Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

Le sous titre anglais, "Image of man in the rnirror of Science" est - il correctement traduit par "La science en question" (sans point d'interrogation) ? D'autant plus que l'exergue annonce des réponses assurées plutôt que des questions hésitantes : "A quiconque s'est jamais demandé : Pourquoi ?" ... ce livre nous emmène fort loin sur la route du "Parce que !". L'auteur propose-t-il des certitudes tranquilles, et oublie-t-il que ses lecteurs savent ce que vaudront ces "parce que" dans deux siècles : ce que vaut l'astronomie de Ptolémée vue de Kepler et de Newton ! Il est vrai qu'il oublie aussi que la science part aussi de la question "Pourquoi pas ?"... et cherche parfois des réponses du type : "afin de" ! La science qu'il nous raconte est au demeurant réduite aux sciences de la nature. Mais présentée de façon alerte, vivante, polémique même, documentée, illustrée, anglo saxonne autant que faire se peut... Sans qu'on sente pourtant l'émergence des nouvelles sciences de la complexité : la "vulgarisation scientifique" ne devrait pourtant plus interdire la méditation épistémologique. Paradigmes perdus ? Sans doute, mais nous nous intéressons plus volontiers aux paradigmes trouvés, ou retrouvés ! Faut-il rappeler à J.Casti et à ses éditeurs qu'en 1973, il y a 18 ans, Edgar Morin publiait "le Paradigme perdu : la nature humaine" que "La Métlhode" (1977, 1980, 1986) allait nous permettre de retrouver ? Pour nous, un prétexte inattendu pour remonter aux sources... en lisant ou relisant "le Paradigme perdu" en guise de réouverture de ces anecdotiques "paradigmes perdus".

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.