Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

  • éléments d'analyse économique de la firme

    Date de l'ouvrage : --
    Ecrit par : MARECHAL Jean-Paul
    Systèmes Socio Economiques
    Presses Universitaires de Rennes, Collection "Didact économie", Rennes, 1999, ISBN : 2­26847-370-9, 221 pages. et DUPUY Yves (coord.) Faire de la recherche en Contrôle de gestion ? De la compréhension des pratiques à un renouvellement théorique, Ed. Vuibert (Collection FNEGE), Paris, ISBN : 2-7117-7993-9, 1999, 232 pages.
    Note de : LE MOIGNE Jean-Louis (Février 2003)

Retour

Sur "la théorie de la firme" dans le discours des sciences économiques, comme sur le "contrôle de gestion" dans le discours des sciences de gestion, tant d'ouvrages ont été publiés depuis un demi-siècle, que l'on appréhende la lecture de nouveaux titres ! D'autant plus que la plupart d'entre eux, se présentant sans modestie comme des manuels scolaires, ont inlassablement reproduit les même spéculations (en général idéologiques) que n'étayait aucune discussion épistémique sérieuse.

Et si, vus de l'activité quotidienne des entreprises, les deux discours sont les deux faces d'une même pièce (de monnaie), vus des académies, ils semblent s'intéresser à deux pièces (de théâtre) différentes : Corneille, dira l'économiste ; Labiche, répondra le gestionnaire !

Certes ce diagnostic désolant est ancien : H.­A Simon le formulait en 1978 dans sa célèbre Conférence Nobel et le reprenait en 1986 dans un article au titre provocant que les économistes n'aiment guère évoquer : "The Failure of Armchair Economics" ("L'Echec de l'enseignement magistral de l'économie") ; et Ph. Lorino le reprenait en 1991 dans "L'Economiste et le manageur. Éléments de microéconomie pour une nouvelle gestion". Mais il ne suffit pas de proposer un diagnostic pertinent pour convaincre le patient que son comportement va compromettre l'avenir des générations qui le suivent. Surtout lorsque ce patient se targue de son inculture épistémologique, qui lui permet d'ignorer la question : "pour quoi ? quel est le sens de ce que je fais ?", pour ne connaître que la question : "Comment ? quelle est la méthode présumée scientifique et agrée par les académies que je peux utiliser pour que mon propos soit cautionné ?"

Aussi faut-il se féliciter de l'apparente coïncidence qui met aujourd'hui sur nos tables deux ouvrages, celui de l'économiste et celui du gestionnaire, qui, sans avouer explicitement qu'ils s'intéressent aux deux faces de la même pièce (de monnaie), ne prétendent plus parler de deux pièces de théâtre différentes dès lors qu'ils s'efforcent de renouveler les discours sur "la firme" et sur "le contrôle de gestion".

C'est cet effort méritoire pour s'interroger sur le sens de leur discours et donc sur les fondements épistémologiques par lesquels ils le légitiment assez pour oser l'enseigner, ici et maintenant, qu'il faut saluer et encourager : signe des temps ? lents mûrissements de nos cultures ? renouvellement des générations ? ... je ne sais. Mais n'est-il pas significatif que ces deux ouvrages, rédigés dans des contextes différents et indépendants (un manuel de cours de sciences économiques pour l'un, un séminaire de jeunes chercheurs en sciences de gestion supporté par la FNEGE, pour l'autre), se rejoignent les même jours sur nos tables, montrant quelques références épistémiques et systémiques communes ?

En convenant qu'il est temps pour ces deux disciplines de s'interroger enfin avec probité sur les hypothèses épistémologiques encore légères sur lesquelles l'une comme l'autre fondent la production de leurs énoncés enseignables, cette nouvelle génération d'économistes et de gestionnaires va sans doute nous aider à comprendre que les deux disciplines ne peuvent plus ignorer qu'elles appartiennent à la même planète, celle des sciences de l'ingénierie des organisations humaines complexes ? Le fait est qu'elle commence à s'en donner les moyens conceptuels et épistémiques. Pourra-t-elle s'en servir ? Saurons-nous l'encourager à ne pas sombrer dans l'académisme carriériste dont les générations précédentes lui ont donné le si triste exemple ? Parviendra-t-elle à enrichir assez ses méditations épistémologiques pour résister à l'usuelle tentation du remplacement d'un simplisme par un autre, d'une méthode par une autre ? ...

Les réponses à ces questions ne vont pas de soi, d'autant plus que ces démarches sont rarement gratifiantes à court terme. Mais il y a sans doute péril en la demeure. "La crise du contrôle de gestion" n'est-elle pas le révélateur de "la crise du modèle économique et du modèle d'organisation qui la fonde" comme de "la crise du modèle de management" qu'elle voudrait fonder, interrogeront les jeunes chercheurs (Y. Dupuy, p. 11-17) ? La crise de la théorie de la firme est sans doute plus profonde encore : il va lui falloir passer d'une vision monodimensionnelle et causale du "monde de la vie" à de multiples interprétations téléologiques et systémiques : certes J.­P. Maréchal montre fort bien, dans sa dernière partie ("La firme comme système complexe") que l'exercice est aujourd'hui praticable, dès lors que l'on s'exerce à une ascèse épistémologique exigeante qui interdira toute arrogance et qui n'autorisera plus les experts ou les consultants à prescrire sans vergogne la bonne solution. Mais cela suffira-t-il à convaincre ? Je vois une petite lueur d'espoir dans le fait que sa conclusion soit pratiquement la même que celle qu'a rédigée F. Lacroux pour l'essai collectif sur le contrôle de gestion ("Fonder le contrôle de gestion sur la science des systèmes ?").

Mais je vois aussi bien des obstacles, qui sont en nos cultures : un des auteurs de cet essai collectif pourra écrire sans être discuté "que les fondements constructivistes... amènent à une impasse en terme de recherche puisqu'ils invalident toute démarche d'ingénierie (sic)"... Piège épistémologique qui va (...) réduire le chercheur à l'impuissance : (...) plus de prévision... ni de prescription dans ce type de travaux (p. 45-47). Argument massue, tenu pour une évidence qu'il n'est pas nécessaire de démontrer ni de justifier, qui veut, à nouveau, faire de la recherche scientifique un outil de prévision et de prescription morale, alors qu'on lui demande d'être un outil de compréhension, ou de description, ou de modélisation. Selon le mot très heureux de J.­P. Maréchal, nous "réduisons encore trop souvent le raisonnable au formalisable", et nous n'avons pas une culture épistémique suffisante pour nous en apercevoir !

Saurons-nous collectivement dépasser ces obstacles invisibles ? Ces deux ouvrages me rendent confiance et envie de dialogue avec les nouvelles générations : elles vont peut-être nous aider à transformer nos réductrices sciences d'analyse en ingénieuses sciences de conception.

J.-L. Le Moigne

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.