Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

On ne peut séparer ce livre, méditant sur la formation complexe du "relief" généalogique dans la construction que chaque être se propose de son propre parcours, de son jumeau, l'autre face de la même pièce, celle qui "montre ce que l'on peut faire" alors que la première dit "pourquoi et comment on pourrait faire" : publié en parallèle chez le même éditeur "De femme à femme à travers les générations. Histoire de vie de Caroline Lebon-Bayle 1824-1904".

Le jumeau, celui qui montre, se lit sans doute plus aisément, puisqu'il raconte une histoire aussi intrigante que familière (si P. Bayle, alors le patron du Capitaine Dreyfus à l'Etat Major, avait pu parler le 20 novembre 1895, avant d'être... "accidenté mortellement"..., l'histoire de France n'aurait-elle pas été changée ? Il savait !), par la médiation de Caroline, sa mère, elle-même fille du fondateur de la Compagnie du Gaz Lebon qui industrialisa le gaz d'éclairage à partir de 1848 !

Mais le projet de M. Lani Bayle n'était pas seulement de raconter cette histoire ni de révéler, un siècle après, quelques vieux secrets de famille. Il était de se demander pourquoi et comment elle pouvait (et chacun de nous peut...) avoir envie ou besoin de se transformer en se reliant aux temps et aux gens qui peuvent l'aider (nous aider) à donner sens aux événements qu'elle vit (que nous vivons), en narrant ces histoires : ainsi, comme l'ombre portée par la pyramide sur le sol, la vie prend relief, se complexifie, se densifie. "A la lumière de l'ombre" (p. 31) se révèle un savoir obscur. Léonard de Vinci disait combien l'ombre est nécessaire pour révéler la beauté d'un visage ; obsédé de clarté cartésienne, n'allions-nous pas oublier que le clair-obscur, le "sfumato", est le mode privilégié de la représentation (le "disegno") intelligente, celle qui engendre le sens ? Si "chaque grain de matière est déjà un morceau d'histoire", pourrons-nous comprendre nos propres parcours sans nous interroger aussi sur les histoires qui le tissent, non pas pour nous y réfugier, mais pour lui donner quelque nouveau relief ? (M. Lani-Bayle écrit très justement : "penser en relief" (p. 37).

L'exercice n'est pas toujours aisé, et les "histoires de vie" risquent de s'enfermer dans un nombrilisme stérile, si l'on oublie que le reploiement des racines de l'arbre sous son tronc appellent le déploiement des branches dans sa frondaison. L'histoire est un révélateur de possibles... ou "elle n'est rien du tout" !

En s'exerçant, sans s'embarrasser de contraintes académiques, bien qu'en mobilisant un riche appareil de lectures enchevêtrées, à de telles narrations sous une forme volontiers métaphorique, voire anecdotique, plus suggestive que déductive, M. Lani-Bayle nous propose une entreprise de modélisation de la complexité qu'elle appelle une "maïeutique de l'insu" (p. 13) : exercice qui mérite d'autant plus d'être pratiqué qu'il est vite familier à qui veut "penser différemment pour que surgisse le relief et se développe le sens" (p. 137).

JLM.

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.