Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

Entreprise originale et solidement documentée d'un psychosociologue (U.C.O.Angers) attentif à l'étonnante audience contemporaine du concept de "Projet", ce traité inclassable appartient sans aucun doute à la bibliothèque des sciences de la complexité : son interdisciplinarité est manifeste autant que convainquante, puisqu'en effet toutes les disciplines et toutes les pratiques d'application qu'elles supportent s'y enchevètrent pour mettre en valeur son projet ! Curieux concept, il est vrai, qu'ignorèrent longtemps les cultures et les langues alors qu'il semble constituer aujourd'hui la figure centrale de toute pensée, qu'elle relie théorie et pratique, Individuel et Collectif, temps et espace ! Explorant ses innombrables racines dans l'histoire emmélée de la philosophie et de la science, illustrant ses innombrables développements contemporains dans les pratiques du projet pédagogique, du projet d'entreprise et de la "conduite de projet", J.P. Boutinet révèle judicieusement les forces et les faiblesses du "Paradigme du Projet". Peut-être ne souligne-t-il pas assez les questions proprement procédurales et téléologique que soulève son diagnostic. Si l'on ne peut durablement séparer la fin et les moyens, le maître d'ouvrage et le maltre d'oeuvre, peut - on encore raisonner en terme de projet ? Pour proposer une réponse positive à cette interrogation, il faut, je crois, assumer un défi épistémologique encore difficile, celui qu'affronte précisément les sciences de la complexité : assumer un constructivisme lucide et restaurer le statut de la téléologie dans l'exercice de la rationalité. En rassemblant en une même main les projets de retraite, de formation, d'aménagement, de recherche, de loi, d'action, d'entreprise, d'établissement, et les projets architecturaux, industriels, pédagogiques, utopiques ou alternatif, J.P. Boutinet suscite une réflexion originale et manifestement pertinente aujourd'hui. Dans le foisonnement d'une littérature terriblement bavarde sur les méthodes PERT, les cercles de qualité et autres avatars du "Paradigme du Projet", cette "Antropologie du Projet" est... un moment de bonheur ! On est surpris en l'achevant, que ce livre n'ait pas déjà été écrit depuis une quinzaine d'années. Mais on souhaite déjà le prolonger, en le travaillant davantage dans ses fondements épistémologique. Ce qui fait la nccessité d'une meilleure maîtrise du paradigme du projet aujourd'hui, n'est-ce pas la complexité de l'anticipation délibérée et multidimensionnelle ? Plus que jamais, le projet d'une "théorie de la planification sans but final" qu'H.A. Simon appelait dès 1981 (chapitre 6 de "Sciences des systèmes sciences de l'artificiel") devra mobiliser la construction complexe du "paradigme du projet", si nous souhaitons qu'il nous aide à comprendre nos projets. A l'édification espérée de ce "projectivisme", la réflexion de J.P. Boutinet apporte une contribution synthétique particulièrement bienvenue aujourd'hui.

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.