Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

Allons-nous enfin produire collectivement une théorie enseignable et praticable de la délibération, ce mode le plus judicieux de détermination de l'action collective ? Depuis "L'Ethique à Nicomaque" la pensée humaine n'a guère exploré les ressources pourtant fascinantes de la délibération, s'attachant à l'inverse à élaborer d'autres formes de décisions beaucoup moins satisfaisantes dans leur principe au moins. On a raison deciter J. Dewey, qui, restaurant le pragmatisme, nous rappela les vertus oubliées de la délibération, mais qui, en Europe au moins, lit sérieusement l'oeuvre de J. Dewey malgré sa manifeste pertinence pour le citoyen contemporain ? Ce sera le premier mérite de J.T. Dillon que d'avoir accepté de s'étonner de tant d'inattention, et d'avoir courageusement proposé de "mettre l'ouvrage sur le métier". Le second sera d'avoir fait appel au concours de quelques praticiens expérimentés qui acceptent, autour de lui, de tenter de transformer leur expérience en science. (Parmi eux, D. Génelot, qui assurera, trop seul hélas, le rappel de la "complexité de la délibération", irréductible à une théorie finie ou fermée). Il faut insister sur ces mérites plutôt que sur les quelques regrets que suscite le constat de l'incomplétude du propos de J. Dillon et de la plupart de ses coauteurs : en ignorant que la délibération se construit dans l'interaction cognitive complexe de l'invention des fins par le choix des moyens et de l'invention des moyens par le choix des fins, ils semblent souvent la réduire à un processus linéaire et normable, un jeu dont il suffirait de respecter les règles pour qu'il se joue lui-même, sans gagnant ni perdant. Critique un peu injuste, objecteront les auteurs qui feront valoir la difficulté qu'il y a à présenter et à enseigner de tels raisonnements récursifs : j'en conviens avec eux, mais je persiste à penser que l'on pourra avancer dans cette difficulté en reprenant les réflexions de W. James, de J. Dewey et d'H.A. Simon sur "la rationalité délibératrice" : la parabole du comportement du peintre "tâtonnant" devant sa toile presque inachevée, si bien évoquée par H.A. Simon, illustre me semble-t-il ce propos.

Mais l'important est que "la théorie de la délibération" soit à nouveau inscrite dans nos programmes de recherche : le chapitre de D. Génelot ("Le monde complexe de la délibération"), nous montre, s'il en était besoin, que la délibération est au coeur des stratégies intelligentes en situation perçue complexe, et donc de "la modélisation de la complexité".

JLM

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.