Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

Lorsqu’on nous interroge sur la légitimation de nos travaux collectifs sur la modélisation des systèmes perçus complexes, on nous reproche souvent de privilégier les considérations épistémologiques plutôt que les "études de cas". Ce reproche est sans doute partiellement fondé, mais nous pouvons faire valoir les difficultés que nous rencontrons en pratique pour rendre publiques et aisément accessibles les études dites de terrain qui illustrent nos exercices effectifs de modélisation de la complexité. Aussi faut-il nous féliciter de la récente parution de cette "étude de cas"… qui passionna les médias, et irrita les institutions scientifiques françaises en 1977 : peut-être vous en vous souvenez-vous encore ? En janvier 1997, la revue scientifique prestigieuse BMJ (Bristish Medical Journal) publiait un article du docteur et épidémiologiste français, J.F. Viel, présentant les résultats d’une enquête approfondie sur le cas des leucémies d’enfants survenues aux alentours de l’usine de retraitement des déchets nucléaires de La Hague (Cotentin).

Etude qui allait susciter un déchaînement de passions déshonorant nombre d’institutions et de personnalités scientifiques françaises, de l’INSERM au Prix Nobel G. Charpak (qui qualifiera cette étude de "pure escroquerie", fin janvier 1997… alors que le Comité Scientifique qu’il faudra bien nommer ensuite reconnaîtra en février "le sérieux de cette étude"), comme, bien sûr, d’un trop grand nombre de journalistes (quelques-uns pourtant sauvèrent l’honneur de leur corporation !).

J.F. Viel, épidémiologiste et professeur de santé publique va donc nous raconter la genèse, la réalisation et les interprétations de cette étude épidémiologique relativement classique : occasion pour ses lecteurs de se familiariser avec la complexité et le caractère transdisciplinaire de la recherche épidémiologique, puisqu’il parvient à la présenter de façon fort intelligible sans se protéger derrière un jargon réservé aux seuls spécialistes. On "comprend" le processus tâtonnant de formulation des hypothèses et d’interprétation précautionneuse, comme les réserves déontologiques et éthiques qu’appellent cette discipline ni plus ni moins "scientifiques" que les autres. Et on comprend la façon dont les pesanteurs sociologiques et culturelles, comme les pressions politiques, peuvent affecter la discussion de ses interprétations. Le comprenant, on se demande pourquoi certains scientifiques considèrent que les autres citoyens sont "trop bêtes pour le comprendre" ? et pourquoi ils devraient systématiquement entourer les "conclusions" d’un voile opaque ?

On ne peut ici qu’inviter les chercheurs et les citoyens, quelles que soient leurs disciplines et leurs expériences, à lire cette "étude de cas de situation perçue complexe" : elle est aisée à lire, vivante, apparemment bien documentée ; la complexité est décidément intelligible dès lors qu’on souhaite décrire plutôt que prescrire en développant "précautionneusement" des connaissances argumentées.

Par nombre de ces aspects, elle rappelle une autre étude de cas, différente par son contexte, comparable par les questions qu’elle pose sur les rapports de la science et de la société : "Le roman de l’algue tueuse ; Caulerpa taxifolia contre la Méditerranée" d’A. Meinesz (dont on rendait compte dans le Cahier des Lectures MCX n° 16 de novembre 1997). Et comme elle, elle suggère un appel plus insistant encore à la culture épistémologique des scientifiques comme bien sûr des citoyens : on est sensible aux efforts de J.F. Viel pour mettre sa discipline en perspective historique et méthodologique, mais on s’interroge sur le sens qu’il propose de donner aux connaissances scientifiques dans la cité. Certes on est sensible à sa requête de "l’irruption des citoyens (dans) la science (qui) se décide et se construit". Mais cette irruption, pour être praticable, appelle la formation d’un "civisme épistémologique" qui ré explicite sans cesse ses propres fondements. Aussi longtemps que le cartésiano-positivisme présidera à la légitimation institutionnelle des savoirs enseignables, nos sociétés auront du mal à savoir tirer "les leçons de La Hague" : n’est-ce pas là une des leçons que l’on peut tirer de cette vivante "étude de cas" ?

J.L. Le Moigne

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.