Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

L'intention généreuse de l'auteur n'est pas en question, dans les termes très généraux où il l'exprime en conclusion ("dynamique de la viabilité, réelle avancée, performance globale, notion d'efficacité trop normative, guidance débouchant sur l'effectivité"). Mais travaillant pour des institutions qui veulent "vendre des méthodes" (efficaces, optimisantes, logiques, voire "fractalisées" !) que l'on puisse appliquer sans se demander pourquoi il faut les appliquer, il est contraint de présenter pas à pas l'arsenal des "méthodes prospectives"... "telle qu'elle ressort des travaux de la DATAR, de M. Godet, de..., etc.".

Méthodes analytiques, qui demandent d'abord "la délimitation", le "recensement le plus exhaustif possible", l'ordonnancement homogène..., et qui permettront (par quelle magie ?) "d'identifier les facteurs-variables constitutifs de la problématique", afin de "les classer et trier"... Méthodes auxquelles on donnera vite des noms de code pour rassurer le lecteur : la matrice des stratégies d'acteurs s'organise par la méthode MACTOR, celle des scénarios par l'outil MORPHOL, etc. Après avoir ainsi appris tout ce qu'il faut savoir sur "l'élaboration analytique des profils stratégiques consistants", ce lecteur pourra, enfin, lire 6 lignes (§ 2.1.5. !) sur "l'imagination créatrice", la "démarche analytique" ne devant (quand même) pas complètement "gommer l'originalité... de solutions préconisées" (par qui, et pour quoi ??). Démarche analytique qui se donne bonne conscience en assurant, § 1.3.1., qu'elle fournit une "représentation systémique du contexte de l'action" qui recouvre une classique décomposition en "domaines issus de l'analyse structurelle" que l'on appellera désormais "sous-système"... sans s'interroger bien sûr sur les fonctions de ces systèmes. En un mot, on part de l'hypothèse que le prospectiviste comme le stratège peut toujours réduire un phénomène qu'il perçoit fort compliqué en le décomposant logiquement en longues matrices carrées de composants "tout simples et faciles", matrices qu'il suffira de baptiser système pour rassurer le lecteur qui cherche à comprendre. Si ça ne suffit pas, on remplacera "pilotage" par "guidance" et "efficacité" par "effectivité" (on change les mots, par leur contenu !), et le tour sera joué.

Que l'on nous entende bien : trop de spécialistes honorables et consciencieux s'attachent à ce discours (qui n'a guère changé depuis 25 ans) pour qu'on le déclare incorrect : s'il leur plaît de le tenir, pourquoi faudrait-il les en empêcher ? Mais nous pouvons leur demander de nous aider en ne mettant pas ce "vieux vin de l'analytique et de la réduction de la complication dans les outres neuves de la modélisation systémique et de l'intelligence de la complexité". Nous pouvons leur demander aussi de ré-expliciter les fondements épistémiques (fort positivistes et platoniciens) auxquels ils se réfèrent, pour qu'en nous servant de leurs jolies méthodes, nous puissions nous souvenir qu'elles sont faites pour résoudre des problèmes que nous ne rencontrons peut-être pas. Et nous devons enfin leur demander de ne pas monopoliser à leur profit les institutions de la République (ou de la Communauté Européenne) : la caution éditoriale du Commissariat Général du Plan et de la DATAR est trop explicite ici pour être innocente. (Ah ! Qu’il est lointain le temps où la collection que la DATAR éditait dans une série du même nom que celui de cette étude : "Travaux et Recherches de Prospective", un des grands textes d'Yves Barel qu'on a toujours envie de faire relire à nos experts en planification stratégique et territoriale ! Le n° 14, publié en mars 1971, s'intitulait "Prospective et analyse de système" !).

Peut-on leur suggérer une veine alternative ? Pour articuler prospective et stratégie, "travaillons à bien penser" (Pascal), et souvenons-nous que "dans la nature, tout est fin et réciproquement, moyen". C'est sur ces arguments que "se construit sans cesse", en marchant, le chemin du "Programme Européen Modélisation de la Complexité".

J.-L. Le Moigne

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.