génelot, "Manager dans la complexité (INSEP Edition, 1992), dont nous parlions l'an dernier : "La culture en réseau" appelle ce "DANS" ; une nuance qu'on risquerait de ne pas voir en lisant vite un paragraphe sans doute un peu vite écrit par G.Y. Kervern, p. 163 : on ne "maîtrise pas la complexité", on gère dans la complexité (on "fait avec" !) : c'est ce qu'il veut dire en parlant de pensée écologisée", mais cela va sans doute mieux en le disant expressément, surtout à l'intention des Directeurs de centres de recherche.

J.L.Le Moigne

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.