Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

Depuis plus de dix ans, G. Pessis Pasternak se passionne avec une curiosité de journaliste professionnelle pour l'apparition des nouveaux paradigmes scientifiques et la résurgence des anciens : les lecteurs du Monde ou de quelques autres hebdomadaires d'actualité se souviennent de ses entretiens vivants eî originaux avec quelques-un des "pionniers" des nouvelles disciplines, publiés entre 1981 et 1991. Comme la plupart de ces chercheurs sont devenus, au fil de dix dernières années, des "stars médiatisées", leur seul nom ne fera-t-il pas vendre ? C'est sans doute cet argument qui a incité un éditeur à rassembler (dans un curieux désordre chronologique) dix-huit de ces entretiens en un ouvrage aisé à feuilleter. Il nous rend ainsi un bon service puisqu'il nous permet de slalomer aisément entre I. Prigogine, H. Atlan, E. Morin, B. d'Espagnat, A. Jacquard, H. Reeves, H. Von Foerster, H.A. Simon et quelques autres, en retrouvant quelques-unes des thèses préférées des principaux constructeurs contemporains des sciences de la complexité. Selon un rituel désormais établi, R. Thom, J.P. Changeux et H. Dreyfus jouent le rôle des gardiens du Temple de la science et de la philosophie positive, pour assurer une parité symbolique qui cautionne l'esprit de tolérance de l'éditeur. Pour susciter plus sûrement la décision d'achat ce dernier à choisi en outre un titre racoleur qui ne révèle absolument pas le contenu du livre : "Faut-il bûler Descartes ? Les scientifiques s'interrogent".Or aucun des "interrogés" ne se pose cette question provoquante... et si on la leur posait, il est manifeste quc la plupart répondrait ; surtout pas ! peut-être aurait-il fallu leur demander "Faut-il enfin enterrer Auguste Comte ?" puisque ce recueil est, pour l'essentiel et peut-être à son insu, une oraison funèbre des positivismes et donc des scientismes. Mais on peut craindre que par une légitime prudence, les interrogés auraient préféré ne pas répondre : après tout, nombre d'entre eux peuvent encore espérer un fauteuil à l'Académie des Sciences de Paris ! J.P.Changeux n'affirme-t-il pas ses "droits de neurobiologiste" qui lui permettent "de faire l'hypothèse que les bases neurales de l'éthique puissent exister" ? Et comme H. Atlan proteste contre cette prétention des scientifiques à forger une éthique, il se fait répondre "qu'il n'est pas neurobiologiste"... et que le religieux ou le philosophe en savent ''moins sur "les données objectives" et l'éthique que le neuropsychologue (P. 165 - 166) H.A. Simon aura beau rappeler que "la meilleure description de l'amour n'a pas été faite par un psychologue ou par un biologiste, mais par Stendhal" (p. 234), on ne pourra que constater avec mélancolie que le scientifique positif n'est pas mort et que le réductionisme cartésien ne brûle que pour réchauffer et activer le zèle des grands simplificateurs. La question n'est pas, décidérnent, ce savoir s'il faut brûler Descartes, mais de comprendre pourquoi il faut lire aujourd'hui Aristote (et pas seulement "L'organon"), Léonard de Vinci, Vicco, P.Valery ou "la critique de la faculré de juger" de Kant. Lisons ce livre en diagonale, en changeant ainsi mentalement son titre : il nous rendra le service de nous inciter à remonter aux sources. Le medium ici n'est pas le message, mais il facilite sa recherche.

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.