Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

Est-il aléatoire, cet "homme aléatoire" qu'en philosophe patient et attentif, Frank Tinland nous invite à observer, pendant que nos sociétés s'attachent à le vouloir efficace, pressé, réactif ? Je crois ne l'avoir perçu ni aléatoire, ni nécessaire, en lisant cette vivante méditation sur "l'homme possible", un homme qui sait qu'à chaque instant il peut choisir délibérément dans une infinité de possibles. Des possibles bien plus nombreux que ceux que nous décrivent nos traditionnelles dichotomies (le bien ou le mal, le vrai ou le faux, le nécessaire ou l'aléatoire...). Mais il est vrai que cet homme possible, qui se sait en route "vers un avenir riche en possibles, y compris celui de (son) auto-destruction", se découvre aussi "pauvre en repères". Et ce va être le grand mérite du philosophe que de nous inviter à retrouver quelques repères enfouis dans les pénombres de nos cultures contemporaines ; ainsi ces paysages autrefois familiers qu'on ne sait plus décrire. Que grandissent quelques arbres ou que s'élèvent de nouveaux bâtiments, et nous ne savons plus les reconnaître. Trois repères, inattendus sans doute pour le citoyen contemporain, et si différents que leur rapprochement s'avère provocant : Spinoza et "L'Ethique", J.-J. Rousseau et "Le Contrat social" (ou le discours sur l'inégalité) et, plus proche de nous peut-être, Hans Jonas et "le principe Responsabilité". Et en s'aidant de ces "repères" il va nous proposer une "contribution à l'écologie humaine" dont l'actualité comme la pertinence nous seront vite sensible : la compréhension de "la technique et ses moyens" nous permet de revenir enfin sur "les fondements de la responsabilité humaine", des "Droits de l'Homme" à ceux de sa relation avec la nature, médiatés par l'in-formation et par l'éducation. N'est-elle pas "inquiétante" cette ambition de "former des hommes" ? Moins inquiétante pourtant que celle qui préfère ne former que "de futures ingénieurs, ajusteurs, professeurs ou mécaniciens" ; "considérations inactuelles", conclut modestement F. Tinland, en ces temps où l'on louange l'efficacité qui "sacrifie sans cesse l'horizon des possibles" au seul optimum nécessaire ou à la seule fatalité du hasard ? Je ne crois pas que cette attention au "jeu des possibles" (de F. Jacob, qu'il cite souvent) soit si "inactuelle"... même si je conviens qu'elle semble "incongrue". Ce changement de regard, qui complexifie au lieu de simplifier notre vision du monde, n'est-il pas aujourd'hui bienvenu ?... "La patience du lecteur" cheminant entre "repères et amers" sera récompensée, puisqu'il poursuivra son "aventure humaine" en disposant d'un portulan qui garde trace des récits de voyages des premiers explorateurs qui tentaient de transformer expérience en conscience autant qu'en science et sapience.

J.-L. Le Moigne.

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.