Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

"Quelle différence y a-t-il entre connaissance et information ?" C'est par cette question "naïve mais profonde" (d'après l'auteur lui-même), que Jean-Louis Ermine aborde le délicat problème contemporain de la gestion des connaissances : comment réussir à modéliser puis reformuler les connaissances accumulées par une entreprise ou par un projet. Pour cela il reprend le difficile passage de l'information formulée à la connaissance en s'appuyant sur la définition d'un système (au sens de la théorie du système général de J.­L. Le Moigne). Ce fondement théorique, loin de servir de carcan intellectuel à sa démonstration, lui permet d'éclairer petit à petit la notion connaissance en s'appuyant tout au long du livre sur un exemple concret et simple : la modélisation des connaissances liées aux feux de circulation.

J.-L. Ermine réussit le difficile pari d'exhiber aux yeux du lecteur une façon de modéliser la signification implicite et/ou tacite d'un message reçu. Cette signification est liée à la compréhension (au sens de conception d'un modèle de pensée exprimable) de connaissances traduisant un contexte culturel, social, économique ou technologique tacitement admis lors de l'interprétation d'une information.

La simplicité de l'exemple qui guide le lecteur tout au long du texte limite parfois l'explication de concepts abstraits ; toute la finesse des concepts du constructivisme n'apparaît pas forcément au lecteur, (ce n'est du reste pas l'objet de ce livre).

Cet ouvrage possède les vertus pédagogiques nécessaires à un lecteur (non féru d'ontologie, de phénoménologie, de sémantique et d'autres barbarismes inconnus du commun des mortels), pour construire pas à pas le difficile chemin de la compréhension de la connaissance. A minima, il retiendra qu'il existe un ensemble de concepts liés à l'information et non réductibles à cette dernière et que l'on appelle connaissance.

S'appuyant sur la description ontologique de la connaissance dans la première partie du livre, Jean-Louis Ermine en appréhende l'aspect phénoménologique dans la seconde partie avec un regard neuf ou plutôt différent du regard que l'Intelligence artificielle avait développé dans les années 1980. En effet, la compréhension des champs sémantiques de l'information et de la connaissance permet de ne pas réduire le second au premier. Elle permet de ne pas réduire la signification d'une connaissance aux symboles créés lors d'une programmation informatique, de supposer qu'une capitalisation informatique de connaissances est liée au contexte dans lequel la forme symbolique de la connaissance est manipulée et enfin de comprendre qu'il est actuellement difficilement concevable de modéliser une connaissance, quelle qu'elle soit, de façon exhaustive.

S'il fallait faire un reproche à cet ouvrage, que bien des consultants en capitalisation des connaissances devraient lire, on pourrait regretter le peu de place accordé à la téléologie ou à l'auto-référence des systèmes pour lesquels la modélisation de la connaissance est un des éléments fondamentaux (le paragraphe 3.5.2. résume ce qui pourrait être détaillé en 500 pages). Plus précisément, l'approche pédagogique retenue pour ce livre limite (à tort ou à raison) le lecteur à un rôle d'observateur d'un modèle, au sens classique du terme (c'est-à-dire qui ne modifie pas le sujet d'expérience). Ainsi, les principales difficultés de la modélisation des connaissances au sein d'un véritable projet n'apparaissent pas. A quand un prochain livre qui compléterait cette vision didactique de la modélisation des connaissances d'une vision pragmatique de la réalisation d'un projet en gestion des connaissances ?

Pierre Millerat

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.