Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

C'est d'abord un livre dont on peut souligner l'élégance, l'élégance de la logique et l'élégance du style. On pourrait même parler d'élévation de la pensée dans sa recherche d'éthique et sa modestie.

D'emblée, cette réflexion sur le travail social nous empoigne en ouvrant directement la discussion au cœur de nos perplexités et de nos incertitudes. Sans détour, elle met en perspective les divers paradoxes qui président aux interventions des travailleurs sociaux et les obligent à répondre aux questions tout en s'engageant personnellement pour répondre de la cohérence des solutions. Paradoxes contextuels, pragmatiques, affectifs, éthiques, individuels ou collectifs sont mis en évidence dans leur accumulation complexe : on peut comprendre alors en quoi consiste pour eux la démarche de reconstruction du réel et du symbolique qu'ils doivent initier et comment ils se retrouvent garants, plus ou moins momentanément, de systèmes qui eux, ne se sentent pas en retour forcément garants pour eux.

L'analyse évolue ainsi sans cesse de la demande complètement réductrice qui leur est faite à la mise en œuvre, en temps réel, trans-disciplinaire et multi-référentielle, des issues qu'ils s'ingénient à induire et promouvoir.

On voit bien que l'approche systémique apparaît d'abord comme un défi à la raison, comment elle impose de se laisser détourner de ses modes de raisonnements habituels, plus ou moins rationnels, et à quel point elle demande de surmonter ses peurs de la confusion mentale. Mais l'approche systémique a aussi ses outils et ses méthodes : Elle a besoin de travailler sur les processus en interaction dans une situation plutôt que sur les évènements. Elle en permet les comparaisons par analogie et autorise l'émergence de nouvelles modélisations conceptuelles du réel. Le raisonnement par analogie permet ainsi de franchir de façon subversive et créative les paradoxes inclus dans la commande.

B Tricoire nous dit que le travailleur social finalement est responsable de la mise en commun des multiples représentations que chacun des acteurs se fait de la situation de crise et qu'il est garant de leur mise en cohérence. Il nous dit aussi qu'il est là pour convoquer les processus auto référentiels de chacun et de tous , que le tiers est inclus , que la vie est à l'intérieur, qu'il ne faut pas sous-estimer la puissance intégratrice du moi … Le secret de la médiation sociale c'est que le génie du tiers rencontre le génie des demandeurs !

Ce livre est une vraie somme de connaissances qui, à la suite des autres chercheurs du Programme MCX, fonde la systémique comme une véritable discipline. Avec son érudition considérable, l'auteur relie de multiples concepts entre eux et il met en lumière avec éclat, l'instant où le problème dit social tombe dans un " entre deux " qui l'enrichit de nouvelles définitions et de nouvelles dimensions au point de lui faire carrément changer de nature : il se métamorphose alors en une problématique de courage à retrouver, de responsabilités à assumer, de dignité à reconquérir et d'intelligence citoyenne.

Ce travail témoigne donc d'une grande précision et d'une grande rigueur intellectuelle qui prouvent l'immense chemin parcouru dans l'ombre avec persévérance. Il a par moments des accents d'épopée et il fait résonner les mythes du défi et de l'exploit du sujet seul dans l'adversité…mais avec ses limites et aussi ses ruses.

Joliesse des figures, puissance des exemples, subtilité de l'énonciation, cohérence de la démonstration et de la transmission : c'est un vrai cadeau que Bruno Tricoire fait à tous les " ouvriers sociaux ". Qu'il soit ici remercié !

Catherine Guitton (Espace Famille 92)

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.