Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

Il faudra revenir sur cet ouvrage important de F. Varela qui synthétise semble-t-il la thèse de "L'énaction conçue comme la cognition incarnée, ou s'auto-produisant dans l'action" : L'inséparabilité du sujet épistémique et du sujet pragmatique. Il me semble que le retour aux sources cybernétiques pures ("Embodiment of mind" de W. Mc Culloch, qui éclaire le titre...quasi intraduisible, "Embodied mind", ou "Embodied cognition") conduit F. Varela à perdre le bénéfice de la source systémique (dans ses formulations selon H. Simon), réduite à une sorte "d'angoisse cartésienne" par une décomplexification des concepts de symbole et décomputation. Réduction d'autant plus fâcheuse qu'elle n'enrichit pas la thèse de F. Varela : la conception piagetienne de la cognition se construisant dans l'action du sujet ("si tu veux connaître, apprend à agir"), ne devient-elle pas plus "intelligible" dans le cadre de "l'hypothèse du système de symbole physique" ? C'est ainsi que je suis tenté de comprendre le débat "H.Simon - J. Piaget" de 1965 sur la représentation des comportements (ou de l'expérience). Mais que signifie "l'expérience humaine" ? F. Varela a sûrement raison d'interroger les réponses "non occidentales" boudhistes en particulier pour renouveler nos problématiques. Que ces questions soient sans réponse ne nous surprendra pas puisque "le chemin se construit en marchant" que la cognition s'entende par symbolisation par connexion ou par enaction. Sur ce livre de F. Varela (qui parait fin décembre 91 lorsque s'achève ce cahier de notes de lectures) il faudra sûrement revenir pour avancer notre intelligence de la complexité.

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.