Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

Jean-Jacques Bonniol et Michel Vial nous proposent là un ouvrage copieux (368 pages) et richement documenté sur l'évaluation. Ce livre sera vraisemblablement une référence pour nombre d'entre nous, praticiens et/ou chercheurs engagés dans l'humain : que nous fassions de l'évaluation notre objet singulier de recherche et d'interrogation ou non, nous sommes bien perpétuellement engagés dans des processus d'évaluation (de nous-mêmes, de l'autre, des autres, du monde, et des rapports entre tout cela), dès lors que nous nous exposons à la rencontre et que nous tentons d'en "outiller" la réflexion. Ce livre est donc une référence, et une référence qui fait le point de façon particulièrement bien construite, sans rien céder à la complexité inhérente à l'objet.

En effet, à entrer comme l'ont fait les auteurs par la question des "modèles", la question de l'évaluation est immédiatement inscrite dans des contextes scientifiques plus vastes, qui permettent d'une part, de soutenir la réflexion épistémologique sous-jacente, et d'autre part de mettre en écho les problématiques de l'évaluation avec d'autres problématiques analogues des sciences humaines, rapportées à d'autres objets. Il y a là un jeu toujours possible pour le lecteur de diverses formes de multiréférentialité, qui, s'il les met en tension les unes par rapport aux autres, lui permettent de mieux comprendre où il se situe lui-même selon les circonstances.

Dans le même temps, ce livre est une anthologie de textes et d'auteurs spécialistes de l'évaluation, repères nécessaires rassemblés là, auxquels on a ainsi un accès de première main. Mais une anthologie qui n'a rien d'un "Lagarde et Michard", parce que les textes ne font pas l'objet d'une simple juxtaposition chronologique. Ils sont mis en perspective, les uns par rapport aux autres, et ensemble, par rapport au modèle auquel ils se trouvent rapportés. Bien sûr, ce sont là les choix des auteurs, mais des choix explicités, dont le lecteur a donc les moyens de s'affranchir s'il le souhaite.

Ces entrées choisies font en outre la plupart du temps l'objet de controverses, par l'intermédiaire d'une rubrique intitulée le "point de vue des détracteurs". Pas de vérité définitivement acquise, à propos d'un objet complexe quel qu'il soit, mais des regards que l'on peut poser, construire, étayer, et qui peuvent entrer en concurrence les uns avec les autres, s'opposer, et peut-être, parfois, se répondre et s'articuler. Les détracteurs pointent les zones d'ombres, les manques, les limites, ouvrant ainsi sur d'autres façons de poser les questions, et réinterrogeant de fait les référents épistémologiques convoqués plus ou moins explicitement par le modèle de référence.

Enfin, à chaque entrée est rapportée une "figure de l'évaluateur", qui permet à la fois un travail sur soi en tant qu'évaluateur se situant dans tel ou tel modèle de référence, et une réflexion sur les enjeux méthodologiques et épistémologiques de chacune de ces "figures" (qu'il me semblerait plus parlant d'évoquer en termes de postures, à mon sens davantage en mouvement, plus plastique, que ne le suggère la "figure").

C'est donc bien un travail d'érudition que Jean-Jacques Bonniol et Michel Vial nous offrent : érudition théorique, méthodo-logique, épistémologique et pratique, qui ne peut manquer d'entrer en résonance tant avec nos interrogations heuristiques qu'avec celles qui relèvent de notre champ d'action professionnelle et de vie.

Deux questions demeurent pour moi en suspens après cette lecture, deux questions qui sont en fait liées. La première concerne les rapports qu'une réflexion sur un objet peut entretenir avec les modèles de référence à partir desquels elle s'est construite : dans quelle mesure l'avancée des interrogations sur l'évaluation rétroagit-elle sur les réflexions épistémologiques qui lui ont tout d'abord permis de se renouveler, c'est-à-dire dans quelle mesure les penseurs de l'évaluation contribuent-ils à leur tour, en retour, à bousculer les référents théoriques et à travailler à l'élaboration de nouveaux paradigmes en réponse à leurs propres questionnements et aux limites qu'ils rencontrent ? La seconde concerne le tout petit dernier chapitre de ce livre (3 pages) et la postface qui le complète, dont il nous est dit qu'il méritera à lui seul de faire l'objet d'un livre. Il s'intitule "l'évaluation comme problématique du sens", et renvoie d'emblée à des "références emmêlées" pour "un système d'idées encore peu développées". J'entends là, mais je peux me tromper, la difficulté qu'il y a à "faire" avec l'autonomie de chacun dans le travail avec et sur l'évaluation-régulation : quelles relations entretiennent, chacune pour elle-même et entre elles, les régulations auto-référentielles, qui contribueraient à l'émergence de sens à la fois commun et propre, et qui ne seraient pas totalement de l'ordre de l'ineffable ? Sans doute le modèle est-il là en construction, en tâtonnement, et ne peut-il aussi distinctement être exposé que ne le sont les précédents modèles de l'ouvrage. Serait-il totalement clair (et cristallin), d'ailleurs, qu'il aurait ipso facto manqué son but et totalement "perdu" son projet, par définition même (une perte qui ne serait pas ici l'errance créatrice à laquelle nous invitent les auteurs), puisque c'est un projet de reconnaissance du flou, du paradoxal et du singulier. Cependant, le lecteur aurait aimé pouvoir tirer profit de la façon dont, dans d'autres champs, à propos d'autres objets, certains auteurs (seulement énumérés page 347) abordent cette "problématique du sens" et tentent de la modéliser. Il aurait peut-être alors pu prendre la mesure de ce que la référence à la cybernétique de deuxième ordre, celle qui ne prétend plus traiter l'autoréférence du sujet seulement de façon hétéronomique, signifie pour la réflexion sur l'évaluation. Ne peut-on pas penser qu'il se serait alors risqué un peu plus avant sur le chemin de sa propre quête de sens, de l'évaluation qu'il pouvait en produire et de celle qui pouvait en provenir ?

Frédérique Lerbet-Sereni

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.