Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

Pourquoi et comment une communauté humaine élabore-t-elle "une politique d'asile" ? Pourquoi percevons-nous parfois "l'autre" si différent de nous que nous ne voulons plus le voir ou l'entendre ? (Ou plutôt : que nous ne voulons plus admettre que nous acceptons de le voir : les "sans-papiers" ne sont admissibles que s'ils sont explicitement en situation irrégulière ou illégale !). Lorena Parini, reprenant ici une recherche doctorale (soutenue à l'Université de Genève) va interroger cette question... complexe... en reconsidérant nos modes de représentation de la société, de la communauté, de la nation... et de l'autre, de l'étranger : depuis longtemps nous étions accoutumés à une représentation analytique, celle des dénombrements "ensemblistes identitaires". Schématisation linéaire, simple, voire simpliste, qui ne permet guère de rendre compte des phénomènes et des comportements que l'on observe. Elle va alors explorer les ressources que la modélisation systémique propose depuis vingt ans à la représentation des systèmes sociaux en privilégiant l'interprétation du "système politique comme système de communication" (N. Luhman), susceptible souvent de se percevoir de façon autoréférentielle. Ce qui lui permettra de tirer parti des principales réflexions épistémologiques qui se sont développées sur "les processus d'auto-éco-organisation par le bruit" (H. von Foerster, H. Atlan, E. Morin...) pour se proposer une sorte de grille de lecture de la formation des politiques d'asile de la Suisse (et de ses divers Cantons) depuis un siècle. Lecture qui conduira en particulier à repérer et à discuter la formation sociale de "résistances" à telle ou telle de ses politiques : résistances qui vont susciter de nouveaux processus d'autopoïèse transformant ces politiques et faisant émerger les systèmes de valeur auxquels elles se réfèrent. Ce qui l'incitera à introduire le concept "d'Etat acceptable", capable de générer des "stratégies complexes et paradoxales, ... conciliant des points de vue radicalement opposés en augmentant "la variété des réponses possibles du système" et en pensant la politique "en terme de liens plutôt qu'en terme de disjonction" (p. 202). Exercice de "modélisation de la complexité" manifestement original et pertinent : ces transformations du regard par enrichissement des représentations incite à élargir "le champ des possibles" et suggère ainsi l'invention de stratégies tâtonnantes (Yves Barel parlait de "stratégie de la godille"). Ne s'agit-il pas d'une "sorte de pédagogie de l'ambiguïté pour donner à l'esprit scientifique la souplesse nécessaire à la compréhension" à laquelle nous invitait G. Bachelard (1934) dans "Le nouvel esprit scientifique" (p. 19) ?

J.-L. Le Moigne.

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.