Notes de lecture

Les notes de lecture sont établies par les membres du Réseau Intelligence de la Complexité.

Que vaut un livre?
"... Un livre vaut à mes yeux par le nombre et la nouveauté des problèmes qu'il crée, anime ou ranime dans ma pensée... J'attends de mes lectures qu'elles me produisent de ces remarques, de ces réflexions, de ces arrêts subits qui suspendent le regard, illuminent des perspectives et réveillent tout à coup notre curiosité profonde..."
P. Valéry (Variété V), O.C. Pléiade I (p. 871)


Vous trouverez ci-dessous ou en cliquant ici les notes de lectures les plus récentes à moins que vous n'utilisiez le moteur de recherche alphabétique.

Retour

Faut-il traduire "Android Epistemology" par "Epistémologie anthropomorphique" ? ou par "Epistémologie des androïdes" ? Il s'agit, assurent les rédacteurs de "l'exploration de l'espace des machines possibles et de leur capacité à accorder leurs états mentaux avec leur connaissance, leurs croyances, leurs attitudes, leurs désirs et leur action" (p. XI). Machines possibles dont "les humains constitueraient un cas particulier". Je ne suis pas certain que cette définition permette une claire compréhension de ce que veut dire le titre (que peut être "l'état mental d'une machine possible ?"), et je crains que son involontaire laxisme ne compromette les chances ultérieures de cette "exploration". Mais, une fois encore, le pragmatisme anglo-saxon va s'avérer bienvenu. Sous cette couverture, nous allons trouver en particulier des textes récents et originaux de quelques uns des plus méditatifs des chercheurs en Intelligence Artificielle, Margaret Boden, Marwin Minsky et surtout H.A. Simon... et nous ne regretterons sûrement pas nos détours : en observant des machines qui "simulent, au niveau symbolique, les processus mis en oeuvre dans la pensée humaine s'exerçant à inférer intuitivement et de façon créative", nous comprenons un peu mieux notre propre façon de penser : "merveilleuse, et pourtant intelligible".

Précisons que ce recueil synthétise les travaux d'un atelier international sur "la cognition humaine et machinique" qui s'est tenu en 1991 en Floride... Ce qui explique sans dout eson caractère presque exclusivement anglo-saxon !

J.L.M.

Haut de Page

Au sujet du cahier de lectures du réseau

Le "CAHIER des LECTURES MCX" constitue un des moyens d'action privilégiés par le Programme Européen Modélisation de la Complexité depuis 1991-92.

Il exprime le projet de veille épistémologique que nous proposons, tout en rendant visible la progressive constitution d'une bibliothèque des sciences de la complexité qui se construit dans les cultures contemporaines.

Il ne s'agit pas ici de reproduire le prospectus de présentation ou le résumé établi par les éditeurs, mais de proposer des regards à la fois critiques et constructifs sur des textes qui peuvent et doivent intéresser chercheurs scientifiques et responsables d'organisations attentifs à la complexité de leurs initiatives.

On souhaite que cette veille devienne de plus en plus une entreprise collective, chacun pouvant bien sûr proposer un regard "différent" sur un ouvrage déjà introduit, et mieux encore, faire part de ses propres attentions. Ceci en jouant de son mieux les règles du jeu de l'inter- et transdisciplinarité. La critique disciplinaire pointue dispose de nombre de publications qui la privilégient ; il s'agit ici d'un autre regard : une veille épistémologique qui privilégie la modélisation de la complexité et la pensée complexe.

La reliance des projets du Programme Européen MCX et de l'Association pour la Pensée Complexe va nous permettre d'activer davantage cet exercice d'intelligence de la complexité, intelligence qui se développe en s'exerçant dans de multiples cultures.