Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

"Ce qui distingue l'homme de l'animal, c'est son intelligence... Nous sommes assez intelligents pour nous rendre compte que nous ne sommes pas très intelligents. Nous sommes même assez intelligents pour créer des machines plus intelligentes que nous"... Et, ajoutera J. Pitrat, nous aurons sans doute bientôt besoin de ces "machines intelligentes" pour nous aider à traiter les connaissances que nous construisons pour nous permettre d'être un peu plus intelligents, tant celles-ci augmentent considérablement ! Elles augmentent tant que nous allons bientôt tenir cette complexité non maîtrisable par notre intelligence : boucle infernale ! Il nous faudra créer des machines intelligentes pour traiter des connaissances innombrables, lesquelles pour ce faire vont créer encore plus de nouvelles connaissances... Peut-être pourtant pourront-elles, elles aussi, ruser comme nos ancêtres savaient le faire avant qu'Aristote n'invente la logique syllogistique pour nous permettre de mesurer "objectivement" l'intelligence par les tests logiques qui permettent de déterminer notre Q.". ?...

Sur ces questions, J. Pitrat va exposer, de façon fort didactique, en rusant mais sans dissimuler ses ruses, les leçons de son exceptionnelle expérience de chercheur en Intelligence Artificielle : n'est-il pas le premier scientifique à avoir abordé le domaine à l'époque où il était à peine embryonnaire, vers 1960 (le premier programme "intelligent", au sein d'une machine intelligente computant des systèmes symboliques, fonctionnera effectivement en 1956) ? Depuis plus de trente ans, il l'explore sans se soucier des modes ou des générations, en cherchant plus à comprendre ce qu'il fait lorsqu'il résout un problème perçu complexe, qu'à le résoudre élégamment pour attacher son nom au théorème correspondant !... Pour son lecteur, qui n'a pas à être un spécialiste informatique, cette démarche à la fois pragmatique et épistémologique, est... une source d'intelligence. ... Intelligence de la complexité : la forme du problème (sa modélisation) importera souvent plus que la méthode de sa résolution. Que vous ayez lu ou non les ouvrages précédents de J. Pitrat (sans doute un peu plus techniques : "Méta-connaissance", 1990 et "Penser autrement l'informatique", 1993), lisez ce petit manifeste : les exemples sont si aisés à comprendre et à interpréter que nous comprenons mieux comment et pourquoi nous exerçons notre intelligence pour nous construire quelque "intelligence" des situations complexes dans lesquelles nous intervenons !

J.-L. Le Moigne.

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.